La couple, les enfants et le sexe

« Han, elle a dit sexe ! »

Aujourd’hui, effectivement, je crois bien que je vais parler sexe. Même que je le trouve sympa ce mot. Sexe, sexe, sexe, sexe. Sûrement le « x » qui sonne comme dans « eXcitation ».
Evidemment, je ne fournirai aucun détail salace. Il y a Youporn pour ça. Mais je trouve que le sexe fait aussi partie de la « problématique parent ». D’ailleurs, il y a peu, j’ai entendu une émission de radio qui en parlait puis un blog crée par deux blogueuses mamans. Ce n’est donc pas vraiment tabou. A titre personnel, je n’ai d’ailleurs jamais trouvé ça tabou.
Soit c’est pour faire des bébés, soit c’est pour se faire plaisir. L’idée est plutôt séduisante !

Néanmoins, entre appel au voyeurisme et exposition débridée, il n’est pas évident de parler de sa vie dans son lit sans passer pour la Marie-couche-toi-là du quartier ou la meuf méga-décomplexée.  J’espère être ni l’une, ni l’autre. Ça fait presque 10 ans que je suis mariée, à un seul homme. Si j’ai bien compris, c’est une question de légalité ;)

Mais…c’est vrai…avec l’arrivée des enfants, on devient un peu plus hésitant pour en parler. Peut-être parce que ce n’est plus vraiment comme avant. Avant quoi ? La PMA, la grossesse ? L’accouchement ?

Perturbations

Il y a eu de moments où c’était planifié, avec la PMA, c’est difficilement autrement.
Il y a eu des moments sans, avec les risques d’accouchement prématuré, c’est effrayant.
Il y a eu les moments « outch », avec la césarienne ou l’épisio, c’est douloureux. J’ai eu l’honneur de tester les deux. C’est pour me permettre d’avoir un point de vue sur les différentes situations !
Et il y a maintenant. Maintenant que sont nés tous ces enfants, maintenant qu’ils dorment presque tranquillement.

« Préserver son intimité », « même sans la pénétration on peut caresser son partenaire », « Le couple doit conserver une relation amoureuse privilégiée »…les magazines m’y avaient préparé. Ils m’avaient bien dit qu’il fallait faire gaffe. La « routine » du quotidien et tout le tintouin, qu’ils disaient.
Et bien, c’est vrai. Je n’ai pas trouvé ça simple de se relancer et pourtant, ça n’avait jamais été difficile avant. Avant de penser à avoir des enfants.

Miroir, mon beau miroir

Franchement, ça fait un peu mal aux fesses toutes ces heures de sports pour finir à 30 ans avec un ventre scarifié. Bien sûr, il faut apprendre à s’assumer,se dire que ce nouveau corps porte les marques de la merveilleuse maternité. Ou bien, on peut revendiquer d’avoir fait un super-régime feuille de salade/viande de grisons à volonté et d’être rentré dans son 36 à la sortie de la maternité en soulignant que « quand même faut pas se laisser aller ».
Pour ma part, je ne mens pas, après mes 28  kilos réglementaire pris pour mes triplés ou pour mon dernier (une grossesse = 28 kg, pour le poids, chez moi, le nombre de bébé ne compte pas) , j’ai tout reperdu. J’ai fait des efforts pour ça. Je pense avoir un corps sympa, pas une éponge, mais il m’a quand fallu quelques mois d’attente avant de retrouver ma silhouette. Et, je l’ai retrouvé; habillée en tout cas.

Plus le temps passe, et mieux je m’y fait. Mais, c’est devant l’autre que ça a été compliqué.

Se rendre encore désirable

Je n’ai pas envie de donner de conseils. Chacun fait bien ce qu’il veut et je ne suis pas une experte pour en parler. Mais les apéros entre filles, ça me connait. Alors, je vais faire comme si j’avais un grand coca-light devant moi et une bande de copines à côté .
Les mecs, soyez pas vexés, dans ces soirées, vous n’êtes jamais invités. Là, je vous offre l’occasion de tendre votre oreille et d’écouter des petits secrets !

