10 choses que l’on ne sait pas avant d’être parent

Une petite liste toute simple et évidente.

10 choses que l’on ne sait pas avant d’avoir d’être parent.

J’ai une âme de donatrice.

  1. Dès que tes enfants pointeront le bout de leurs nez,tu auras peur, pour tout, tout le temps. Même que, si tu le pouvais, tu leur mettrais un casque de vélo sur la tête pour aller à l’école. (et pour dormir, au cas où ils tomberaient
    mere-imparfaite
  2. Tu aspireras la morve de ton/tes enfants.
    mouche bebe
  3. Tu n’achèteras plus de vêtements blancs. Une fois tu craqueras. Une fois seulement.
  4. Tu iras avec plaisir chez Kiabi sur la nationale du coin. Tu pousseras même le vice jusqu’à t’inscrire à la newsletter et à fournir ta date de naissance (la vraie) pour recevoir les 10% de promo.
    kiabi
  5. Tu réussiras à faire les gros yeux sur commande. Dès fois, tu auras envie de pisser de rire mais non, tu tiendras bon au nom de l’éducation.
    gros-yeux
  6. Tu videras systématiquement les poches des pantalons, manteaux, gilets, sac à dos avant de les fourrer dans la machine à la laver. Les joints de machines sont particulièrement compliqués à démonter.
  7. Tu auras des animaux de compagnie. Asticots, escargots, limaces sont des animaux de compagnie. Si, si.
    limace
  8. Les murs peints de couleurs claires ce n’est pas si bien que ça. Tu comprendras…
    trace-de-doigt
  9. Tu trouveras plein de nouvelles d’explications à tes « nuits blanches ». Obligatoirement.(sinon, tes amis parents te détesteront secrètement)
  10. Tu n’iras plus aux toilettes aussi sereinement. Profites-en !

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Les 3 sorts de Maléfique

Je boss dans le web, je tiens un blog : j’utilise un ordinateur 10 heures minimum par jour.
J’ai été dépensière, je le suis beaucoup moins. J’ai été célibataire, maintenant j’ai 4 enfants. CQFD
J’aurais pu à de nombreuses reprises m’offrir un ordi de qualité, une « bécane » comme disent les vieux briscards de l’informatique. Mais, les événements m’ont toujours apporté une solution transitoire : PC de bureau, ordi pro, récup’, don, etc.

Plutôt cool d’être équipée à moindre prix mais…il y a toujours une couille. La batterie qui flanche au moindre déplacement, la touche « a » en moins (et on s’en sert beaucoup du « a »), un clavier suisse, une session limitée et bien entendu, une connexion minable qui coupe toutes les 15 minutes.

Depuis peu, je souris à la vie, j’ai récupéré un bon ordi. Il va vite, il est puissant, il a le poil brillant.
Mais pourquoi le sort s’acharne t’il sur moi ? Pourquoi ces fichus ports USB ne fonctionnent pas ? (le problème est un peu plus complexe mais vous avez l’idée)

Heureusement j’arrive à rester zen (en vrai, j’ai envie d’arracher chaque touche les unes après les autres puis de retirer les broches jusqu’à la plus petite soudure pour qu’il souffre au moins autant qu’il m’a fait souffrir).

Après un harcèlement en bonne et due forme auprès de mes copains qui « taquinent », de nombreuses heures sur des forums spécialisés qui parlent une langue que Google Translate ne connait pas à base de BIOS et de Chipset, j’ai décidé d’appeler un informaticien.

Il est venu ce matin.

S’en est fini des problèmes d’ordi. J’ai décidé de fonder tous mes espoirs en lui et d’avoir une confiance totale en ce sauveur inconnu. Pour m’assurer de sa pleine coopération, je lui ai proposé un café (mais il n’en boit pas) et j’ai décidé de lui mettre la pression.
Ce n’est pas bien mais il faut mettre toutes les chances de son côté ?
N’oublions pas que c’est une situation DE-SES-PE-REE.

