Jumeaux, triplés : La propreté

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !

La grande histoire du pipi-caca
papacube-lepot
Super-Papacube a encore frappé. découvrez cette illustration et plein d’autres formidables ici.

En finir avec les couches des bébés

Dans l’idée, c’est un moment tellement attendu. L’occasion d’enfin virer cette table à langer qui empiète sur mon espace vital dans la salle de bain. Fini les rougeurs sur le cul, l’éosine sur les doigts et les allers-retours chez l’épicier pour payer trois fois le prix pour un mini paquet de couches que j’ai oublié d’aller acheter dans la journée.

Dans les faits, c’est l’angoisse, la flippe, la grande compét’ des bébés. Qui sera le premier à être propre ?!
A ceci s’ajoute la pression. Si ton enfant doit entrer en septembre à l’école, tu ne pourras pas longtemps cacher une serviette périodique dans sa culotte. A un moment, ils vont te repérer et ton petit bout sera dégagé.

Dès qu’ils savent monter les escaliers

Mamouchka m’a souvent répété que les enfants sont prêts à aller sur le pot lorsqu’ils peuvent monter seuls les escaliers. A priori leur cerveau est alors capable de retenir leurs sphincters. Une belle coïncidence qui permettrait de savoir quand son enfant est prêt à être propre.
Pour mes triplés, je m’y suis prise un peu différemment. Pas question de faire la pêche au caca ou de les courser avec une serpillière partout dans l’appartement. Je ne me suis donc pas pressée et j’ai préféré attendre l’été pour vraiment m’atteler à cette tâche qui semblait si complexe chez d’autres parents.

Un peu avant leurs 2 ans, nous avons acheté les pots. Comme ça, pour les initier. Plusieurs histoires lues le soir abordaient la propreté chez les petits. C’était « Tchoupi sur le pot » leur préféré.
tchoupi-va-sur-le-pot Arrivé le mois de juillet, alors âgés de 2 ans et demi, mes triplés ont été plus largement mis à contribution. Désormais, il ne va pas falloir faire que regarder ces petits pots rigolos. Il va falloir les remplir, et pas juste de PQ déroulé.

Préparation de mes triplés à la propreté

Objectif : faire de l’apprentissage du pot un moment valorisant.
Préparatifs:
– 3 pots
– 3 enfants
– Du vernis à ongle
– un arrosoir
– Idéalement un jardin
– des culottes jolies et choisies par les enfants
– une serpillière
– des sacs plastiques pour ramasser les crottes abandonnées !
– des alèses pour les lits

Etape 1 : personnalisation des pots
Nous n’avons pas beaucoup réfléchi mais il nous a semblé assez évident de prendre un pot par enfant. Des petits pots, achetés dans le supermarché du coin. Rien de bling-bling ou d’innovant, des pots simples de trois couleurs différentes.

Afin de faire du moment de la propreté une super teuf, nous avons fait un atelier déco avec nos petits bonhommes. Sur les pots, nous avons écrit le prénom de chacun et fait des petits dessins. Pour être sûrs de ne pas se retrouver avec des noms à moitié effacés au bout de deux passages sous l’eau ou des stickers à moitié arrachés, nous avons utilisé du vernis à ongle pour les décorations. Pas cher, palette de couleurs très diversifiée, impossible de le retirer.
Ils sont très fiers d’avoir leur pot personnalisé.

Etape 2 : Applaudissez s’il vous plait
Mon objectif : j’ai deux semaines pour leur apprendre à être propre.
Nous avons loué une maison pour l’été à la campagne avec jardin et buissons à foison.
Nous avons prévenu les enfants pendant plusieurs semaines avant que nous allions désormais aller sur le pot. Ils sont prêts psychologiquement. Nous sommes prêts psychologiquement.
Le jour J est arrivé.
Plus de couche dès le départ. C’était notre choix. Tous en culottes toute la journée ou avec un petit short facile à baisser. Tous les trois quarts d’heure environ, nous les faisions asseoir sur le pot installé sur l’herbe. Au moins, pas de panique s’ils visent à côté.
Dès fois rien, dès fois quelques gouttes, dès fois la grosse commission ou comment être fière de voir les déchets d’un estomac.

A chaque victoire, et je crois que ça a été l’élément déclencheur, nous nous mettions à faire une ola et à applaudir comme s’ils venaient de remporter la médaille d’or au J.O. Ils étaient super fiers d’eux et ne souhaitaient qu’une chose, y arriver à nouveau.
L’heureux gagnant avait la responsabilité de laver son pot avec l’arrosoir à disposition. Un rôle de grand (et jouer avec l’eau c’est rigolo) pour féliciter leur autonomie. En cas de pipi dans la culotte, je n’ai jamais grondé mais j’ai toujours fait la remarque. Ca n’est pas arrivé très souvent.
Rapidement, et franchement j’ai été plutôt surprise, ils sont allés sur le pot systématiquement. De retour à la maison, ils ont commencé à demander les toilettes.

Etape 3 : la sieste et les nuits
En août, mes triplés étaient propres la journée. Durant la sieste, ils gardaient des sortes de pull-ups (culotte d’apprentissage) acheté chez Lidl. Elles sont pratiques et en termes de prix, ça vaut franchement le coup. Au bout de 3 semaines de propreté en journée, ils ont demandé l’un après l’autre de retirer les couches pour la sieste. Il y a eu quelques draps mouillés. Les alèses ont été nos alliées.

Pour la nuit, une fois de plus, nous ne nous sommes pas pressés. Ils étaient déjà à l’école depuis 6 mois lorsqu’ils ont demandé à dormir sans couches. Lolo Cacao souhaitait encore la garder quelque temps. Elle ne se sentait pas prête. Je n’ai pas insisté et un jour, elle nous a dit « la couche c’est fini ». Elle devait avoir 3 ans et demi. Plus jamais de pipi au lit.
Il était donc temps de faire un autre bébé. les couches, ça commençait à nous manquer !

PS: Nous avons sûrement eu de la chance que cette étape se soit particulièrement bien déroulées. Néanmoins, je pense que de ne pas avoir essayé trop précocement a été une de nos meilleures idées ainsi que de faire de chaque réussite un moment réjouissant. Même le pipi, ça s’applaudit !
Je n’ai jamais eu de copain qui continuait à porter des couches, ça m’a aidé à ne pas culpabiliser de les mettre sur le pot dès qu’ils savaient poser un pied devant l’autre.

jumeaux et plus les questions_thumbs

 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

Repas avec des multiples : on prépare combien de kilos de purée ?

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !
repas-triplés

Retour vers l’époque des purées avec mes triplés
Et voilà, vers 4 mois, mes triplés commencent vraiment à grandir. Ils ne prennent désormais « plus que » 12 à 15 biberons par jours (et par nuit). Pour Dr Bobo, il est temps de donner à nos enfants autres choses que du bon lolo. Le papa voulait évidemment commencer par les boulettes. C’est un peu tôt me dit Dr Bobo. Loin de l’idéal paternel, la courgette puis la carotte ont été les deux premiers légumes au menu.

Manger à moitié allongé

Ils ne tiennent même pas assis tous ces bébés. Les coincer dans des coussins pour leur donner un semblant de tenue revient au même que de dire « je lance 2 machines à laver ». Le transat a une fois de plus été mon copain.

triplés-repas-transat

Serviettes pourries, transats protégés

Encore une fois, avant de passer tous à « table », j’avais minutieusement tout préparé pour ne pas être prise au dépourvu :

  • Les carottes/ou les courgettes dans la cocotte minute (j’ai trouvé ça beaucoup plus pratique que les robots pour bébé notamment pour cuisiner en quantité) puis transformées en bouilli dans un récipient haut avec un pied mixeur (rapide à laver)
  • Un petit pot type tupperware et une cuillère en plastique (le même pot et la même cuillère pour les trois. De toute façon, les microbes sont nos amis)
  • 25 serviettes
  • 3 bavoirs qui se ferment avec un scratch (arracher les cheveux des petits ou refaire 15 fois le lacet, non merci)
  • l’aspirateur et la serpillière pas trop loin

La ronde de transat est installée. J’ai 6 yeux gourmands braqués sur moi. Afin de ne pas tester trop largement la patience de mes enfants, j’ai fait le choix de tous les nourrir en même temps. Un cuillère pour Ava Banana, une pour Lolo Cacao, une pour Danou. Une pour Ava Banana, une autre pour Ava Banana puis encore une autre. Chacun leur appétit !
Ah oui, deux point importants que j’ai oublié :

  • avoir toujours des biberons prêts de côté au cas où, un ne voudrait pas trop déguster la sublime purée. (et pour éviter que les deux autres mangent dans les cris)
  • mettre des serviettes qu’on aime pas trop sur chacun des transats. Une solution simple pour ne pas avoir à laver tous les jours les transats qui peuvent mettre plusieurs heures à sécher.

Cette technique à plutôt bien fonctionné. Je  n’ai jamais insisté en cas de refus. Sûrement une question de patience et de temps. Idem pour les petits bébés cracheurs qui adorent faire des prouts de purée. Pendant les repas, Maman tyran est de sortie. Apprendre à manger proprement c’est juste une question d’évidence pour la maniaque qui hante mon esprit.

1, 2, 3 quelles chaises hautes pour mes triplés ?

Un jour, peut-être un peu tardivement -je n’ai pas eu le temps de regarder le calendrier- ils se sont assis.C’est l’heure de taper « chaise haute pas chère » sur le boncoin. Nous avions opté pour les Peg Perego Prima Papa qui peuvent se replier. Avec le recul, j’aurais cherché des chaises moins volumineuses qui peuvent s’empiler. Je ne sais même pas si ça existe, mais si ce n’est pas le cas, il faudrait l’inventer.

Mes critères pour une chaise haute pratique avec des jumeaux ou des triplés :

  • Une tablette amovible pour que la chaise serve aussi de petite table d’activité. Un espace sécurisé pour caser un enfant. Avec trois, nos bras sont souvent occupés.
  • Moins il y a de bitonios partout sur la chaise haute, plus elle est simple à laver. Et vous verrez, vous allez souvent les laver. Je me répète comme une vieille mémé, mes les triplés ont plein de doigts crados. Plein.
  • Un harnais de sécurité facile à attacher. En fait, sinon, vous risquez d’un peu trop volontairement oublier.
table-triplés

Sinon, il existe ça. Vous pouvez la fabriquer grâce à des sièges de balançoire.

Ils mangent seuls, appelez les pompiers

Arrive enfin le jour, où, triplement fière de mes enfants, je leur donne à chacun la précieuse cuillère qu’ils vont pouvoir utiliser tout seul. Plus besoin d’attendre son tour. Libérés. Libérée.
N’imaginez pas pouvoir boire un petit café en les regardant manger bien proprement comme dans un restau huppé. Des petits bouts tombent par terre, les bodys sont tout tâchés, même les cheveux sont collants. Vive l’autonomie. J’ai donc adopté 2 objets bien pratiques :

  • le bavoir intégral en plastique puis le bavoir récupérateur quand ils avaient enfin pigé que la bouche n’est pas au niveau du front ni des nénés.
  • L’assiette qui se fixe par ventouse sur la table. Elle ne peut plus bouger. Elle ne peut plus tomber.

    bavoir-integral

    Le bavoir intégral en plastique

Jusqu’à leur 3 ans et demi, je ne nie pas n’avoir pas mangé en même temps qu’eux. Aujourd’hui, le principal fléau du repas, c’est la malédiction des verres d’eau. Ils finissent inexorablement par se renverser.

jumeaux et plus les questions_thumbs

 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

 

Le bain : l’aventure aquatique avec des multiples

« Des bas, des hauts, il y en a partout, mais des drames, il y en a surtout, ici dans ma baignoire ». (citation issue et remixée de Robin des Bois de Walt Disney)

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !

De retour à la maison, après la naissance de mes triplés, encore complètement névrosée par les hormones et endolorie par la césarienne, je me dis qu’il y a quelque chose que j’ai oublié de faire. Couches ? Bibs ? Non, ce n’est pas ça. Ah oui, il faut les laver, ces bébés. Mais purée, ils sont plein et je suis seule.

bain-triplés

Le bains avec des jumeaux ou des triplés au retour de la maternité

Je ne peux pas me baisser. J’ai l’impression que mon ventre a été découpé. En fait, c’est exactement le cas. Heureusement, mes petits dormeurs -c’était le bon temps- ne bougent presque pas. J’amène donc les deux transats à côté de moi dans la petite salle de bain.
Je prends le troisième bébé sur la table à langer pour le déshabiller.

