Le coefficient de frilosité

Il commence à faire froid. Il y a même eu un ou deux matins où j’ai dû utiliser le désembuage particulièrement long de ma Smart. (qui s’appelle « mart » depuis qu’un saligot a arraché le « s » situé sur le pare-chocs avant)

J’ai tendance à beaucoup me couvrir. Jamais trop. On ne se couvre jamais trop ! Je suis plutôt frileuse. Mon mari dirait que je suis comme un congélateur au milieu de la banquise. J’ai très souvent un foulard autour du cou et une doudoune pour aller sur ma terrasse. Même quand il fait vraiment beau.

Régulièrement, je suis surprise de voir des copains mettre un tee-shirt manches courtes ou pire, des tongs alors qu’il y a assurément un courant d’air froid qui doit venir du Nord ! Il y a des fous partout ! Dans mon atelier, il y a un ex-militaire qui arrive presque tous les matins à 7h30 en tee-shirt. Je crois qu’il a été en contact avec de la cryptonite et qu’il possède un pouvoir anti-givre. J’ai aussi une amie qui se couvre en hiver d’un simple châle de laine et qui se plait à me dire « qu’il est largement assez chaud pour faire office de veste ».

Avec les enfants, j’essaye d’être moins excessive, d’adopter un comportement me-su-ré. Je me force à ne pas trop les couvrir. J’ai bien entendu les arguments comme quoi « leurs corps doivent apprendre à se défendre » ou bien que « trop couvrir empêche de réguler naturellement sa température ». Ça semble être du bon sens. Mais quand même, il pèle dehors.

S’habiller pour sortir : le parc

Lors des sorties au parc, on peut assister à un drôle de phénomène. En voyant comment sont habillés les autres enfants, je tente de trouver la formule adéquate pour vous expliquer mon ressenti :

N = CF x Δt°

. N représente le Nombre de couches de vêtements sur l’enfant

. CF représente le Coefficient de Frilosité de l’accompagnateur de l’enfant (c’est un coefficient basé sur la moyenne entre la frilosité de la mère, la frilosité du père et le comportement des grands-parents face au froid.
Par exemple, si votre mère répétait souvent « met ta cagoule, ça protège les oreilles et le cou », votre coefficient augmente de 3. Si au contraire, votre père disait « avoir les mollets bleus, ça fait des grands gaillards ! » votre coefficient est abaissé de 3.)

. Δt° représente l’écart entre la température extérieure et la température souhaitée pour l’enfant. (donnée très variable selon les personnes)

Cette formule offre des résultats qui peuvent quadruplé d’une personne à l’autre. Donc, pour une même température extérieure au parc, on retrouve :

– Un enfant avec une parka demi-saison
– 2 fillettes avec une veste polaire
– Un enfant en doudoune
– Une petite fille avec un anorak et une écharpe
– Un enfant en maillot de foot manches courtes

doudoune

L’enfant en doudoune

manches courtes

La fille à la polaire, le garçon au maillot de foot

et
– Mon fils en doudoune et cagoule

cagoule-enfant

Mon fils

Je suis pourtant bien sûre de ne pas l’avoir trop couvert. Franchement, il fait frisquet. Et puis, la cagoule, c’est vraiment bien !

Claire, maman au coefficient de frilosité élevé
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Devenir parent rendrait-il tolérant ?

Je vais vous parler du monde parallèle de la parentalité ou plutôt de ce monde perpendiculaire par rapport à la vie d’avant. Virage à 90° du quotidien. En devenant maman, en étant parent, ma vision des choses sur la vie a carrément changé. C’est comme si l’image devant moi n’était plus la même. Le son derrière non plus.

Ils semblent que les nouvelles orientations choisies par mon cerveau sont propres à la situation de parents. Une simple brique de plastique moulée s’est transformée en une arme anti-plante de pied, préparer un biberon de lait se réalise les yeux fermés (ouverture du frigo et choix de la tétine compris), l’exclamation « que c’est beau ! » est l’une des expressions les plus prononcées à partir de 17h à la maison. Même quand c’est totalement faux, archifaux. Un sceau d’escargots et de limaces c’est beurk, c’est tout !

On me l’avait bien dit, « tout sera différent avec des enfants ». J’avoue que cet adage est d’autant plus confirmé quand on en a quatre.

Voici quelques situations qui ont réellement changé, quelques trucs que je n’aurais jamais imaginé voir autrement…et qui pourtant se trouve en être ainsi.

« Rhoo, qu’il est moche ! »

Avant, j’avais cette capacité de dire « que ce bébé est mignon » et de penser « comme il est moche, j’espère qu’il sera plus chou en grandissant ». Du jugement basique. Je le pensais seulement. Je disais plutôt « oh les jolis yeux » ou bien « qu’est-ce qu’il a comme cheveux ».
Désormais, je ne trouve toujours que de qualités aux nouveau-nés. Je me projette naturellement dans cette salle de naissance, ce moment d’épuisement où il sort enfin et rien que ça, me donne envie de voir le monde et ses nouveaux habitants avec des yeux de bisounours émue.

La disponibilité

« Je ne peux pas passer, j’ai 1000 trucs à faire« . Combien de fois j’ai entendu cette phrase venant des parents autour de moi. Avant que la cigogne ne me livre mon colis géant, je me déplaçais souvent pour aller voir l’Autre. Je trouvais ça un peu chiant d’être toujours celle qui faisait le déplacement. Après tout, il ne semblait pas si galère que ça de prendre une heure dans la journée pour se retrouver et papoter. 
Voilà maintenant 5 ans que je propose quasi-systématiquement aux gens de passer à la maison et que je bois des cafés par téléphone interposés pour s’éviter le temps et l’organisation du trajet.  J’écoute plus l’autre, je comprends mieux ses façons de faire et souvent, je compatis à se manque de temps, juste parce que c’est pareil ici.

Le train

Parlons-en du train ! Il mérite un paragraphe rien que pour lui (mais d’une taille adaptée à l’article. Private joke @SNCF et ses rails surdimensionnés) Les gosses qui crient, qui pleurent, ça me cassait la tête. C’était vraiment quelque chose que je trouvais insupportable. Je n’aime toujours pas, mais maintenant, je me sens mal à l’aise pour le parent en face de moi. Bien entendu, il y en a  toujours qui n’en ont rien à faire et qui nous donnent un bon sujet pour répandre du venin le temps d’un trajet. Des enfants mal élevés, il y en a partout. (J’espère toujours que mon voisin de train ne pense pas ça des miens), Mais il y a aussi ceux qui ont du mal à tenir en place, ceux qui haussent la voix pour prendre la parole (et se sentir écouté au sein de la fratrie), ceux qui font pipi tous les quarts d’heure et même ceux qui vomissent. Comme j’ai un peu de tout cela dans ma colo d’enfant et que j’essaye de gérer au mieux, j’en deviens conciliante. Je m’énerve moins en train.

Le travail

Du haut de mes 18 ans, il y avait 2 catégories : les bosseurs / les glandeurs. Depuis l’arrivée de mes enfants, il y a désormais de nombreuses catégories qui se sont glissées entre ces extrêmes. Il y a ceux qui veulent prendre du temps avec leur famille, ceux qui ont besoin de s’épanouir avec des défis professionnels, ceux qui ont des enfants souvent malades (les pauvres) , ceux qui ont un mode de garde pourri … ceux qui tentent d’avoir tout ça à la fois. Et aussi ceux qui veulent donner plus de place à la famille et se retirent temporairement du monde de l’entreprise.

La rentrée

Finissons sur ce point au coeur de l’actu’. Mes triplés rentrent chez…les grands de maternelle. 
J’ai longtemps trouvé énervant d’entendre des parents se réjouir de voir leurs enfants retourner à l’école. Après tout, « ils les ont faits, maintenant faut gérer« . Aujourd’hui, je trouve tout simplement ça humain de souhaiter à certains moments un rythme de vie différent. Avec les enfants/sans les enfants.

Depuis peu de temps en réalité, je réalise que ma tolérance aux actions des autres parents a évolué. Sûrement la multiplication de situations de la vie, qui, avec des enfants, réservent toujours des surprises, des choix pas simples à faire, des façons d’éduquer dont on doute souvent.

Bref, être parent semble rendre plus tolérant.
C’était la minute barbe à papa et Nutella : du cotonneux et du sucré (l’effet « parent » encore une fois j’imagine). Sûrement la fatigue qui adoucit les jugements.

PS : vous me pardonnerez pour l’image pourrie qui illustre cette article. C’était la seule correcte libre de droit et je suis pour la sauvegarde de la propriété intellectuelle.

Claire, maman un peu moins catégorique dans ses idées qu’auparavant.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

Tu te maquilles ?