S’il ne parvient pas à réparer ce terrible manipulateur d’ordi, voilà les 3 sorts que je jetterai. Comme Maléfique dans la Belle au bois dormant, j’ai concocté un plan diabolique en cas d’échec cuisant.
la belle au bois dormant

  1. J’accrocherai des tonnes de petits papiers jaunes fluo identiques à ceux que l’on trouve aux alentours des zones industrielles et sorties d’autoroute avec écrit ceci :
    transexuel
  2. Je mettrai en ligne une annonce sur Leboncoin pour une super bagnole type Ferrari avec un prix de vente défiant toute concurrence. Il est sûr de se faire harceler. (et je ferai même la traduction en allemand et en anglais pour élargir le marché)
  3. J’inscrirai son adresse à l’ensemble des newsletters (et même que je cocherai la petite case « j’accepte de recevoir les offres de vos 1000 partenaires et que vous revendiez les fichiers avec toutes mes coordonnées personnelles à des fins publicitaires intempestives »)

Et puis, évidemment, avant qu’il parte, je lui piquerai son stylo.

Il n’a pas encore trouvé. Il doit récupérer le « vilain » samedi. L’avenir est entre ses mains.

Comme je suis une gentille, je lui piquerai seulement son stylo, parce que quand même, tout criminel doit payer.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Apprendre à faire du vélo #1

Le vélo : un moyen de transport, pratique, économique, écologique et sûrement deux ou trois autres adjectifs »éco » quelque chose.
Quand on a trois enfants du même âge, il y a des choses qui pressent un peu moins que d’autres.

Trouver une bonne poussette pour se déplacer : pressé
Trouver des places en crèche pour reprendre le travail : pressé
Leur apprendre à tenir le biberon tout seul : pressé
Apprendre à faire du vélo : pas pressée.

J’ai retardé ce moment si émouvant où, le casque vissé sur la caboche, ils donneront leur premier coup de pédale sans les petites roues. (et sans se casser la margoulette)
D’abord, sortir 3 vélos avec 3 petits alors que je n’ai même pas assez de mains pour tous les tenir tient d’une épreuve d’Interville.
Ensuite, au Trocathlon, je n’ai trouvé que 2 vélos. (à 18h30, le dernier jour de cette grande brocante de sportifs en cyclistes moulants fluo)

L’autonomie par le vélo

Le jour où j’ai eu mon premier VTT vert et bleu à moi (et pas celui de mon grand frère avec la selle recouverte de 3 cagoules pour faire moins tape-cul), mes parents ne m’ont plu emmené nulle part. Sortez les mouchoirs.
Qu’il pleuve, qu’il vente (et même sous la neige), j’allais partout à vélo. A l’école, au sport, chez les copains. C’était une vraie galère avec la boue et ce satané dérailleur qui niqué tous mes bas de pantalons mais c’était la liberté.

Il y a un petit mois de ça, je me suis dit : mes enfants, il est temps de vous apprendre à faire du vélo.

La draisienne

J’ai croisé plein de gosses qui manquaient de peu de me foncer dedans avec leur vélo bizarre. Oui, c’est bizarre un vélo sans pédale. On paye pour un truc pas fini. Comme si on oserait acheter une voiture sans moteur. L’arnaque totale.
Et puis, je me suis ravisée en voyant Léo et Ethan, deux petits copains, passer de la draisienne au vélo sans petite roue, sous mes yeux, en moins de 20 minutes. Franchement, c’était impressionnant. Comme s’ils avaient tout de suite pigé le truc.

Je me suis dit : « pourquoi pas nous ? »

Ils ont 5 ans.
Le problème, en s’y prenant à 5 ans, c’est que les draisiennes paraissent ridiculement petites, et les vélos pour moyens-grands (j’imagine que les boutiques spécialisées ont un jargon plus pointu) particulièrement grands.

Notre budget « seconde nécessité » ayant bien diminué depuis l’arrivée de nos 3 bouches à nourrir d’un coup (et 3 lits à acheter, 3 matelas, un million de couches, 2 vaches pour produire le lait…), nous avons choisi ce qui durerait le plus longtemps : les vélos pour moyens-grands. (16’’)
Comme pour les fringues, il vaut mieux toujours prendre 2 tailles au-dessus !

C’est un peu haut mais bon, ça va. Par contre, la seule solution pour débuter un apprentissage avec ces vélos-là, c’est les petites roues …
ou… retirer les pédales.