Afin d’avoir tout à porté de main, j’avais déjà préparé :

  • 3 capes de bains au sèche linge pour les réchauffer
  • Trois couches déjà ouvertes prêtent à être dégainées
  • 3 bodys, 3 pyjamas
  • Le nécessaire dans une table à langer (suppo, vitamines, crème à cul, cotons réutilisables, sérum phy…)

Si je peux me permettre un petit conseil, c’est celui d’avoir la table à langer dans la salle de bain. Aussi petite qu’elle soit, il y a souvent une solution. Nous avions opté pour la table à langer murale. Un achat que je n’ai jamais regretté.

Tout petit, je les baignais chacun leur tour dans le lavabo. Bien vu d’être nés à 2 kilos. Rapidement, j’ai opté pour la baignoire sur pied avec système de vidange. Ne penses même pas à porter 35 litres d’eau à bout de bras. Ta kiné risque de te détester. Egalement tes abdos et ton périnée. « Madame Pipi » n’est pas le plus seyant des surnoms.

baignoire sur piedJ’utilisais une baignoire bébé qui ressemblait à peut-près à ça.
Imaginez bien qu’une fois les bébés trop grands, je m’en suis vite débarrassée. Gagnez de la place est l’un de mes défis quotidien.
Pour ceux qui aurait une salle de bain de la taille des chiottes, il existe aussi des modèles avec des supports qui se fixent directement sur les baignoires.
support-baignoire-bebeLe transat de bain a également été un très bon allié dans les premiers temps de mes triplés. A carrouf, il y en a pour 10€ environ. Largement rentabilisé.

transat-de-bain

Deux dans le bain (donc 2 transats de bain, idéalement qui s’accrochent avec des ventouses pour pouvoir les suspendre après utilisation), un dans le transat. Cela apporte une sécurité. Il est ainsi possible d’en laver un sans avoir à tenir l’autre. Ce n’est pas non plus le moment d’abandonner la colo pour aller faire à manger, mais le risque de prendre la tasse est bien limité.
Pour baigner les trois en même temps, il faudra repasser dans quelques mois.

Baigner des triplés, quand ils tiennent assis

Quelques mois après…

Je ne préfère pas donner d’âge pour déculpabiliser. Chaque chose en son temps. De manière générale, les enfants tiennent assis un jour ou l’autre. Dès fois, il ne faut pas être pressé. En tout cas, dès que ça a été le cas pour mes trois, nous avons vendu nos deux transats de bain sur le Boncoin et sommes passés aux anneaux de bains. Mon vocabulaire de la puériculture en est à son point culminant.

anneau-de-bain

L’anneaux de bain, c’est vraiment très pratique avec des multiples. Il est possible de baigner trois bébés en même temps. Les anneaux sont retenus à la baignoire par des ventouses. Les petits peuvent jouer ensemble. J’ai les mains libres pour les sortir et les habiller l’un après l’autre. Encore une fois, ce n’est jamais sans surveillance, à part si 3 bébés, c’est trop pour toi. Pardon, pardon, c’est une blague particulièrement déplacée.

Et voilà comment ce rituel qui marque habituellement le temps calme des autres mamans s’est transformé en un moment presque serein avec trois fois rien !

Ah, j’allais oublier, les bébés ne se roulent pas dans la boue. Un bain tous les deux jours, c’est déjà bien.

Je n’ai mis aucune photo de mes bébés en action bien que ce soit évidemment les plus mignons. J’ai trop peur qu’un pervers les regardent avec des yeux que je préférerais crever.

jumeaux et plus les questions_thumbs

 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Grossesse : attendre des jumeaux, des triplés

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !

Je suis maman de triplés. Je les ai eu naturellement. Par césarienne, mais naturellement. Oui, ils sont sortis de mon ventre.
Pour en avoir trois, j’imaginais que j’allais avoir une gestation d’éléphant. 20 à 22 mois environ. En réalité, pas du tout. Ces trois bébés ont dû se former comme des grands, chacun à sa place dans son petit nid.
Le gros défi est qu’ils évoluent simultanément. Le petit gros n’a pas le droit de tout piquer à ses soeurs ou inversement.
En plus, il faut ajouter que, s’il est aussi surprenant de voir des triplés c’est peut-être parce que la nature ne réserve ce cadeau qu’à de très rares privilégiés !
Celles-là, en majorité, elles vont bien en chier. Pour moi, ce fut le cas.

Afin de bien se rendre compte du déroulement de ma grossesse triple, je vais vous en parler mois par mois. Big Brother éteint ta caméra. On passe en MP.
Je vous épargnerez les histoires de cicatrices ou d’épisio. C’est un peu beurk. Je sais que certaines aiment en parler. Moi, dans le genre gore, je préfère les histoires de morves ou de caca.

J’aurai pu faire un résumé de ma grossesse multiples ainsi. Toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants ou ayant existé serait vraiment la faute à pas de chance.
attendre des jumeaux ou des triplés

S’il l’on ne peut même pas rire de sa propre situation !
Comme j’aime les détails croustillants et les anecdotes singulières, je vais entrer avec plus de précisions dans cette aventure intérieure. Il existe bien des sites où l’on peut suivre l’évolution du foetus au fil de la grossesse. Moi, je vais aborder le côté perso du truc. les choses que l’on ne révèlent pas comme ça.

Grossesse triple : mois 1

(3-4-5-6 semaines d’aménorrhée = semaines sans règle)

Le bonheur, la peur. Je viens de passé 15 jours à glander en détourant des photos pour mon boulot devant les Frères Scott. Un agenda honteusement léger.
J’ai des nausées le matin, le midi, le soir. Mon démon du moment : l’odeur des sacs poubelle…neuf…. La bassine est toujours à mes côtés.

Grossesse triple : mois 2

(7-8-9-10 semaines d’aménorrhée)

Premier rendez-vous avec Grand chef sioux aka le chef de service de la maternité. Lui et une sage-femme formidable nous prennent en charge.
Une seule consigne : rester le plus possible allongé, ne jamais hésiter à venir leur rendre visite si quelque chose déconnait.
Les nausées sont toujours aussi sympas. Seule la soupe de nouilles méga-épicée du Chinois d’à côté soulage mon estomac barbouillé.
J’aimerais faire une petite dédicace à la Peugeot 806 de Nono et BK (parents de 6 enfants), gentiment prêtée à cause d’une sombre histoire de porte de garage qui a découpé notre voiture en deux. A chaque trajet, l’odeur ambiante de chips écrasés, de sueur, de couches de bébé me projetait directement dans le monde merveilleux des reflux.
Mes seins commencent à grossir légèrement. C’est la victoire du moment.
Mon ventre commence à gonfler.

