J’ai testé : la boutique de fringues chinoises pas chères en ligne

Je me sens l’âme de Bernard dans Enquête exclusive, la prostitution et la drogue en moins. Je suis entrée au cœur d’un marché parallèle. C’est du vrai sujet tabou. Encore un. Acheter ses fringues direct’ en chine en étant parfaitement au courant des conditions de fabrication et des salaires (minimums ? ).
C’est pas bien.
Je pourrais faire l’acte militant de n’acheter que Français mais c’est très compliqué. Pas seulement pour des raisons d’argent (mais aussi). Il se trouve que la confection en France n’est pas à son point culminant et qu’en dehors des coûts de fabrication indexés sur les avantages sociaux indéniablement favorables, faire fabriquer une robe en France peut s’avérer un parcours du combattant.

Donc voilà, j’achète régulièrement 10€ les 10 bodies à Carrouf’, non pas pour la qualité mais parce que ce n’est pas cher. Sûrement que si j’avais 8€ à mettre dans un body, je choisirais celui en coton bio avec un joli dessin dessus. Mais j’ai eu trois bébés d’un coup et des bodies tachés de carotte (ça tâche bien la carotte) ou de feutre Velleda (ceux qui ne partent pas), j’ai eu l’impression d’en avoir des milliers.
Le premier critère d’achat n’était donc pas la qualité, et à coup sûr, pour le porte-monnaie, l’Asie m’a bien aidé.
Mes shoppings fringues ont bien réduit ces dernières années. J’aime toujours autant ça, mais le problème ne vient pas de ce côté-là. En plus de l’aspect financier, il y a aussi une histoire de place. Décemment, une étagère pour lui/3 penderies pour moi, Ce n’est pas équilibré. Je dois me calmer !
Quand même, des fois, j’ai envie de nouveauté. Ce n’est pas vraiment une question de besoin. C’est le plaisir de changer, de se changer.

Souvent, je tape des chaines de mots sur Google, pour voir. « Robe mousseline pas chère » par exemple. J’arrive sur une boutique en ligne, je remplis un gros panier. J’en ai pour 300€. Je n’ai pas besoin de tout ça. Je clique sur la petite croix rouge en haut à gauche de mon navigateur. Panier abandonné. 300€ juste pour se changer, c’est un peu chérot.
Et puis, des fois, mes recherches Google m’amènent sur des sites étrangers. Ils doivent bien maîtriser le référencement (le fait d’arriver en bonne position dans les résultats de recherche Google). Il y a des robes de mariées à 60€ . Ça donne envie…mais ça va faire 10 ans que je suis mariée alors tant pis.
Et, il y a aussi tous les petits hauts et les robes que l’on retrouve dans les petites boutiques de quartier x 10000. Des pages et des pages d’accessoires, de ceintures, de tee-shirts, de chaussures … A des prix de marché aux puces. (et plutôt ceux de Barbès que de Boulogne)
L’histoire, c’est que la Chine, quand même, c’est loin. S’il y a une couille (différence entre la photo et le produit par exemple), je pense qu’il sera particulièrement difficile d’avoir la hotline au téléphone pour résoudre le problème. En tout cas, si chaque fois je ne poursuis pas ma visite sur ces cavernes d’Ali Baba, c’est entre autres pour ça.

Et puis, je me suis lancée

Dit comme ça, on dirait un grand pas d’aller claquer du fric à l’étranger !
J’ai beaucoup cliqué sur « poursuivre mes achats » (le site est « plus ou moins » traduit en français). Ceintures, blouses, robes, manteaux pour les enfants…
Quand je teste, j’y vais à fond.
En une petite demi-heure, il y a déjà 25 articles dans mon panier et la facture s’élève à moins de 150€ (avec trois manteaux…)
Je créais ensuite mon compte, rien de bien compliqué. Le site est ergonomique, c’est rassurant.
Ensuite, j’ai « validé ». Il a évidemment fallu payer. Par Paypal, j’ai trouvé ça plus sécurisant.
Mail de validation, mail de confirmation. Jusque-là, tout est OK. J’ai entré un ou deux mots dans Google traduction, c’était en anglais.
Niveau frais de port, j’en ai quand même eu pour 75€. Même à ce tarif, ma commande reste bien en dessous des prix du marché.
Vingt-quatre heures après, j’ai reçu un message pour valider mon identité. Au départ, j’ai failli faire marche arrière (boouuuhhhh la peur du fishing) : il m’était demandé une copie de ma pièce d’identité et de la carte utilisée pour le paiement. (avec comme précision de ne laisser visible que les trois derniers chiffres)
Connaissant bien les systèmes de paiement en ligne (ça faisait partie de mon métier) et à moins de ne vouloir me voler mon identité (on ne sait jamais…), j’ai envoyé les documents. Cela m’a permis d’apprendre que mon passeport n’était plus valide. C’est déjà ça de pris.

Les colis c’est comme des cadeaux (à part qu’il faut se l’offrir)

Les délais de livraison sont un peu longs. Environ 3 semaines comme sur vente-privée dans ses premières années ! Pas de surprise, l’information était précisée. Comme pour les bons e-commerces français, j’ai reçu un numéro de suivi.
Et puis, les 4 colis sont arrivés. J’ai attendu ma voisine pour les déballer avec comme enjeu de passer une commande à plusieurs la prochaine fois pour réduire les frais de port.
Quelle excitation d’ouvrir des colis. J’adore ça. C’est un peu comme les cadeaux d’anniversaire.
Bilan des festivités : nickel. Perfecto.
Tout allait parfaitement. Niveau qualité, ce n’est pas pire que ce que l’on trouve dans beaucoup de boutiques. Je ne m’attendais pas non plus à des matières nobles pour ce prix-là. C’était surtout pour s’offrir des petites pièces qui feront une saison et que je ne suis pas prête à payer entre 39 et 79€ chez Zara.
Ce site, c’est Sammydress. (il en existe plein d’autres, mais je ne les ai pas testé) Assurément, je commanderai à nouveau. Les accessoires y sont à des prix vraiment imbattables.
En attendant, telle une blogueuse mode débutante, je partage avec vous quelques images de ce butin venu de loin. (et quelques trouvailles qui m’ont parues judicieuses)
Comme je n’en suis qu’à mes essais (et pas sûre que ça se renouvelle très souvent), j’ai très mal travaillé le décor. Au lieu du Pont des Arts en arrière-plan, vous aurez mes chaises achetées dans une boutique spécialiste de la vente de matériel de collectivités.