Transformer un vélo en draisienne

Il suffit de retirer le pédalier…
En fait, c’est une vraie galère de retirer un pédalier. Non seulement, il faut dévisser les mini-vis du garde-boue (qui tombent entre les dalles d’une demie-tonne de mon balcon). Ensuite, il faut insérer une clé spéciale (un « extracteur de pédalier ») que oui, ça existe une clé rien que pour retirer le pédalier. Après cette étape qui m’a nécessité de chercher sur google une requête que je n’aurai jamais imaginé, j’ai ressenti une grande fierté (Cécile, je pense fort à toi). Et puis, quelque chose clochait.

extracteur de pédalier

l’extracteur de pédalier

apprendre-a-faire-velo-3

La chaine aussi peut se retirer. Il faut utiliser un autre outil « spécial  » : le « dérive-chaine ». Malheureusement, je n’ai absolument pas de « dérive-chaine » dans ma boite à bijoux. Du coup, j’ai mis un élastique pour éviter de se prendre les pieds dedans. Ça donne un certain cachet.

Investir dans un vélo évolutif

Vélo trop grand + chaine qui pend = risque élevé d’appeler les pompiers
(et on a déjà testé récemment)
J’ai donc à nouveau cherché un modèle pour mes enfants plus si petits que ça.
J’ai trouvé ceci :
apprendre-a-faire-du-velo

Le vélo Woony de Decathlon

Grâce à la marque Btwin (rayon cycle de Decathlon) j’ai eu la chance de le demander en test. (J’ajouterai que le contact et le service avec la marque ont été d’une exceptionnelle qualité. Ça ne perd rien de le faire remarquer.)

C’est la seule alternative que j’ai trouvé ingénieuse. Le vélo est ok pour un enfant de 5ans. Après cet âge, c’est un peu juste en taille. Pour mes triplés, j’ai ajusté la selle et le guidon au plus haut. Les réglages se font en un coup de clé (fournie avec et qui tient bien en main).

btwin-woony

La clé magique

Le principe du vélo évolutif :
Au départ, l’enfant s’en sert en draisienne (à partir de 2 ans) pour apprendre l’équilibre, l’utilisation des freins.
Ensuite, dès qu’il est là l’aise et qu’il fait du rouli-roula farpaitement, il est possible d’ajouter un « bloc » par un simple système de vissage qui comprend le pédalier. (toujours avec la même clé)

La vidéo de présentation sur le site de Decathlon est bien expliquée, je ne vais pas me forcer à en faire un plagiat moins abouti.

[youtube=http://youtu.be/BxR_Dh6kcCk]

Voilà quelques petites photos pour observer la belle bête :

draisienne-btwin-woony

Sans les pédales

draisienne-btwin-woony-1

Retirer le pédalier simplement…

draisienne-btwin-woony-guidon

Des freins pour éviter les poteaux, une petite loupiotte et un dring-dring

draisienne-btwin-woony-pedalier

Le système « turn and go »

draisienne-btwin-woony-selle

La selle et la petite lampe à led.

velo-btwin-woony

Avec les pédales

velo-btwin-woony-roue

Des roues larges et stables, gonflable avec une pompe standard. (et pas de rayon pour se couper les doigts)

Je me donne 15 jours par enfant pour leur apprendre.
Je l’appelle le « forfait apprentissage en accéléré » (équivalent BTS Vélo) Chacun aura le droit à un entrainement intensif pendant deux semaines (histoire d’avoir le temps de s’habituer) avec maîtrise de la sonnette et tout et tout.

apprendre-a-faire-velo-1

Suis la lumière…

Lolo étant médicalement disqualifiée pour être la première à prendre les « cours », c’est Ava Banana qui débute la session de formation. Danou préfère « voir comment elle y arrive avant d’essayer« .

Verdict dans les jours à venir. Je vous tiens au courant.

Si vous avez des conseils pour ne pas compromettre nos vacances d’été avec une jambe cassée, vous êtes les bienvenus pour commenter. 
Si vous voulez dire un truc genre « prout », « caca », « pipi » vous pouvez aussi. C’est moins constructif mais ça me fait toujours marrer. Je crois que je ne fais des enfants rien que pour la phase « pipi-caca ».

PS : il va vite falloir trouver un casque. Je m’étais basée sur mon périmètre crânien pour en acheter un mais Melle Ava Banana, 5 ans, à une plus grosse tête que moi…

casque-velo

Le casque trop petit

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Il m’arrive de présenter des tests par ici. Souvent, j’ai envie d’ajouter le « truc » en plus. Mon utilisation dans des conditions de maman de l’extrême me donne envie d’ajouter une petite touche d’imagination. C’est donc de cette façon que je vais procéder.
Dans mes tests, tu trouveras des photos, du blabla, des explications, plein de détails, une revue d’autres tests trouvés par ici et pour avoir d’autres avis et…mes petites idées de maman contrainte à l’ingéniosité 😉.

Oui, ce sera long et ça va déchirer. Ce sera bon comme du Nutella : un coup de cuillère et tu t’enfiles le pot.

Les aliments interdits pour les enfants

Le repas et les enfants, j’en ai déjà parlé. C’est une épopée fantastique où se côtoient le bon et les crades, les cuillères et les doigts, les verres et les inondations.
aliments-interdits aux enfants

Il existe un top 5 secret que même Topito n’a pas encore révélé de peur de ne faire s’écrouler l’industrie alimentaire. Limiter le chômage est une priorité.

Ce top 5 concerne :

Les aliments à éviter absolument avec les enfants

1) La semoule
Je ne sais pas si vous avez déjà testé avec vos enfants, mais, à la maison, la semoule, c’est vraiment quand il faut finir les fonds de placard.

Points faibles : ça en fout partout, ça colle aux chaussettes et glisse sournoisement sous le frigo encastré. Ca tient très mal dans une fourchette et c’est bien trop compliqué avec les doigts (à part quand elle est desséchée de la veille…et qu’elle a trop traîné dehors…)
Mise en garde : ne jamais passer un chiffon humide ou une éponge (Bob ?) sur la semoule. Elle collera, se décomposera en de minuscules bouts pâteux.

2) Les mueslis
Avec sa réputation l’associant naturellement à l’alimentation saine, donner des mueslis à ses enfants paraîtrait être une bonne idée. En fait, pas du tout.
Points faibles : Même principe que pour la semoule. Trop de particules tuent les repas conviviaux. A ceci s’ajoute des toilettes sur-occupées le jour suivant. La faute aux fibres alimentaires en excès.
Conseils d’utilisation : A ramener dans un petit sac dehors pour le goûter. Une belle occasion d’admirer les oiseaux de prêt tout en faisant le plein de vitamines et de fer.

3) La sauce tomate
Il n’y a pas vraiment besoin d’expliquer, mais je me lance quand même. Tout parent censé connaît l’action de la sauce tomate sur les enfants…ou plutôt sur leurs vêtements.
Points faibles : tachant, super tachant. Malgré les bavoirs intégraux, les capes jaunes Disney ou le Kway de mamie, ils seront tâchés. Souvent, c’est imperceptible au premier coup d’œil mais, en y regardant de près, on découvre la belle marinière joyeusement achetée 5€ à la brocante de Playmobil-Ville-Les-Bains largement tachetée de mini points rouges.
Conseils de consommation : Proposez à Mamie de préparer sa bonne bolo le quand les enfants iront chez elles. Mettez-leur de vieux tee-shirt pourris en prétextant qu’eux aussi ont besoin de se laisser un peu aller à la détente le temps d’un week-end.

« Quand c’est trop compliqué, le mieux, c’est de demander aux autres de le faire. »
Proverbe d’une mère fatiguée
maman-fatiguee

4) Le sucre en poudre
Délicieux sur les crêpes, incontournable pour faire un gâteau (et ne me dites pas « mais non, moi je connais une super recette de gâteau sans sucre« . Je te répondrais : « je la connais aussi, ça s’appelle du pain« ), le sucre est également parmi les 5 aliments vicieux.
Points faibles : Non seulement, il s’évade systématiquement des côtés mal refermé du paquet partout sur l’étagère mais en plus, il est extrêmement difficile à doser. « Non, Ava, tu ne peux pas essayer de faire un Olaf sur ton Petit Suisse« .
Naturellement, il faut donc en racheter toutes les deux semaines où recouvrir le paquet d’un sac de congélation qui, inexorablement, finira par coller salement à l’étagère.
La légende comme quoi donner du sucre aux enfants les excite, moi, j’y crois.
Recommandations d’utilisation :
Optez pour le sucre en sac doseur. Un peu plus cher à l’achat mais super pratique (si vous êtes d’âme économe, il est possible de remplir le contenant à l’aide d’un entonnoir et de sucre premier prix).
sucre-en-poudre
Mise en garde particulière : le sucre, jamais après 17h. Attention, si vous mouillez en plus les enfants, ils se multiplient.

