On les appelle « les triplés »

J’ai bien tenté de lutter contre, j’ai traversé la mer à contre-courant (au moins ça) pour permettre à chacun de se construire une identité, j’ai prévenu, insisté supplié…mais…en vain. Où qu’ils soient, on les appelle : « LES TRIPLES« .

Ce soir, c’était le cas quand on me les a appelé à la garderie : « oh oh, les triplés, y’a votre maman ! »

Quand le « moi » est en crise

(pardon, je voulais absolument offrir à cet article, l’espace d’un titre, une connotation philosophicoélitiste. Il n’en est rien.)

En réalité, je trouve que mes enfants (ici, je parle uniquement de mes aînés, les fameux « triplés ») ne sont un pas lot même si la grossesse s’apparente à une « portée ». Ils sont trois. C’est un fait. À part quand j’en oublie un ! Sinon, le reste du temps, c’est bien le cas. Je les compte souvent. Un réflexe de mère de famille nombreuse.*
Aux yeux des autres aussi, ils sont trois. Mais eux font bien moins de différence. Ils les confondent souvent et finissent irrémédiablement par utiliser la solution de facilité : les appeler « les triplés ». Evidemment, ce n’est pas le cas de tout le monde. Evidemment, certains confondent juste les filles (qui n’ont pas la même taille, les mêmes cheveux, le même visage…mais qui effectivement, je veux bien le reconnaître, portent des lunettes…) !

Je me moque gentiment, il y en a beaucoup qui font les efforts : les efforts de les différencier, de les individualiser ou tout simplement, de les appeler par leur prénom, l’un après l’autre, même si cela prend trois fois plus de temps. En général, c’est ceux qui les connaissent bien. Eux savent parfaitement qu’ils sont trois enfants bien différents.

Trois = un groupe

J’ai envie d’en faire trois grands humains bien dans leur peau. Je trouve que ça passe par la constitution d’une identité propre. (vous remarquerez que j’ai utilisé le « je ») Les techniques utilisées pour les individualiser dès la sortie chaotique de mon ventre sont très personnelles et absolument pas universelles. Je ne crache pas sur ceux qui habillent leurs enfants de la même façon quand ils sont jumeaux ou triplés. Simplement moi, je ne le fais pas. Je crois que ça ne m’est jamais arrivé. Trois couleurs différentes pour un même modèle, ça sûrement, Kiabi fait souvent des promos dans ce cas là ! J’aime qu’ils aient chacun leurs vêtements. Pas à tout prix, les filles ont des culottes communes ! (même si la culotte avec la petite souris dessinée c’est celle de Lolo Cacao, tout le monde le sait !)
Dans la même ligne de conduite, j’ai trouvé naturel de ne pas les appeler les « triplés » à tout bout de champ. Ça peut m’échapper quelques fois quand je parle à des gens. La solution de facilité, encore celle-là !
Ils sont uniques et je veux qu’ils le sachent. Mais la réalité, c’est aussi qu’ils sont trois. Un groupe de trois. Trois enfants qui ont grandi ensemble 7 jours sur 7, qui ont marché quasi-simultanément, qui se sont relayés avec les cuillères de purées, qui ont appris à patienter et à faire attention à l’autre, qui ont fait des coups montés, qui ont joué des heures ensemble dans leur immense parc pendant que je les regardais (en buvant 17 cafés pour rattraper les nuits particulièrement hachées)…

Je n’est pas souvent mal pris les réflexions dans la rue quand avec eux petits, je me promenais. Parce que, c’est vrai, des triplés, c’est un peu surprenant. Bien sûr, à la longue, c’est chiant, ça fait un peu bête de foire ou comme dans le film Les soeurs Dionne (une histoire de quintuplés qui sont monnayées à l’encontre de toute bienséance).
Heureusement, ils grandissent. La poussette géante est revendue facilement à une assistante maternelle et les regards des passants deviennent un peu différents. Ils restent toujours trois, mais 3 grands, ça impressionne moins que 3 bébés. (même si dans les faits, à chaque âge ces réjouissances) Disons que 3 bébés, c’est presque une micro-crèche en sortie !

En fait, non.

Je voulais donc pousser un coup de gueule, envoyer du lourd en disant « STOP, purée, arrêtez de les appeler LES TRIPLES », et bien non. Mon article tombe complètement à l’eau (comme les raccordements de tuyauteries que j’ai lamentablement montés aujourd’hui…et qui ont fui).
En fait, ce sont des triplés.
C’est à la fois un état de fait, une spécificité et une force. Normal que les autres ne le voient pas autrement. Mais quand même, vous pouvez les appeler par leur prénom parce que ça leur va bien. Prenez le temps de les connaître, un à un, c’est le seul point sur lequel j’ai réellement envie d’insister.

* Petite pensée à Sabines qui comptent souvent ses associés !

