Allaitement jumeaux, triplés ou plus

Articles de presse

L’ALLAITEMENT DE JUMEAUX, TRIPLES OU PLUS

ARTICLE: LES AVANTAGES DU LAIT MATERNEL

www.e-sante.be

Le lait de la mère est l’aliment le mieux adapté pour le nourrisson, pour des raisons diverses qui tiennent à sa composition qualitative et quantitative en protéines, en glucides et en lipides. Le lait maternel contient trois fois moins de protéines que le lait de vache. Ces protéines sont composées de deux fois moins de caséine et certains acides aminés spécifiques (une protéine est composée d’un ensemble d’acides aminés) rendent le lait de la mère plus digeste. En ce qui concerne les matières grasses (ou lipides), le lait maternel est composé de 80% de triglycérides à longues chaînes et est plus riche en cholestérol, ce qui est bénéfique pour le fonctionnement de l’organisme du nourrisson. En plus, le lait de la mère contient 4 fois plus d’acide linoléique, essentiel à la construction des cellules cérébrales. Rappelons ici que la richesse en cholestérol, à ce moment de la vie du nourrisson, est une bonne chose : le cholestérol est à la base de la fabrication de toute une série d’hormones et des membranes cellulaires. Il est plus sucré que le lait de vache. Il contient 90% de lactose, qui se transforme en galactose, indispensable à la maturation du cerveau du bébé. Certains sucres (comme les oligosaccharides) sont aussi particulièrement utiles pour la maturation du tube digestif du nourrisson. Enfin, il contient 4 fois moins de sels minéraux, ce qui permet de moins solliciter le travail d’élimination du rein. Sa teneur en calcium et le rapport entre le taux de calcium et de phosphore sont idéals pour que le calcium soit plus facilement absorbé. Le fer, en faible quantité, est aussi plus facilement absorbé grâce à la présence d’une molécule spécifique, la transferrine. Quant à la teneur en vitamines du lait maternel, elle est le reflet de la richesse ou des carences de la mère…


ARTICLE: BIENFAIT ALLAITEMENT

www.allaitement-jumeaux.com

L’allaitement maternel fournit au bébé le lait le plus adapté à ses besoins. L’OMS recommande d’ailleurs un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois.
Le lait maternel contient des anticorps qui aident bébé à lutter contre les infections. Il permet aussi une plus grande proximité entre la mère et son enfant. Il est important de savoir qu’il est possible d’allaiter des jumeaux, et même, avec de la pratique, de les allaiter simultanément.
L’allaitement peut être mis en œuvre même (et surtout) lorsque les bébés paraissent avec un peu/beaucoup d’avance et sont en couveuse : il est possible alors de tirer son lait pour le leur proposer.
Et puis soyons terre-à-terre : allaiter c’est aucun biberon à laver ni stériliser, gratuité pour le lait, disponibilité quasi immédiate (appréciable car la patience n’est pas innée, c’est un apprentissage …) et température idéale.

Cependant, l’allaitement d’un premier enfant, est un apprentissage qui peut devenir difficile additionné au surcroît de travail généré par l’arrivée d’un duo. Dans les premières semaines bébé prendra environ une tétée toutes les trois heures, souvent plus si nourri au sein, soit de 8 à 10 tétées par jours x 2. Une tétée dure de 20 à 30 minutes (moins c’est l’usine). Grosso-modo vous passerez entre 6 à 10 heures de votre journée un bébé au sein. Cela requiert une bonne forme physique et un réel de soutiens pour tous le reste. Personne ne pourra vous soulager d’une tétée ou deux, le temps d’un bon petit somme récupérateur, vous vous devrez d’être sur le pont jour et nuits.
Si votre choix est d’allaiter vous pouvez compter sur plusieurs associations pour vous soutenir et vous conseiller : il est probable que le corps médical et votre entourage ne vous encourage pas dans cette voie, aussi un soutiens de Mamans rodées et épanouies d’avoir fait ce choix sera tout à fait appréciable.


ARTICLE: ALLAITER DES JUMEAUX

www.allaiter.free.fr

Comme chacun sait, nous vivons malheureusement dans une société où la capacité des femmes à allaiter leurs bébés est systématiquement mise en doute.
On ne saurait donc s’étonner qu’en cas de jumeaux (ou plus), les choses soient encore pires… Même des mères qui ont vécu des allaitements réussis pour leur(s) premier(s) enfant(s) s’attirent souvent la remarque : « Ce coup-ci, tu ne vas pas pouvoir allaiter ! ».
Pourtant, et les témoignages des pages suivantes sont là pour le prouver, il est possible d’allaiter des jumeaux ; il est possible de les allaiter exclusivement ; il est possible de les allaiter longtemps.

Quelques bonnes raisons d’allaiter des jumeaux

En plus des avantages communs à tous les allaitements, il existe des raisons supplémentaires d’allaiter en cas de naissance multiple.
Tout de suite après l’accouchement, les tétées provoquent des contractions qui aident l’utérus à reprendre plus vite sa taille, sa forme et sa tonicité, ce qui est particulièrement important lorsqu’il a été distendu par la présence de deux bébés ou plus.
L’allaitement, surtout s’il se prolonge, permet aussi à la mère de perdre en douceur les kilos accumulés pendant la grossesse, kilos de graisse justement destinés à être une réserve pour l’allaitement : 500 à 1000 calories seront utilisées chaque jour pour fabriquer le lait pour les bébés.
On sait que les bébés allaités sont globalement en meilleure santé, le lait maternel leur fournissant une protection contre les maladies les plus courantes, infections respiratoires, otites, gastro-entérites, etc. Pour des multiples, qui naissent souvent prématurés et/ou de petit poids, l’avantage que leur procure le fait d’être allaité est particulièrement important.
L’allaitement assure un contact prolongé entre la mère et les bébés.

