Test de l’aspir-tasoeur Dyson V6 Fluffy

Chez moi, ça fait 30 ans qu’on appelle ça un aspir-tasoeur. Évidemment, il n’aspire aucune sœur. Par ce terme, on désigne simplement l’aspirateur, comme vous l’aurez compris (et si ce n’est pas le cas, ça craint pour vous).

Il se trouve que cet objet à une place particulière dans ma vie. Il est mon compagnon de route au moins 5 fois quotidiennement. Il trône nonchalamment, le câble d’alimentation tout dehors et le long tuyau pendant sous son poids à l’entrée de ma cuisine.

Tout est occasion à entendre son vrombissement. De la semoule (l’aliment de la pire espèce quand vous avez des enfants ou des conjoint(e)s  crados), le filtre du sèche-linge plein de bourres de tissus, les cheveux multicolores déposés sur le sol de la salle de bain, les plaintes poussiéreuses… l’aspirateur est mon ami.

Quand j’ai eu l’occasion de recevoir l’aspirateur sans fil Dyson afin d’en faire un test, je me suis dit que plus aucun principe ne tenait. Pas de soucis, même si je ne fais presque jamais de tests proposés par les marques ici; là, aucun doute, j’en avais envie.  Ça fait un bon moment que je souhaitais remplacer mon vieux Dyson jaune qui est fidèle depuis 10 ans. Mais fallait attendre qu’il crève avant. Et ça n’arrivait pas. « Il ne perd pas d’aspiration ».

Chaque fois que j’imaginais ma vie sans un fil à trainer et sans l’aspirateur qui bute dans chaque recoin de nos 75m2, je souriais à la vie. Peut-être pas un sentiment aussi fort, mais quand même, une petite forme d’excitation. Et puis la pub pour le Dyson sans fil qui ressemble à un balai magique avec sa brosse de couleur qui tourne, elle me donnait sacrément envie.

Un jour, un livreur avec un camion géant pour ma rue m’a livré un long paquet. Je l’ai vite ouvert, mais délicatement, et, chose que je n’avais jamais fait de ma vie (pourtant je devrais), j’ai contacté le service client pour activer la garantie de 2 ans.

Comme tous les produits sur batterie, il faut vivre l’attente interminable du nouveau joujou qui charge avant la première utilisation. J’en ai profité pour sortir mon perfo et fixer le support au mur. (J’aurais pu le fixer en faisant un trou avec un tournevis et un marteau, mais c’est moins rigolo) Franchement, un ado dirait « ça pète sa mère » une fois le Dyson branché sur son support mural.

Et l’occasion de s’en servir ne s’est pas fait attendre.

Test du Dyson V6 Fluffy

Les conditions : carrelage partout, pas de tapis, pas trop de babioles (enfin « pas trop » avec 4 enfants, c’est subjectif). Moquette à poil ras sur le palier.

Fréquence : 5 fois par jour au bas mot

Type d’utilisation :
– poussière habituelle
– poussières plus ponctuelles (dépôt dans sèche-linge, plinthe, intérieur des boites en tout genre, fond de placard )
– résidus post-repas (=aliments plus ou moins volumineux, nombreux et variés)
– plafonds et araignées
– perles en pagaille, boulettes de pâtes à modeler, gommettes et autres particules enfantines…

Mon avis sur le Dyson V6 Fluffy

Avertissement : l’aspirateur a été utilisé de façon intensive. Mon petit dernier de 2ans et demi l’a également testé. Pas les grands. Ils pourraient y prendre goût et c’est mon jouet.

Petite présentation générale

C’est ce que j’appellerais un aspirateur balais. Les turbines d’aspiration se situent au niveau de la poignée. La brosse principale est rouge et bleu (à petit pois ?!) et quand ça tourne, c’est rigolo ! Au départ, de par son aspect duveteux, j’ai eu un peu peur que les merdouilles -type coquillettes trop cuites- s’étalent lamentablement. Mais non. Le Dyson V6 Fluffy a été pensé pour les gros bouts (et même les tous mous) et les brosses peuvent être retirées et lavées.
Le tube n’est pas réglable en longueur contrairement à beaucoup d’aspirateurs, mais, pour le moment, je n’ai pas trouvé que cela posait problème.

