Hors sujet : ma laïcité

Ca ne parlera pas d’enfant (enfin pas beaucoup). Après tout, ce blog est à moi (et un peu à wordpress) et j’y mets ce que je veux.

Alors, je vais faire une petite aparté dans mon quotidien de SpiderMaman pour évoquer un sujet qui me tient à cœur : la laïcité.

Nombreux sont ceux qui veulent laisser une terre propre à leurs enfants. Moi je veux qu’ils voient ma France telle que je l’imagine : colorée, métissée, cultivée par la richesse de l’autre et telle qu’on me la vendue. (et aussi une terre propre ! )

Pas d’inquiétude, je ne vais pas me lancer dans un discours nationaliste.

Laïcité (n.f) d’après le Larousse

  • Conception et organisation de la société fondée sur la séparation de l’Église et de l’État et qui exclut les Églises de l’exercice de tout pouvoir politique ou administratif, et, en particulier, de l’organisation de l’enseignement. (Le principe de la laïcité de l’État est posé par l’article 2 de la Constitution française de 1958.)
  • Caractère de ce qui est laïque, indépendant des conceptions religieuses ou partisanes : La laïcité de l’enseignement.

Globalement, je comprends séparation Etat/religion(s) et d’autres éléments un peu plus subjectifs.

Il y a quelques semaines, en réunion de classe, on m’a interpelé sur l’alimentation de mes enfants à la cantine. Ils ont un régime sans viande proposée par la mairie. (nous mangeons cacher à la maison) Et ils trient leurs assiettes si des crustacés sont au menu (les crustacés ne sont pas autorisés dans une alimentation cachère).

Je ne demande pas à ce qu’il y ait un traitement spécial. Eux connaissent leurs règles vis-à-vis de nos traditions. Simplement, je demande à ce qu’ils ne soient pas forcés de tout manger. Ca me semble raisonnable. Loin de moi l’idée d’imposer un régime qui pourrait être suivi au plus par à peine 1% de la population française.

Face à l’ATSEM de l’un des mes enfants, je me suis sentie « mère fofolle qui impose un régime pseudo bio-déjanté ». Pourtant, je ne crois pas que cela soit le cas.

Avec SpiderPapa, nous avons fait le choix de l’école de la République, avec évidence et engagement.

La Baseline de la France, marque déposée

La France Black-Blanc-Beurre, des amis qui ont chacun leurs histoires et leurs traditions, des mamans qui sont devenues des copines à la sortie des écoles, qui me ramènent de délicieux gateaux au miel pour les fêtes. C’est ça ma France.

C’est celle qu’on m’a vendue depuis toute petite, celle qui fait notre richesse.

Aujourd’hui, la France à changer d’agence de com’, maintenant, la grande signature nationale, c’est la « LAICITE ».

Ok. Pas de problème. Mais où sont les PLV, les prospectus explicatifs, les sites internet « en-veux-tu-en-voilà » et les jeux concours Facebook pour nous faire rentrer le concept dans le crâne.

Je n’ai eu aucune explication. Aucune notice entre les mains.

Je vois des procès sur des femmes voilées, la remise en cause de la circoncision, de l’abatage rituel…

Mais en fait, est-ce que l’on sait pourquoi l’autre fait ça. Sans dire de l’accepter, juste pour apprendre, échanger, partager, respecter.

A quel moment, avons-nous oublié de connaître l’autre ?

Mon voisin fait l’Aïd, les enfants ne vont pas à l’école. Comme à peu près 25 % de sa classe.

Non Maîtresse « ils ne sont pas malades » comme vous l’avez gentiment expliqué aux enfants. Il y a une fête qui existe, qui est suivie par plein de personnes, dont mes voisins, ceux qui vivent à 20 mètres de moi. Les plus proches de moi.

Bien sûr, je le sais, ce n’est pas son rôle, elle ne va pas se lancer dans des explications religieuses. L’école n’est peut-être pas là pour ça.

Mais alors qui ?

Le but est de ne plus connaître l’autre, c’est ça la laïcité ? Nier l’autre jusqu’à ce que chaque communauté se retrouve enfermée sur elle-même ?