Claire, la « maman de triplés »…et d’un petit dernier.
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

45 commentaires à propos de “On les appelle « les triplés »

  1. Et bien moi aussi je me suis posée la question pour les « jumelles ». Et je culpabilise encore parce que ça m’échappe à peu près tout le temps. Mais flûte! Après tout c’est des jumelles en effet et j’appelle les aînés les « grands ». Et s’il n’y en avait eu qu’une j’aurai aussi fait un lot avec sa soeur en disant les « petites » ou les « filles ».

  2. J’avais remarqué oui, avec des jumelles dans mon entourage proche que bien souvent les gens groupent les enfants, appellent le groupe et pas l’individu.
    C’est dommage, mais comme tu es une maman formidable, je sais qu’ils n’auront aucun problème avec leur identité, ni maintenant, ni plus tard !

  3. Très bien dit! On n’en est encore qu’au stade « bébé bête de foire » (et j’avoue moi avoir parfois du mal à garder mon calme) mais déjà on leur reconnaît des caractères très différents. Et si on les confondait un peu à la naissance, maintenant ce n’est plus possible.
    Vive les triplés, chacun dans leur individualité!

  4. Je pense chaque mot de cet article ! Et ici ils ne sont « que » deux !!! Quand je dois moi même utiliser cet expression « mes jumeaux » ça sonne tellement faux dans ma bouche ! On dit très souvent « les petits » par contre (je vais chercher les petits a la crèche, les petits ont bien dormi etc,..). C’est pas bcp mieux mais ça me dérange moins que « les jumeaux ».
    A la crèche elles font très attention, les appellent toujours par leur prénom et respectent énormément leur individualité. J’ai bcp de chance.
    Mais dans notre entourage c’est souvent employé. Alors quand on me pose une question en employant « les jumeaux », je réponds a la question en citant les prénoms. (Ex : est-ce que les muraux seront la ? Réponse : oui C. et V. seront la. )
    Comme toi, chaque enfant a ses propres vêtements. Il n’y a que les chaussettes et les bodys en commun !! Par contre ils se ressemblent beaucoup, j’admets que ça n’aide pas !!

    Hors sujet : ça roule toujours la formation ? Ça a fui hier mais demain ça ira je suis sûre ;-)

    • Avec mon grand-père aussi je dis les « triplés » (ils ne comprends pas de qui je parle autrement…) mais ça sonne « faux » également ! Tu verras, c’est eux qui le diront aux adultes s’ils en ressentent la nécessité en grandissant et ce n’est pas plus mal. C’est ça de s’affirmer ! (poliment, évidemment).
      Pour la formation, je vais très vite en parler ici mais c’est le top. Je me sens vraiment heureuse chaque soir en sortant de l’atelier même si ce n’est pas évident tout cet apprentissage. J’espère que je vais y arriver !

  5. Même topo ici, sauf que mes 2 garçons se ressemblent totalement. Du coup, je trouve encore plus important de les différencier, mais c’est encore plus dur pour les gens… Chacun fait un effort, par contre je pète un câble quand les grands-parents les appellent les jumeaux!
    Et sinon, on s’est retrouvé une fois à l’aire de jeux avec des petits jumeaux MZ, et je ne voyais pas 2 petits garçons différents, je voyais une paire de jumeaux. Ça m’a fait vraiment bizarre, j’ai compris ce que je ressentais les gens en voyant mes fils :-(

  6. bravo. Mes chipies se ressemblent de plus en plus à 4.5 ans.
    Pourtant, on a fait attention à prendre des prénoms distincts, pas la mm sonorité, elles sont pas habillées pareil.
    Après les seuls t-shirts longs qu’elles possèdent sont tous gris. c’est pas de ma faute c’est ce que je trouve dans le commerce et que je trouve jolis. Chacune à le sien, mais on pourrait me dire rien ne ressemble plus à un t-shirt gris qu’un autre t-shirt gris.oui, mais non….
    Hier, un voisin qui est dans une des classes de mes filles m’a demandé qui était L, je lui ai montré et il m’a dit L en vert. L en vert…. sauf qu’aujourd’hui elle est avec des chats…
    Les enfants ont du mal mais font l’effort. C’est plutôt les adultes qui prennent le lot sans faire attention. Mes filles ne supportent plus qu’on les confondent. Elles boudent, elles en ont marre de devoir reprendre tout le monde.
    Mon entourage les Appellent par leur prénoms mais sans espace, sans respiration : EL à table ou LE à table. Ok, mais ca revient au même en fin de compte.

    bref tout ca pour dire que je te comprends Claire.

    • Ouf, je ne suis pas seule (mais ça, malheureusement, je crois que je le savais). Je pense que tes filles joueront peut-être avec leur ressemblance un jour et c’est de bonne guerre mais même si elles ont un physique très proches, elles sont bien deux et c’est important que les autres le voient ainsi.

  7. C’est quelque chose que j’ai toujours essayé de ne pas faire. Quand je bossais en centre aéré il y avait deux petites filles qui étaient jumelles et j’étais la seule de l’équipe à ne pas les appeler « Les Jumelles » pour qu’elle viennent.

