PMA : ces phrases que je n’aime pas

Je profite de la Journée de l’Infertilité pour vous re-proposer cet article. Si vous l’avez déjà lu et bien, vous pouvez le relire. Sinon, il y en a d’autres qui j’espère vous plairont.

PMA : Procréation Médicalement Assistée

Trois lettres majuscules qui en disent long sur une putain de situation.

Bizarrement, souvent les gens dans la rue me pose la question « ô combien personnelle », vous avez pris des « traitements » en voyant mes triplés ?

La première réponse que j’ai envie de lancer c’est « touches à ton cul« , mais je suis presque polie.
Maintenant, je dirai « Aller lire mon article sur www.laviedestriples.com ».

Mes triplés sont nés par F.I.V (Fécondation In Vitro). Encore une fois, je ne fais pas dans le « léger » avec ce sujet mais je vais essayer d’en parler avec humour. Les sujets difficiles passent toujours mieux avec humour.

Flash-back : j’ai 24 ans, 3 ans de mariage à mon actif, envie d’avoir un bébé.

Evidemment, j’en ai parlé il n’y a pas longtemps, j’ai été anorexique (avec un pic en fin d’adolescence). Evidemment, j’ai mes règles 2 fois par an. Les bonnes années.

Assez logiquement, au moment où nous nous sentons prêts, je prends un rendez-vous chez mon gynécologue.

1ère écho pour vérifier si tout marche bien. Bien évidemment, ce n’est pas le cas. Verdict : OMPK – Ovaire Micro Polykistiques.

1er traitement de base qui peut être administré par un gynéco « normal » : le CLOMID. Ce médic à fait couler beaucoup d’encre. Dans les années 90, il y a eu pas mal de naissance de jumeaux. Genre vraiment beaucoup.
C’était le Clomid.

Mes ovaires obtiennent de très mauvais résultats à l’examen. Recalés. Du coup, fini ce traitement. Il faut essayer un traitement plus personnalisé, ajustable. Je repars avec ma petite lettre à transmettre à Mme la Spécialiste ès Bébés.

Je prends donc mon téléphone pour prendre un rendez-vous rapidement. Je ne le sais pas encore, mais la jeune femme à l’autre bout du fil avec une voix douce comme du chamallow va devenir ma meilleure alliée pour les années à venir.

C’est exactement là, à cet instant précis que débute mon parcours de PMA .

Le moment où tu veux un bébé…

Au départ, la PMA, c’est un peu la chasse au trésor. La carte est très mal dessinée. Un peu dur de s’y retrouver. Peut-être que mon premier rendez-vous avec la spécialiste va me guider ?

SpiderPapa est avec moi. Nous entrons dans une salle d’attente bondée comme dans un train en seconde classe le lendemain de Noël. Ni bonjour, ni merde. juste un papier posé sur le siège avec des questions bien précises.

Déjà, la prise de tête commence. A un QCM, j’aurai obtenu la note -2.

Une heure trente plus tard, une dame qui ne se présente pas, nous demande de la suivre.
Ni une, ni deux, avec très peu de dignité je me retrouve les jambes dans un étrier. OMPK confirmé. 1h30 pour ça ? Je le savais déjà. Je ressort tout de même avec mon petit papier.
La gentille secrétaire me prévient bien que ça va être long et compliqué.

Professionnelle, j’en parle au bout de quelques mois à mon chef. Les rendez-vous étant rapprochés, je dois bien me justifier et j’ai décidé de jouer la carte de l’honnêteté.
Le lendemain je suis virée.

Toujours pas de bébé

PMA : « La meilleure solution, c’est de ne pas y penser ».

Sincèrement, ne dites plus ça aux personnes en PMA. Pensez-vous sincèrement qu’on puisse ne pas y penser quand :

- Vous avez 3 matinée par semaine grisée sur votre calendrier pour notifier les allers-venues au cabinet.

- Vous cachez vos bras à cause des veines de drogués que vous vous tapez à cause des prises de sang répétées.

- Vous vous faites appeler Mme « Glacière » pour expliquer le petit sac isotherme que vous vous trimbalez partout où vous allez. (avec les traitements qui doivent rester au frais)

- Vous passez votre journée à téléphoner sur le portable de votre gynécologue -débordée- préférée pour obtenir l’ajustement du traitement

- Tous les mois, dans les chiottes, vous n’y croyez plus. Allez, ça va marcher. Un nouveau cycle à commencer.

