Confessions sur canapé

Un jour, je vous raconterai.
En ce moment, ça sent la vieille chaussette dans la maison. C’est une odeur persistante et vraiment puante. Ça plane dans l’air comme du pschitt à chiotte et ça s’incruste dans mes vêtements.
En ce moment, je ne suis pas en forme. Un jour, je vous raconterai.

Tout n’est pas pourri. Je suis en bonne santé, j’ai un très bon mari, 4 beaux enfants (les plus beaux, évidemment). Bizarrement, en ce moment, ça ne suffit pas.

Confession de maman : j’aimerais être dans le contentement
Avec mes enfants, je veux tenter un défi. Je vais essayer de leur inculquer la valeur du  « contentement ». Je ne parle pas de se contenter de peu. Non, je parle d’apprécier ce qui est bien et de ne pas toujours chercher le « mieux ». J’aimerais aimer la simplicité d’une situation, ne pas anticiper, ne pas me sentir perdue quand les choses ne dépendent pas de moi.

Joue-la comme Google
Sinon, j’aimerais bien tout maîtriser. Etre une sorte de Google super puissant qui intégrerait  tous les paramètres internes et externes de mon environnement. Je serais un super algorithme, je serais partout à la fois et je compilerais toutes les infos à ma portée. (et même que je déciderai de no-follow les gens qui ne me plaisent pas) J’aurais une réponse à chaque question, une solution à portée de clic.

Mais, je ne ressemble pas du tout à Google. Ce mélange de rouge, de bleu, de vert, de jaune, ça fait clown. Je ne négocie pas avec le style.
Il y a donc encore beaucoup de réponse en cours de chargement et en ce moment, j’avance à la vitesse d’une connexion Edge.

Patience et longueur de temps…
Depuis toujours, je suis impulsive. Je ne supporte pas ce qui est moyen. C’est viscéral. Je préfère les coupes sèches plutôt que d’accepter quelques choses qui ne me convient pas. Evidemment, ce comportement à quelques désavantages certains. Notamment celui de se retrouver régulièrement dans des situations compliquées.

En grandissant -oui je préfère continuer à grandir plutôt que de vieillir- je suis plus sage. Je me contiens pour ne pas agir trop vite. J’ai 4 enfants, un mari. Je ne peux pas faire n’importe quoi.
De la même façon, il ne peut pas m’arriver n’importe quoi sans que cela prenne des proportions qui n’existaient pas du temps d’avant. Avant d’avoir des enfants.

C’est un casse-tête dans ma tête, une erreur 404.

paillaisson-welcome

Sans transition…
Bienvenue chez moi
Ça faisait quelques jours que  je n’écrivais pas. Loin de moi l’idée de ne plus raconter ma life à qui veut bien la lire. En plus, dès fois, je suis super drôle. Ce serait vraiment dommage d’arrêter.  Mes chaussettes commencent à me serrer les chevilles. Normal, je crois que c’est celle de Danou. Une taille 36 achetées par ma mère qui pense toujours qu’il vaut mieux prendre trop grand.

Ça ne se voit pas vraiment mais mon blog a déménagé. Il n’est pas très différent mais je peux vous dire que c’est des heures de panique et d’arrachage de cheveux pour en arriver là. Heureusement, quelques merveilleux blogueurs m’ont aidé. Ce n’est pas le jour #interflora mais merci Cécile, Mathieu,Virginie et Laulau. Très bientôt, j’aurai une super-méga-génialissime bannière pour illustrer La vie des triplés. On en parlera en détails. Il va donc falloir vite repasser.

A bientôt.

Rendez-vous sur Hellocoton !

21 commentaires à propos de “Confessions sur canapé

  1. Ah du coup je suis toute perturbée, je dois remplir plein de cases pour commenter !!!
    Mais ça reste sympa chez toi :!!!!!

    Je pense à toi dans cette période « down »…

    Gros bisous

  2. Moi je l’ai déjà mis sur FB mais je le remets ici que j’aime beaucoup ta nouvelle maison :-). Je suis en pleine finition de ma « maison » à moi aussi qui sera, je l’espère, bientôt en ligne et je ne peux que comprendre l’arrachage de cheveux !!!! Mais quel kif d’y arriver !!!!

  3. chouette, c’est cool comme un appart juste après un déménagement, c’est mieux, beaucoup mieux, plus spacieux et puis on sait qu’il y a un méga potentiel

    bravo, moi je trouve que c’est une vraie satisfaction de pouvoir dire: « c’est moi qui l’ai fait, et c’est chez moi, na! »
    bravo Claire

Laisser un commentaire