Un triplés, deux triplés, des triplés…

Mes triplés, mes adorables triplés, mes triplés d’amour. Aujourd’hui, je ne peux plus m’en passer de mes triplés. En fait, je n’aime dire « les triplés », ils sont trop différents, trop uniques pour que je puisse en faire un petit tas et les mettre dans un grand sac ! ( si c’est un Lancel, je peux y réfléchir !)

Uniques et pourtant, ce sont bel et bien des triplés. Par là, j’entends vraiment la définition la plus simple du terme « triplés ».

Triplés : n.m plu. Trois enfants issus d’une même grossesse.

Ils sont tous sortis en même temps. Dans mon petit ventre d’aujourd’hui, c’est comme surréaliste mais c’est bien le cas. Ils ont donc le même âge.

NON, je ne suis pas en train de vous prendre pour des idiots. Je veux simplement repositionner la problématique de base.

Au fil des mois, je les observe avec mes petites jumelles intérieures et je m’envole dans mes pensées existentielles. Comme la vie est bien faite, quelle mécanique parfaite. J’ai mis au monde trois êtres, d’un seul coup. Trois corps, trois âmes, trois petites têtes déjà bien pleines.

La vie est surprenante, elle peut tout prendre et nous laisser vide, réellement seule mais elle peut aussi nous donner, nous donner l’inespérable. Mes triplés, c’est l’inespérable.

Pouvoir voir évoluer en même temps trois personnalités c’est surprenant. Les traits de caractères se remarquent tellement jeune.

Avec des jumeaux, des triplés ou plus, l’opportunité de se rendre compte très tôt des personnalités nous est donné. Chez les SpiderParents, il y a Dan, le calinours, roi des bisous, toujours souriant, téméraire et audacieux dans ces déplacements. Un peu trop. La nuit, il se transforme en Mr Hyde.

enfant triplés

Dan souriant

Elora, un mini-moi. Bouh, je ne veux pas du tout vivre avec moi-même. Beurk, je suis trop fatigante ! Mais Elora, c’est un peu ça, en plus mignon parce qu’elle n’a pas beaucoup de cheveux, une petite tête adorable et la manie de tirer la langue (faute à SpiderMaman qui lui a appris les bases des grimaces dès son plus jeune âge). Elle est persévérante – dans le bien comme dans les bêtises-. Elle est vive, maline, et déteste se faire réveiller par les autres. Je cherche encore des boules Quiès pour bébé !

enfant triplés

Elora qui lit

Enfin, il y a Ava. Une poupée rousse aux yeux bleus. Tendre (particulièrement avec moi), souriante (encore avec moi). Elle adore taper une cuillère en bois sur un bol métallique. Elle ne coûte donc pas chère. Par conséquent, c’est ma préféré.

BBBBBBBBOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUHHHHHHHHHHHH ! Mai non, je n’ai aucune préférence. C’est strictement impossible. C’est comme de savoir si on préfère les Pimousses aux Carambars ! Rien à voir. Et si en plus, il y a chamallow, la douceur est à son comble.

enfant triplés

Ava la rousse

maman de jumeaux très activeIl y a une difficulté aussi à avoir des jumeaux, triplés et plus. Pour moi en tout cas, c’est le temps. Je n’ai pas trois fois plus de temps. Ok, je peux grappiller tôt le matin et tard le soir pareil à animal mystique mais le temps me manque vraiment. Avec la fatigue (et votre corps a des capacités insoupçonnées), le temps me paraît le plus difficile à gérer.

Si le petit génie tout boudiné de la lampe me demandé mon vœux le plus cher, je dirai : TOUT.

Je veux tout : Une vie sentimentale réussie, une vie sexuelle délirante,  pouvoir profiter et bien élever mes enfants, un métier épanouissant avec un patron sexy. Et du fric aussi.

Papa me disait toujours : « on ne peut pas tout avoir ». Plus le temps passe, et plus je me rends compte que c’est vrai. Mais on peut avoir beaucoup. Avoir des triplés, c’est avoir beaucoup.

Et comme je me plais à tout avoir, voici ma petite liste de ce que le temps ne m’offre pas :

- pouvoir calmer chacun de mes petits lorsqu’ils pleurent, en prenant le temps pour chacun, même quand c’est au même moment,

- Aller en même temps dans la chambre avec un, et dans la salle de jeux avec un autre,

- pouvoir être chez le médecin et à la sortie de la crèche simultanément,

- passer plus de temps avec chacun,

- travailler plus, et aussi pour moi (on est jamais aussi bien servi que par soi-même)

- écrire plus d’articles  sur le blog de laviedestriples.com,

- me couchait plus tôt,

- manger (nan, en fait, je m’en fou mais je devrai),

Heureusement, mes triplés ont fait de moi une SpiderMaman.

Le SPIDERPLAN de SPIDERMAMAN de triplés

Arrêter de fumer…encore… Je ne vois que cette solution pour gagner un peu de temps. ( non fumeur soyez jaloux, car vous ne pouvez même compter sur cet arrêt pour gagner de précieuses minutes. Nah!)

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires à propos de “Un triplés, deux triplés, des triplés…

  1. J’adore, tellement vrai encore une fois!
    Il est vrai que le temps nous manque et je parie qu’avec trois, il fait encore plus défaut!
    Deux, on peut encore les cajoler en même temps, chacun sur un bras, mais le troisième alors???
    En tous cas, j’adore ta façon de voir les choses et la vie, j’adore ta façon de rédiger bref j’adore ton blog!
    Continue comme ça s’il te plaït! C’est tellement agréable!

    Il est vrai aussi que depuis tout petit, on voit vraiment la personnalité de chacun, dès qu’ils sont sortit de mon ventre les garçons étaient déjà bien différents!! Un dodu chevelu hurlant et un tout fin duveteux silencieux lol, voilà les miens à la naissance! D’ailleurs, parfois, on ne me crois pas lorsque je dis que ce sont des jumeaux et on me demande souvent si Nathan est le plus agé!
    T’es petits bouts sont magnifique et tellement différents!
    C’est magique de pouvoir vivre ça, on a une chance hors du commun!

    • Merci beaucoup pour tes encouragements. Et je crois que je vais me faire greffer de nouveaux bras. Ah, mais non, j’avais oublié: le porte bébé dorsale c’est mes deux bras supplémentaires en cas de tempête.

  2. je n’ai « que » des jumelles mais je me reconnais tellement dans ce post. Quand j’ai annoncé ma grossesse double à ma maman, elle a eu cette phrase que je ne comprenais pas à l’époque : « prépare toi à connaitre la frustration » (j’ai des petits frères jumeaux, elle savait de quoi elle parlait). Et bien maintenant, 2ans1/2 après, je comprend ce qu’elle a voulu dire. Frustration de ne pas pouvoir se dédoubler, d’avoir l’impression constante de ne pas pouvoir donner autant aux 2, de penser qu’on n’aura jamais assez de câlins à donner équitablement. Et pourtant, malgré toute cette frustration, je ne me suis jamais sentie aussi vivante et heureuse. Merci pour ce blog, bravo pour la tribu magnifique!!

Laisser un commentaire