Pourtant, d’avance, je le sais. Ca ne fonctionne pas.

Certains jours, au café, je m’assois à côté de groupes qui ont des codes vestimentaires précis et qui semblent discuter d’un sujet qui m’intéresse mais que je ne connais pas bien. J’ai souvent envie de m’immiscer dans la conversation pour en apprendre plus. Mais je le fais rarement. Et je suis plutôt sociable.

Qui prend la peine ? Qui prend la peine de connaître l’autre dans un quotidien speed et stressant.

Alors, on a peur de l’autre qui ne me ressemble pas, un peu plus chaque jour.

Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir un tag raciste sur ma porte où est clouée une mézouza. Je n’ai pas peur d’apprendre qu’il existe des gens racistes. J’ai 30 ans, je le sais.

J’ai peur de perdre mon pays, la pub dans laquelle je me reconnaissais si bien. Celle qui m’a fait connaître chaque jour des cultures, des traditions…des gateaux. Celle qui réunit tout le monde sous un grand drapeau.

Pas un putain de drapeau nationaliste. Un super gros drapeau, cousu par de nombreuses mains, dans le square, en bas de la maison.

Alors, Mr le Président, peut-être aussi Mmes les Religions, connaissez-moi et apprenez-moi à connaitre l’autre. Avant d’en avoir peur.

*mezouza : Petit boitier rectangulaire fixé sur le montant droit d’une porte qui contient un parchemin écrit en hébreux et qui a pour rôle de protéger la maison.

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

facebook blog de triplés

twitter blog de triplés

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires à propos de “Hors sujet : ma laïcité

  1. Alors moi je dis clap-clap !
    Ici, les enfants peuvent avoir un repas halal, sans viande, végétarien sur simple cochage dans un formulaire, à l’école publique. Personnellement, ça me gêne. Déjà parce que ça n’a effectivement rien à faire dans l’école publique et laïque, ensuite parce que si on fait ça, on va au bout du truc et on fait tout (casher, végétalien, crudivore), et puis le jour où mon fils est revenu en demandant pourquoi il mangeait le mauvais du boeuf parce que son petit camarade musulman lui avait expliqué avec ses mots la différence de la viande halal, ça m’a pas super enchanté….

    Le principe du tri de l’assiette me paraît fort judicieux, parce-que cet acte est en accord avec les développement de l’enfant et sa capacité à faire des choix (s’il est trop jeune pour trier c’est qu’il n’a pas l’âge de la réflexion…)

    Laïcité oui, liberté aussi.

    Bisous !

  2. Salut Spidermaman,

    Il ya des conversations que l’on commence un soir entre amies et qui se retrouve dans un blog.

    Ta laïcité, c’est aussi la mienne, même si je ne lui donne pas le même nom. Dans ma France à moi, chacun est libre de vivre sa religion, politique, sexualité ou autre différence (si on peut le dire comme ça). Ma laïcité m’a permis de te croiser, mais aussi de croiser des milliers de gens différents et de les supporter au quotidien.

    Doit on autoriser les repas casher/hallal/végétarien ? Oui parce que les enfants ne doivent pas être les victimes des choix de leurs parents.
    Devons nous mettre à l’écart nos enfants parce que les autres parents sont intolérants/cons/bêtes/mal informés ? Non parce qu’ils va bien falloir qu’ils apprennent à vivre avec ses 10% de personnes qui s’en foutent des autres et qui ne regardent pas plus loin que leur bout du nez.
    Est ce que c’est dur d’être différents ? oui tous les jours. Que l’on soit catholique/musulman/juif et aussi gay/lesbienne ou encore pacsé/pas marié/séparé.

    La famille française parfaite me paraît être un mythe. Il y en a plein de ces familles qui font croire à leurs enfants que la normalité c’est eux parce qu’apparemment ils sont plus nombreux. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont plus nombreux à vivre ainsi qu’ils n’ont pas tort.

    Quand la majorité des français acceptera la différence de ses voisins, la laïcité aura gagné et tes enfants pourront manger tranquillement à la cantine.

Laisser un commentaire