Contrairement à un conversation où quelques « queues, bites, nichons » nous feraient pouffer, là je suis en train de taper. Je vais donc en profiter pour être un peu moins grossière et un peu plus ordonnée.
Voilà une petite liste point par point de ce qui m’a aidé pour découvrir ma nouvelle sexualité.

1) Un abonnement chez citron-vert
Citron-Vert, c’est le royaume de l’épilation pas chère. (mais il y en a plein d’autres) Entre les courses à faire, les rendez-vous à prendre, les journées métro-boulot-bébé-pasdodo, on a même pas le temps de pisser.  (pardon, ça c’est un peu grossier)
Mais, franchement, c’est pas glam ‘ du tout du tout le poil, et surtout pas en été. Même si mon idole Madonna a tenté le coup sous les bras, il faut bien le dire, c’est un fashion faux-pas.
Désormais, j’ai décidé de me sentir toujours sensuelle et élégante sous mon pull taché.
J’aurai pu le faire moi-même mais ce petit rendez-vous mensuel chez l’esthéticienne me permet de me réconcilier avec mon corps en lui offrant un moment dédié.

2) Fermer la porte
Sur ce point, J’ai expliqué à mes enfants pourquoi dans cet article. Déjà que les cloisons sont fines dans ses nouvelles fabrications…

3) Etre tous les deux
Ça semble plutôt évident mais dans les faits, pas tant que ça. J’ai remarqué que j’étais beaucoup moins avenante si 4 enfants étaient derrière moi en train de parler. Etre tous les deux, ça veut surtout dire être « que » tous les deux. Ce n’est pas souvent, mais chaque fois que c’est possible en tout cas.
J’ai aussi appris à aller au lit plus tôt même si, c’est sûr, j’ai souvent envie d’aller rédiger un article vers 23h. La fatigue n’est pas bon pour la sexualité. Parole de mère crevée.

4) Les sous-vêtements sexy
(messieurs, c’est le moment de regarder ce clip pendant que je parle à mes cops’. Vous devez un peu vous sentir comme ça en ce moment : an Englishmen in New-york)

Au moment où tu te rends compte que tes culottes de règles ont intégré ton tiroir principal de sous-vêtements, il faut t’inquiéter.
Le sous-vêtement sexy c’est LA solution pour s’aimer en se faisant plaisir et en faisant plaisir. Et franchement, les marques s’en donnent à cœur joie pour proposer des modèles variés. Pour ma part, comme c’est du côté du ventre que le bât blesse, j’ai adopté les caracos et les corsets. J’avoue, j’aime aussi beaucoup les bas. Je trouve ça d’un glamour…
J’ai découvert un site de sous-vêtements vraiment sexy sans faire pute (enfin, pas tout, il faut faire le tri). La qualité évite le côté Pigalle et il y a pas mal de choix. Les shortis en dentelle sont particulièrement bien fini et les prix sont très raisonnables. Ce n’est pas du Aubade ou du Lejaby mais c’est plutôt raffiné et ça fait son effet ;)

Voilà, tout se blabla pour dire que ça n’a pas été simple. Pour plein de raisons valables, avoir une vie sexuelle après les bébés  n’a pas été évident. Mais j’ai aussi envie de le dire par ce que j’aurai aimé l’entendre : avec du temps, quelques aménagements et des travaux pratiques réguliers, c’est devenu un concept nouveau, différent, et apprécié. Des deux côtés !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

15 commentaires à propos de “La couple, les enfants et le sexe

  1. Merci, grâce à cette lecture ça m’a un peu redonné confiance car la remise en route est très dure, mon Corps à changé… Mais pas mes envies… :-)

    • Franchement, sans être une pro, je crois que c’est normal que ça prenne un peu de temps et puis, chacun son rythme. Le but, c’est que ça revienne à un moment en espérant que ce ne soit pas trop long.

  2. Super billet, sans jugement, sans clichés. Mention spéciale pour « se coucher plus tôt »: on n’en parle jamais, et pourtant c’est un truc tout bête, quand tu tombes de fatigue, tu veux juste DORMIR. Donc pour le câlin, on se couche tôt :-)

  3. Pingback: Et parfois les témoignages se font aussi au travers d’articles … La vie des triplés | Parents et toujours Amants

Laisser un commentaire