Grossesse triple : mois 3

(11-12-13-14-15 semaines d’aménorrhée)

Là, ça se voit carrément. Je dois changer mes pantalons. L’équivalent d’une maman enceinte de 5 mois et demi environ. C’est le moment de l’annoncer. (c’est un peu dur de le cacher)
Les nausées se calment doucement. Maintenant, j’ai juste envie de faire pipi.
Je ne les sens pas encore bouger. Je dois prendre rendez-vous avec une sage-femme qui viendra à domicile 2 fois/semaine. Mes rendez-vous à l’hôpital n’ont encore lieu qu’une fois par mois pour le moment.
J’ai pris 6 kilos pour l’instant. L’arrêt de la clope et le retour à une alimentation très équilibrée y sont pour beaucoup.

Grossesse triple : mois 4

(16-17-18-19 semaines d’aménorrhée)

Me voilà en congé maternité ! Et oui, c’est 24 semaines avant la date prévue d’accouchement et 22 semaines après pour des triplés. Pour les jumeaux, c’est 12 semaines avant, 22 après.
C’est aussi le moment des premières contractions de mon côté. Je ne sais pas vraiment ce que c’est, mais mon ventre durci. J’en informe la sage-femme. Pas de douleur. Elle m’explique que c’est normal, que mon utérus à besoin de s’étirer. Ca porte même un nom : contractions de Braxton Hicks.
Désormais, je viendrai tous les 15 jours pour vérifier.
Elle me déconseille aussi de me crémer le ventre. Je vais me transformer en zèbre, sûrement. Mon utérus est contractile à ce qu’il parait.
Je m’arrondis bien comme il faut.
Je passe encore ma vie sur le canapé. Merci « Il était une fois la vie » sur Gulli à minuit.
Ce mois-ci, c’est presque une grossesse standard. A part qu’elle se déroule à l’horizontal. Sûrement pour lutter contre la gravité.

Grossesse triple : mois 5

(20-21-22-23-24 semaines d’aménorrhée)

On pourrait croire que j’accouche dans un mois. Plus 12 kilos au compteur. Je porte de beaux bas de contention glam’sexy blanc avec les doigts de pieds à l’air.
Mon ventre est souvent tendu décidément. C’est sûrement à cause des petits coups de pieds que je sens désormais un peu partout dans mon ventre rond.
Cette sensation est folle. J’identifie bien chacun de mes bébés. C’est surprenant, magique, j’ai trois vies en moi.
La sage-femme pense que ce n’est pas ça. On me dit que mon col est raccourci. Que le travail semble avoir commencé.
Ca ne peut pas être vrai. Pas maintenant. Pas maintenant alors que je les sens. Il est bien trop tôt pour qu’ils sortent aujourd’hui.
Perfusion pour tenter de ralentir Le moment. Une heure en plus, c’est une heure de gagnée. Mon cerveau est sur pause. Je ne suis pas sûre d’entrée dans le 6ème mois. je ne suis pas sûre que demain, mes bébés seront encore là.

Grossesse triple : mois 6

(25-26-27-28 semaines d’aménorrhée)

Néant, rien, nada. Je suis allongée dans mon lit d’hôpital dans le service de grossesse pathologique. Mon mari m’a installé un micro-onde, j’ai un abonnement TV, le téléphone sur la mini table de nuit à côté, des amis qui me ramènent plein de bons trucs à bouffer. Je reste très raisonnable. De toute façon, si ce n’est pas à portée de main, je ne peux pas l’attraper.
Un dimanche après-midi, mon abonnement TV a sauté. J’ai dû regarder la chaîne locale, la seule que je captais, pendant deux heures et demie. J’ai presque apprécié. Je me contente de peu pourvu qu’ils restent au chaud.
J’ai désormais des injections chaque jours d’anticoagulants car je ne peux pas bouger.
J’ai également droit à une injection de corticoïdes pour aider à la maturation des poumons de mes trois bébés.
Ils évoluent bien.
Mes lèvres sont complètement gercées à cause de la chaleur excessive de ma chambre que je commence à adopter.
J’ai quelques difficultés pour manger. Je crois bien qu’il y a un bébé sur mon estomac, un sur ma vessie et un sous mes côtes.
Quand ils gigotent en même temps, c’est un film de science-fiction en 3D.

Grossesse triple : mois 7

(29-30-31-32 semaines d’aménorrhée)

Nous ne pensions pas arriver jusque là, mais maintenant, on vise le podium de la prématurité. 34 SA, c’est le terme à viser !
Je ne peux presque plus respirer. Mes côtes sont douloureuses.
Mon mari prend une photo du dessous de mon ventre, comme ça, pour me faire partager. Il y a deux grosses marques rouges. Je l’engueule : « c’est quoi ça, c’est là depuis quand ???? »
Les hormones sont là pour m’excuser. Il me répond le plus amoureusement possible : « ça fait deux jours à peine ». J’ai juste envie de pleurer. Mes premières vergetures. Je suis émue. Une culotte trop petite m’aurait fait le même effet. Je suis à vif.
A partir de ce jour, ma peau a atteint son quota d’élasticité. Comme pour un joli pull en coton qui aurait été traité sans ménagement, je crois que la fibre est distendue. Pas sûre de pouvoir la rattraper.

Grossesse triple : mois 8

(33-34… semaines d’aménorrhée)

Ma grossesse s’arrêtera là. A 34 semaines + 1 jours.
J’ai pris 18 kilos la dernière fois que l’on m’a pesé (ça date d’au moins 3 semaines mais comme je ne dois pas me lever, pas la peine de ramener la balance, je m’en passerai).
Un beau matin d’hiver, les messieurs en blancs ont remonté les barrières sur le côté de mon lit qui m’avait collé au cul pendant 11 semaines d’affilées.
Mon mari était prêt. La salle d’accouchement était bondée. Les petits sont nés en bonne santé à plus de 2 kg chacun. Il y a eu quelques jours de berceau chauffant mais rien d’alarmant.

