Pendant que les autres mangent du chocolat

C’est bientôt pâques, les chocolats en quantité indécente, les chasses aux œufs festives dans le jardin des copains, les crises de foie.

Pour des fêtes comme celle-ci, je rêve parfois d’être Chrétienne en secret. Mais, voilà, je suis juive. Et chaque année, à peu près en même temps que Pâques (évidemment), nous faisons une sorte de carême qui dure 8 jours où nous retirons toutes les céréales et tous les aliments qui ont levé. (pain, pâte, gâteaux…il y en a plein)
L’idée suggérée est en plus de cela d’être dans la restriction. Par exemple les bonbons ne sont ni composés de céréales, ni de levure, mais ici, on en mange pas. 8 jours, ça se gère ! (pour le Coca-Light, le sevrage est plus compliqué).
Globalement, on mange des légumes et particulièrement de la patate et, de la viande. Un peu de fruits pour les desserts et…un aliment indispensable à la Pâques juive (dit « Pessah »), la Matza : le pain Azyme.
Très simple à faire : de la farine et de l’eau.
Maintenant, imaginez le goût.
Pendant 8 jours. Oui.
Le transit ?
Beaucoup de problème, oui.

Mais pourquoi les juifs mangent du pain azyme à Pâques pendant que les autres mangent du chocolat ?

C’est l’histoire d’un bébé abandonné dans un panier sur un fleuve que je n’ai jamais descendu en canoë. Sa famille en chiait grave et elle tentait d’échapper à des gros méchants. (style Mammouth dans Nicky Larson)

mammouth

Mammouth, c’est celui du milieu

Quelqu’un le récupère (le bébé, pas le panier), se découvre une âme de Charles Ingalls et décide de l’élever comme son propre fils.

berceau-panier

Ce panier, en vente depuis sur Ebay, ne trouve toujours pas preneur.

Tout se passe bien, la vie est cool pour le bébé abandonné. Il est dans une famille pétée de tune et il grandit bien. C’est plutôt un beau gosse bien taillé.
Malheureusement (pour créer le suspens, il faut une énigme), celui qui pensait faire partie de cette famille parfaite se rend compte du pot aux roses : le panier dans le fleuve, la persécution des gros méchants et le coup à la Charles Ingalls !
Bref, pétage de plomb de rigueur. Et « que vous êtes des salauds de pas m’avoir prévenu », et « qu’c’est dégueulasse d’être méchant avec plein de gens juste parce qu’ils sont différents« .
Entre crise d’ado et besoin d‘émancipation post-révolutionnaire, le jeune se casse de chez lui en claquant la porte bien fort.
S’en suit le bien vexant : « de toute façon, vous n’êtes pas mes vrais parents« .

Il part à la recherche de ses parents biologiques et les retrouve enfin…en train de bosser comme des chiens pour pas un copec. Plus révolté que jamais de voir sa reum faire le ménage pour des personnes sans respect pour un dixième de SMIC et son père se crever à la tâche à se péter le dos, il décide de réagir.

Mais qui les force à vivre ainsi ????

Retournement de situation : Après une enquête bien ficelée, le fils-sauveur se rend compte de tout : ses parents adoptifs SONT à la tête des persécuteurs !
Le putain de choc. Entre amour, haine et larmes, le garçon ne sait plus quoi penser mais il sait une chose : il va falloir sauver sa famille, son village… et les sortir tout le monde de cette situation.

une-vraie-bagarre

Jeux de mains…

Aider par une puissance extraordinaire et une bande de potes hyper fidèles, ils organisent la grande chevauchée. Il va falloir traverser des mers, des montages, des déserts pour être enfin libres. Un truc de ouf à la Indiana Jones.
Histoire de se faire un casse-croûte pour ne pas péter la dalle sur la route, les futurs évadés décident de faire du pain en pleine nuit. Et puis, crotte. Les méchants arrivent à ce moment-là. Le pain n’a pas le temps de lever. Du coup, ils ne vont pouvoir bouffer que ça : de la Matza, du pain sans levain.

matza

La fameuse Matza ou pain azyme.

Après relecture de mon article d’hier, la Matza est un aliment qui devrait être interdits aux enfants. Il réunit tous les points faibles cités ici.

 Les personnages principaux :

  • Le bébé dans le panier : Moïse.
  • Les « Mammouth » à la Nicky Larson : Pharaon et Ramsès.
  • La puissance extraordinaire : appelez-là comme vous voudrez.

Voilà pour l’explication.

 

Note de l’auteur : c’est vrai, je parle religion, un peu, je me permets. Je ne veux convertir personne, je ne veux imposer aucune idée. Juste une minuscule explication à la con, comme une petite histoire à laquelle croient des millions de gens et qu’il n’est pas interdit de raconter. En plus, en ce moment, j’arrête pas d’entendre parler de la Reine des Neiges; c’était pour varier.
Si vous y trouvez une gêne, vous pouvez vous exprimer en commentaire. Si c’est particulièrement agressif (et que moi, je pleure très facilement),  je me laisse le droit de modérer et de vous jeter des bombes à eau sur le place du marché.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

40 commentaires à propos de “Pendant que les autres mangent du chocolat

  1. J’avais jamais pensé à faire la matza moi-même.
    Je ne suis pas juive mais j’en mange quand même et pas qu’à Pâques.
    C’est juste quand j’ai envie de grignoter un truc sans goût pour me faire passer l’envie de manger.
    Sinon j’aime bien la façon dont tu expliques l’histoire.