L’aspirateur n’a évidemment pas de sac (mais où pourrait-on bien le mettre ?), mais un réservoir (0,4l) à vider régulièrement à l’aide d’une petite trappe et un filtre qu’il faut passer sous l’eau environ une fois par semaine. Rien de bien contraignant même s’il est souvent nécessaire de « racler » le réservoir pour que toute la « récolte » s’échappe gentiment dans la poubelle. La trappe doit être testée dans le temps afin de voir si elle continue toujours à être étanche après les milliers d’utilisations.

Un petit conseil : retirer le tube d’aspiration avant de réaliser l’opération, c’est bien plus maniable et pas de risque de tout faire tomber à côté.

Bref, c’est un objet simple et épuré.

2 brosses spéciales très pratiques (pour les plinthes notamment et mon sèche-linge) permettent d’accéder dans tous les recoins. Les embouts sont interchangeables avec un simple bouton poussoir qui semble solide et fiable dans le temps. Ces accessoires peuvent être « clipsés » sur le support mural quand ils ne sont pas utilisés. Et comme ça, ils ne se perdent pas !

Enfin, et c’est ce qui fait toute la différence, c’est un aspirateur sans fil. Il fonctionne sur batterie (avec adaptateur) et se recharge chaque fois qu’il est sur son support mural. Un voyant lumineux indique si l’appareil est chargé.
Côté autonomie,  la bête peut aspirer 20 petites minutes. Un mode « puissance max » existe en cas de drame type paquet de farine échoué au sol. Avec cette option, l’aspirateur ne dure que 6 minutes. Néanmoins, je ne me suis jamais retrouvée au chômage technique, l’aspirateur étant toujours chargé au moment où je m’en sers.

Côté praticité

J’ai longtemps pensé que les aspirateurs-traineaux devraient être dotés de bretelles rétractables pour les transporter sur le dos. En cas de travail en hauteur, d’escalier ou juste d’encombrement, avec mon ancien aspi’ c’était un peu la plaie. Là, c’est un vrai bonheur de le passer n’importe où.  Il est relativement léger (tout le poids se situe au niveau de la poignée ce qui équilibre assez bien l’objet) et se dégaine en une seconde. Un petit regret tout de même : pour le mettre en marche, il faut maintenir la gâchette. Elle ne se bloque pas et c’est un peu dommage lorsque l’on doit aspirer tout l’appart’. Disons que ça fait un peu de musculation au doigt.
La brosse principale et les deux accessoires sont vraiment complémentaires et la fixation en 1 clic s’avère ultra pratique.  Je regrette tout de même un peu mon ancienne brosse beaucoup plus plate que celle-ci. C’était l’idéal pour accéder à la caverne aux merveilles (=le dessous de notre canapé)
Côté aspiration, rien à redire. J’avais déjà une entière confiance en Dyson. J’ai longuement pratiqué !
Niveau bruit, bah, il en fait pas mal. C’était déjà le cas de mon ancien. C’est fort dommage pour mes voisins.
Enfin, côté maniabilité, rien à redire. (alors je ne dirais rien)

Bilan du test de l’aspir-tasœur Dyson V6 Fluffy

Il est bien. Super bien même. En plus, il est beau et à l’air solide.
Évidemment, je vois tout de même des améliorations possibles comme la hauteur de la brosse principale et le bruit. A la fois, je ne suis pas vraiment objective, car en toute franchise, le côté « sans fil » m’a modifié le quotidien. Notamment avec mes 4 enfants  où les situations d’« urgence-aspirateur » sont courantes.
L’avis de Spidermaman, le récap’
Les + :

  • Il est sans fil 
  • Il est sans fil
  • Il est sans fil
  • Très maniable
  • Entretien facile (filtre, réservoir). Et tant mieux.
  • Rechargement rapide
  • Se dégaine aussi vite qu’un Colt (mais les armes sont à prohiber)
  • Le support mural qui fait office de recharge et de porte-accessoires
  • Les 2 brosses supplémentaires qui permettent un accès facile aux recoins et transforment le Dyson en aspirateur à main. Pratique !
  • C’est un Dyson… avec toute la réputation acquise qu’il mérite.

Les – :

  • Le bruit
  • La brosse principale un peu épaisse pour passer sous les meubles
  • L’autonomie qui peut-être un peu juste si on habite un grand appartement ou un manoir.
  • Si le support mural n’est pas fixé, l’aspirateur ne tient pas tout seul. C’est ballot.

 Le truc vraiment cool : comme le Dyson V6 Fluffy est sans fil, il est super pratique pour faire le propre dans sa voiture.

Le truc à savoir : Dyson a prévu différents modèles selon l’utilisation et le type de sol. Si vous avez de la moquette partout (type année 70 au sol et sur les murs…voire également au plafond…), peut-être qu’un autre modèle est plus adapté à votre utilisation.

Le prix : entre 330€ et 480€ selon les sites. Ça vaut le coup d’en parler à Google.
Tous les détails un peu plus techniques…et un peu plus pros, directement sur le site internet de Dyson.

PS : Merci à Dyson de m’avoir permis de réaliser un fantasme en m’offrant l’accessoire de rêve pour une maniaque.

Claire, maniaque comblée

[lecture] Madonna, je love tes Roses Anglaises

Je sais que tu passes souvent par là, Louisa. Madonna, c’est pour la masse. En vrai, son prénom à Madonna, c’est Louisa. Depuis qu’elle a adopté les 2 petits derniers, on s’est un peu rapprochées toutes les deux.

Nos cafés ont pris une toute autre tournure. Maintenant, elle arrête de me parler de ses dernières mitaines et de son complexe de la veine apparente. En plus, entre nous, elle s’est un peu radoucie. D’habitude, c’était « moi je, moi je », pas la place de lui parler de l’otite du petit dernier. Et puis, la dernière fois, elle m’a surprise. Dans son sac Dior à son effigie, elle m’avait préparé un beau paquet.

Putain, merci la miss, t’as pensé à mon anniv’ !

Voilà ce qu’il y avait dedans. Un livre.

Continuer la lecture

SpiderJeux : test jeu de laçage Filo de Quercetti

Je vais essayer chaque semaine de vous présenter l’un de mes coups de coeur pour occuper ma colonie. Un test de jouet qui fait son effet à la maison. En général, comme l’appart’ n’est pas très grand et que je suis -très légèrement- maniaque, je m’impose certains critères : jouets qui ne prennent pas trop de place, qui ne salissent pas trop, qui se rangent facilement (on évitera donc à peu près toute les sphères et autres objets géants en 3D) et enfin, qui occupent sans bagarre.

A ceci, j’ajoute un peu de ludique, et une dose de pédagogie. En général, malgré ces beaux critères, je me laisse avoir.

Je vais donc faire un petit tri dans l’armoire à jouets et vous présenter le must, juste le must.

Je n’ai que très peu de jouets qui font de bruit…ou de la lumière…ou les deux. Je ne suis pas pour autant une maman « jouets en bois à tout prix ».

——————————————————————————————————————

Test : jeu de laçage Filo de Quercetti

*Type d’activité : activité manuelle, jeu de précision, apprendre à tenir un stylo, atelier créatif.

*Age des enfants : à partir de 3 ans, c’est écrit sur la boite. Pour ma part, j’aurais dit plutôt 4 ans. Doit convenir jusqu’à environ 7 ans mais j’ai tendance à penser que les activités manuelles n’ont pas d’ « âge de péremption ».

*Temps de préparation :
Je n’ai pas oublié cet item, il n’y rien à inscrire dedans. C’est tout.

*Période idéal pour réaliser l’activité : Le soir, le matin, le week-end, dans le train, chez le médecin. (par contre, en voiture, je déconseille. Il faut faire preuve de précision.)

*Attention des parents : aucune.

*Bordel à ranger : 0 (sur une échelle de 0 à 5).

*Dimension : ça dépend. Il existe des modèles plus ou moins grands. Sur les modèles de taille moyenne, une petite mallette très pratique est fournie avec. Dedans, on peut tout y ranger.

*Niveau sonore : calme. Mes enfants tirent même la langue pour mieux se concentrer.

*Durée moyenne de l’activité : longtemps. Par contre, le nombre de fils fournis étant limités, ils se « lassent » (vous avez vu le jeu de mots 😉 ) un peu au bout d’un moment.

Ces informations sont terriblement aléatoires en fonction de l’enfant et surtout du nombre d’enfants qui participent.

jeu-de-laçage-filo-quercetti

Filo de Quercetti c’est un jeu que je ne connaissais pas et que j’ai découvert pour la première fois à l’école de mes enfants. Ils sont en moyenne section de maternelle. Au départ, ce jeu peut paraître compliqué mais ce n’est pas le cas. Il se présente de la façon suivante :

  1. Des lacets de couleur.
  2. Un tube en plastique avec un trou à l’entrée, un trou à la sortie (un peu comme la partie plastique d’un stylo Bic).
  3. Une plaque avec des trous un peu spéciaux.

Avant de pouvoir jouer, il est nécessaire de prendre un lacet et de l’enfiler dans le tube. (le moment où ils tirent la langue pour mieux se concentrer)
Ensuite, il faut enfoncer le tube (qui contient le lacet) dans l’un des trous de la plaque. Les trous étant « spéciaux », ils retiennent le lacet.

Continuer la lecture

Tout sur le cul

Evidemment non, je ne vais pas vous parler porno. Juste cul. Comme cul de bébé. J’aurai pu utiliser le mot « fesse » mais ça aurait moins titillé l’attention des passants du web.

Quoi faire pour soigner les fesses rouges de mon bébé

Doudou le petit dernier est en pleine gastro. Les mamans adorent parler pipi-caca. Une hormone nouvelle doit se développer à l’arrivée d’un bébé, permettant à la mère de supporter les cadeaux odorants de son/ses enfant(s).

Heureusement, même si mes triplés choppent la gastro facilement – les bisous au petit dernier aidant – ils ont acquis avec la maturité, le précieux « la bassine maman s’il te plait ».

Doudou, c’est autre chose. Il est en train de se vider. Par la bouche, par les fesses et par les trous de nez…

Les fesses n’aiment pas l’acidité. C’est la deuxième fois cette année que Doudou nous fait frissonner avec ces fesses rouges comme les enseignes de boulangerie et chaudes comme des brioches.

La première fois, c’est arrivé quand Lidl a décidé de changer la formule de leur couche autrefois formidable. RIP les couches Lidl. Maintenant vous êtes pourries.

La seconde fois, c’est aujourd’hui. A chaque change, c’est comme les poissons des animaleries. Rouge vif et luisant.

Après 3 aînés, j’ai rempli ma table à langer avec le nécessaire pour m’assurer un petit cul de bébé bien hydraté. Je suis un peu moins dans la prévention depuis que je n’ai à m’occuper que d’un bébé. J’ai mal anticipé.

Voilà les produits qui m’ont toujours sauvé pour révéler le beau rosé des fesses de mes bébés et auxquels j’aurai dû penser.

Continuer la lecture

SpiderJeux : test du jeu ABC de Ravensburger

Je vais essayer chaque semaine de vous présenter l’un de mes coups de coeur pour occuper ma colonie. Un test de jouets qui fait son effet à la maison. En général, comme l’appart’ n’est pas très grand et que je suis -très légèrement- maniaque, je m’impose certains critères : jouets qui ne prennent pas trop de place, qui ne salissent pas trop, qui se rangent facilement (on évitera donc à peu près toute les sphères et autres objets géants en 3D) et enfin, qui occupent sans bagarre.

A ceci, j’ajoute un peu de ludique, et une dose de pédagogie. En général, malgré ces beaux critères, je me laisse avoir.

Je vais donc faire un petit tri dans l’armoire à jouer et vous présenter le must, juste le must.

Je n’ai que très peu de jouets qui font de bruit…ou de la lumière…ou les deux. Je ne suis pas pour autant une maman « jouets en bois à tout prix ».

Test : ABC de Ravensburger, j’apprends l’alphabet

*Type d’activité : jeu éducatif, apprentissage, initiation à la lecture, communication et partage

*Age des enfants : à partir de 4 ans et jusqu’à ce que l’alphabet soit bien maîtrisé (en majuscule et en minuscule)  – la moyenne section de maternelle/le moment où les enfants commencent à écrire leur prénom est idéal pour débuter cette activité

*Temps de préparation : le temps d’ouvrir la boite. 2 seconde chrono.

*Période idéal pour réaliser l’activité : en début de journée, le week-end. Juste après l’école ils sont un peu crevés dans la SpiderFamily. Je privilégie cette activité dans un moment éloigné d’un temps d’apprentissage afin de ne pas les dégouter.

*Attention des parents : nécessaire. Allez, tous autour de la table !

*Bordel à ranger : 0 (sur une échelle de 0 à 5).

*Dimension : La taille d’un dictionnaire. Le poids d’une paire de chaussure taille 29.

*Niveau sonore : ici, tout le monde parle fort. Tout le temps. Je suis habituée.
Cette activité peut tout de même être classée dans les activités « calmes ».

*Durée moyenne de l’activité : 25 minutes avec 3 enfants. Dès fois 40 minutes. Rarement plus.
Ces informations sont terriblement aléatoires en fonction de l’enfant et surtout du nombre d’enfants qui participent.

Le jeu d’apprentissage ABC de Ravensburger, c’est un jeu agréablement simple pour apprendre l’alphabet. Il se présente sous forme de grosses pièces de puzzle qui marchent par paire. Sur l’une des pièces, une illustration, sur l’autre, la première lettre du mot illustré.

Continuer la lecture

SpiderJeux : la gamme Brilliant Basics de Fisher-Price

Je vais essayer chaque semaine de vous présenter l’un de mes coups de coeur pour occuper ma colonie. Un test de jouets qui fait son effet à la maison. En général, comme l’appart’ n’est pas très grand et que je suis -très légèrement- maniaque, je m’impose certains critères : jouets qui ne prennent pas trop de place, qui ne salissent pas trop, qui se rangent facilement (on évitera donc à peu près toute les sphères et autres objets géants en 3D) et enfin, qui occupent sans bagarre.

A ceci, j’ajoute un peu de ludique, et une dose de pédagogie. En général, malgré ces beaux critères, je me laisse avoir.

Je vais donc faire un petit tri dans l’armoire à jouer et vous présenter le must, juste le must.

Je n’ai que très peu de jouets qui font de bruit…ou de la lumière…ou les deux. Je ne suis pas pour autant une maman « jouets en bois à tout prix ».

La gamme de jeux d’éveil Brilliant Basics de Fisher-Price

*Type d’activité : éveil des jeunes enfants, apprentissage des formes et des couleurs. Léchage et bave en tout genre.

*Age des enfants : de 6/7 mois à 18 mois environ. Mais dès fois un peu avant ou un peu après ! (je jette le flou)

*Temps de préparation : absolument aucun. 

*Période idéal pour réaliser l’activité : chaque fois que votre grand bébé ne dort pas.

*Attention des parents : limitée. C’est aussi rigolo de jouer avec pour montrer le principe du jeux et insisté sur la répétition des gestes.

*Bordel à ranger : très peu. Tu sors le jouet. Tu le ranges. (et dès fois, tu t’allonges au sol pour rattraper le cube coincé sous le canapé)

*Dimension : Variable en fonction du jouet choisi. La boite à forme est grande comme deux briques de lait posées à plat l’une sur l’autre. La pyramide est moins facile à caser sur une étagère.

*Niveau sonore : petits bruits sourds mais très raisonnable de bouts de plastique qui tombent au sol.

*Durée moyenne de l’activité : Eternelle. Bien que vers 2 ans et demi, ils commencent à se lasser.

Ces informations sont terriblement aléatoires en fonction de l’enfant et surtout du nombre d’enfants qui participent.

La gamme de jouets Brilliant Basics de Fisher-price réunit plusieurs types d’activité pour éveiller les grands bébés (j’appelle « grand bébé » les enfants qui ne ressemblent plus à votre tout petit sorti de la maternité mais pas encore à une petite fille ou un petit garçon. Vous visualisez un peu ? )

Continuer la lecture

SpiderMaman : un cadeau de naissance juste pour moi

Tout de même, j’ai fait pas mal du boulot. Alitée pendant tout l’hiver comme une marmotte qui hiberne, points de la césarienne qui tirent à chaque respiration, seins qui vont explosés avec la montée de lait.

En plus, désormais, les visites, c’est pour les bébés. SpiderMaman, tout le monde s’en fout.
A la maternité et souvent les jours qui ont suivi, je me suis sentie vide. Mon ventre était tout plissé et douloureux. J’avais tellement mal, qu’il m’était difficile de me lever de mon lit pour rejoindre le fauteuil roulant. Je m’en voulais de pas être chaque instant auprès de mes nouveaux nés tant désirés. Bref, un vrai blues.

Il n’y avait pas grand chose pour me remonter le moral. Et les hormones à la naissance de triplés, c’est comme une bombe.

Heureusement, j’ai toujours ma meilleure amie que je peux appeler pour me plaindre. Parce que oui, les femmes qui viennent d’accoucher ont rarement ce droit. En plus, pour ma part, j’avais tellement eu peur d’avoir des grands prématurés, que leurs arrivées à des termes raisonnables m’imposer de fermer ma bouche.