L’après césarienne (bon, je suis un peu obligée de la citer) m’a fait horriblement mal. Mes muscles avaient fondu…. je ne vais pas en rajouter. Vous avez sûrement déjà pitié.
Le bon point : lors de l’allaitement; j’ai eu des seins énormes.

Voila à quoi ressemblait ma grossesse pour mes triplés. Des fois c’est pire, des fois c’est mieux. Certaines mamans accouchent même par voie basse.
Le plus important, c’est qu’ils soient tous nés en bonne santé. Pour mon petit dernier, j’ai trouvé mon ventre très léger !

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

 

 

Témoignages : Raja, maman de jumeaux et d’une aînée

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !
jumeaux et plus les questions_thumbs

Parler de multiples c’est surtout m’adresser à vous, parents. Si des enfants sont derrières leurs écrans, vite éteignez ! N’oubliez jamais que vos parents ont des yeux dans le dos (et dans le placard et sous ton lit et dans les toilettes)
J’ai décidé de laisser la parole à Raja, maman de jumeaux et d’une petite fille aînée afin de présenter la vie d’autres mamans qui vivent ce quotidien un peu différent.

Je l’ai rencontré sur internet, elle anime une page Facebook dédiée aux mamans de jumeaux au côté de Clémence, également maman de multiples.

1) Peux-tu te présenter : Comme tu es une maman de jumeaux, je vais te faire une petite interview spéciale #teammultiples
La main sur une couche, déclarez : Nom, prénom, âge, profession !

Je m’appelle Raja, j’habite dans le 95, j’ai 38 ans, je suis assistante commerciale actuellement en congés parentale de 3 ans, j’ai 3 enfants ma grande de 3 ans et demi et mes loulous fille et garçon qui viennent d’avoir 2 ans.

2) Que faisais-tu l’heure d’avant l’échographie qui t’as appris que tu en attendais deux ?Que faisais-tu l’heure d’après ?
J’étais au travail et je savais que j’étais enceinte car j’avais fait un test mais j’avais beaucoup de douleurs donc je suis allée en urgence à l’hôpital avec une amie. Je craignais une grossesse extra-utérine. Pour la petite anecdote sur le trajet pour aller à l’hôpital, je racontais à ma copine que mon homme voulait 3 enfants en tout et que je lui avais répondu que je n’étais pas d’accord. Je lui ai dit qu’il n’y avait plus qu’à espérer de les faire en même temps. Et bien il a dû espérer très très fort ….

Sinon l’annonce fut quand même une douche froide pour moi. Je ne savais pas si je devais rire ou pleurer et c’est mon homme qui m’a rassuré lorsque je l’ai appelé pour lui annoncer la nouvelle. Il était tellement content que ça m’a tout de suite apaisé.

3) Comment l’as-tu annoncé aux grands parents ?
Ma mère par téléphone juste après l’avoir dit à mon homme. Pour ma belle mère mon homme s’en est chargé….

4) Tu oses me dire combien de kilos pris pendant la grossesse ?
Ouhla bien sûr : 18 kg. Beaucoup moins que pour ma grande j’ai limité le dégât….

5) Des astuces contre les vergetures ?
Aucune. Je n’en ai pas eu et heureusement car deux grossesses coup sur coup ça aurait pu faire mal. Je n’ai jamais appliquée de crème. J’ai parfois l’impression quand j’entends certaines mamans que plus on en met, plus ça craque !

6) Comment s’est déroulée la grossesse ? A quel terme as-tu accouché ?
La grossesse s’est bien passée dans l’ensemble. J’ai été alitée vers 28 SA mais j’ai accouchée à 38 SA+ 3.

7) Qu’elle est le produit qui t’as le plus aidé en tant que maman de jumeaux ?
Le lait A/R. (Anti-régurgitation) Ma fille avait un reflux et ce fut assez difficile pour elle.

8) Quelle est la chose qui t’aurait le plus aidé quand ils étaient tout petits?
La chose qui m’a le plus aidé, c’est le parc. Il m’a permis de faire pas mal de choses tout en les sachant en sécurité.

9) Quelle est ta poussette double ? Peux-tu me donner 3 de ces défauts et 3 de ses qualités ?
J’ai la Cosatto.
cosatto

Qualités :

  1. Pratique
  2. Passe à peu près partout
  3. Facile à plier et déplier

Défauts :

  1. Le capot pare-soleil se salit très vite car il se colle aux roues une fois plié
  2. Ne passe pas partout
  3. L’outil idéal pour passer encore plus pour une bête de foire ! 

10) As-tu allaité tes jumeaux ?
Oui je les ai allaité 3 semaines au sein mais je n’en tire pas une bonne expérience. Déjà pour ma grande ça n’était pas une révélation, pour les loulous non plus.

11) Sont-ils dans la même chambre ?
Oui ils dorment dans la même chambre.

12) Comment ça se passait la nuit ?
Mon fils a fait ses nuits vers 3 mois. Pour ma fille on a pu parler de nuits complètes à 18 mois. Depuis leur naissance, c’est moi qui gère les nuits.

Pour la préparation des biberons, j’utilisais les dosettes. C’est plus facile que de compter les cuillères de lait à 3h du mat avec un loulou qui hurle. Comment dire…difficile de se concentrer, alors imaginez avec deux loulous ou plus !

13) Quelle est l’astuce qui t’a vraiment facilité le quotidien ?
La réponse est dans la question ! Pour l’organisation il n’y a pas de secret mais c’est à double tranchant. Celle-ci peut être notre allié comme notre pire ennemie les jours ou l’on a l’impression de faire toujours la même chose.

14) Quel jeux les as occupé le plus de temps sans cri ?
Les livres musicaux, les Lego, les voitures, les petites balles en plastiques, les poupées, etc. Je ne vais pas tous les citer sinon, il y en a pour 4 pages ! Evidemment, il faut ajouter tout ce qui peut se mettre dans la bouche mais là pour le coup, c’est maman qui crie !

15) Quelle est la pire réflexion que tu aies eu par rapport à tes jumeaux ?
De pire,  je n’en ai eu aucune. Je suis assez proche des gens, du coup si on me parle je réponds avec plaisir et je me dis que si je peux contribuer à les rendre moins ignorants, pourquoi pas ? Jusqu’à présent, je n’ai jamais eu de question indiscrète, mise à part les habituelles, du style : Ce sont des jumeaux ? Des vrais ou des faux ? Enfin pas de quoi sauter à la gorge.