    Déjà je trouve que ça fait un peu « prénom collectif », c’est étrange (ceci dit on appelait le groupe des petits « les petits » et le groupe des grands « les grands », c’est un peu kiff kiff, mais énoncer les prénoms de 2 petites filles est moins compliqué que les 45 prénoms de tous les enfants… Bref je m’égare).

    J’ai aussi conscience que c’est embêtant non seulement pour les parents, mais aussi pour les enfants! Mes grandes sœurs sont jumelles et elles ont dû se battre des années (et le font parfois toujours…) pour que ma famille arrête de les appeler « les jumelles » (et à trois ça marche aussi, deux jumelles plus une petite sœur, on a fini par devenir « les filles »…)

    Donc j’évite au maximum de faire des « lots d’enfants », même si, comme tout le monde je pense, des fois ça m’échappe…

  8. Je comprend fort bien ton (quasi) coup de gueule. Mes zouaves (tu vois moi j’ai 2 « singles » et quand je parle d’eux je dis « les gars » ou « les zouaves » ou quand ils m’énervent « les gnomes », comme quoi !) ont eu à plusieurs reprises des jumeaux/jumelles (par encore de trio ;-)) dans leur classe, ils les ont toujours appelé par leurs prénoms, spontanément. Je crois que les maitresses y sont pour beaucoup.
    Tes enfants formeront toujours au yeux des autres un trio, en tout cas pour ceux qui les auront connus enfants, en grandissant, au lycée par exemple cette tendance et moins « lourde » (selon les discussions avec mes potos jumeaux).
    Quand à tes tuyaux qui fuient, c’est le métier qui rentre ! ;-)
    Bises

  9. Oh làlà et là je me rends compte qu’en discutant avec Papa Crevette nous employons souvent le terme « les triplés » quand nous parlons de copains, copines de Grande Crevette qui sont dans sa classe, alors que elle (Grande Crevette les appelle toujours par leur prénom respectif)…

  10. Ha mince tu as rate tes racordements … Pas cool…
    A pzrt ca j adore ton article j ai pas de triples mzis 2 filles et un garcons rt je deteste qu on appelle les filles … Les filles alors que jamais on ne nommerait mini loup le garcon et puis zut moi j aime bien les prenoms de mes filles aussi:)

  11. Je me souviens, en prépa de copains (vrais jumeaux) très énervés qu’une surveillante de la salle, qui ne les connaissait pas, leur ait dit « les jumeaux, vous aller surveiller l’ouverture des sujets ». Etre appelés « les jumeaux » par une inconnue!
    J’essaie de faire attention de toujours nommer les petites voisines de 5ans par leurs prénoms. « A et P sont jumelles », mais je n’ai jamais dit, en parlant d’elles, « les jumelles ». Utiliser le mot comme adjectif et pas comme nom. Et en fait ça ne demande pas d’effort. (mais je suis incapable de les différencier, alors les connaître une à une… pas facile!)

    Tout ça pour dire que je comprends que tu veuilles que les autres fassent un minimum d’effort pour les individualiser en les appelant! (et toi, quand tu cries, il y a un ordre des prénoms qui passe mieux, y’a jamais le nom du petit qui s’incruste quand tu es énervée, voire celui du lapin?)

  12. Je ne sais pas comment c’est possible, mais je me rends compte qu’en fait, c’est très rare que j’entende les gens appeler les filles les triplées… On a de la chance (ou alors, ils font tous leur coup en douce lol)

  13. J’ai pas trop remarqué non plus qu’on appelait les miens les jumeaux… ou alors au centre aéré ou à l’école quand je ne suis pas là ?? J’ai entendu d’autres enfants les appeler « les jumeaux » par contre mais venant d’enfants, c’est OK. (ils sont en moyenne section cette année). Dans la famille, personne ne les appelle non plus trop les jumeaux. Par contre, moi, je les appelle souvent « les enfants », « les poussins », etc sans les différencier… Mais bon, comme ils sont des jumeaux garçon / fille, je trouve que le problème d’identité se pose moins.

  14. Bonjour,

    Pour ma part, je fais une différence entre parler d’eux en les qualifiant de « jumeaux » ou lorsqu’on les interpelle en les appelant « Les jumeaux ».
    Si on parle d’eux, en leur absence, en disant les « jumeaux », je m’y suis faite et puis après tout, c’est ce qu’ils sont.
    Mais hors de question de les interpeler pour qu’ils répondent au nom de « jumeaux » : ce n’est pas leur nom !
    La chance qu’ils ont, c’est qu’en grande section de maternelle, ils sont 3 couples de jumeaux ; donc tout le monde est obligé d’utiliser leurs prénoms pour qu’ils se sentent concernés :-)

  15. Je me suis complètement retrouvée dans votre article :)
    Et pour répondre à « trouver une école avec d’autres triplés ». C’est mon cas :) Et on arrive encore à mettre des étiquettes et à pousser le vice un peu plus loin.. il y a nous, les « vrais triplés » (naturels) et les autres .. les « faux triplés » C’est glauque .. :)

Laisser un commentaire