Interview #Interflora : La Tribu de Juju

L’interview #interflora : un blogueur envoie des fleurs Pour découvrir le principe de l’interview #interflora, je vous invite à lire un ancien article.

La Tribu de Juju
interview interflora latribudejuju

Elle est maman de trois enfants dont des jumeaux, On peut dire que c’est l’ancêtre de la blogueuse. Elle a commencé en 2008. Un seul article en décembre mais en 2008 tout de même !
J’aime que ça rubrique d’articles sponsorisées se nomme « maman est une vendue« .
Je relis son article « arrêter de vouloir les choses bien, les faire au mieux«  comme un mantra. J’aimerais être capable de me le répéter avant de sortir du lit chaque matin.
Maman de famille nombreuse, cette femme et maman sait tout faire. Elle a passé son brevet en gestion de crise dentaire tardive.
J’ai eu l’occasion de la rencontrer et c’est une très chouette nana. Moi, je croyais qu’elle était méchante et en fait, je me suis sacrément gourée.
Un de ses articles raisonne en ce moment dans ma maison. Pas de déménagement à l’horizon mais un ménage de printemps complet. Plus une miette de pain ne doit rester !
La Tribu de Juju, c’est un blog comme il y en a peu : drôle, vif et tendre à la fois.

1) Envoie des fleurs à un artiste

Ah ah facile, mon mec s’est cassé au ski cette semaine avec son poto Franky qui fait partie d’un petit groupe qui commence à devenir grand. Un nouvel album en préparation, c’est The Flying Sutch Band, un groupe pop rock style années 60/70. Je kiffe. D’ailleurs si tu as des lecteurs bourguignons, il y a un showcase de présentation du nouvel album le 4 avril (les infos sont là)
flyingsutchband

2) Envoie  des fleurs à un artisan

Big up à ceux qui bossent avec leurs mains à ma montagne : le fromager et ses reblochons qui puent juste assez, le chocolatier (mais ce que je préfère chez lui ce sont ses sablés au sésame), et puis, même si ça ne rentre pas dans la rubrique « artisan » mon poto le fermier et sa femme.

3) Envoie des fleurs à un cuisinier

Je vais me faire payer pour la pub je crois… Les burgers d’Alexis Galano au resto de mon frangin. D’ailleurs tous ceux qui y ont goûté m’en parlent longtemps après, y compris ma belle-mère. Ca veut dire ce que ça veut dire. Je crois. Mais Nancy c’est loin. Alors c’est juste de temps en temps. Et pour la recette, j’avoue, je sais pas. Du pain à burger, un steak à burger, des ingrédients secrets ?
a-la-kart

A la Kart aussi sur Facebook

4) Envoie des fleurs à un accro des réseaux sociaux

Je suis connectée H24 ou presque, donc ça va être compliqué de n’en choisir qu’un. Finalement, je suis accro, je pourrais m’envoyer des fleurs à moi ?

la-tribu-de-juju

Retrouvez le blog La Tribu de Juju
La Tibu de Juju sur Facebook
La Tibu de Juju suTwitter  @Juju_and_co

5) Envoie des fleurs à un blogueur/blogueuse

Non mais en vrai tu peux pas faire ça. Demander de trancher dans 9 ans de blogging, de rencontres, de gens que tu as envie d’embrasser un jour et de claquer le lendemain… Je vais te parler de ma copine Ninie et de son blog Littleblacksheep.fr qui en fait reflète surement ce que j’aurais pu bloguer si je n’avais pas l’homme et les enfants. En gros, Ninie est une version de moi dans un monde parallèle, et je suis une version d’elle (avec 10kg de plus) dans un autre monde. Tu captes le principe ? C’est ma copine et je l’aime beaucoup beaucoup.
the-black-sheep

6) Envoie des fleurs à un programmeur

On va mettre de côté les réseaux sociaux pour le coup. Je suis addict à Candy Crush (bonjour) et à mon agenda. Mais plus à Candy Crush, parce que souvent mon cerveau est mieux programmé que l’appli Google Calendar en fait.
candy-crush

7) Envoie des fleurs à un site internet

Et c’est là que je me rends compte que mon internet c’est surtout les réseaux sociaux. Je clique sur des liens, je consulte des sites, sans vraiment en suivre finalement… Les réseaux sociaux et Google. Google que je remplace de plus en plus par Ecosia. C’est un moteur de recherche qui permet, grâce à une coopération avec des associations, de financer des programmes de plantation d’arbres, au Brésil notamment. Parce que la moindre recherche sur un moteur (google ou autre d’ailleurs) fait tourner de gros serveurs polluants (même de simples échanges de mails ont un impact assez effarant en fait), Ecosia reverse 80% de ses bénéfices à ces assos. Les reçus des dons sont consultables, et puis tu as un compteur qui te récapitule le nombre d’arbres replantés grâce à tes recherches. Alors oui, ça donne bonne conscience, mais tu as quelques indices qui te permettent de croire que ce n’est pas uniquement du Greenwashing.
ecosia

8) Envoie des fleurs à un ami

Et bien merci à toi de me laisser une chance de dire au monde que non, en vrai, je ne suis pas méchante (même si à part toi et PapaCube, personne ne m’a jamais dit ça). En plus ça va me faire un backlink, t’imagines ? Tu laisses le do-follow j’espère ? *PrivateJoke*

9) Envoie des fleurs à tes enfants

NO WAY. Ils m’ont pris la tête toute la journée et en plus ils m’ont refilé la gastro y’a 4 jours.
Blague à part, je crois que j’aimerais qu’un jour ils lisent tous ces articles dont ils ont été les héros, dans les bons mais aussi les mauvais moments. Des articles comme des petits cailloux pour retracer une histoire, avec tous ces petits détails qu’on oublie à force. J’écris souvent à chaud pour garder une trace de mon ressenti du moment, sans pour autant que les lecteurs puissent eux, ressentir la même chose. Parce que si je rends les petites  anecdotes publiques, nos sentiments à nous, ne sont rien qu’à nous, et ils sont forts.

Enfin, comme tu es ici sur une tribune internationale, je te donne aussi l’occasion de passer un message au monde entier, à joindre au bouquet :

Les blogs, les réseaux sociaux, ça mutualise les vies. Chacun pense important de pouvoir aller conseiller les autres dans leurs manières de faire, de vivre les choses, ou de vivre tout court directement sur le mur (de leur maison?), alors qu’en vrai, ça ne génère quasiment que des conflits. Il va falloir que chacun pense un jour à fermer sa maison (et leur mur) un peu mieux, à certains moments. Le temps de l’introspection est important et trop souvent mis de côté à présent. De la même façon, on n’entre pas dans le jardin de son voisin comme on va visiter son compte Twitter : il nous arrive de sonner même si le portail est ouvert. Que ce soit l’étalage ou alors l’intrusion, ces extrêmes sont très présents sur le net, et je pense que c’est mauvais.
Tisser des liens, c’est bien. Mais il ne faut pas oublier l’essentiel.

la-tribu-de-juju

Retrouvez le blog La Tribu de Juju
La Tibu de Juju sur Facebook
La Tibu de Juju suTwitter  @Juju_and_co
(tous les liens sont en dofollow !)

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires à propos de “Interview #Interflora : La Tribu de Juju

Laisser un commentaire