La mère qui allaite passe nécessairement un certain temps chaque jour à tenir chaque bébé dans ses bras, dans ce contact peau à peau si important pour son développement affectif et psychomoteur, et pour la relation mère/enfant.
Les hormones sécrétées pendant la lactation ont un effet relaxant sur la mère, ce qui est appréciable lorsque l’on doit faire face à deux bébés qui réclament en même temps !
Enfin, l’allaitement est un gain de temps et d’argent, deux denrées précieuses en cas de naissance multiple. On estime que la première année, l’allaitement de jumeaux permet d’économiser entre 400 et 500 heures et environ 9000 F.

Comment faire pour que ça marche

Comme pour tout allaitement, les trois ingrédients du succès sont : la confiance (savoir que c’est possible), l’information et le soutien.
L’information et le soutien, qui engendreront la confiance, on les trouvera surtout auprès d’autres mères allaitantes, notamment dans les groupes LLL. Si l’on peut contacter des mères allaitant ou ayant allaité des multiples, c’est encore mieux. Et d’ailleurs, les témoignages montrent que très souvent, lorsqu’on a réussi à le faire, on a très envie de faire partager cette expérience et l’on se retrouve vite « personne ressource » en ce domaine !
Mais l’on peut aider et informer une mère de multiples même si l’on n’en a pas eu soi-même. En effet, la majeure partie des choses à savoir, c’est ce que j’appellerais les bases de l’allaitement : loi de l’offre et de la demande, tétées précoces et fréquentes, bonne position des bébés au sein, etc.
Dans la grosse majorité des cas, les échecs précoces d’allaitement de multiples sont dus aux mêmes raisons que les échecs d’allaitement de bébés uniques : mauvaise position au sein engendrant douleurs de mamelons et crevasses, limitation du nombre et de la durée des tétées causant engorgements, mauvaise mise en route de la lactation et insatisfaction des bébés, biberons de complément provoquant une confusion sein/tétine, etc.

Il est donc particulièrement important de trouver l’équipe obstétricale qui ne mettra pas de bâtons dans les roues de l’allaitement, voire – on peut toujours rêver – donnera les bons conseils à la nouvelle mère. D’autant qu’une naissance de multiples peut se compliquer d’une prématurité, d’une césarienne, d’une séparation mère/enfant, toutes choses qui, si la mère n’est pas bien aidée (en lui montrant par exemple comment tirer son lait et en lui fournissant un tire-lait efficace, permettant si possible un pompage simultané des deux seins), risquent de compromettre gravement les débuts de l’allaitement et de la relation mère/enfants (1).

Enfin il est bon de prévoir à l’avance comment se faire aider pendant les premières semaines après l’accouchement (ménage, repas, activités des aînés) afin de pouvoir se consacrer prioritairement aux bébés.

Les sentiments que l’on peut avoir après la naissance

Il arrive que dans les débuts, la mère se sente plus attirée par un bébé que par l’autre. Cela peut notamment être le cas s’il y a eu séparation d’avec un des bébés qui, à son retour, arrive un peu comme un « étranger » dans le couple que la mère a eu le temps de former avec l’autre bébé.
Ce sentiment va disparaître assez rapidement, surtout si la mère fait l’effort (et l’allaitement l’y aidera) de donner une attention toute particulière au bébé dont elle se sent le moins proche.
Si la mère a déjà d¹autres enfants, elle peut avoir l’impression de mettre plus longtemps à nouer des liens avec les jumeaux. Là aussi, c¹est normal : il est plus difficile de tomber amoureuse de plusieurs bébés à la fois que d¹un seul ! Cela viendra avec le temps.
Certaines mères, enfin, s’attachent d¹abord à l’ensemble des bébés pris comme une unité, et seulement plus tard à chaque enfant individuellement. Elles auront tendance à les habiller de la même façon, à leur donner des prénoms phonétiquement proches, etc. Il n’y a rien de grave à cela si, à mesure que les enfants grandissent, on fait l’effort de les considérer comme des individus séparés.

Ensemble ou séparément ?

Telle est souvent la question que se posent les mères de jumeaux.
La réponse est variable, selon les mères, selon les bébés, et selon les moments. Mis à part les mères qui préfèrent en toute circonstance n’allaiter qu’un bébé à la fois, la plupart trouvent qu’à certains moments, il est plus facile d’allaiter séparément (par exemple dans les débuts, si un bébé a du mal à prendre le sein) ou plus satisfaisant (si l’on veut avoir une relation privilégiée avec un des bébés), et qu’à d’autres moments, l’allaitement simultané est bien commode (quand les bébés ont faim en même temps !).
Comme beaucoup d’autres choses en matière d’allaitement, la tétée simultanée est un art qui s’acquiert avec du temps, de la pratique… et un peu d’aide au début. J’oubliais : et beaucoup de coussins ou d’oreillers !

Laurence Descourtieux

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire