Paracha de la semaine : la Shoah expliquée à mes enfants (trop tôt)

Je vais difficilement faire plus hardcore. Non, je ne suis pas une SpiderMaman timbrée. Pas toujours. Cette explication a été donnée à l’insu de mon plein gré.

En rentrant du centre aéré, mes triplés avaient de gros dessins en couleurs inscrits aux feutres sur leur main. Connaître l’origine a été très simple. Une petite question à mes grands bavards et l’explication est tombée en écho « c’est pour nous reconnaître dans les groupes ».

Comme l’a fait ma mère avec moi plus jeune (mais peut-être pas aussi jeune) , je leur ai expliqué, que, en tant que juif, nous n’écrivions pas sur notre peau. Après cet événement, j’ai trouvé plusieurs brèves d’explications –surtout concernant la scarification et les tatouages- mais je ne m’engagerai pas du tout sur l’exactitude religieuse ou traditionnelle.

En finalité, j’ai surtout utilisé l’argument que j’avais le plus retenu de mon enfance en me disant que cela aurait aussi sûrement du sens pour eux.

Par conséquent, j’ai répondu : « En fait, quand la mamie de SpiderPapa était vivante (cf. la mort expliquée aux enfants, SpiderMaman est définitivement barrée), il y avait une très grosse guerre.

Vous vous rappelez des militaires qu’on voyait à côté de la crèche ? »

paracha 4 la shoah expliquée aux enfants

Danou : « ah, oui, ils étaient tous verts »

SpiderMaman : « et bien, les militaires, ils sont là pour protéger le pays quand il y des guerres. Ca veut dire des bagarres entre les pays.»

Lolo Cacao : « bah, là y’a pas de guerre »

SpiderMaman : « non, là je vous parle d’il y a longtemps. Enfin, pas si longtemps ». Et je continue sur ma lancée

«  Donc, il y avait des très méchants dans cette grosse bagarre. Des supers-supers méchants. Ils ont décidé de prendre plein de personnes et d’écrire sur leur bras pour tous les reconnaître ».

C’est foutu, je me suis lancée dans le sujet…

Ava Banana qui enchérit : « et y zont fait quoi les méchants ».

Et moi, qui commence à comprendre dans quel gouffre je me suis fourvoyée.

Pas maligne pour un sou, j’en rajoute.

SpiderMaman : « ils les ont mis dans un même endroit. Comme si on mettait toute ton école dans la salle des couchettes. Très serrés »

Danou : « bah, c’est pas possible »

SpiderMaman : « malheureusement si ».

Lolo Cacao, intéressée : « et pis ? »

SpiderMaman : « le chef des méchants a décidé de tous les tuer ».

STOP STOP STOP !!!!

Freinage d’urgence désactivé. Outch !

stop

Danou, intrigué : “et comment y s’appelle”

SpiderMaman : « Hitler ».

Rire collectif. Ce nom doit sonner drôle.

Mamouchka dit souvent : « mieux vaut rire que pleurer ». Je confirme.

Rapidement, je dois recadrer le sujet de la conversation pour éviter de m’enfoncer…si cela est encore possible.

SpiderMaman : « heureusement, il y a eu des gens qui se sont échappés. Comme dans les trois petits couchons. La mamie de SpiderPapa s’est échappée elle aussi. Et puis, il y a eu des très gentils qui sont venus sauver les prisonniers. OUF ! »

Ava Banana rassurée : « Ah, bah ça va alors. »

Heureusement, je croise une boulangerie. L’appelle de la baguette fraîche est irrésistible pour une tribu d’enfants de 4 ans et demi. Les boulangers sont des gens formidables.

C’est l’heure du repas, SpiderPapa n’est pas encore là.

Poissarde ou SpiderMaman d’enfants particulièrement éveillés (je prends la solution 2), mon trio, sans raison apparente, me relance sur le sujet.

Comme pour me rappeler à l’ordre, j’entends un bruit dans la serrure. Signal du retour de SpiderPapa à la Barer’s House.

Evidemment, à ce même moment, mes triplés  éclatent en cœur : « Maaamaann, comment c’est le nom du méchant…mais si, maman, dis-nous ».

Amoureuse de la mode, je remonte mon snood à maille large sur le visage avant même que SpiderPapa ait pu poser ces yeux sur moi.

Spidermaman se cache

Conseil mode, le snood : une écharpe tube parfaite pour se cacher

Il a tout compris.

Je suis out.

De ma plus petite voix, j’énonce le nom « Hitler ».

Et là, chacun y va de sa remarque sur mon explication donnée sur le retour du centre aéré.

Danou, distrait : « Flash MacQueen, il fais pas la guerre, il fait juste la course ».

C’est bien vrai !

Lolo Cacao : « quand je serai maman, moi, je les tuerais tous les méchants »

…euh, comment te dire …

SpiderMaman : « ma Lolo, on ne peut pas tuer les méchants. C’est la police et les militaires qui s’en occupent ».

Ava Banana, très sûre d’elle : « Mais tous les méchants, y sont morts. »

Moi, et là, vraiment, je devrai mettre un zip sur mes lèvres : « Non, il en reste, mais Papa et Moi sommes là pour vous protéger ».

Danou, toujours en extase devant son père : « Nan, mais papa il est trop fort »

Ava Banana qui se rassure : « et les méchants, ils peuvent pas venir, ils peuvent pas connaitre le code en bas »

Par chance, le repas aidant, la discussion se fait plus légère et Ava Banana termine calmement, en disant : « Bah, ça va, je vais leur dire au centre aéré qu’il faut pas nous écrire sur la peau ».

Le couché se fait sans trop de difficulté. C’est Ava Banana qui a tiré la carte reste. Elle est tout de même venue plusieurs fois me demander ce qu’avaient fait les gentils. (j’ai fait une réponse un peu simpliste, ne m’en voulait pas.)

Lors du débrief de la journée, moment tranquille avec SpiderPapa (vers 22h environ), il me regarde et me dit amoureusement  et avec tant de justesse : « ma chérie, tu trouveras tes propres limites ».

Vivement !

Note : Ils étaient trop petits. Évident vous me direz ?

Je ne crois pas qu’il y ait de sujets tabous. Mais je me rends compte que certaines notions sont complexes pour les petits. Celle du temps par exemple. Ava Banana a beaucoup insisté pour savoir si c’était bien fini et si ça n’arriverait pas à nouveau. Elle pensait à se protéger. Dommage, les mots ne s’effacent pas mais comme dit SpiderPapa, je trouve mes limites.

Pour comprendre ce que c’est que la « Paracha de la semaine », c’est ici : « La paracha de la semaine, une question expliquée aux enfants » 

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

facebook blog de triplés

twitter blog de triplés

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires à propos de “Paracha de la semaine : la Shoah expliquée à mes enfants (trop tôt)

  1. pas simple du tout comme sujet avec des petits mais tu t’en es très bien sorti je trouve, bravo !
    Par contre se servir de la Shoah pour expliquer qu’on n’écrit pas sur la peau c’est un peu extrême je trouve…

  2. Pingback: Les E-fluentmums2 | La vie des triplés

  3. Pingback: Paracha de la semaine : "Pourquoi on souhaite la bonne année ?" | La vie des triplés

  4. Pingback: Paracha de la semaine : c'est quoi des triplés ? - La vie des triplés

Laisser un commentaire