16) Quelle est pour toi la plus grosse difficulté avec des jumeaux ?
Ne pas pouvoir profiter. C’est tout le temps la course, on a l’impression de faire plein de choses et rien à la fois.
Il y a aussi les sorties qui sont compliquées chez les amis ou ailleurs. Pour ma part, je me suis retrouvée à la maison avec 3 enfants en bas âge. Mon aînée avait 18 mois quand ils sont nés et je ne sortais presque pas de la maison.

17) Quel est pour toi le plus grand plaisir avec des jumeaux ?
De les entendre ricaner dans la chambre, les moments câlins, tout l’amour qu’on reçoit multiplié par 2.

18) Tes 1ères vacances après la naissance des jumeaux c’était où ? Un conseil à donner pour des premières vacances en famille de multiples ?
C’était à Royan ils avaient 6 mois (maison de vacance familiale). Un conseil : faire une liste avant pour être sûre de ne rien oublier et ne pas prendre trop de vêtements.  J’avais pris presque tous les vêtements du placard et je n’en ai même pas mis la moitié !

19) As-tu opté pour le congé parental ? Comptes-tu reprendre le travail ? Si oui, avec quel mode de garde, quel type d’horaire ?
Oui j’ai opté pour le congé parental, ma reprise doit se faire en janvier 2015 aux 3 ans des jumeaux. La problématique, c’est que l’école ne pourra pas me les prendre donc à voir si j’arrive à les mettre dans les écoles voisines. Sinon, ce sera nourrice agréé et un minimum de 10h de garde.

20) Pour quelles couches as-tu opté ?
Je prends des Pampers. J’avoue ne pas faire attention aux promos au grand désespoir de mon homme. Quand y’en a plus, y’en a plus.

21) Où achètes-tu les habits de tes enfants ?
Pour ma fille je n’ai presque rien acheté. Trois filles sont nées avant elle dans ma famille. J’ai pu faire une sacrée économie. Quand j’achète, c’est H&M, Zarakids, Kiabi.

22) Est-ce que tu es partante pour un(e) petit/petite dernière ?
Non j’arrête là on ne va pas dire que je suis vaccinée mais presque !

23) Enfin, tu es administratrice d’un groupe de maman de jumeaux sur Facebook. Pourquoi avoir décidé de créer cet espace ?
En fait, Clémence (administrateur également) et moi étions sur un groupe de maman de jumeaux. Nous avons décidé de créer notre propre groupe afin de se soutenir, s’entraider, et éventuellement se rencontrer.
Le but n’est pas de faire un groupe de 500 personnes on a volontairement décidé que le groupe serait secret et ne compterait qu’un certain nombre de membres afin de créer un cadre intime tout ça dans la joie et la bonne humeur.

Si vous souhaitez rejoindre ce groupe, vous pouvez m’envoyer un mail avec votre pseudo Facebook. Je ne manquerai pas de le transmettre à Raja.

Je vous invite à répondre à toutes (pour les courageuses), quelques (pour les fatiguées) questions en commentaire afin de partager les différents vécus.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

L’association jumeaux et plus : l’émission de parents à parents

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !

J’ai l’honneur de participer à un nouvelle émission radio qui s’appelle « de parents à parents« . L’idée est simple : chaque semaine, retrouvez la blogosphère parentale sur les ondes de la radio Lyon 1ère (90.2 pour la région lyonnaise ou en podcast sur le site de Lyon première).
Cette idée, c’est celle Karine, une fada de princesses qui officie ici.
Pour cette première émission, j’interviens avec Natasha du super blog de CranemouElle manie avec art le sarcasme et particulièrement quand elle parle de caser ses marmots pour les vacances.
Suivez les différents sujets directement sur la page facebook « de parents à parents » : allume ton briquet et deviens Fan !

Vous avez le droit en exclu au son et à l’image pour ma première participation.
[youtube=http://youtu.be/M1h3QnUlcRc]

Mon sujet : L’association jumeaux et plus
jumeaux et plus les questions

Durant cette « quinzaine des gagnants« , comment faire l’impasse sur cette association ? J’en avais déjà parlé il y a quelques temps. C’est vrai, je fais de la bonne grosse pub. A la fois c’est gratos. Comment ne pas leur en faire ?
C’est THE association à connaître quand on la chance d’avoir le billet gagnant qui en une seconde vous ouvre les portes de la Renaud Espace. Si tu comptes garder ta Smart avec des triplés, sache qu’il va falloir s’organiser…et sortir les biffetons parce que des jumeaux ou des triplés, ça coûte bonbon.

S’équiper avec des jumeaux ou des triplés

Les lits, les transats, les biberons, les couches…et celle que l’on attend tous en tant que futur parent, l’élément indispensable pour les bébés, la reconnaissance de son nouveau statut social : j’ai nommé LA POUSSETTE.
C’est là que le bas blesse. Pour une poussette simple, il faut débourser environ 170€ (c’est une moyenne). Pour une poussette double, comptez 420€. Pour des triplés, ça fera 800€ M’dame. Et en plus, il n’y a pas de moteur.
Ou bien (à la mode Suisse), il y a l’adhésion à l’association Jumeaux et plus.
association jumeaux et plus Non seulement, la poussette triple est en location pour seulement 10€/par mois (et vu son poids, tu va vite vouloir t’en séparer, tes enfants devront être des surdoués de la marche et mettre un pied devant l’autre dès leur 9 mois !) mais en plus, ça ouvre les portes à un tas d’activités.
Il y a des rencontres tout au long de l’année, des conférences, un accès à des ouvrages spécialisés, des sorties… Bon, je ne vous assure pas de passer inaperçu au zoo avec 15 autres paires de jumeaux et quelques triplés au milieu mais c’est très sympa d’échanger quelques fois avec des parents qui ont les mêmes problématiques au quotidien.

L’association jumeaux et plus, c’est aussi un forum internet au niveau national où il y a des squatteuses du clavier qui ont un tas de bons plans et de conseils à fournir.