robe-mousseline-verte

Robe en mousseline (de polyester) plutôt jolie.

robe-mousseline-maman

J’adopte la même pose pour une meilleure comparaison ! Alors, ça fait pareil ?

robe dentelle

Pose très travaillée.

trench-enfant

Un trench pour la première de mes puces qui entrera dedans. (je l’ai pris un peu grand)

Et un petit tour de ce qui me semblait sympa de présenter :

accessoire-mariée

Des accessoires de mariées.

blouse-pas-chere

Une petite blouse noire pas chère

corset-femme

J’ai toujours voulu avoir un corset (avec des lacets).

couronne-diadèe

Pour mes enfants, ce sera parfait pour un magnifique déguisement.

coussin-talon

Un petit coussinet lavable pour adoucir les marathons en talon. Je trouve ça malin.

mailot de bain une pièce pas cher

La maillot de bain fait sur mesure (en tout cas sur celles de mes vergetures)

manche-trrois-quart

Le genre de manteau manche 3/4 qui ne peut pas se porter les jours de grand froid ni les jours de grosse chaleur (soit 5 semaines par an seulement).

montre enfant

Une montre chou à 4 €

Les points importants de SpiderMaman :

– Pour les tailles, il vaut mieux choisir une taille au-dessus de vos habitudes
– Je conseille le paiement Paypal. S’il y a un problème, il y a quelqu’un de fiable contre qui se retourner.
– Pas de frais supplémentaire de douane à l’arrivée.
– Les produits qui indiquent « soie » ou « cachemire », c’est une mauvaise traduction. Ne vous y fiez pas.
– Les formes et les couleurs à l’écran sont fidèles.
– Il vaut mieux tout passer en machine avant les porter.
– Si vous avez une ou deux copines avec qui commander, les frais de port paraîtront plus raisonnables.
– Je ne suis pas commissionnée pour cet article. Je suis juste un peu fauchée avec l’arrivée des vacances d’été.

Claire, une maman de triplés et d’un petit dernier contrainte à l’ingéniosité

PS : si dans cet article il y a moins de fautes d’orthographe que d’habitude, c’est grâce à Antidote. (Plus d’info chez Paf le P.A.F)
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

S’occuper…en attendant le docteur

Purée, tous les parents ont eu la même idée aujourd’hui. C’est sûrement la faute à ce temps pourri. Dans ces cas-là, les activités sont limitées. Rester en intérieur semble être une nécessité. Allez voir le docteur est une alternative aux dessins-animés au cas où on se ferait trop chier.

Je me retrouve donc régulièrement dans une salle d’attente bondées d’enfants…et de microbes. Un peu comme les parcs indoor à part que l’entrée est 7 fois plus chère (mais, ouf, c’est remboursé) et que la queue est plus longue qu’à Disney.
En général, j’évite de prendre toute ma colo avec moi. Je m’arrange pour dégoter l’horaire le moins demandé et puis, comme tout le monde, j’attends.

Je t’attends, je t’attends…je t’attends

J’aime m’épargner la honte de l’enfant turbulent même si ça peut arriver. Mes enfants ne sont pas bioniques, ils ne sont donc pas calmes tout le temps.

J’essaye néanmoins d’anticiper la période de crise qui arrivera irrémédiablement au bout de 20 minutes à jouer avec le puzzle aux 3 pièces manquantes ou le garage qui a perdu un bout de sa pente. Pauvre médecin qui n’est pas équipé de crayons de couleurs ou de livres à raconter. Peut-être s’est-il fait cambrioler ?

Heureusement que j’ai ramené le gros livre de contes « un jour, une histoire ». Au moins, 600 minutes de princesses, de loups et de chevaliers.

Quelques activités pour faire patienter les enfants

Depuis le temps, j’assure mes arrières pour les occuper. J’ai 2/3 trucs qui marchent à tous les coups et notamment lors des 30 consult’ d’orthophoniste dont ont écopé mes 2 filles. J’ai gagné le double créneau entre midi et deux. De quoi ne pas me saccager une matinée.
L’une travaille les « Je » et les « Che » pendant que l’autre attend. Et inversement. Maintenant que nous sommes bien rodées toutes les trois, je peux vous présenter mes petits trucs qui les occupent à tous les coups.

Sur tablette

Les écrans ça pue du cul, c’est dangereux pour les enfants. A part que je suis connectée pas mal d’heure dans la journée, « l’éducation par l’exemple », vous connaissez ? Après beaucoup de questionnements je pense qu’il n’est pas inconscient de laisser une tablette dans les mains de nos enfants. Ils vont grandir avec, ils vont découvrir les méandres des médias. Je préfère les initier intelligemment. Pourquoi pas ?
En plus, c’est un peu un moment privilégié où ils peuvent avoir la tablette pour eux tout seul. Pas besoin de pousser la tête de l’autre pour « voir ».

1)  L’application Memonium – un memory malin

Il y a les memory Le roi Lion, ceux acheté 1€ sur le marché avec de fausses licences et un Hello Kitty mal dessiné avec les yeux qui déconnent, puis, il y les memory sur tablette. La règle ne varie pas. Il faut retourner des vignettes deux par deux et trouver le même dessin. Comme son nom l’indique, ça fait bosser la mémoire. De quoi aider votre enfant à se rappeler que « maman, tu m’a promis un bonbon le un vendredi le mois dernier« .

memonium memonium2

L’avantage de l’appli Memonium c’est, qu’en plus de faire travailler la mémoire, il fait réviser le programme scolaire de mes enfants qui sont en moyenne section : reconnaître les lettres, les chiffres, les majuscules, les minuscules.  Il y a même un mode défi ! (et j’aime bien les défis)
Note de l’auteur : Je me déteste d’avoir écrit la phrase précédente.  « Réviser », « programme scolaire »… alors que mes enfants ont 5 ans…
Disponible sur l’Apple Store pour 2,69€

2) Le livre des Trendy Bears

C’est une histoire sur tablette. Au départ, je trouvais glauque de laisser un enfant en face d’une tablette qui fait la lecture à ma place. Et puis, vers Noël, on m’a proposé une appli sur Ipad : le livre des Trendy Bears, Le Noël de Zarcas.
trendy-bears

C’était l’occasion de voir ce que c’était que les livres pour enfants sur tablette. En fait, c’est plutôt sympa. D’autant plus que les Trendy Bears sont des sortes de Bisounours des temps modernes. J’avoue que mon choix ne s’oriente pas naturellement vers une histoire de Noël mais comme c’était offert, c’est celle-ci que j’ai téléchargé et les enfants sont accros à ces petits personnages. L’histoire est mignonne, il y a une intrigue, des méchants et gentils. A l’approche de l’été, parler cadeaux et neige, c’est dépaysant !
En plus de l’histoire, il y a de petites animations qui se déclenchent au toucher. En général, je coupe le son et lis moi-même l’histoire mais il m’arrive de feignasser et de laisser faire l’Ipad !
3 histoires des Trendy Bears sont disponibles sur l’Apple Store et sur Google Play pour moins de 3€ l’un. (Le dernier dragon, Le voleur de rêves et Le Noël de Zarcas)

Et aussi…

3) Les coloriages magiques

Comme leurs noms l’indiquent, ils sont magiques. En tout cas, grâce à ses coloriages, le silence et d’or et ça, c’est du joli sort ! Le principe est très simple, je suis sûre que vous en avez déjà fait étant enfant.
Fonctionnement : Des cases à colorier avec des chiffres qui correspondent à des couleurs. Comme pour les « Numéros d’Art » mais avec des crayons de couleurs ou des feutres. En général, je fais toujours une petite trousse que je garde sur moi avec des crayons et des feutres en bon état. (à la maison, il y a la grosse boite avec les 12 feutres sans bouchons…)
coloriage-magique-a-imprimer

Plusieurs coloriages magiques à imprimer par là (plusieurs niveaux de difficultés et pleinde bonhommes connus : Kitty, Bob le Bricoleur, Dora…)

Voilà quelques petites idées pour s’occuper. Et dans le pire des cas, j’ai la Reine des neiges sur mon téléphone…au cas nous devrions nous rendre à une session « Urgences » improvisée.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Apprendre à faire du vélo #2

(cet article est resté coincé dans l’ordi pendant au moins 3 semaines. Il avait fui le bruit derrière l’écran dû aux enfants en vacances)

J7 : Ava Banana ne quitte plus son casque de vélo. C’est émouvant et étrange à la fois. Je suis obligée de faire régulièrement une petite remarque du type « tu n’as pas trop chaud avec ton casque ? » ou « tu es sûre que tu ne veux pas le retirer maintenant ? ». La faute aux regards des autres songeant bruyamment à « cette petite est sûrement atteinte d’une maladie grave qui lui nécessite le port permanent d’un casque de vélo ».

Il y a une raison à la casquophilie. Si Ava Banana aime porter son casque la tête haute et le regard brillant c’est parce….
Ava Banana SAIT FAIRE DU VELO. Sans roulette. Du vrai vélo de grand et même qu’elle freine et qu’elle sait prendre les virages.
Les trottoirs, c’est la prochaine étape.

Apprendre à faire du vélo en 3 heures

Tout s’est fait comme sur une notice. Ava Banana a été une élève modèle. Les étapes étaient bien claires dans ma tête mais rien n’assurait le résultat.

C’est mon premier essai à moi aussi. Apprendre à faire du vélo, je n’ai jamais fait ça.

Ava Banana n’est pas vraiment casse-cou mais elle n’a pas peur. Pas de vertige, pas d’angoisse face aux enculés de pigeons, pas bagarreuse mais courageuse face aux attaques de gnomes de 5 ans qui lui piquent ses roues en plastiques si convoitées dans la cours de l’école.

vélo-evolutif

PS : le casque, c’est bien contre la pluie.

Avec le vélo évolutif Woony de Decathlon, il lui a fallu à peine 3 heures pour y arriver. Je suis bluffée. Elle qui était à peine monter sur un engin à roulettes (le style de vieux vélos rouillés aux pneus crevés vendus 12€ à la brocante du quartier).

La draisienne et l’équilibre

Au départ, j’ai suivi vos conseils « regardes devant toi, diriges bien ton guidon ».
En mode draisienne, elle a commencé à avancer doucement au départ. Elle penchait un peu. Et puis, elle penchait moins et elle allait plus vite.

vélo-evolutif-test

Il faut lui courir après. J’ai donc envoyé son frère et sa sœur.

Au bout de 2h30 environ, elle courait et commencer à lever les pieds de plus en plus longtemps.
C’est une équilibriste, elle a le bon moove.

« Attention à la dame »

Maintenant qu’elle « roule », je lui présente les freins. Avant, arrière. Le vélo est bien fait. Il doit y avoir quelques brevets là-dessous. Pas de risque de passer par dessus le bord ! Même si, évidemment, il y a le casque. Le fameux casque.

« Maintenant, je veux pédaler »

En un tour de clé, la petite draisienne s’est transformée en Ferrari. Version vélo.
Je l’ai tenu au cul. Elle n’a pas flanché et s’est lancée. Je l’ai prévenu et…elle a pédalé.
Elle s’est mise à crier « Papa » dans tout le quartier. Il est sorti sur le balcon et l’a applaudi. C’est une vraie fierté. Maintenant, dès qu’elle pédale en bas de l’appartement, les mamans présentes (aux balcons, dans le square, à la fenêtre…elle a crié fort, vraiment très fort) lui sourient avec douceur pour la féliciter.

Le vélo de grande

Le vélo Princesse acheté au Trocathlon (stocké sous un bout de tôle creusée par la pluie…et mal fixées) est passé sous mes mains devenues bizarrement attirées par le cambouis.
J’ai regonflé les pneus avec ma pompe premier prix qui fonctionne très bien.J’ai ajusté la selle.
Le guidon, c’est bon.
Elle a enfilé son beau casque bleu qui lui donne un air de Pénélope Jolicoeur dans Les fous du volant.
penelope-jolicoeur-fou-du-volant

Elle s’est mise dessus dans l’ascenseur, à marché à côté avant de traverser. On était que toutes les deux depuis le début des entraînements. Sur le terre plein, elle a tâtonné du bout des pieds. C’est un peu plus haut.
16 pouces. Je me suis renseignée !
Y’a pas la sonnette ni la loupiote. Promis, j’en achèterai.

Si elle avait commencé plus petite, le vélo Woony aurait suffi. Là, c’est une grande mon Ava Banana. Elle s’en est sortie comme une chef alors, elle a son vélo de grande.
faire-du-velo

Si un jour ce blog tombe dans l’oubli, qu’il est boudé, que des malfrats lancent des tomates et des œufs pourris sur l’écran, je ne regretterai rien. Il m’aura permis de tester le vélo Woony de Decathlon et d’apprendre à au moins l’un de mes enfants à faire du vélo pour le reste de sa vie.
(Pub offerte à Decathlon avec plaisir et remerciements pour leurs idées toujours ingénieuses)

faire-du-velo-comme-un-grand

Au tour de Danou l’enfant-qui-tombe-tout-le-temps-et-se-prend-les-retros-en-marchant.

L’aventure d’ « Ava Banana apprend le vélo » commence ici.

Claire, une maman qui a une fille qui sait faire du vélo de grand.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Apprendre à faire du vélo #1

Le vélo : un moyen de transport, pratique, économique, écologique et sûrement deux ou trois autres adjectifs »éco » quelque chose.
Quand on a trois enfants du même âge, il y a des choses qui pressent un peu moins que d’autres.

Trouver une bonne poussette pour se déplacer : pressé
Trouver des places en crèche pour reprendre le travail : pressé
Leur apprendre à tenir le biberon tout seul : pressé
Apprendre à faire du vélo : pas pressée.

J’ai retardé ce moment si émouvant où, le casque vissé sur la caboche, ils donneront leur premier coup de pédale sans les petites roues. (et sans se casser la margoulette)
D’abord, sortir 3 vélos avec 3 petits alors que je n’ai même pas assez de mains pour tous les tenir tient d’une épreuve d’Interville.
Ensuite, au Trocathlon, je n’ai trouvé que 2 vélos. (à 18h30, le dernier jour de cette grande brocante de sportifs en cyclistes moulants fluo)

L’autonomie par le vélo

Le jour où j’ai eu mon premier VTT vert et bleu à moi (et pas celui de mon grand frère avec la selle recouverte de 3 cagoules pour faire moins tape-cul), mes parents ne m’ont plu emmené nulle part. Sortez les mouchoirs.
Qu’il pleuve, qu’il vente (et même sous la neige), j’allais partout à vélo. A l’école, au sport, chez les copains. C’était une vraie galère avec la boue et ce satané dérailleur qui niqué tous mes bas de pantalons mais c’était la liberté.

Il y a un petit mois de ça, je me suis dit : mes enfants, il est temps de vous apprendre à faire du vélo.

La draisienne

J’ai croisé plein de gosses qui manquaient de peu de me foncer dedans avec leur vélo bizarre. Oui, c’est bizarre un vélo sans pédale. On paye pour un truc pas fini. Comme si on oserait acheter une voiture sans moteur. L’arnaque totale.
Et puis, je me suis ravisée en voyant Léo et Ethan, deux petits copains, passer de la draisienne au vélo sans petite roue, sous mes yeux, en moins de 20 minutes. Franchement, c’était impressionnant. Comme s’ils avaient tout de suite pigé le truc.

Je me suis dit : « pourquoi pas nous ? »

Ils ont 5 ans.
Le problème, en s’y prenant à 5 ans, c’est que les draisiennes paraissent ridiculement petites, et les vélos pour moyens-grands (j’imagine que les boutiques spécialisées ont un jargon plus pointu) particulièrement grands.

Notre budget « seconde nécessité » ayant bien diminué depuis l’arrivée de nos 3 bouches à nourrir d’un coup (et 3 lits à acheter, 3 matelas, un million de couches, 2 vaches pour produire le lait…), nous avons choisi ce qui durerait le plus longtemps : les vélos pour moyens-grands. (16’’)
Comme pour les fringues, il vaut mieux toujours prendre 2 tailles au-dessus !

C’est un peu haut mais bon, ça va. Par contre, la seule solution pour débuter un apprentissage avec ces vélos-là, c’est les petites roues …
ou… retirer les pédales.

Transformer un vélo en draisienne

Il suffit de retirer le pédalier…
En fait, c’est une vraie galère de retirer un pédalier. Non seulement, il faut dévisser les mini-vis du garde-boue (qui tombent entre les dalles d’une demie-tonne de mon balcon). Ensuite, il faut insérer une clé spéciale (un « extracteur de pédalier ») que oui, ça existe une clé rien que pour retirer le pédalier. Après cette étape qui m’a nécessité de chercher sur google une requête que je n’aurai jamais imaginé, j’ai ressenti une grande fierté (Cécile, je pense fort à toi). Et puis, quelque chose clochait.

extracteur de pédalier

l’extracteur de pédalier

apprendre-a-faire-velo-3

La chaine aussi peut se retirer. Il faut utiliser un autre outil « spécial  » : le « dérive-chaine ». Malheureusement, je n’ai absolument pas de « dérive-chaine » dans ma boite à bijoux. Du coup, j’ai mis un élastique pour éviter de se prendre les pieds dedans. Ça donne un certain cachet.

Investir dans un vélo évolutif

Vélo trop grand + chaine qui pend = risque élevé d’appeler les pompiers
(et on a déjà testé récemment)
J’ai donc à nouveau cherché un modèle pour mes enfants plus si petits que ça.
J’ai trouvé ceci :
apprendre-a-faire-du-velo

Le vélo Woony de Decathlon

Grâce à la marque Btwin (rayon cycle de Decathlon) j’ai eu la chance de le demander en test. (J’ajouterai que le contact et le service avec la marque ont été d’une exceptionnelle qualité. Ça ne perd rien de le faire remarquer.)

C’est la seule alternative que j’ai trouvé ingénieuse. Le vélo est ok pour un enfant de 5ans. Après cet âge, c’est un peu juste en taille. Pour mes triplés, j’ai ajusté la selle et le guidon au plus haut. Les réglages se font en un coup de clé (fournie avec et qui tient bien en main).

btwin-woony

La clé magique

Le principe du vélo évolutif :
Au départ, l’enfant s’en sert en draisienne (à partir de 2 ans) pour apprendre l’équilibre, l’utilisation des freins.
Ensuite, dès qu’il est là l’aise et qu’il fait du rouli-roula farpaitement, il est possible d’ajouter un « bloc » par un simple système de vissage qui comprend le pédalier. (toujours avec la même clé)

La vidéo de présentation sur le site de Decathlon est bien expliquée, je ne vais pas me forcer à en faire un plagiat moins abouti.

[youtube=http://youtu.be/BxR_Dh6kcCk]

Voilà quelques petites photos pour observer la belle bête :

draisienne-btwin-woony

Sans les pédales

draisienne-btwin-woony-1

Retirer le pédalier simplement…

draisienne-btwin-woony-guidon

Des freins pour éviter les poteaux, une petite loupiotte et un dring-dring

draisienne-btwin-woony-pedalier

Le système « turn and go »

draisienne-btwin-woony-selle

La selle et la petite lampe à led.

velo-btwin-woony

Avec les pédales

velo-btwin-woony-roue

Des roues larges et stables, gonflable avec une pompe standard. (et pas de rayon pour se couper les doigts)

Je me donne 15 jours par enfant pour leur apprendre.
Je l’appelle le « forfait apprentissage en accéléré » (équivalent BTS Vélo) Chacun aura le droit à un entrainement intensif pendant deux semaines (histoire d’avoir le temps de s’habituer) avec maîtrise de la sonnette et tout et tout.

apprendre-a-faire-velo-1

Suis la lumière…

Lolo étant médicalement disqualifiée pour être la première à prendre les « cours », c’est Ava Banana qui débute la session de formation. Danou préfère « voir comment elle y arrive avant d’essayer« .

Verdict dans les jours à venir. Je vous tiens au courant.

Si vous avez des conseils pour ne pas compromettre nos vacances d’été avec une jambe cassée, vous êtes les bienvenus pour commenter. 
Si vous voulez dire un truc genre « prout », « caca », « pipi » vous pouvez aussi. C’est moins constructif mais ça me fait toujours marrer. Je crois que je ne fais des enfants rien que pour la phase « pipi-caca ».

PS : il va vite falloir trouver un casque. Je m’étais basée sur mon périmètre crânien pour en acheter un mais Melle Ava Banana, 5 ans, à une plus grosse tête que moi…

casque-velo

Le casque trop petit

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Il m’arrive de présenter des tests par ici. Souvent, j’ai envie d’ajouter le « truc » en plus. Mon utilisation dans des conditions de maman de l’extrême me donne envie d’ajouter une petite touche d’imagination. C’est donc de cette façon que je vais procéder.
Dans mes tests, tu trouveras des photos, du blabla, des explications, plein de détails, une revue d’autres tests trouvés par ici et pour avoir d’autres avis et…mes petites idées de maman contrainte à l’ingéniosité 😉.

Oui, ce sera long et ça va déchirer. Ce sera bon comme du Nutella : un coup de cuillère et tu t’enfiles le pot.

Les aliments interdits pour les enfants

Le repas et les enfants, j’en ai déjà parlé. C’est une épopée fantastique où se côtoient le bon et les crades, les cuillères et les doigts, les verres et les inondations.
aliments-interdits aux enfants

Il existe un top 5 secret que même Topito n’a pas encore révélé de peur de ne faire s’écrouler l’industrie alimentaire. Limiter le chômage est une priorité.

Ce top 5 concerne :

Les aliments à éviter absolument avec les enfants

1) La semoule
Je ne sais pas si vous avez déjà testé avec vos enfants, mais, à la maison, la semoule, c’est vraiment quand il faut finir les fonds de placard.

Points faibles : ça en fout partout, ça colle aux chaussettes et glisse sournoisement sous le frigo encastré. Ca tient très mal dans une fourchette et c’est bien trop compliqué avec les doigts (à part quand elle est desséchée de la veille…et qu’elle a trop traîné dehors…)
Mise en garde : ne jamais passer un chiffon humide ou une éponge (Bob ?) sur la semoule. Elle collera, se décomposera en de minuscules bouts pâteux.

2) Les mueslis
Avec sa réputation l’associant naturellement à l’alimentation saine, donner des mueslis à ses enfants paraîtrait être une bonne idée. En fait, pas du tout.
Points faibles : Même principe que pour la semoule. Trop de particules tuent les repas conviviaux. A ceci s’ajoute des toilettes sur-occupées le jour suivant. La faute aux fibres alimentaires en excès.
Conseils d’utilisation : A ramener dans un petit sac dehors pour le goûter. Une belle occasion d’admirer les oiseaux de prêt tout en faisant le plein de vitamines et de fer.

3) La sauce tomate
Il n’y a pas vraiment besoin d’expliquer, mais je me lance quand même. Tout parent censé connaît l’action de la sauce tomate sur les enfants…ou plutôt sur leurs vêtements.
Points faibles : tachant, super tachant. Malgré les bavoirs intégraux, les capes jaunes Disney ou le Kway de mamie, ils seront tâchés. Souvent, c’est imperceptible au premier coup d’œil mais, en y regardant de près, on découvre la belle marinière joyeusement achetée 5€ à la brocante de Playmobil-Ville-Les-Bains largement tachetée de mini points rouges.
Conseils de consommation : Proposez à Mamie de préparer sa bonne bolo le quand les enfants iront chez elles. Mettez-leur de vieux tee-shirt pourris en prétextant qu’eux aussi ont besoin de se laisser un peu aller à la détente le temps d’un week-end.

« Quand c’est trop compliqué, le mieux, c’est de demander aux autres de le faire. »
Proverbe d’une mère fatiguée
maman-fatiguee

4) Le sucre en poudre
Délicieux sur les crêpes, incontournable pour faire un gâteau (et ne me dites pas « mais non, moi je connais une super recette de gâteau sans sucre« . Je te répondrais : « je la connais aussi, ça s’appelle du pain« ), le sucre est également parmi les 5 aliments vicieux.
Points faibles : Non seulement, il s’évade systématiquement des côtés mal refermé du paquet partout sur l’étagère mais en plus, il est extrêmement difficile à doser. « Non, Ava, tu ne peux pas essayer de faire un Olaf sur ton Petit Suisse« .
Naturellement, il faut donc en racheter toutes les deux semaines où recouvrir le paquet d’un sac de congélation qui, inexorablement, finira par coller salement à l’étagère.
La légende comme quoi donner du sucre aux enfants les excite, moi, j’y crois.
Recommandations d’utilisation :
Optez pour le sucre en sac doseur. Un peu plus cher à l’achat mais super pratique (si vous êtes d’âme économe, il est possible de remplir le contenant à l’aide d’un entonnoir et de sucre premier prix).
sucre-en-poudre
Mise en garde particulière : le sucre, jamais après 17h. Attention, si vous mouillez en plus les enfants, ils se multiplient.

5) Le pain sec
Donner du pain sec à boulotter à ses enfants, ce n’est pas vraiment sympathique. Les temps sont durs, ma p’tite dame. Du pain sec et de l’eau.
Ou, on a encore été deux à penser que d’acheter du pain pour la semaine et le congeler c’était une bonne idée.
Points négatifs : l’effet tour de magie : j’écrase une boulette de pain sur la table du bout du doigt, ça se transforme en un tas de miettes. L’impression d’être Hulk et Superman réunis. Un jeu qu’ils pourraient répéter des milliers de fois.
Phénomène spongia : Le pain –sec ou non- semble gonfler dans l’estomac comme une éponge.
L’équation suivante :

les enfants mangent trop de pain = les enfants n’ont plus de place pour les légumes 

est très trop souvent vérifiée.

Recommandation d’utilisation : le pain sec c’est bon en pain perdu pour les dimanches sur le canapé. (ou pour le balcon de cette voisine raciste qui déteste les oiseaux)

 Des aliments à ajouter à cette liste ?

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Mode d’emploi : un week à deux, juste à deux

Il y a plusieurs années de cela, au commencement de cette grande aventure, j’avais rédigé les 10 commandements de parents de jumeaux, triplés et plus. Ils ont été, pour notre team de parents, très salvateurs.

Ils le sont toujours.
Pour les commandements 7, 8 et 9, nous avons trouvé une solution ponctuelle (très, très ponctuelle) : fuir le foyer.

« 7 – De chaque minute à toi, pleinement tu profiteras
8 – Du sommeil, tu manqueras
9 – Pour ton couple, des efforts tu feras« 

Fuir n’est pas si aisé.
Contre toute attente, il n’est pas si simple de quitter le brouhaha ambiant produit avec brio par 4 enfants. Pourtant, je vous l’assure, dès fois, je veux m’enfermer au chiotte avec une clé que j’avalerais pour m’assurer d’en être la seule proprio.

En fait, le plus compliqué est clairement de trouver une âme charitable pour les garder tous les quatre une nuit et de quoi faire une grasse matinée.

A ceci s’ajoute un quotidien minutieusement rythmé que j’angoisse de voir s’envoler en éclat en l’espace d’une journée.
En vrai, je pense que je suis névrosée. Tout bien réfléchi, 24h ne changeront pas un enfant. Au pire une bonne crise d’estomac à cause de la quantité de bonbons et de chocolats offerts par la nounou en cas de cascouillite aigüe pour tenter de négocier.

Les parents au repos

Nous avons environ 2 fois par an la chance de voir ma mère débarquer et nous offrir une nuit de repos. Nous en profitons chaque fois pour s’octroyer une nuitée dans un hôtel-spa. Un moment de bien-être et de détente totale sans contrainte horaire.

Toujours un peu anxieuse de laisser les enfants -ils sont si imprévisibles ces fripons- nous avons depuis plusieurs années choisies une formule qui assure une paix de l’esprit et des oreilles.

Voici quelques astuces que j’aime partager pour s’offrir une nuit (ou plus pour ceux qui en ont la chance, les moyens, les occasions, la nounou) en zone sans turbulence. Attachez votre ceinture, on va pouvoir s’échapper !

Les parents au repos : mode d’emploi

Avoir des gosses, ce n’est pas tous les jours le conte formidable que l’on vous raconte à longueur de journée. Dès fois, il y a les cernes, le poil dru et un besoin immense de prendre du temps à deux. Ou tout seul.
Avant que les cris conjugaux ne fassent partie du dico des parents (poke @cranemou), il faut intervenir. N’oublions jamais que 2 dans cette aventure de la parentalité, ce n’est pas de trop. il faut donc se ménager et ménager son partenaire.
(les pipes, ça marchent aussi.)
(note du lecteur anticipée : Han, qu’elle est grossière cette blogueuse.)

Si celui-ci à déjà quitté le nid, il est doublement vital (ou bital ?) de s’abandonner au luxe de la paresse.

Je n’ai besoin de pas grand chose pour déconnecter : celui que j’aime à mes côtés, une vraie nuit de sommeil, du Coca light (et pas du Coca Zéro), des sushis, des DéliChocs. S’il y a de l’eau chaude en bonus (au moins une eau à 32°c) et un peignoir blanc bien molletonneux, je prends.

Il y a quand même une petite préparation pour s’assurer cette sérénité. Il faut un peu anticiper, les choses ne sont plus aussi simples depuis que j’ai 4 enfants. Avant d’être maman, je ne savais pas tout ça. .

Quelques petites astuces que j’ai adoptées avec mes 4 enfants pour s’offrir une nuit au calme avec mon mari :

  • Préparer le terrain : prévenir les enfants à l’avance du déroulement et du lâche abandon.
  • Trouver une nounou FIABLE ! Par nounou, j’entends grand-parents, amis fidèles, voisins… Il faut absolument quelqu’un de confiance. SInon, c’est foutu, partir avec une boule au ventre en laissant ses enfants, ça ne repose pas vraiment.
  • Prévoir la présence de la super-méga-formidable-adorable personne qui vient garder les enfants suffisamment de temps pour ne pas avoir à se presser. Un peu avant pour la briefer et que les enfants comprennent bien la situation. Un peu après pour lui offrir un bon café (avant qu’elle ne parte en courant) et… débriefer.
    J’aime aussi que la personne ait bien le temps de dire au revoir aux petits loups et de passer un peu de temps avec eux en notre présence. Comme ça, la fois où la personne revient à la maison, ils n’ont pas peur que je les abandonne à nouveau.
  • Je pars juste à côté. Je n’ai pas vraiment besoin de m’éloigner pour profiter du calme. La réalité est que mon garage n’est pas chauffé, sinon, j’y aurai déjà mis un lit king size depuis longtemps !
  • Ramener des petites merdes de l’hôtel à la maison pour faire plaisir aux enfants.
    Oui, mes enfants sont les plus heureux du monde quand je ramène les mini-pots de confitures et miel des petits déjeuners continentaux. Vous verrez que c’est presque aussi excitant pour eux qu’un matin de Noël…et beaucoup moins cher. A la fois, comme votre porte-monnaie est vide avec la nuit que vous venez de passer, c’est de circonstance.

    les-parents-se-reposent

    Victoire ! Nous sommes seuls !

Mon petit coin de paradis : le Lyon-Métropole

Nous avons découvert un hôtel très agréable avec spa et piscines à 15 minutes porte à porte de chez nous. Il est au calme en face des quais de Saône (Lyon). C’est un peu comme à la mer.

J’y ai trouvé un double avantage :
1. le temps du voyage est réduit et nous profitons donc encore plus sur place;
2. S’il arrive quoi que ce soit aux enfants, nous sommes là en 15 minutes et nous sommes dans notre environnement quotidien (médecins, urgences…).

Comme cela n’arrive que deux fois par an, nous nous offrons une nuit dans un bel hôtel. Si le lieu n’a pas d’importance pour nous, la chambre et son environnement en a. Je suis une sale bourgeoise.
Comme une nuit dans un Ibis en pleine zone industrielle coûte environ 80€, on fait les fou-fous et on double la mise !
Le week-end passé, nous avons donc posé nos bagages dans mon lieu favori : l’Hôtel Lyon-Métropole. Je fais la pub au passage car j’aime réellement cet endroit. C’est un havre de paix aux portes de Lyon. Il y a un très beau parcours dans l’eau chauffée à 36° en extérieur.
Le spa est disponible jusqu’à 21h et un petit hammam avec lumières tamisées avant de manger, c’est un pur bonheur.
Pour couronné le tout, il est proche d’un restaurant de sushi et en plus, si vous êtes fumeurs, il existe des chambres avec terrasses.

hotel-lyon-metropole

Le grand lit, mon ami.

hotel lyon metropole

hotel-lyon-metropole-carte

Le machin à carte. C’est lui qui permet d’allumer l’électricité dans la pièce. (je vous fais gagner du temps !)

hotel-lyon-metropole-fumeur

Pour les fumeurs, si vous choisissez le supplément terrasse (30€), demandez les terrasses centrales (il y en a 3). La terrasse est un peu couverte, plus agréable en cas de pluie.

hotel-lyon-metropole-spa

Le papier toilette 4 étoiles #maniaque

lyon-a-velo

Lyon, ville magique

restaurant-hotel-lyon-metropole

Le bar de l’hôtel (3€ le café). Accès wifi gratuit.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Test coque Survivor Griffin pour Ipad

Il m’arrive de présenter des tests par ici. Souvent, j’ai envie d’ajouter le « truc » en plus. Mon utilisation dans des conditions de maman de l’extrême me donne envie d’ajouter une petite touche d’imagination. C’est donc de cette façon que je vais procéder.
Dans mes tests, tu trouveras des photos, du blabla, des explications, plein de détails, une revue d’autres tests trouvés par ici pour avoir d’autres avis et…mes petites idées de maman contrainte à l’ingéniosité 😉.
Oui, ce sera long et ça va déchirer. Ce sera bon comme du Nutella : un coup de cuillère et tu t’enfiles le pot.

Une coque pour rendre mon Ipad incassable

Je ne vais pas parler de la marque Griffin, je ne suis pas payée pour ça et mon mari fait déjà pas mal de bénévolat. J’en suis donc exemptée !

Pour mon anniversaire je me suis offert, notamment grâce à une jolie cagnotte Leetchi, un petit bijou de technologie : un Ipad Air 64GO (soit beaucoup, beaucoup de place dedans) avec un abonnement 4G. La Rolls des tablettes. Vous pouvez être anti-Apple, je suis pour la tolérance et le partage d’idées.

Bref, après une longue attente pour réunir la « modique » somme nécessaire (presque 1 an), je me suis rendue dans le royaume de la pomme un peu bouffée. Un gentil monsieur en bleu m’a délicatement présenté le paquet. En l’ouvrant dans la boutique, j’osais à peine le toucher.

De retour à la maison : urgence, protéger mon Ipad

J’ai quatre enfants. Je n’ai rien à ajouter. Mon précieux est clairement dans une zone à fortes turbulences. Trop de doigts, trop de bave, trop de bêtises. Il faut que je trouve une solution extrême pour le protéger. Au prix de l’objet, je ne prends aucun risque.

Après une recherche active sur Google en tapant : « coque de l’extrême pour Ipad » ou « protection de l’armée pour Ipad », je suis tombée sur la coque Survivor Griffin. Continuer la lecture

Test porte-bébé One Babybjorn

Il m’arrive de présenter des tests par ici. Souvent, j’ai envie d’ajouter le « truc » en plus. Mon utilisation dans des conditions de maman de l’extrême me donne envie d’ajouter une petite touche d’imagination. C’est donc de cette façon que je vais procéder.
Dans mes tests, tu trouveras des photos, du blabla, des explications, plein de détails, une revue d’autres tests trouvés par ici et pour avoir d’autres avis et…mes petites idées de maman contrainte à l’ingéniosité 😉.

Oui, ce sera long et ça va déchirer. Ce sera bon comme du Nutella : un coup de cuillère et tu t’enfiles le pot.

Babybjörn, c’est un nom qui me parle. Il fait parti du top 2 des mots Suédois que je connais. Après IKEA.
Depuis quelques semaines, j’ai la chance de tester leur dernier porte-bébé : le One.
Ce dernier né de chez Babybjorn, c’est la promesse d’un unique porte-bébé, dont on se serre de la naissance jusqu’à l’âge adulte 15 kilos ( 2 ans et demi/3 ans environ).
adulte-dans-porte-bebe

Il permet de porter l’enfant de trois façons :

  • Face au père ou à la mère
  • Face au monde
  • sur le dos

Concernant l’idée moche, prout, caca, que l’on peut se faire de la position qui ne serait pas bonne dans un porte-bébé Babybjörn, je laisse Marie le dire mieux que moi.

J’ai été initiée au portage avec le porte-bébé Babybjörn Active. Il nous a suivi pendant très longtemps. C’était notre quotidien avec les triplés quand ils étaient petits : poussette double +porte-bébé. C’était ça ou la poussette triple. N’en parlons pas.
Chez nous, le portage a débuté comme ça. Une histoire de logistique. Puis rapidement, nous avons aimé porter nos enfants.

Ce qui devait arriver, arriva. ils ont grandi. Fini le porte bébé ventral. Le plus chanceux plus léger a eu la chance de tester le porte-bébé physiologiue Manduca et de se promener sur mon dos.

Pour mon petit dernier, qui a bientôt un an, je me  suis mise au portage dès la sortie de la maternité. C’est devenu une habitude. Au lieu de la poussette, j’utilise le porte-bébé. Pas tout le temps, mais très souvent. Je trouve ça très pratique d’avoir les mains libres pour tenir celles de mes « grands » ou pour porter les courses.

Quand j’ai ouvert la boite de mon porte-bébé One, j’ai découvert un très bel objet, design, sobre, élégant, robuste. Un peu comme quand on ouvre le gros carton de sa nouvelle poussette super-technologique-méga-qui-tue. Je trouve qu’il claque !

L’idée d’avoir un unique porte-bébé pour porter mon bébé face à moi ou pour le porter sur mon dos m’a donné très envie.

Le porte-bébé Babybjörn One coûte entre 109€ et 150 € (ça dépend du marchand). Pour un moyen de transport régulier, c’est vite rentabilisé. Bon ok, c’est quand même des sous.
Si tu hésites à casser ta tire-lire et que tu veux être bien sûre que ce porté-bébé et celui de tes rêves (Oui, toi, qui rêves de porte-bébé, il ne faut pas trop boire quand on a des enfants), je t’offre un test en 4 modes. 

La séance photo a pu être réalisée grâce à la participation de l’adorable, le formidable, le magnifique, le plus beau, le plus intelligent des bébés mon grand garçon de 11 mois et de l’amour de papa.

porte-bebe-babybjorn-nouveau

Continuer la lecture

Es-tu une maman de l’extrême ?

Maman de l’extrême, les différentes catégories :

Maman de l’extrême catégorie A
(possibilité de passer le concours en interne et/ou d’obtenir une VAE)

  • Elle a plein d’enfants (au moins 3). Des grands, des petits, des chevelus.

Maman de l’extrême catégorie B
(plusieurs formations sont possibles pour se présenter au concours)

  • Elle élève seule son/ses enfants
  • Elle a eu des multiples : jumeaux, triplés ou plus.

Maman de l’extrême catégorie C
Peuvent prétendre à l’éligibilité, toutes celles qui en chient avec leur 2 enfants ou moins.

Celle qui cumule deux de ces critères est assurément courageuse, ou au repos dans une maison psy.

Chez elle, tout ce qui est naturel ailleurs, ne l’est plus. Manger, dormir, pisser.

La maman de l’extrême est cascadeuse

Dans son quotidien, il y a mille et une embûches. Un paquet de farine mal fermé, des Lego qui défoncent les pieds, une bassine à linges débordante, un médic’ à acheter en urgence un jour férié et même pas de clé dans ses toilettes. Les enfants se sont déjà enfermés. Ce jour maudit a signé la fin de la liberté dans ces 2 m2.

La maman de l’extrême est ingénieuse

La maman de l’extrême ne ferme pas tous les boutons dans les bodys. C’est trop long. Elle écrit sur les semelles des enfants. Pas uniquement pour leur apprendre l’autonomie. Autant de pieds gauches, ce n’est pas cohérent. Elle se dit toujours qu’un scratch juste ici, ça lui aurait changé la vie.

La maman de l’extrême a des pouvoirs

La maman de l’extrême ne peut même pas sortir jeter ses poubelles sans s’assurer que tous les enfants sont bien attachés en sécurité dans un espace sans ciseaux, sans couteaux, sans fil dénudé…
Toutes ces contraintes lui confèrent un pouvoir de super-héros. Elle voit tout, elle entend tout, elle peut s’endormir partout.

La maman de l’extrême est exigeante

La maman de l’extrême, elle aussi, achète des produits et fait des sorties. Mais attention, plus que les autres, elle ne peut pas se gourer dans ses choix. Sous peine de se traîner un truc pendant 10 ans, qui sera utilisé par chaque enfant. Bien entendu, au moins un ne voudra pas le rendre ou le donner. Il décidera que ce chien en peluche grandeur nature est son jouet préféré. Comme la maman de l’extrême aime les enfants (au moins les siens), elle n’osera pas faire une irruption discrète au milieu de la nuit pour piller l’armoire à jouet.

La maman de l’extrême est pleine d’idées

La maman de l’extrême est serrée financièrement, ça fait longtemps qu’elle a décidé que Petits écoliers/gâteaux au chocolat Lidl, même combat. Elle a aussi hésité pour le Nutella, mais les produits de première nécessité, on n’y touche pas.
La maman de l’extrême n’a pas de place dans sa maison. Elle aime les boîtes et les cartons.
La maman de l’extrême sait repérer les toilettes dans chaque lieu où elle va. Snif, snif… cette odeur de pipi, c’est comme la bonne odeur du rôti chez mamie. Un petit goût de familier. Tous les guides du monde ne remplaceront jamais cette exotique sensation.

La maman de l’extrême est créative. C’est vital dans ces cas-là. Se retrouver enfermé pour cause de pluie pendant 10 jours en pleines « vacances » d’été transforme les cure-dents en au moins 4 jeux différents.

La maman de l’extrême aime faire le bon choix. Elle scrute, dissèque chaque activité, chaque objet pour  être sûre de ne pas se planter. Retourner à La Poste pour renvoyer, mais où trouver ce temps ? Remonter dans la voiture et changer de lieu, rattacher tous ses enfants ? Ça ne va pas, non !

La maman de l’extrême est imparfaite

La maman de l’extrême est parfois imparfaite. Il lui arrive de mettre ses enfants au centre aéré, un jour où elle ne travaille pas. Les bonbons lui servent parfois de règle d’éducation. Elle a un disque dur avec un tas de dessin-animés pour les jours où elle a besoin de souffler et jette en secret des dessins de ses enfants (vous pensez vraiment qu’elle peut tous les garder ?). Elle aime les soirées pizzas où il ne faut pas cuisiner. Elle jette le linge dans des bacs au lieu de les plier. Quelque fois, elle élève la voix… parce qu’elle est fatiguée.

Parfois, j’ai l’impression d’être cette maman de l’extrême avec mes 4 enfants. S’auto-proclamer ainsi, c’est un peu #Interflora : s’envoyer des fleurs, ça fait du bien. Me dire que je gère aide à me rassurer. Tout ce quotidien délirant…
Pour continuer à toucher terre, j’aime m’organiser, me renseigner, étudier en détails ce qui que me faciliterais la vie et surtout partager et voir qu’il y a d’autres maman de l’extrême à côté.
Je suis contrainte à l’ingéniosité. Ah, tiens, je viens d’avoir une idée… #teasing.

Les papas, je ne vous oublie pas, simplement, dire « je suis un papa de l’extrême », avec mes cheveux longs et mes micro-seins, ça le fait pas.

Je me demande bien si je suis la seule à le vivre comme ça. Alors, t’en es ?
badge-maman-de-lextreme

Tu veux un petit badge Facebook pour brandir fièrement ton statut ?

 

Cet article a été publié en avant-première sur So Busy Girl