Il y a aussi la phrase « Il ne faut pas stresser« . Savez-vous que plein de mères stresser réussissent aussi à avoir des bébés ? Tu crois vraiment que je peux changer ?!

Dès fois, des intimes se permettent -avec beaucoup de prudence- de te parler de la sexualité. « Tu sais, tu ne devrais pas programmer« .

Non, je ne devrais pas. Evidemment non. Ce serait tellement frustrant sexuellement.
Franchement, après s’être transformée en infirmière pour se piquer d’hormones, après avoir évalué les taux, après de multiples examens contraignants, il est évident que les mots « chérie, ce soir je suis fatigué », SpiderPapa va devoir les ravaler…
…il n’a même pas essayé.

J’allais oublier : quand on parle de PMA, il y a toujours une histoire qui revient et qui doit nous rassurer.

La légende urbaine de l’enfant adopté

Je suis sûre que tous ceux qui ont traversé un parcours de PMA l’ont déjà entendu. En général, c’est l’histoire d’une amie d’une amie.

Un couple aimant décide d’avoir des enfants. Malheureusement, le ciel en a voulu autrement. Après de longues années difficiles de PMA, le bébé ne pointe pas le bout de son nez. D’échec en échec, le couple décide d’abandonner l’idée de donner la vie naturellement.
Le temps passe.
Quelques années après, le couple « réussi » son deuil de grossesse spontanée et se lance dans les fastidieuses démarches de l’adoption. L’esprit bien occupé, ils reçoivent enfin la lettre tant désirée annonçant l’arrivée d’un bébé du bout du monde.
Et là, la chute. La femme ayant complètement oublié de se protéger, à cause des problèmes passés, se retrouve enceinte.
A la fin de l’histoire, ils sont tous heureux, c’est trop super et dans la maison, il y a plein de bébés en bonne santé.

En général, cette histoire nous est contée pour nous rassurer.

Pour ma part, l’idée d’attendre des années à vivre des réveils perturbés, à voir des rêves s’envoler jusqu’à en arriver au point de ne plus y croire et d’abandonner l’idée de procréer. Je trouve ça juste triste.

Heureusement, ce n’est pas ce qu’il s’est passé.

Ça a pris plusieurs années. Bien que plusieurs fois j’entendais : « tu verras, une fois que tu auras un bébé, tout sera oublié« . Je n’ai rien oublié.

C’est une épreuve de couple. Difficile. Les SpiderParents ont beaucoup espéré. Durant le parcours de PMA, ils ont aussi beaucoup pleuré. Je ne veux pas le cacher. Ça nous a encore un peu plus soudé.

A la première échographie, la gynéco voit trois oeufs. Le passé nous a rattrapé. Après les multiples fausses-couches, la réjouissance est compliquée. D’autant qu’elle nous parle tout de suite de réduction embryonnaire.

Ça va être le début d’une grande épopée, qui à ce moment, ne fait juste que commencer.

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

facebook blog de triplés

twitter blog de triplés

Rendez-vous sur Hellocoton !

32 commentaires à propos de “PMA : ces phrases que je n’aime pas

  1. Alors je n’ai pas eu mes triplés par traitement , mais j’y ai droit à chaque fois : « c’est peut être indiscret mais es-ce que c’est naturel? » Alors en gros tu me dis que tu sais que c’est complètement abusé de poser cette question, ensuite, tu sous entend que les bébés PMA c’est des bébés en cartons (ou plasitque puisqu’il ne seraient pas naturel) et en pour finir, je te signale qu’on se connais pas donc tu passe ton chemin merci :D

  2. Euh comment dire tu résumés magnifiquement bien ce qu’on ressent!!!

    Moi j’ai le droit à vous avez des jumeaux dans votre famille alors je réponds oui (c’est pas vraiment un mensonge il y en a grâce à monsieur Clomid!!!!)