Pendant plusieurs mois, j’étais un peu vexée qu’aucune marque ne me contacte pour faire de la pub sur le blog. Et puis, c’est venu petit à petit. C’est moi qui ai changé mon fusil d’épaule en refusant la très grande majorité des propositions. Je suis une emmerdeuse concernant ma consommation : exigeante, pointilleuse et surtout mère de triplés. L’usage standard n’est pas pour moi.

Mais, il y a peu, j’ai reçu dans ma boite à lettres une BOX.
summer-box-monoprix-avis

C’est quoi une box ?

C’est une boite, comme son nom l’indique, remplie de choses plus ou moins sympas. En général, on paye un abonnement mensuel et l’on reçoit tous les mois une sélection en fonction de la thématique de la box. Il existe des box bébé, des box magazines, des box collants, des box bonbons du monde (celle-ci je veux bien la tester)… Il en existe pour tous les goûts.

Je n’ai jamais été abonnée mais j’imagine que l’effet « cadeau » est là chaque fois en découvrant une sélection de produits joliment emballés. J’imagine aussi que de mois en mois, on oublie que l’on a passé sa CB.

Bref, là, c’est Monoprix qui m’a envoyé sa « Summer box ». Ils se sont un peu gourés de saison (sarcasme) mais comme c’est cadeau, je pardonne aisément.
Évidemment, je suis tout excitée qu’on ait pensé à moi. Alors, je l’ouvre vite en arrachant l’emballage, un peu brusque, je m’assois à côté et je retire le couvercle (et je vous fais une photo de la boite).

summer-box-monoprix

Tout ce qu’il y a dans la box. En vrac.

Je remballe tout et je la fais tomber par terre.

C’est cool, plein de produits de beauté que je ne me serai jamais achetés, mais qui ont l’air franchement sympa.

Je ne me maquille pas trop mais un peu quand même : la trousse à maquillage express’

Côté maquillage et soin, je suis extrêmement fidèle. Je ne me maquille que très peu (mais un peu), ne mets jamais de vernis à ongles (je ne sais pas faire la main droite) ni de crème (sauf celle offerte par la reine du maquillage home-made). J’achète mes shampoings chez Lidl (et environ une fois par an, un masque en grande surface et ne me démaquille que depuis que j’ai des enfants, avec leur liniment.
Néanmoins, j’ai quelques produits que je chéris au point d’en acheter d’avance en cas de pénurie.
Pour le plaisir et comme ils sont peu nombreux, je vais vous parler un peu de ma trousse à maquillage express’.

mon-maquillage

Mon maquillage à moi.
PS: attention, la BB crème L’Oreal a un emballage qui ressemble de près à sa cousine la crème Vitalift. Il faut bien que « BB crème » soit précisé sur le packaging. Je prends la teinte Medium.

1) Le fond de teint
Celui-là même qui fait une vraie jolie peau. Il s’applique comme une crème, sent bon. Ni trop couvrant à avoir le cou orange, ni trop léger, je le trouve parfait et  j’en offre à mes amies en guise de reconnaissance.

En plus, il possède une protection UV et un traitement antiride, au cas où !
Je l’applique à la main. Les enfants aiment trop les pinceaux.
Il ne doit pas être bio du tout, ce n’est pas bien, mais pour le coup, je m’en fou.  Il est vraiment vraiment bien.

2) La poudre
Je mise tout sur le teint, ça prend 2 minutes et franchement, ça sauve un visage fatigué. J’ai utilisé pendant très longtemps la poudre Guerlain, qui coûte un peu cher, mais dure des années. Puis, mon adorable mari a pris l’avion. Il a acheté des clopes en duty-free et un très beau poudrier Dior. Offrir du luxe, ça marche à chaque fois !
Je l’ai adopté. La couleur est bien pour ma peau et elle est légère.

3) L’ombre à paupières
J’ai 2 ombres à paupières : une marron mat et une rose pouf. Les deux ensembles, ça marche bien.

5) Un mascara.
Là aucun avis précis. Chaque fois que j’arrive sur la fin, j’en pique un chez ma mère qui en a toujours en stock. Comme elle habite un peu loin, j’essaye d’anticiper ! Elle a de très bons critères de choix, je me fie à elle les yeux fermés. (et maquillés)

Voilà. Ce n’est pas beaucoup, mais je sors rarement sans. A part pour aller chercher des pizzas. Dans ce cas, je ressemble à une clodo.

C’est là que la Summer Box Monoprix n’a pu que me surprendre. Il y a plein de trucs dedans.

Dans ma Box

Je vous laisse découvrir son contenu grâce au petit document glissé dans la box. Je suis un peu faignante mais j’ai essayé d’être sympa en stabilotant les différents produits pour plus de visibilité !
monoprix-box

Je ne parlerai que des produits que j’ai vraiment essayés.
Comme je ne mets pas de vernis, ils sont restés dans un coin de mon tiroir à chaussette. Je les filerai à Lollie ou à Emmanuelle. La première que je vois.
Les gélules Oenobiol solaire ont atterri chez ma voisine au magnifique teint hâlé. Je suis un peu rousse, le soleil, ce n’est pas pour moi.
Je me réserve le soin cheveux monodose Dove pour après la piscine.
La poudre bronzante Bourgeois s’est complètement éclatée lors de La chute.
poudre-teint-bourgeois L’eau micellaire démaquillante de Caudalie, je ne sais pas vraiment quoi en faire. J’aime mon liniment !
La petite compote Andros, je l’ai mangé avant que les enfants ne rentrent du centre aéré. Il n’y en avait qu’une. Pas le choix.

Pour tous les autres produits, voilà un petit résumé (un peu long, je préviens) après test sur une mère fatiguée en cette fin d’année de 31 ans et 4 enfants.
J’ai ajouté également les prix afin de se faire une idée juste même si dans une box, ils ne sont pas souvent indiqués.

Les produits de beauté pour la peau

a) La crème Nuxe
Comme j’ai déjà une protection sur le visage avec ma BB Crème fétiche, j’en ai surtout mis sur les épaules et sur les jambes même s’il est bien précisé « pour le visage ». J’espère que mon corps ne m’en voudra pas !
crème-solaire-nuxe Elle est très douce, sent bon, s’applique très bien et ne colle pas. Mais je n’ai pas testé avec le sable tout collant, les enfants tout coulants et le soleil liquéfiant.
Crème fondante visage haute protection Nuxe 18,95€ les 50ml

Elle est très bien, mais j’avoue, je ne l’achèterai pas. Avec notre famille nombreuse, je suis de celle qui opte pour la crème Décathlon très bien et pas chère. J’utilise la même qu’eux, question de praticité. Pour choisir votre crème solaire, ce qui n’est pas si simple, il y a un très bon article écrit par le Pharmachien ici.

b) Huile beauté n°110 de Diadermine
Je ne connais pas les 109 autres, mais celle-ci est plutôt cool. Se mettre de l’huile partout sur le corps, ça fait un peu rêver. Je n’ai jamais vraiment pris le temps de le faire, mais en vrai, c’est plutôt agréable. Elle ne colle pas au vêtement, elle fait la peau douce, elle sent l’été.
J’aurais préféré qu’elle se vaporise parce que de l’huile dans la salle de bain, avec mon petit dernier, c’est risqué !
11,50€ les 100ml

Les cheveux

Habitudes : se lave les cheveux tous les 5 jours avec un shampoing + un après-shampoing basique.
Fait tous les deux jours 2/3 coups de lisseurs sur le dessus de la chevelure et pas beaucoup. (juste pour les frisottis bizarres)

a) L’huile suprême de Phyto
« elle nourrit et discipline les cheveux secs pour un éclat instantané ». Whaou.
Bon, en deux pschitt, le cheveu est effectivement moins sec, mais il est aussi plus gras. Ça doit dépendre des natures de cheveux, j’imagine.
L’huile suprême de Phyto 23€ le spray de 100ml

b) Le shampoing sec Klorane
Alors là, j’étais vraiment intriguée. J’ai donc pris le temps de bien le tester. J’ai bien suivi les conseils, ça m’a un peu blanchi les cheveux quand j’ai bombé le spray. Et puis, après quelques coups de brosse, le surplus avait quitté ma chevelure.

En fait, ça a fait exactement comme avec du talc. Oui, lorsqu’on se met du talc sur des cheveux un peu crados, ça absorbe et vous pouvez tenir encore une petite journée. Ce n’est pas très élégant, mais ça marche et ça peu sauvé un shooting photo ou…comme moi…un déj’ avec une copine sans trop lui montrer qu’en ce moment, sans mon mari, c’est un peu chaud à la maison pour prendre ses nouvelles marques.

En définitive, c’est pratique en urgence (est-ce vraiment une urgence ???), mais le talc aussi ça marche bien.
Spray shampoing sec Klorane environ 11€ les 150ml

Le maquillage

a) New Baby skin de Gemey Maybelline
C’est une crème qui fait les joues un peu rosées comme un bonbon. C’est facile à appliquer, mais ça ne sent pas très bon. L’odeur est un peu acide. Par contre, il suffit de très peu de crème pour avoir un effet bonne mine.
Crême New Baby skin de Gemey Maybelline 14,90€ les 22ml

b) Le crayon à lèvres Color boost Revlon
Alors, je ne mets que rarement du rouge à lèvres, mais quand c’est le cas, je le veux rouge et mat de préférence. C’est le cas de ce crayon géant. La teinte proposée est un rouge orangé. Ce n’est pas mal avec mon teint et c’est facile à appliquer. Il tient bien et ne bave pas. Il peut faire la matinée. Ça laisse les lèvres bien hydratées et il n’est pas très cher pour un résultat pas mal du tout.
Crayon à lèvres Color boost Revlon, 7€ environ
revlon

Le bilan

J’ai découvert plein de produits que je ne connaissais absolument pas. Je crois bien que c’est aussi ça le principe des box : faire découvrir.

Voilà, vous connaissez tout de mes habitudes entre 7h04 et 7h20 le matin, heure où le temps s’arrête…pour laisser place à des activités plus…enfantines.

Comme vous le voyez, je ne suis pas une blogueuse beauté. Vous n’avez donc pas appris grand chose. L’essai à cet exercice était risqué mais j’y étais obligée. Le blog sera en pause pendant 15 jours au moins, faute de connexion internet. Nous partons en vacances à la campagne. Ça va être chouette.
Définitivement, je ne pouvais laisser mon blog en pause sur un article intitulé « la pipe« . C’est pas sérieux.

A bientôt, la rentrée pour moi sera le 18 août. Bonnes vacances à tous.

Claire, pas vraiment blogueuse beauté
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Parents de jumeaux, triplés : une faculté en plus

J’avais envie de vous présenter une box que Monoprix m’a gracieusement envoyé à l’approche des vacances mais comme il fait moche, ce n’est pas le moment d’en parler.
D’habitude, je ne parle pas vraiment de marques sur le blog, pas parce que je suis hautaine, c’est juste un choix. Mais, des fois, ça peut m’arriver quand ça me plaît. En plus, j’avoue que recevoir un tas de jolis produits dans ma boite aux lettres sans être passée par la case CB, c’est suffisamment rare pour l’évoquer !

Bref, à cause de la pluie, du monotone automne, j’ai dû changer de sujet.

J’aime les études scientifiques. Savez-vous par exemple que les femmes blondes ont plus de chances d’épouser un homme riche ou que les enfants qui ont des surnoms réussissent mieux socialement ? C’est Yahoo qui me l’a dit, avec bien sûr, l’étude d’une université américaine inconnue à l’appui.

C’est donc de ce type d’étude « scientifique » dont je vais vous parler.

Particularité chez les parents de jumeaux, de triplés et plus

J’avais déjà décelé une spécificité chez les gens du Nord. Ma découverte sur le sujet n’a pas évolué, j’en conclus objectivement que l’hypothèse est confirmée.
Maintenant, c’est sur l’ensemble des parents de jumeaux et plus que se porte le phénomène que j’ai découvert.

Postulat de l’analyse

Constat chez la mère de jumeaux et plus
On le sait, avoir plusieurs enfants en même temps, ce n’est pas juste un bouleversement. En plus du fric et de la place en moins et du ménage et des nuits pourries en rab’, il y a le corps qui change. (Évidemment, il y a toutes les joies quotidiennes, évidemment. Évidemment.)

Les abdominaux ont été écartés par le volume DES bébés. Désormais, je suis ouverte à deux doigts. (au niveau du ventre en tout cas) A vie.
Les hanches se sont parfois élargies.
Les seins se sont un peu affaissés. Ou bien, ils ne sont plus très ronds. Ni en poire d’ailleurs. Ils sont… bizarres.
Mais, chez les mamans de jumeaux ou plus, il y a un changement supplémentaire. Et cette fois, c’est à notre avantage. (des seins « originaux » ne peuvent pas être toujours considérés comme « un avantage »). C’est ce truc précis dont je vais vous parler.
Constat chez le père de jumeaux et plus
Avec deux bébés ou plus, l’investissement du père n’est plus à débattre. Avec un non plus d’ailleurs mais le résultat est moins rapidement catastrophique.
C’est donc très régulièrement que l’homme est amené à porter deux bébés en même temps (ou trois ? ou huit ?).
Et… très rapidement, l’homme père de jumeaux et plus, développe également LA particularité.

À partir de ces deux constats, je conclus que c’est l’environnement qui amène les parents de jumeaux et plus à développer cette nouvelle faculté. Une sorte de bonus livré en cadeau avec les mignons petits paquets !

Agile du pied

Cette nouvelle faculté, c’est l’agilité du pied. En effet, à force d’avoir les bras pris par des petits êtres fragiles que l’on ne peut pas poser sur le carrelage froid, comme ça, on trouve une autre solution pour attraper les objets. Il y a toujours un jouet à attraper, un produit qui tombe de la table à langer : un moment où les mains ne sont pas libres et où une autre partie du corps doit prendre le relais.
Tout naturellement, le primate en nous se réveille. Le retour à l’instinct animal s’impose.

C’est de ces contraintes que naît, avec les mois, cette nouvelle capacité. Celle d’attraper tout avec les pieds.

maman-de-jumeaux-3

Attraper un vêtement, bonnet… : basique

maman-de-jumeaux-1 maman-de-jumeaux-2

PS : il se peut quelques fois que des parents d’enfants d’âge rapproché développent également ce talent. La faute au nombre de bras qui, dans cette situation également, ne sont pas suffisants !
PS2 : parents de jumeaux, parents de triplés, en tant que parents un peu « différents », j’aime nous valoriser et nous trouver de nouveaux talents. Ça apporte une lueur d’espoir les nuits où l’on ne dort pas ! 
PS3 : Durant les vacances, je suis un peu moins présente. C’est les vacances !
PS 4 : Je ne peux ne pas vous dire MERCI pour tous les adorables commentaires que vous m’avez laissé ici, par mail, sur Facebook, Twitter. (j’en profite pour vous remettre tous les liens. Maligne la meuf.)
PS5 : Je crois que j’ai défié les lois du nombre de « PS ».

Claire, qui aime parler de truc léger l’été
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Les symptômes d’un parent débordé

Le coup de la liste. En général ça plaît tout le temps et c’est facile à écrire.

Là, je vais parler d’un sujet au cœur de ma vie : être débordée.
Attention, « être débordé » et « être dépassé », ce n’est pas pareil. A chaque mot sa merde. (« han, elle a dit « merde » et c’est moche de dire « merde » »)

En ce moment, il ne reste dans mon cerveau qu’une petite zone encore capable de logique et de réflexion. C’est celle qui est entre la zone destinée à mémoriser les rendez-vous et celle qui sert à être patient en toutes circonstances. Ces deux zones là sous ma caboche sont complètement foutues.

En ce moment, et cela depuis 3 mois, mon mari est absent du domicile du lundi au jeudi. Ce n’est pas ponctuel, ce sera le cas tout le temps. En tout cas, au moins durant cet emploi qu’on souhaite le plus pérenne

En ce moment, c’est la fin de l’année : le moment de la kermesse de l’école et de son stand de pêche aux canards à tenir, des sorties scolaires et de ses pique-niques à préparer, des fêtes de la crèche et de ses gâteaux à pâtisser.

En ce moment, c’est la période du bilan : les rendez-vous ophtalmo, dentaire, ORL, orthophoniste à caser, les lunettes à refaire, la directrice à rencontrer pour conserver la séparation de mes triplés à la rentrée.

En ce moment, c’est le moment ou jamais : celui de faire un métier qui me plaît. Et la reconversion professionnelle méritera un roman à part entière mais en voici un résumé : rendez-vous Pôle Emploi, Pôle Emploi,Pôle Emploi, CAF, Sécu, Ram, RSI, confédération professionnelle, entretiens avec des professionnelles du secteur que je souhaite intégrer…

Bref, en ce moment, c’est le marathon, la « course » plutôt car je ne sais pas où est la ligne d’arrivée !
Ce n’est pas souvent que j’ai ce sentiment : celui d’être débordée. Usante, excitée, nerveuse, criarde…ça oui, mais débordée était pourtant quelque chose que je ne connaissais pas trop. Et pourtant, ça n’a pas été tous les jours facile avec cette colo d’enfants qui vie sous le même toit que moi (et mange tous mes bonbons préférés).
Mais alors en ce moment, mon organisation militaire en prends un coup. Mon agenda est complètement illisible tellement il y a de mentions superposées et de rendez-vous raturés avec des petites flèches pour les déplacer.

inondation

Photo chopée sur TripAdvisor

Mon organisation est comme un bain où on y mettrait 4 enfants en même temps, ça gicle de partout et après, on glisse.

Avant de me diagnostiquer « débordée », j’ai repéré quelques symptômes qui sont listés ci-après.

Symptômes d’un parent débordé

 – Les symptômes couramment constatés :

  • Se rendre compte qu’on a oublié le vaccin du petit dernier dans le frigo.
    Au moment où on a enfin trouvé une place pour se garer devant chez le pédiatre.
  • Zapper le rendez-vous chez la kiné, le gynéco, le dentiste…
    Après tout, ma rééducation du périnée a attendu 5 ans. Ce n’est plus au jour près. 
  • Oublier de faire les courses. 
    Et manger des chips et du taboulé au dîner (2 jours de suite)
  • Ne plus savoir où sa voiture est garée. Mais alors, plus du tout.
  • Laisser son enfant mettre un pantalon à l’envers et s’en rendre compte en fin de journée. 
    Celui qui a les fesses bien marquées avec plein de poches et des trucs collés. 
  • Envoyer ses enfants à l’école sans goûter.
  • Arriver en courant à la crèche pour récupérer son enfant…juste à temps.

Si vous en avez au moins 3, pas besoin de faire la queue chez le doc’ (de toute façon, on a pas le temps pour ça), je peux vous le dire tout de suite, vous avez choppé le même virus que moi.
Je crois que c’est un peu galère à soigner.
Si l’un d’entre vous a gardé une ordonnance, je veux bien connaître le traitement même si, je sais, l’automédication, c’est pô bien !

PS : Je m’en vais ce week-end en famille sans ordi. Je crois que c’est le début de la solution pour ne pas exploser. Ne m’en voulais pas de vous abandonner (un peu).
PS2 : Les images sur le blog bug donc il n’y en a pas. (je vais ajouter cette info dans mon agenda : « régler les problèmes d’affichage sur La vie des triplés »)

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplés
Twitter La vie des triplés

 

Décrypter les pleurs de bébés

Tiens, je crois bien avoir lu ce titre sur un gros site expert de la parentalité. Ce n’est pas que je ne souhaite pas le citer, c’est simplement que mon cerveau est, comme qui dirait, trop plein. La faute aux quatre adorables enfants et à mon mari qui cumulent rendez-vous chez l’orthophoniste, l’orthoptiste et l’orthonitorinque (une sorte de dinosaure, je crois) et les allers/retours chez les Suisses (aussi appelés affectueusement « Petits Suisses » lorsqu’ils sont entourés d’un papier bien chiant à retirer). Mon mari travaille en Suisse (et on est même pas riche)

Une très bonne amie à moi vient d’accoucher. Une primipare la pauvre. C’est donc très naturellement que chacun y va de sa petite remarque à chaque pleur incompris de ce petit nourrisson vraiment choubidou.
Avec les années -et le nombre d’enfants- j’ai pris un certain recul lors de ces discussions de maman. On pense toute connaître la solution. Souvent, on a bon.
L’expérience est une valeur fiable. Enfin bof.

Afin de faciliter la vie à toutes les jeunes mamans du monde entier qui atterrissent sur ce blog internationalement connu et reconnu pour sa qualité éditoriale et son orthographe irréprochable, j’ai réalisé une synthèse.
sarcasme big bang theory

Que signifient les pleurs des bébés âge par âge 

Les pleurs des bébés de 0 à 6 mois

Remarques préalables à l’étude :

  1. Cette analyse porte sur les pleurs dits « d’écorché vif« . Cette expression est en opposition aux autres pleurs appelés « pleurs basiques » émis dans les situations courantes : cas de dalle profonde, couches odorantes, besoin de sommeil imminent, température inhabituelle (précision : 36,8 ou 37,2 n’est pas une température inhabituelle).
  2. Les propos ont été recueillis auprès de 37 mères et 19 pères plus ou moins actifs dans leur vie de parents (comprenez jeunes parents, parents d’ado bien éloignés des problématiques pipi-caca-couches, grand-parents, vieux monsieur dans le supermarché…bref, tous ceux qui fournissent de précieux conseils)

Situation 1 :
Symptômes : bébé se tortille, son ventre fait du bruit, il semble avoir une digestion difficile, il a des gaz (il pète), il rote, il se calme lorsqu’il est calé sur votre épaule (ou il vomit dessus)
Synthèse des différentes explications émises :
COLIQUES