Ce n’est pas si simple d’avoir toute l’attention déportée vers ses enfants même si c’est souvent le cas. Surtout quand c’est des triplés. Tout le monde y va de sa réflexion et la maman passe inaperçue.

J’avais bien besoin d’un petit remontant. J’ai donc voulu avoir un truc rien qu’à moi, pour me faire plaisir. Et aussi me féliciter. C’était beaucoup d’effort d’en porter trois.

Mon cadeau de SpiderMaman à la naissances des triplés

J’avais envie d’un cadeau qui marque le coup. Un truc personnalisé que je pourrai garder pour moi toute seule. Continuer la lecture

SpiderJeux : le coffre à déguisements

Je vais essayer chaque semaine de vous présenter l’un de mes coups de coeur pour occuper ma colonie. Un test de jouets qui fait son effet à la maison. En général, comme l’appart’ n’est pas très grand et que je suis -très légèrement- maniaque, je m’impose certains critères : jouets qui ne prennent pas trop de place, qui ne salissent pas trop, qui se rangent facilement (on évitera donc à peu près toute les sphères et autres objets géants en 3D) et enfin, qui occupent sans bagarre.

A ceci, j’ajoute un peu de ludique, et une dose de pédagogie. En général, malgré ces beaux critères, je me laisse avoir.

Je vais donc faire un petit tri dans l’armoire à jouer et vous présenter le must, juste le must.

Je n’ai que très peu de jouets qui font de bruit…ou de la lumière…ou les deux. Je ne suis pas pour autant une maman « jouets en bois à tout prix ».

Test : Le coffre de déguisements

*Type d’activité : amusement, imaginaire, délire, photos !

*Age des enfants : dès 2ans et 3ans minimum pour s’habiller tout seul (bien sûr, certains vont dire que leurs enfants s’habillent seuls dès 1an et demi. Et bien pas ici.)

*Temps de préparation : ça dépend. Une cape va plus vite à mettre que le déguisement intégral de Winnie L’ourson.

*Période idéal pour réaliser l’activité : le dimanche avant de s’habiller, le soir après le bain.

*Attention des parents : participation souhaitée. Déguisement apprécié.

*Bordel à ranger : pas mal. Tous ensemble, bien entendu.

*Dimension : Une grosse caisse. Bien en hauteur. Vous évitera des petits endormis avec des capes. Ou des ailes.

*Niveau sonore : élevé. Fous rires assurés.

*Durée moyenne de l’activité : Il faut au moins 30 minutes devant soi. Sous peine de sortir affublé d’une coiffe et de jambières.
Ces informations sont terriblement aléatoires en fonction de l’enfant et surtout du nombre d’enfants qui participent.

Avoir une caisse de déguisements en tout genre, c’est travailler sur l’imagination. C’est aussi l’occasion  d’apprendre à s’habiller tout seul.

Continuer la lecture

Le siège bébé Bumbo : une vraie alternative au transat ?

Je suis sur Facebook. Evidemment ! Et sur Facebook, on apprend toujours plein de trucs et il arrive de découvrir des produits qui attirent notre attention. Sur l’un des supers groupes de Maman de triplés dont je fais partie, j’ai découvert un drôle de produit de puériculture.

Le BUMBO SEAT

C’est une maman canadienne qui a posté une photo du Bumbo seat (ou siège Bumbo ?) . Sur l’image, il y avait trois bébés assis dans cette sorte de pot (comme celui pour faire pipi). Continuer la lecture

« Famille nombreuse », vos papiers s’il vous plait !

Je me rappelle de la carte rose dans mon portefeuille en patchwork d’ado. Je m’en servais chaque fois que je prenais le RER dans la petite gare RATP de Montgeron-Crosne.

A la naissance de mes triplés, j’entendais souvent « eh bien, une famille nombreuse en un seul coup, chapeau ! ». J’avais envie de répondre « et ta mère » mais ce n’est pas très polie. SpiderMaman est très polie. Au moins devant ces enfants.

Bref, j’ai réalisé qu’avec mes triplés je pouvais prétendre au fameux sésame de la « carte familles nombreuses ».

Le nez dans les couches et la tête dans les biberons, j’ai quand même trouvé le temps…et le courage de faire la paperasse.

Comme aujourd’hui, je ne me trimbale plus sans ma carte Familles Nombreuses bleue (les hommes ont encore pris le dessus), j’ai décidé de faire un petit point sur les démarches pour l’obtenir et les avantages.

C’est parti.

Continuer la lecture