    La grossesse multiple c’est ça aussi le sentiment de rattraper les années « perdues »

  3. C’est exactement ça, très bonne analyse! Bon pour nous pas de triplés, pas jumeaux, même pas un, mais 2 bonnes hyperstim’ qui ont failli me tuer (ça aussi les gens ont plein d’avis sur la question « t’as failli mourir pour avoir un enfant? » Bah disons que c’était pas prévu au programme, parce que ça la PMA t’en parle pas. Si vous saviez les gens la ressource qu’on a au fond de nous pour continuer encore et encore).

    Jusqu’au jour où on arrête, on fait le deuil (pour ma part, le fait de côtoyer la mort m’a énormément aidé à passer le cap, merci la mort! -_-)
    Et ça continue quand même, en plein dans la procédure d’adoption on me sort le « ah bah tu vas voir que c’est là que ça va prendre », phrase que j’ai entendu pendant la préparation de notre mariage, pendant l’achat de notre maison, à chaque fois qu’on partait en vacances, utilisable à l’infini donc….

    Mais c’est trop ça la solution, commencer la procédure d’adoption juste comme ça pour être enceinte parce que le cousin de la copine de Martine, bah si Martine, t’sais c’est la soeur de bernard qui….. connais pas…

    Merci pour cet article :)

  4. Ces phrases… ces conseils, qui partent le plus souvent d’une bonne intention… Après 3 années d’essais infructueux dont un an de PMA… Je les écoute avec le sourire et je change de conversation :D Mais ça me blesse toujours un peu… Bref, merci de mettre des mots sur ce sympathique sujet, je me sens moins seule :)
    Bonne soirée

  5. J ai verse ma p tite larme ou comment se replonger 5 ans en arriere… cette histoire a renforce notre couple mais que de larmes, de caps a franchir pour arriver a avoir nos 2 p tits monstres gentils. J ai egalement eu droit a une phrase reconfortante,quand apres 3 fiv et une fc,une personne tres proche sachant que l infertilite etait lie a une asthenozoospermie,m a dit a mots a peine couvert,que je devais avour un probleme pour ne pas reussir a garder le bb…merci pour le soutien!!! Pour les proches,le conseil a donne c est de pas en parler,attendre que la discussion vienne et etre juste present,sans nous faire esperer de belles histoires de miracle qui arrivent mais si rarement…

    Merci pour cet article si fort et si juste

  6. oup’s c’est parti trop vite. Suite à la naissance de notre fille, nous avons eu la chance de vivre un vrai petit miracle en apprenant une grossesse spontanée à peine 9 mois plus tard,et ce alors que les examens en vu d’une prochaine fiv étaient catastrophiques ! eh bien je vous le donne en mille,pour l’entourage, si on a dû recourir à la fiv pour notre première c’était à cause du stress, on y pensait trop!! mais bien sûr, et puis on a trafiqué les résultats du spermogramme aussi ! pffffff

  7. bon article, merci de nous faire partager ce processus.
    quand a la légende urbaine c’est arrive a un couple de mes voisin. Résultat ils ont une fille naturelle de 18 ans. Une fille adoptée d’origine asiatique de 6 ans et un petit garçon naturel de 4 ans… famille originale mais très jolie aussi au final !

      • Magnifique article, il est très touchant.
        Et je rebondis moi aussi sur la légende urbaine : je connais un « vrai » cas, mais qui date d’une grosse trentaine d’année, à une époque où il existait moins de moyens. Résultat : un petit garçon adopté et l’année suivante : une petite fille naturellement ! (et en + le « choix du roi » !!!)
        Enfin, heureusement que les contes de fée existent un peu, que ce soit par l’arrivée inopinée d’une petite sœur ou par des triplés qu’on a un peu aidé pour trouver le chemin du ventre de maman, sinon la vie serait bien morose !

  8. Pingback: MAP : La menace de l’accouchement prématuré | La vie des triplés

  9. superbe article..je me retrouve la dedans.
    de notre cote c’est une azoospermie,mais qd j’en parlais,je sentais tjrs les regards  » ah bon t’as un probleme? » NON on est deux dans l’histoire,et arretez de tjrs mettre ca sur le cote de la maman..Pas que je veux culpabiliser Mr, il a deja un grd de 9ans.Allez savoir pourquoi,la nature est ainsi faite.Mais il faut faire tomber le tabou qu’il y a sur l’infertilite masculine.
    Aujourd’hui, nous nous emerveillons devant les gazouillis et sourire de notre priincesse.