  2. Non, j’aime bien… Je connaissais juste le fin de l’histoire mais pas le début.
    Moi, je suis musulmane de fait… Puisque non sommes marocains. Le truc, c’est que mes parents, oncles, tantes enfin toute la famille élargie au sens très large et autant du côté de mon père et de ma mère… Bref, personnes ne m’a jamais parlé de religion, aucune. A dix ans, j’ai appris par des camarade de classe que mes copines étaient juives et mes mes amies juives que nous étions dans un pays principalement chrétien. Quand on me demandais de quelle religion j’étais je répondais bêtement celle de dieu parce que je ,ne savait pas quoi dire… Ça faisait rire les gens : » qu’elle est mignonne, non mais sérieusement..de qu’elle religions es-tu ?… »
    Ce qui a fait de moi, le propre de l’athé dans toute sa splendeur.
    J’avoue malgré tout, j’apprécie lire ou écouter certaine histoire comme celle-ci pour comprendre l’union entre les membres d’une même religion.
    Alors merci mais c’était un peu court.

    • Merci d’avoir pris le temps d’écrire ici. Je suis tombée dedans en rencontrant mon mari et je ne voyais pas avoir quelconque pratique si cela n’avait pas de sens à mes yeux. Ça paraissait encore moins concevable de le transmettre à mes enfants juste parce que « c’est comme ça qu’il faut faire ». Alors, je tente d’apprendre, de trouver des sens qui me donne envie de faire dans des valeurs qui sont les miennes et j’aime essayer de transmettre, pour faire mieux comprendre.
      Si je n’avais pas trouvé quelqu’un qui croit dans la religion comme il croit dans la bonté humaine, j’aurai eu beaucoup de mal à adhérer et serait sûrement devenue athé. Je comprends bien ton parcours. Au vue de tous ces commentaires sympathiques, je ne manquerai pas de fournir des histoires à nouveau ;) Reviens par ici, ça me fera très plaisir.

  3. Nous on va boulotter des chocolats, mais c’est pas pour autant que cet article me gène, au contraire !
    Déjà il est super bien raconté et en plus c’est intéressant.

  4. J’aime bien ta manière d’expliquer la religion:-)
    Et je me coucherais moins bête ce soir car tu viens fe m’apprendre pourquoi le pain estsans levain ;-)

    • Et voui ! Ça ne marche pas bien que effectivement, il doit exister du Nutella exprès pour la fête en vente quelque part j’imagine. Il y a la règle et puis il y a l’esprit de la fête ! Ici, matza et eau, à la dur !!! (mon porte-monnaie en sourit)

  5. Non au contraire c’est très bien, tu as une belle manière d’en parler.
    Je valide ! (mais qui suis-je pour valider ? bon alors je valide pour moi seulement)

    Tu le fais toi-même ton pain tout plat ? tartiné avec de la sauce tomate ça doit être rudement bon ;) faudrait qu’on en parle un jour de la bouffe, je pourrais m’amuser à trouver des recettes sympas ! (j’arrive même à trouver des recettes sympas en cas de gastro alors je suis partante pour ce défi)

  6. Il y a pas que pour les enfants que c’est bien expliqué. J’ai appris enfin l’origine et le pourquoi du comment de ce pain. Le reste de l’histoire je la connais assez bien :) Mais du coup, tu sais pourquoi il y a le carème à ce moment de l’année? Cela correspond-il à la période de l’exode justement?

  7. Haha merci de m’avoir donne ce lien sur ton blog :) je me sens comme ton invite un peu, c’est la class…
    ton post est bien plus drôle que le mien… Je suis jalouse
    Mon post fait parti d’une lonnnnnnnngue série (mes pauvres lecteurs je les gavé) sur la catholicité et je noterais qd mm que je suis agnostique (c’te bonne blague)
    A bientôt sur ton blog car forcément… J’en aime le ton
    Anne la maman de l’e-fluent baby Alice

  8. Très honnêtement pour moi qui suis curieuse de tout sans toujours oser le demander (particulièrement les points concernant la religion, c’est que ça fâche vite), ben ton explication new age me plait bien.
    En fait, tout me plait toujours dans ton blog.
    Sur ce, le gouter à base de chocolats m’attend.

  9. bonjour
    J’ai découvert ton blog récemment. Et je l’apprécie beaucoup.
    Personnellement, je suis protestante, originaire d’une famille catholique, et ma maman a été gouvernante dans une famille juive pendant plusieurs années avant son mariage. C’est dire si je suis versée dans la chose religieuse.
    J’ai trouvée ton explication de Pessah très intéressante et vivante, ce qui manque souvent pour donner envie aux gens de comprendre.

    La durée du Carême est aussi en lien avec un épisode des évangiles où Jésus se retire dans le désert pendant 40 jours et à l’issue duquel il est tenté à 3 reprises par le Diable.
    Je crois d’ailleurs qu’il y a des significations particulières pour plusieurs nombres dans la Bible (Ancien Testament ou et particulièrement la Torah, mais aussi le Nouveau Testament) que l’on retrouve souvent : 3, 7, 12, 40 pour ne citer que ceux-là … mais il faudrait rechercher, je les ai oubliées.

    PS je tiens de ma maman une façon de manger le pain azyme délicieuse : le tartiner de crème épaisse, saupoudrer de sucre et de cannelle et mettre au four quelques instants pour que la crème fasse des bulles. Manger directement à la sortie du four, en essayant de ne pas se bruler.

    • Merci pour ce commentaire, ça me touche beaucoup. Je retiens cette recette pour l’an prochain. Faut pas abuser, 8 jours par an, c’est suffisant ;) Pour les chiffres, la kabbale est l’une des études qui travaille sur les significations. (différent de la secte people au bracelet rouge)
      J’espère vous revoir ici. A bientôt.

Laisser un commentaire