5) Le pain sec
Donner du pain sec à boulotter à ses enfants, ce n’est pas vraiment sympathique. Les temps sont durs, ma p’tite dame. Du pain sec et de l’eau.
Ou, on a encore été deux à penser que d’acheter du pain pour la semaine et le congeler c’était une bonne idée.
Points négatifs : l’effet tour de magie : j’écrase une boulette de pain sur la table du bout du doigt, ça se transforme en un tas de miettes. L’impression d’être Hulk et Superman réunis. Un jeu qu’ils pourraient répéter des milliers de fois.
Phénomène spongia : Le pain –sec ou non- semble gonfler dans l’estomac comme une éponge.
L’équation suivante :

les enfants mangent trop de pain = les enfants n’ont plus de place pour les légumes 

est très trop souvent vérifiée.

Recommandation d’utilisation : le pain sec c’est bon en pain perdu pour les dimanches sur le canapé. (ou pour le balcon de cette voisine raciste qui déteste les oiseaux)

 Des aliments à ajouter à cette liste ?

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Rébus-O-Matic : La machine à faire des rébus

Depuis que mon mari travaille à l’étranger nous avons remarqué un phénomène hallucinant : il est plus intelligent. Il l’était déjà avant mais là, son Q.I. a pris quelques points. Nous en avons conclu naturellement que c’était le passage de la frontière qui faisait cet effet. Du coup, pour devenir les plus intelligents du quartier, nous hésitons tous à nous expatrier.

Niet, pour le moment il est hors de question de partir avec les enfants vivre là-bas. Nous resterons avec notre Q.I. limité. Après tout, c’est bien comme ça.
Néanmoins, j’ai le bonheur de le voir revenir toutes les semaines avec de formidables idées. Vendredi, il m’a présenté un site internet EXTRAORDINAIRE. Au moins ça.
Il est tombé dessus au moment d’organiser une chasse aux trésors pour le centre de jeunesse dont il s’occupe.
Comme dans de nombreuses chasses aux trésors, il y a des énigmes (et plein de bonbons à gagner). C’est le moment où il faut se creuser la tête. C’est là, que l’augmentation de Q.I. prend tout son sens.
Après les habituelles listes d’objets à trouver, les devinettes un peu tirées par les cheveux, les calculs savants pour enfants de 5 ans, le tire à la corde d’usage courant, est venu le moment des rébus.

Des images pour remplacer les mots, c’est rigolo.

Je suis une vraie adepte des livres à trous pour les enfants. C’est génial pour les faire participer et rendre la lecture encore plus attrayante. Il y a bien sûr eu une initiation avec les textes à trous de Papoum, ça fait des années qu’ils y sont abonnés.

papoum

Papoum : texte à trous

Depuis 1 an environ, ils ont également testé le niveau suivant avec un livre vintage qui date de mon enfance : La petite poule verte. 14 pages de texte à trous niveau avancé.

la-petite-poule-verte

Les texte à trous de la Petite poule verte

Le rébus : une activité ludique et amusante

Faire des rébus, c’est tout un art. Je pense même qu’il existe un nom pour ceux qui les invente. Je ne l’ai pas trouvé. Je les appellerai donc les Rébuman. (n. inv.)
Etre Rébuman ne s’improvise pas facilement.
Heureusement, il existe sur le net une Machine à faire des rébus : Rébus-O-Matic.

Rébus-O-Matic
faire-des-rebus

Le principe est simple : tapez un texte, cliquez sur Abracadabra et…les mots se transforment en images comme par magie.

Le site est extrêmement simple d’utilisation. Des magiciens des sons ont dû longuement travailler pour obtenir ce résultat d’excellente qualité. Pour mieux comprendre le principe de cette moulinette à mots, vous trouverez ici une belle explication. J’aurais bien piqué l’illustration qui sert les propos mais je laisse à César ce qui lui appartient. Droit d’auteur et d’idée, j’aime au maximum les préserver.

Si vous chercher donc un moyen simple d’amuser les enfants, pour un goûter d’anniversaire ou juste pour avoir la paix, le site Rébus-O-Matic c’est le top pour jouer avec les mots.
Vous pouvez aussi jouer en ligne en cliquant sur « Devinette« .

Enfin, il est également possible de s’en servir pour faire passer un petit message de façon plus sympa à son adorable conjoint. On ne sait jamais, ça ne perd rien d’essayer.

rebus-o-matic

Rébus 1

rebus-o-matic2

Rébus 2

Si vous êtes joueurs, je vous invite à mettre les réponses
aux 2 rébus en commentaire

 

PS : Rébuman, si tu passes par là, j’ai une petite (toute petite) évolution que j’aimerais voir apporter à la machine à faire des rébus. Serait-il possible d’un peu plus séparer les différents mots qui composent le rébus afin d’en faciliter la lecture ? D’avance merci et bravo pour ce super boulot.

Les avantages de Rébus-O-Matic

  • Oh, les rébus, que c’est rigolo !
  • Il n’y a pas l’air d’avoir de limite au texte que vous entrez. Si je le souhaitais, tout cet article pourrait être « rébutiser » (Déf. : Transformer en rébus. Issu du dictionnaire du Rébuman)
  • Rébus-O-Matic offre la possibilité d’afficher le rébus en 3 formats différents. Pratique lorsqu’il faut l’imprimer sur un petit bout de papier.
  • Le site propose d’afficher de la pub. Ou non. Je trouve cela particulièrement malin pour les lecteurs sur tablette qui en on assez de voir leur écran à demi occupé par des pubs pour viagra.
    rebus-o-matic-sans-pub

La machine à faire des rébus : www.rebus-o-matic.com

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Sale Nuit !

Il est temps d’instaurer une nouvelle expression.

Voilà 5 ans que je mène une longue expérience concernant les nuits pourries. C’est si banal. C’en ai presque ridicule de stéréotype. Une mère de 4 enfants de moins de 6 ans qui dorment mal, qui dort mal…

sale nuit

Mes nuits, c’est comme dans un film.

Je lève donc le point pour une cause simple à défendre dans un contexte où tout semble complexe. Arrêtons de souhaiter « Bonne nuit » aux parents de jeunes enfants. Ca frise le ridicule. Aucune interprétation favorable n’est possible pour un « bonne nuit ».

Alors, sale nuit à vous tous.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Tu me GAV

Il y a des sujets légers et il y a des sujets glauques. Là, on est dans le glauque. Quoi que…
En fait, les GAV c’est une Garantie des Accidents de la Vie. Si tu meurs ou si tu as un handicap lourd, tu reçois des sous.

Les sous, ça ne rend pas plus heureux.

Quand même, il ne faut pas se mentir, ça rend les choses un peu plus simples. Y’a que Beyoncé qui dira le contraire.
Déjà que quand tu perds quelqu’un tu es triste à en crever, les sous, c’est comme un bon mouchoir en soie pour allègrement se moucher. Une cerise sur le cercueil.

Je ne cache pas que je suis angoissée. Du genre angoissée chronique. Mon mari est en retard, je m’imagine appeler mes collègues pour leur annoncer que je dois l’enterrer le lendemain.
C’est la partie la plus glauque de l’article. Promis. C’est pour présenter le contexte factuel et l’état d’esprit. Une mise en situation, tout bêtement.

Et bien, j’en ai eu assez d’avoir peur. Un gros chèque ne fait pas moins peur mais depuis la naissance de tous ces enfants, nombreux et gourmands, je veux être à l’abri. A l’abri de la douleur, de la perte, ce n’est pas possible. Dommage.
A l’abri financier, par contre, c’est jouable.
pulp-fictionIl y a un risque à tout ça. Je ne me mens pas. Si mon mari signe un papelard me léguant 500000 €, j’avoue que s’il fait semblant de ne pas entendre les cris de notre petit dernier qui réveilleraient une marmotte hibernant, je pourrais être tentée de lui donner un coup violent derrière la tête avec une lampe qui traîne à proximité. Et hop, sms de mon appli Axa Banque m’annonçant un virement d’un demi-million d’euros.

Mais je ne suis pas folle, je pense au lendemain et aux nuits suivantes, il va me falloir un allié. Je ne vais pas m’en séparer si facilement. Même pour un compte bien approvisionné.
Tout ça pour dire, que ça y est, j’ai passé le pas, mon mari à signer une Garantie des Accidents de la Vie. J’espère que nous la payerons éternellement sans en bénéficier. Amen.