    • Tu as raison de rappeler que l’infertilité peut toucher la femme et/ou l’homme et que ce n’est pas un mal uniquement féminin.
      Je suis très heureuse de savoir qu’une princesse est née dans votre joli royaume.

  10. J’ai le coeur serré en te lisant. C’est une situation que je n’ai pas vécue, quelle épreuve… Heureusement que l’issue en est heureuse.
    J’ai un vécu différent (mes deux enfants sont autistes), les petites réflexions étaient étonnement similaires parfois. Pas dans leur fond, mais dans leur forme. Tout le monde y va de son petit commentaire, de son petit avis, c’est détestable.

    • J’imagine que ça doit être fatiguant. Je suis sûre que ça ne part pas d’une mauvaise intention mais c’est tellement pesant certaine fois. Dès qu’il y a des différences, ils faut donner des réponses… je pense qu’on va devoir s’y habituer. Il semblerait que ça fasse partie de notre vie ;)

  11. Bonjour!
    Bon, je me sens un peu intruse au milieu des commentaires précédents, mais je suis sure que vous ne me claquerez pas la porte au nez même si j’ai eu mes deux filles sans aucun problème et même assez vite (3 mois d’attente à chaque fois, autant dire rien, quoi!) Mais bon, même en n’attendant que 3 mois, j’ai calculé mes dates et mis mes chances de mon coté pour que ça arrive plus facilement (je suis juste restée à l’écoute de mon corps en fait, aucun test). Donc, oui, on psychote! Qu’on attende juste quelques mois ou plusieurs années. Donc j’ai l’impression de tout juste entrapercevoir à quel point ça peut être démoralisant ce parcours du combattant!

    Mais j’ai voulu venir mettre un petit mot parce que j’ai décidé de me lancer dans le processus moi aussi. Pas pour être receveuse, mais donneuse! Je n’écrit pas ça pour recevoir des félicitations, ça fait des années que j’ai envie de le faire et ça me tient vraiment à coeur. Par contre, j’en suis encore aux tests de début de dossier et je dois avouer que la procédure me fait un peu flipper (les piqûres, tout ça). :) Par contre, même en me présentant à l’hopital en tant que donneuse, je n’ai pas été mieux reçue que ce que tu décris dans ton post! Une heure d’attente (retard) avant de pouvoir entamer les moultes RDV pour lesquels nous étions venus, mon conjoint est obligé de prendre des congés et d’être présent à chaque RDV, pas d’information sur place quand au retard du docteur… Voila, j’avais juste envie de partager!
    Bonne journée.
    Mélaine

    • Bonjour Mélaine, au contraire vous êtes la bienvenue et franchement heureusement qu’il y a des personnes qui donnent. Grâce à des personnes comme vous, il y a des parents qui ont des bébés. c’est sacrément cool non ? Et puis, je ne suis pas sectaire, c’est bien quand ça marche vite. le but, ce n’est pas de galérer. En fait, quel que soit le temps à attendre, une fois qu’on a envie de sauter le pas et d’avoir des bébés, on a envie que ça viennent vite, c’est humain je crois. Je peux comprendre que d’attendre soit long et stressant. Il n’y a pas que la durée qui compte.
      Merci d’être venue ici et d’avoir pris votre clavier.

  12. Ah la PMA, j’en sors ravie avec un gros bidon et 2jumelles en prévision d’ici quelques jours!!
    Après un garçon venue naturellement en 1an, nous voilà partie vers la PMA après 18mois infructueux!

    Personne ne peut comprendre quand on y est pas confronté:
    les piqûres chaque soir dans le ventre, les pds le matin 2 à 3fois par semaine, les rdvs le midi pour pouvoir assurer ma classe car l’éducation nationale ne nous donne pas de congé ou même 30min pour aller au rdv, et surtout l’espoir, ces 14jours interminables, scruter le fond de sa culotte! Et oui il faut le dire.
    Lorsque les gens me disaient qu’il fallait arrêter d’y penser, j’avais envie de les égorger sur place et de leur expliquer ce qu’on vivait.
    Quand on passe par la PMA, on n’est plus pudique du tout, tous les examens passés pour tout vérifier, se mettre nue devant plusieurs médecins qui ont l’habitude eux.

    Et après ces 3ans d’espoir, ces IACs infructueuses, cette fiv et enfin un TEC réussi, j’ai souvent comme question « c’est naturel ». Ahhhhh ça me bouffe! Je ne me vois pas moi même demander aux gens si c’est naturel ou pas, la question est personnelle, idiote. Qui plus est, on a des jumeaux dans la famille et de toute façon, oui c’est naturel car c’est mon ovule et le spermatozoïde de mon homme donc c’est de nous!!!! Je réponds souvent aux gens « oui et non, on est passé par la PMA mais c’est un embryon qui s’est divisé dans mon utérus donc oui naturellement »! Et ça clou le bec souvent.

    Enfin bref, la PMA n’est pas facile à vivre et on ne peut vraiment en parler que quand on l’a vécu.

    Merci pour cet article plein de vérités.

  13. Ouh la la, on ne peux pas parler de souvenirs, c est encore trop frais chez nous et si loin à la fois!
    5 ans de PMA pour au final avoir un premier petit gars naturellement, alors que c était impossible….
    Trompes foutues, GEU à répétition, puis kyste sur ovaire, ablation ovaire + trompe à droite, et…… Malgré que l on ne disait ne jamais y retourner à la course aux piqures, aux échos et aux échecs, et bien on a retenté à tout hasard, pour ne rien regretter, avant d être trop vieille…
    Et miracle, notre deuxième petit bonhomme est né il y a 18 mois!
    C est vrai que l on a tout subit, tout entendu…. « Arrête d’y penser », « une FIV mais le bébé ne sera pas normal », « mais ce ne sera pas comme si c était le tien »,  » t es au courant de ce nouveau truc pour bébé? Ah non c est vrai t es pas abonné à Parents… » Bref, on pourrai en écrire des livres….
    Je souhaite a toutes celles et ceux qui vont devenir parents grâce à la PMA d être les plus heureux, et de se dire que la PMA détruit beaucoup de chose mais apporte des bébés.
    Nous nous avions 4 beaux embryons à la dernière FIV, notre projet parental s est arrêté à notre 2 eme petit gars, du coup on a fait le choix de donner nos trois embryons restant, en espérant que ça donne un ou plusieurs bébé à un couple qui est infertile.
    Merci à vos témoignages je me retrouve dedans comme si c était hier…
    Hélène

  14. Comme ça rassure de lire ce billet ! C’est à quelque chose près le récit de mon parcours, sauf que pour les cacahuètes l’IAC a suffit ;) mais ça me tue ces gens qui demandent tjs si c’est naturel ou pas ?!? Qu’est ce que c’est sensé changer ?!? On gagne un truc, quand c’est vraiment arrivé tout seul ? Les enfants semblent plus réels? !!!!
    C’est comme la phrase qui suit généralement : »ils sont beaux, pour des triplés »… 6 ans après, je ne m’y fait tjs pas !!!
    Merci pour ce récit plein d’humour qui ravive les souvenirs ;)

    • Salut Stéphanie (je fais genre je te connais bien mais comme je te lis régulièrement c’est un peu le cas;), le coup du c’est « naturel » c’est effectivement surprenant. Après de longues études, je pense que les enfants « naturels » doivent être plus « vrais » effectivement ! En tout cas, c’est ce que laisse penser les gens… Ah, et puis, évidemment, les triplés sont rarement beaux !

  15. Waouh, me voilà sans voix. Je suis maman de deux trésors sans avoir eu recours à la pma, mais par curiosité, j’ai lu ton post, car j’ai une collègue et amie qui commence la pma… Ben je suis désolée d’avoir mis les pieds dedans. Je vais retenir tout vos conseils les filles, et je la laisserai me parler si elle veux, sans jamais plus essayer de la consoler. Merci de ce post tout simple mais tellement profond, je vous admire Mesdames.

  16. un grand merci a toi pour cette article je pensé aussi que l ont oublié l’attente de ce bébé une fois arriver (pour moi 5 ans, une dépression et 60 kg en plus ) !!! on oublie jamais mais son arriver rend la vie plus douce !! effectivement j ai aussi entendu les gentils conseils de l entourage qui font plus de mal que de bien le principal c’est que ca part de bonnes intentions bonne continuation

  17. Pingback: La couple, les enfants et le sexe - La vie des triplés

Laisser un commentaire