Les parents de multiples qui pensent à tout

Attendre deux ou trois enfants d’un coup, ce n’est pas juste un formidable bonheur multiplié. C’est aussi ce que l’on appelle le concept de « simultanéité des charges » : Charges financières (« les enfants, vous irez à la fac, d’acc’ ? »), charges d’entretiens, épuisement totale… Au niveau national, la Fédération jumeaux et plus (qui chapotte les associations locales) oeuvre pour défendre les droits des parents de multiples auprès des pouvoirs publics. (allongement du congé parental, allongement du congé paternité…)
Tout ce travail est réalisé par des bénévoles qui en plus laissent leur téléphones pour les parents, un peu paumés comme moi au début, qui cherchent à s’informer.

Infos précieuses

Site internet de la Fédération et plus et le forum : www.jumeaux-et-plus.fr
Site internet de l’association jumeaux et plus 69 (Rhône) : www.jumeauxetplus69.fr
Prochaine réunion d’informations et location de matériel de l’association 69 : Le 1er mars dès 10h à l’internat de Montgay-54 chemin de Montgay-69270 Fontaines sur Saône.

de parents a parents

Retrouvez toutes les futures émissions « de parents à parents » sur ce lien.

 

 

L’annonce de la grossesse multiple, les réactions

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !
jumeaux et plus les questions

Comme pour toutes les grossesses, il y a d’abord eu le moment de la découverte ou plutôt, le moment du pipi. Il n’y a pas besoin de pisser deux fois sur le batonnet pour en avoir deux ou trois.
Ca faisait deux semaines que j’attendais ce jour avec hâte. Après une énième tentative de faire un bébé, on allait peut-être y arriver.
Je ne vous invite pas à venir avec moi au chiotte, mais vous devinez bien ce que j’y ai fait. A peine immergé dans le liquide doré (la pisse-poétique), le test affichait une belle croix bleue. C’est apparu tellement vite, que j’ai bien cru qu’il allait clignoter.
Ca y est. On attend un bébé.

La première échographie : il y a plusieurs bébés

Nouveau moment poétique. J’ai les pieds dans l’étrier. Mon mari est à mes côtés. La gynéco m’étale un gel visqueux sur le ventre et commence à appuyer avec son lecteur de code-barre. Elle se tourne vers moi. Elle se tourne vers lui. Elle se retourne vers moi. Elle est mal à l’aise. J’ai peur. Il a peur. Et puis, elle vide enfin son sac ou plutôt, elle nous annonce : « il y a trois sacs, vous voyez ? »
echographie-triples Je ne vois pas vraiment ce que ça veut dire, mais OK, ça à l’air cool. Elle ne manque pas d’ajouter, croyant nous rassurer, « il y a de fortes chances pour que l’un d’eux n’évolue pas ». Je commence un peu mieux à comprendre, mais en fait, cette femme fait juste flipper avec ces remarques.
Pour confirmer, je lui demande très interrogative : « ce sont des triplés » ? « Oui ».
S’ensuit une présentation de la réduction embryonnaire.
On repart, pas très rassurés.
Le sentiment était aussi surprenant que l’annonce. A la fois extrêmement heureux et extrêmement anxieux.
Mon mari à regarder la voiture, il m’a dit qu’on allait devoir la changer. Il m’a souri. Il m’a porté pour me faire tournoyer et puis, il m’a délicatement reposé « attention, il faut faire très attention aux bébés ».

La première annonce : restons discret

Après les multiples déboires liés à notre fertilité au rabais, nous sommes restés discrets les premiers mois. Le risque de fausses couches étant accru, on a redoublé de précaution pour ne pas l’annoncer trop vite.
Sauf… sauf à ma meilleure amie.
J’avais besoin de quelqu’un pour me soutenir quelque soit l’issue. J’ai pris mon téléphone et de but en blanc j’ai déclaré : « je suis enceinte. J’attends des triplés ». Soeur de jumeaux, elle m’a déclaré : « oh l’angoisse, bon c’est cool quand même mais repose-toi ». Elle a bien résumé.

L’annonce officielle

Le plus dur a surement été de le cacher à celle qui est toujours là dans ma vie, à cette femme d’exception qu’est ma maman. J’avais tellement peur de ne pas passer les trois mois que j’ai attendu. Puis, elle est venue nous rendre visite sur Lyon. A 12 semaines, mon ventre était déjà largement développé. Impossible de continuer à le cacher ou de dire que j’avais mangé trop de choucroute. Même si c’était vrai !
J’ai enfilé ma veste de Deschiens et me suis rendue à la gare en tramway. On m’a cédé une place assise. Bref, tout le monde captait.
Nous avions rendez-vous dans un café sur le parvis de la gare. Je suis allée voir le responsable du troqué et lui ai remis tout sourire 3 paquets de café Grand-mère a déposer sur la table au moment de la commande en lui expliquant le scénario. « Vous amenez d’abord un paquet, puis quelques minutes après un autre et enfin le dernier ». Il a joué le jeu à la perfection et m’a félicité.

naissance-triples

Et trois pour le prix d’un !

– « Ohhhh !!!!! » a t-elle fait en découvrant le premier paquet. Elle a tout de suite compris qu’on attendait un bébé. Elle aussi a la TV !
– « Ohlala !! », a t-elle déclaré le sourire aux lèvres quand le garçon de café a déposé sur la table en imitation marbre orangé le second paquet de café Grand-mère.
– « Whaouuuuu, trois bébés !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! » et elle m’a serré dans ces bras. Quoi qu’il allait se passer, elle m’a signifié la joie qu’elle avait de nous voir enfin y arriver. Elle était heureuse, c’est tout.

Pour les amis, l’annonce s’est très vite propagée. Nous sommes des fouines. Une clope que je refuse et c’est parti, les appels commençaient à fuser. Comme nous devions rapidement déménager pour quitter notre appart’ plein d’escaliers et rejoindre un rez-de-jardin beaucoup plus approprié pour l’avenir, nous avons vu débarquer de gros bras pour nous aider. Ils ont porté tous les cartons et m’ont transporté en dernier. Chacun y allé de sa petite réflexion adorable pour nous féliciter. Bizarrement, personne n’était choqué ! Allez savoir pourquoi. On doit avoir une gueule à attendre des triplés !