Situation 2 :
Symptômes : bébé se tortille, son ventre fait du bruit, il semble avoir une digestion difficile, il a des gaz (il pète), il rote, , il se calme lorsqu’il est calé sur votre épaule.
Synthèse des différentes explications émises :
REFLUX

Les pleurs des bébés de 6 mois à 6 ans

  1. Cette analyse porte sur les pleurs dits « de petits cochons qu’on égorge« . Cette expression est en opposition aux autres pleurs appelés « pleurs basiques » émis en cas de caprice, de bagarre au sein d’une fratrie ou d’ENQ (Excitation Nocturne Quotidienne). A chaque âge ses maux…

Symptômes : votre enfant est particulièrement désagréable, il fait des chichis pour tout (« faire des chichis » est un terme médicale. Si.).
Synthèse des différentes explications émises : 
LES DENTS

Conclusion : Décrypter les pleurs de 0 à 6 ans.

Au dire de mon entourage et de ceux de mes amis, la conclusion semble évidente. D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi on se prend autant la tête à décrypter les pleurs de bébé une fois qu’on sait ceci :

De 0 à 6 mois, les pleurs c’est soit des COLIQUES soit un REFLUX.
De 6 mois à 6 ans, c’est les DENTS.

Débrouillez-vous avec ça.

Merci à tous les participants de l’étude qui m’accompagnent depuis la naissance de mes enfants en me conseillant avec amour et tendresse (même le vieux monsieur du supermarché). En plus, comme les traitements sont très aléatoires pour ce trio gagnant (coliques, reflux, dents), ça laisse vraiment la chance aux parents de faire leur preuve et d’apprendre le nouveau rôle de leur vie. Bien vu 😉

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Département du Nord et Belgique : un gène di-beta favoriserait les grossesses gémellaires

Un article de la très sérieuse revue « Medecine scientist » vient de mettre en exergue un nouveau gène qui expliquerait la recrudescence de parents de jumeaux dans le département du Nord de la France et en Belgique. Notre envoyé spécial, c’est rendu du côté de l’hôpital de Dunkerque pour comprendre ce phénomène qui viendrait expliquer le miracle de ces nombreuses grossesses gémellaires.

Entretien avec le Professeur Binoma, spécialiste de la fertilité et ancien interne de la Twiny Clinic aux USA.

« Après beaucoup d’études et de recherches dans des centres spécialisés, nous avons pu mettre en évidence une mutation du gène di-beta qui rendrait particulièrement fertile les mères du nord de la France et de la Belgique au point de développer par cycle 2 ovules au lieu d’un. Les facteurs environnementaux, notamment liés à la grande consommation de pomme de terre (à travers les nombreuses baraques à frites présentes sur la zone géographiques étudiées)  et le froid persistant produiraient un effet multiplicateur sur les hormones actives lors de la reproduction. On recense donc une communauté très importante de parents de jumeaux et plus sur le département 59 et en Belgique. »

La vivacité de cette communauté sur les réseaux sociaux vient corroborer ces études.

Bon, bien sûr, c’est des conneries. Mais qui a la vraie explication ?  Pourquoi est-ce qu’il y a autant de maman de jumeaux et plus du 59 et de la Belgique sur Facebook ? Parce que soit vous êtes très actives Mesdames, soit vous êtes très nombreuses !  Mais presque toutes mes gentilles mamans de jumeaux et plus postent régulièrement sur leur belle région. Il fallait donc bien trouver inventer une explication.

Alors, deux possibilités :

– Tu viens du Nord ou de la Belgique et tu veux confirmer cette hypothèse

Ou

– Tu ne viens pas du Nord ni de la Belgique et tu veux quand même être mon copain

Rejoins-moi sur Facebook !

#AutoPromo

C’est à force de lire – les abdos défoncés par les rires- le site du GORAFI que j’ai eu envie de m’exercer à ce style d’écriture !

Allez-y faire un tour et profitez-en pour décompresser !

PS : Venir sur Facebook, ce n’est pas juste pour voir le nombre de fans grimper ! C’est aussi pour échanger, un peu plus librement que d’habitude, l’écran aidant. Et comme ça, on se rend compte qu’on est pas seul dans le grand bateau des parents.
Je vous invite à lire le blog Parler de ma vie qui a fait un super article sur le sujet.

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

facebook blog de triplés

twitter blog de triplés