Claire, la mère flippée

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

Les poux

A mon arrivée à l’école ce matin, cette vilaine affiche est placardée sur les portes des classes de mes enfants.

les-poux
A la sortie de l’école, j’échange avec Mme la Directrice :

« Nous savons toutes les deux ce qu’il en est. Les têtes à poux sont connues dans les maternelles.
Je sais bien que ce n’est pas de la faute des enfants. Je sais bien que cela n’a rien à voir avec l’hygiène et qu’il serait discriminant de les isoler.
Mais, je vous en priiiiiiieeeeeee, j’ai quatre chevelus à la maison. Une famille l’Oréal.

Alors, je ne vous ai rien dit mais, je sais que vous savez.
S‘il vous plait, épargnez mes enfants.
Si vous les voyez en zone à risque, attirez-les avec ça. » (remise d’une boite de Smarties en cachette)

Ce message particulièrement égoïste pourrait-être généralisé pour l’ensemble des parents propriétaires d’une tripotée de marmots.
Ne refiler les poux qu’aux enfants uniques semblent être une piste intéressante à explorer pour éradiquer ces enculés de poux.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Avis important aux femmes enceintes

« Allo ma poulette, tu as préparé ta valise pour la maternité ? Tu as bien pensé à tes affaires ?
– Oui, j’ai bien pensé à des trucs confortables qui ne serrent pas le ventre.
Oui, j’ai pris les soutiens-gorge d’allaitement, ceux qui s’ouvrent sur le téton comme dans les films pornos mais qui n’ont rien de porno.
– Et tes culottes ? Tu as acheté des culottes filet ? Tu veux que je t’en ramène de l’hôpital où je travaille ? »

La culotte filet

La grossesse, ce moment d’épanouissement totale (pour certaines) où la libido est censée être à son apogée se termine systématiquement par l’étape la plus glamour qu’il soit : la culotte filet. Même que des fois, ce magnifique sous-vêtement est complété par des protections massives type pull-ups version adulte.

Ce sous-vêtement hors norme mérite bel et bien un article

La culotte filet post-accouchement est le summum du glamour. La pièce incontournable à glisser dans la valise de maternité.

Voilà les 5 points pour te convaincre d’être « in da place » avec des résilles sur les fesses :

  1. La culotte filet est extensible, pas besoin de faire du 36, contrairement aux autres accessoires made in la taille 0 plébiscités dans les Vogue du monde entier.
    (note de l’auteure: il est temps d’être franche avec toi, à part si tu es E.T., tu ne rentreras pas dans tes anciens vêtements le lendemain de l’accouchement)
  2. La culotte filet laisse de jolies traces quadrillées. Stop aux tatouages éphémères au henné et aux risques d’allergie. Que du bio, du nature, du beau.
  3. La culotte filet te donne avant-goût de la longue période qui va suivre l’accouchement. Fini les dessous sexy pour un moment. Il va falloir t’y habituer, au moins le temps de cicatriser. Ce petit accessoire te permet de plonger en douceur dans l’anti-féminité qui suit la grossesse.
    Quand on décide de se lancer dans un nouveau style vestimentaire, il est toujours recommandé de commencer par des petits accessoires, le temps de s’habituer et de mieux s’accepter. Petit, discret, la culotte filet, c’est le début d’un nouveau look pour une nouvelle vie.
  4. La culotte filet est jetable. Fini les machines à laver. Si tu te décides d’adopter les couches lavables, tu verras, tu vas apprécier.
  5. La culotte filet n’est pas chère. A part les barrettes et les chouchous achetés chez H et Merde, il n’existe que peu de vêtements aussi stylés à ces prix au rabais.   

Je pourrais aussi ajouter que tu peux te gratter dans plein d’endroits inattendus avec facilité, mais laissons un peu de romantisme à la maternité. Et puis, ne l’oublions pas, il est toujours bon de rappeler qu’il faut sortir protégé.
culotte-filet

L’article de Maman Yuki du blog Papa Panique m’a inspiré cette article.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Père au foyer

Cela fait un moment qu’il est noté dans mon joli carnet à la couverture Liberty, « article sur le père au foyer » et puis, faute de temps, de gosses derrière la porte ou des dents du dernier (entre 2 mois et 3 ans, c’est toujours les dents), j’avais laissé ce récit de côté.
C’est un article intitulé « Le chef de famille » écrit par l’une des Moukraines à la Glaviouse (voir leur blog) qui m’a soufflé « prête-moi ta plume pour écrire un mot ».

Résumé de l’épisode précédent

Vous l’avez assurément raté. Il n’est disponible qu’en vidéo à la demande en V.O (japonais) sous-titré suédois. La loose quoi.
Pour faire bref : j’ai repris le boulot au 8 mois de mes triplés qui ont 5 ans maintenant. Je me suis arrêtée pour le congé maternité de mon 4ème puis j’ai repris le chemin du travail.
Depuis la naissance de mes enfants, j’ai décidé de choisir une solution simple et adaptée à notre nouveau quotidien.
Pas du tout.
Voilà plusieurs années que je travaille à 500km de chez moi. Train le mardi matin vers 6h00 pour démarrer une semaine pleine de pep’s, retour le jeudi soir vers 20h. Entre les deux, je suis sur Paris. J’habite Lyon.
En ce moment, côté boulot, c’est compliqué. « Compliqué » est le mot utilisé quand on veut dire « t’es virée, on a plus de sou » version plus classe.
Il est certain que je ne resterais pas longtemps à la maison, c’est triste, mais je ne peux pas. Cela en tient de mon équilibre mental. J’ai besoin de travailler (et d’écrire, et de voir mes enfants, et d’être maniaque du ménage, de l’organisation, de la corde à sauter), j’aime ça.
Néanmoins, il faut bien bouffer. Mon mari a donc pris son sac à dos et s’est barré. En Suisse. Ils payent mieux les Suisses. Et ils ont du chocolat. Et des diamants. Ok, des cristaux Swarovski.
Voilà donc notre rythme de vie depuis plus de 4 ans qui est totalement inversé. Il est absent 3 nuits par semaine (♫ ♩ ♬ »et 3 nuits par semaine….. »♫ ♩ ♬) C’est moi qui m’occupe un peu plus des enfants.
Je suis émue chaque fois qu’ils m’appellent Papa. C’est pour eux le nom de celui qui a été le plus là. Aussi dur que cela ait put-être, c’est tout à fait légitime qu’ils aient choisi ce mot là. Mon mari a été là plus que moi et je ne peux pas lui retirer cela.
J’ai eu souvent le coeur serré au moment où le réveil sonnait pour m’indiquer de partir prendre les transports en commun. J’ai versé une larme plusieurs fois en cachette quand ils demandaient ensemble : « maman, tu peux trouver un travail à côté de la maison ? ».

Le congé parental apparaît pour 75% des parents de multiples comme l’unique solution
(information fournie par l’association Jumeaux et plus)

60%¨des parents de jumeaux et plus se voient contraint de quitter leur emploi. Outch !
Nous avons confirmé les stats. A part que parmi ces 60%, ce sont 98% de mères qui s’arrêtent d’aller au bureau.
A la maison, nous faisons partie des 2% restant.

Papa ne travaille pas (ou plutôt autrement)
pere-au-foyer

Mon mari est resté à la maison quand j’étais absente pour le travail.
Il est resté à la maison avec des triplés.
Il a fait les courses avec eux, il a donné les repas, les biberons le jour, les biberons la nuit. Il a refait les courses, il a changé toutes les couches et en plus, il a tenté de nettoyer chaque fois la maison avant que je ne revienne.
Franchement, il est parfait. Avoir « tenté » est largement suffisant. J’ai l’oeil très critique sur la propreté.

Il n’a pas eu particulièrement de remarques de l’extérieur. Bien sûr, ça mère nous a condamné. Mais c’est sa mère, ça ne compte pas.
A la crèche, ils étaient habitués. Dans le quartier, tout le monde le connaissait. Nos amis n’ont même pas relevé.
En fait, c’est lui qui m’en parlé. Il y a peu de temps. Depuis qu’il est reparti sur les routes, il entend souvent : « Ta femme est seule à Lyon avec les enfants ? Mais comment elle fait, elle a du mérite ».

Je ne sais pas si c’est une question de parité mais aussi injuste que cela soit, à mon mari, on ne lui disait pas ça.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés