Religion et éducation : un choix compliqué

« ma douceur (c’est l’adorable surnom -particulièrement bourré de testostérone- par lequel j’appelle mon mari), je crois qu’on a fait le choix le plus compliqué qu’il soit ».

C’est souvent ce que je me dis par rapport à l’un des points d’éducation que l’on a décidé de transmettre à nos enfants. Ce point, c’est la religion.
Je ne vais pas tenter de vous convaincre du bien-fondé de ce choix. Je n’ai pas d’argument valable si ce n’est la foi. Et cet argument n’est pas valable aux yeux de tous, ce que je comprends à la vue des nombreuses tragédies rapportées par les médias.

Une fois, une personne a commenté l’un de mes billets très gentiment en me disant qu’ »il n’était pas nécessaire de prendre autant de pincette pour parler religion« . Pourtant, j’en prends, des en cristal, pour parler avec fragilité de ce sujet.
Il peut être mal perçu, sembler prosélyte même. Ce n’est pas mon intention. Comme ici, je blablate de ma life et de celle de ma famille, je ne peux pas évincer ce point. Je suis quelqu’un d’entier : une française qui n’est pas athée et bourrée de convictions (plus ou moins justifiées selon les situations).

Le religion dans l’éducation

J’ai fait le choix d’imposer mes convictions religieuses à mes enfants. Oui, je le dis, je l’ai « imposé ». Par ce mot, j’entends que je leur ai donné à chacun un gros coffre fictif (avec des pierres précieuses et des diamants pour ne pas le confondre avec celui des Playmobil) avec une étiquette. Dans cette boite, j’y fourre régulièrement des explications, des façons de faire, des fêtes, de la culture, des chansons, un peu de philo version 6 ans et moins, des moyens d’aborder la vie, la mort, l’autre, le moi.
Je ne suis qu’un humain, il y a donc du subjectif dans tout ça, un peu de moi, un peu de nous; j’aime bien ça.

religion-et-education

Dans cette boite, il y a aussi beaucoup d’eux, parce que ce sont des petits humains avec des idées, des rêves, de l’imagination, des perceptions. « Imposer » cela peut être critiquable. Je l’entends. Mais je me suis aussi posée cette question et j’en ai conclus que des idées, des valeurs, je leur en imposais au quotidien.
Religion ou pas.
Alors autant que ça vienne de moi.

De la religion pour les cons

Je vais être dure avec ça, mais c’est l’une de mes grandes convictions : ne pas être un con.
Religieux ou pas.
J’ai appris bien a mes dépens, au fur et à mesure des ans, que la religion faisait aussi des cons. J’étais bête et sûrement bien trop naïve mais moi, je pensais que quand on était pratiquant, on était bon. C’est pas vrai. Il y a des cons partout et souvent ils parlent fort. Plus que les autres. Je ne sais pas pourquoi.
Alors, dans leur coffre au trésor j’essaye de fournir beaucoup d’explications pour ne pas faire de grands pratiquants cons qui penseraient que sous-couvert de la religion, ils peuvent faire du mal à l’autre, juste parce qu’il est différent, juste parce qu’il pense autrement. J’essaye.

Mes enfants et l’école

On mange différemment même que dès fois,à la maison on chante des chansons dans une autre langue. Le samedi j’évite de travailler, d’écrire sur l’ordi ou de voyager. J’évite. Les grands pratiquants diraient que je ne respecte pas les règles. Je m’en fous, ça me va pour le moment. Je n’ai de compte à rendre qu’à ma moi-même et à ce en quoi je crois.
Mes enfants sont en école publique. Toutes ces pratiques, à l’école, ça n’existe pas.
Avec mon mari, on le sait bien. Mais c’est un choix. Je veux que mes enfants grandissent dans leur pays avec la variété des personnes qui le constitue. Parce que pour moi, la connaissance de l’autre est la base de la sociabilité et une lutte réelle contre le racisme. J’en suis convaincue.

Les enfants sont des balances

N’imaginez pas leur faire garder un secret.
Quand Ava Banana dit à sa maîtresse que « le ciel, c’est D.ieu qui l’a créé », ça la fout mal.
Alors, je dois lui expliquer que la croyance n’empêche pas la science. Qu’il y a des faits et des façons de penser. Ava Banana a moins de 6 ans. La conceptualisation de la réalité, ça n’est pas simple, c’est même plutôt compliqué.
Et pourtant, cette pluralité d’idées je la trouve riche, je ne veux pas m’en cacher, je ne veux pas qu’ils s’en cachent.

Voilà, avec mon mari, on a fait le choix d’être pratiquant au milieu de la laïcité.
Avec mon mari, on a fait le choix de transmettre cette vision à nos enfants. Je me rends compte que c’est bien compliqué. Je crois en l’idée qu’on se doit d’y arriver.

Claire, une maman convaincue
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

23 commentaires à propos de “Religion et éducation : un choix compliqué

  1. je suis très très athée, mais je dois avouer que j’admire le recul que tu as sur ta foi et le fait de la transmettre à tes enfants. Quand religion rime avec tolérance plutôt qu’avec extrémiste, ça me plait beaucoup + d’un coup ^^ (oui, je sais, en vrai ça rime juste avec potiron, mais ça le fait moins)

  2. Chez nous, par manque de convictions personnelles, on n’éduque pas les enfants à la foi. Mais j’aimerais les éduquer aux principes des religions que je connais : tolérance, respect de l’autre et de ses croyances. Et quand le grand répond de manière un peu agressive à un femme en foulard « moi, je ne crois pas! », je pense passer autant de temps que toi à lui expliquer notre point de vue.
    Parce que des athées cons, il y en a aussi, mais j’aimerais que mes enfants n’en fassent pas partie!

    (Pour toi c’est les croyants, moi, je pensais que toutes les personnes âgées étaient gentilles comme ma mamie. J’étais naïve, moi aussi!)

  3. Même point de vue !
    Chez nous aussi, nous leur avons imposé notre religion (catholique). Et aujourd’hui, ce sont eux qui nous réclament les prières, les célébrations. Ils ne savent pas toujours bien se tenir, mais ils ont ainsi l’occasion de s’ouvrir à d’autres choses. Et, étant scientifiques tous les deux, nous leur expliquons aussi les sciences naturelle(ment).
    L’autre aspect pour nous est le lien que cela crée entre nos enfants et nos parents qui discutent de religion ensemble.

  4. Aaaaaaaah la religion, c’est comme la politique, ça fait toujours débat. Pour le coup, j’ai été élevé dans un environnement catholique, ma mère étant très pratiquante, j’ai été dans une école privé catholique, messe le dimanche, baptisé, communion, profession de foi, confirmation & tout le barda …
    En grandissant, j’ai appris à me détacher de tout ça, et je suis devenu doucement mais sûrement athée.
    Concernant ma fille, pour l’instant, je n’ai pas décidé de lui apprendre une religion particulière, mais si elle me pose des questions, je ne compte pas lui cacher les choses, et lui expliquerait en essayant de rester objective.
    Je suis de celle qui croit qu’on ne doit pas forcer quelque chose, et qu’il doit venir naturellement, quand je dis forcer je le vois dans le sens où l’enfant est totalement contre l’idée hein.
    Bref, la religion on pourrait en parler pendant des heures, car chacun à son idée sur la question et je pense qu’on devrait tous l’écouter sans porter de jugements (Mon voisin est le bisounours Violet)

    Et puis Prout (Ce commentaire devenait bien trop sérieux)

  5. Cet article est magnifique. Je ne suis ni athée, ni religieuse: je suis agnostique (la religion pour les fainéants, comme on dit).
    Je me suis très vite rendu compte, et cet article me le confirme, qu’au fond tous les gens, religieux ou non, s’ils ne sont pas cons, comme tu le dis si bien, pensent avant tout ouverture d’esprit, vivre ensemble et acceptation de l’autre.
    C’est d’ailleurs là dessus que les religions son toutes basées au départ. Et j’aime les gens qui pensent comme toi et moi, quelles que soient leurs croyances!

  6. Je te trouve très douée pour aborder ces sujets « sensibles/délicats » de manière très ouverte et très posée. Je pense que ça reflète justement votre façon de penser.
    Ici nous n’avons pas de religion (je dirais que nous sommes athée par vraie conviction personnelle car j’ai été élevée dans un milieu religieux), mais les valeurs que nous tentons de transmettre à nos enfants sont très proches des vôtres. La tolérance, le respect de l’autre, des différences. Et s’ils adhèrent à une religion un jour, pas de soucis, ça fait partie de leur choix de vie!
    Finalement, je crois que ce n’est pas la religion (ou l’absence de religion) qui peut poser problème, mais les gens qui sont derrière… Comme tu dis, il y a des cons partout!

  7. Elever ses enfants dans une religion, c’est leur transmettre une histoire, une culture et des valeurs, qui peuvent etre differentes des autres, ni mieux ni moins bien. Je valide a 100% ce choix!!!

  8. Il est bien chouette ton article. Quand j’ai voulu parler du baptême de ma Chouquette sur mon blog je me suis longuement posé la question avant de publier. C’est bête mais comme toi je n’avais pas envie qu’on n’interprète mal mon besoin de partager là dessus. Finalement je l’ai fait et je m’en veux presque d’avoir hésité. Après tout on parle de nos vies de famille et ça en fait complètement partie.

  9. Je découvre ton blog (on s’est rencontrées chez Cécile) et je ne peux dire que « Amen » à ton article ! J’aurai pu écrire quasi le même texte, sauf que nous sommes catho. Merci !

Laisser un commentaire