La belle-mère

Il faudrait la connaître pour bien vous expliquer. Elle n’entre dans aucune case. J’aime dire qu’elle est « particulière ». J’évite ainsi les grossièretés ! Une fois de plus, c’était dans un café. J’ai préféré faire ça en public pour limiter les réflexions désobligeantes et autres éléments qui auraient pu nous énerver trop vivement. De toute façon, elle n’a jamais le mot adapté.C’est comme ça, je m’y fait avec le temps. Je sais que ce n’est pas mal intentionné, juste inapproprié.
Pour essayer de lui décrocher un sourire ou un petit mot sympa, on avait apporté les échographies. Elle a regardé et s’est exclamé : « tu es malade, c’est quoi le problème ? « . Et avant même qu’on ait pu lui expliquer quoi que ce soit, elle s’est lancée dans une tirade « je connais un bon médecin, son fils est très bien (quel est le lien ???) » Euh, comment dire…je ne suis pas malade, juste enceinte !
J’ai vite enchaîné sur : « c’est de triplés ». Comme elle avait imaginé que les échographies étaient là pour lui annoncé un cancer du sein ou je ne sais quoi, elle était plutôt rassurée pendant un instant. Puis, très vite, elle a lâché : « chut, n’en parle pas, ne le dites pas. Faut pas le dire (ok, je crois qu’on a compris l’idée). On ne sait pas ce qu’il peut se passer. Le mauvais oeil ».
Comme je vous l’ai dit, je suis habituée !

C’est tellement surprenant comme annonce, que la mise en scène n’était presque pas nécessaire. En fait, personnellement, j’ai trouvé ce moment un peu stressant. Nous étions très heureux d’en parlé mais nous avions toujours une petite boule dans le ventre. La peur d’un triste dénouement. C’était perturbant d’avoir tant d’angoisses à la vue d’un si bel événement.
Avec mes triplés, depuis l’annonce jusqu’à maintenant, tout a été particulier.

Et vous, vous l’avez annoncé comment ? 

La quinzaine des gagnants : les jumeaux et plus

Il existe des jours pour tout, notamment la journée nationale des excuses. J’ai décidé  moi aussi d’ajouter quelques dates à surligner au marqueur rouge dans les agendas. En fait, ce sera même une quinzaine de jours. Je l’ai indiqué sur mon calendrier, c’est donc qu’ils existent belle et bien.
quinzaine des gagnants

La quinzaine des gagnants

Jusqu’au dimanche 9 mars (ou jusqu’au 16 mars en fonction de mes nuits libres), je vais parler des grands gagnants de la parentalité. Ceux qui ont le droit de tomber dans les vaps à l’annonce de la grossesse, tellement c’est gros, très gros comme surprise. Je parle bien entendu des parents de jumeaux et plus.
jumeaux et plus les questions

Moi, Gwyneth

Bien sûr, personne de décent n’appellerait sa fille Gwyneth (si, c’est le cas, je m’en excuse par avance mais franchement, c’est un prénom à chier). Sauf de l’autre côté de l’atlantique. La-bas, il y a une Gwyneth très connue. Les lecteurs de Oops et Closer la connaissent également. Gwineth Paltrow. En plus d’être actrice, elle tient un blog particulièrement bien pensant et culpabilisateur où elle prodigue les conseils de la mère parfaite.

Je vais donc en faire de même pendant 15 jours. Je vais me lâcher et parler de mon expérience de parents de multiples. Juste comme ça, pour le plaisir de partager et d’échanger sur tous les sujets soumis à angoisses et questionnements.

Je me sens assez légitime avec mes triplés pour en parler parce que comme ils le disent dans la haine, après 5 ans de nuits saccagées et d’organisation drastique : « jusqu’ici, tout va bien ».

Au programme de « la quinzaine des gagnants »

L’annonce de la grossesse multiples, les réactions
Grossesse : attendre des jumeaux, des triplés
L’association jumeaux et plus, on va en reparler
Attendre plusieurs enfants c’est différent, où échanger ? (j’invite la maman de jumeaux d’un forum à participer)
Le bain ou l’aventure aquatique
Diversification alimentaire : on prépare combien de kilos de purée ?
La propreté : la grande histoire du pipi-caca

Pour être sûre de ne rien manquer, je vous invite à me rejoindre sur Facebook (auto-pub) ou à vous inscrire, là, juste sur la droite pour recevoir les nouveaux articles.

Pour les perdants, n’oubliez pas, que tous les gagnants ont tenté leur chance et que, vous pouvez toujours continuer à jouer. Au pire, vous passerez quelques minutes par jour à vous marrer et à vous vanter de vivre une vie un peu moins compliquée…quoi que.

Facebook La vie des triplés


Google + La vie des triplés

Twitter La vie des triplés

 

Nos 10 commandements de parents de jumeaux, triplés et plus (+english version+)

(+english version+ in the bottom of this article)

Les dix commandements des parents de jumeaux et plus :

1 – A deux, plus simple ce sera

2 – Durant la grossesse, au repos la SpiderMaman se mettra

3 – De gros efforts d’organisation, il faudra

4 – De chacun, tu profiteras

5 – Des remarques débiles, tu te foutras

6 – Des expériences et de l’aide des autres, tu t’entoureras

7 – De chaque minute à toi, pleinement tu profiteras

8 – Du sommeil, tu manqueras

9 – Pour ton couple, des efforts tu feras

10 – Dans une vie en multiple, tu t’épanouiras

On aurait pu ajouter:

– A manger, n’importe quoi, tu cuisineras

– Les pleurs, ton esprit oubliera

– Les « jours sans », aux « jours avec » tu penseras

– A chaque instant, du miracle de la vie, tu te rappelleras (et dès fois, ça te soulageras!)

la famille des triplés

A deux, à cinq

maman de triplés bricoleuse

De l’organisation…

bébé triplés qui boit son biberon

Des expériences

grossesse multiple

Du repos

maman de triplés

Du temps pour Dan

maman de triplés

Du temps pour Ava

bain triplés maman de triplés

Du temps Pour Elora

maman de triplés avec ses triplés

De l’épanouissement

10 commandements de maman de jumeaux

#English-version#

10 commandments of twins mums (and other multiples mums)

1 – It’s easier to be two

2 – While pregnant, the first rule is to rest

3 – You will be organized

4 – You will enjoy everyone

5 – You won’t care about silly comment

6 – You will gather great ideas and people around you

7 – You will take advantage of every second you have for yourself

8 – You won’t sleep much

9 – You will spice your couple

10 – In a multiple life, you will be fulfilled

A couple more things that could have been added to the previous list :

You will cook anything

You won’t fall for tears

On bad days, you will remember the good ones

Every single day, you will remember the miracle of life (and sometimes that will help!)