L’annonce de la grossesse multiple, les réactions

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !
jumeaux et plus les questions

Comme pour toutes les grossesses, il y a d’abord eu le moment de la découverte ou plutôt, le moment du pipi. Il n’y a pas besoin de pisser deux fois sur le batonnet pour en avoir deux ou trois.
Ca faisait deux semaines que j’attendais ce jour avec hâte. Après une énième tentative de faire un bébé, on allait peut-être y arriver.
Je ne vous invite pas à venir avec moi au chiotte, mais vous devinez bien ce que j’y ai fait. A peine immergé dans le liquide doré (la pisse-poétique), le test affichait une belle croix bleue. C’est apparu tellement vite, que j’ai bien cru qu’il allait clignoter.
Ca y est. On attend un bébé.

La première échographie : il y a plusieurs bébés

Nouveau moment poétique. J’ai les pieds dans l’étrier. Mon mari est à mes côtés. La gynéco m’étale un gel visqueux sur le ventre et commence à appuyer avec son lecteur de code-barre. Elle se tourne vers moi. Elle se tourne vers lui. Elle se retourne vers moi. Elle est mal à l’aise. J’ai peur. Il a peur. Et puis, elle vide enfin son sac ou plutôt, elle nous annonce : « il y a trois sacs, vous voyez ? »
echographie-triples Je ne vois pas vraiment ce que ça veut dire, mais OK, ça à l’air cool. Elle ne manque pas d’ajouter, croyant nous rassurer, « il y a de fortes chances pour que l’un d’eux n’évolue pas ». Je commence un peu mieux à comprendre, mais en fait, cette femme fait juste flipper avec ces remarques.
Pour confirmer, je lui demande très interrogative : « ce sont des triplés » ? « Oui ».
S’ensuit une présentation de la réduction embryonnaire.
On repart, pas très rassurés.
Le sentiment était aussi surprenant que l’annonce. A la fois extrêmement heureux et extrêmement anxieux.
Mon mari à regarder la voiture, il m’a dit qu’on allait devoir la changer. Il m’a souri. Il m’a porté pour me faire tournoyer et puis, il m’a délicatement reposé « attention, il faut faire très attention aux bébés ».

La première annonce : restons discret

Après les multiples déboires liés à notre fertilité au rabais, nous sommes restés discrets les premiers mois. Le risque de fausses couches étant accru, on a redoublé de précaution pour ne pas l’annoncer trop vite.
Sauf… sauf à ma meilleure amie.
J’avais besoin de quelqu’un pour me soutenir quelque soit l’issue. J’ai pris mon téléphone et de but en blanc j’ai déclaré : « je suis enceinte. J’attends des triplés ». Soeur de jumeaux, elle m’a déclaré : « oh l’angoisse, bon c’est cool quand même mais repose-toi ». Elle a bien résumé.

L’annonce officielle

Le plus dur a surement été de le cacher à celle qui est toujours là dans ma vie, à cette femme d’exception qu’est ma maman. J’avais tellement peur de ne pas passer les trois mois que j’ai attendu. Puis, elle est venue nous rendre visite sur Lyon. A 12 semaines, mon ventre était déjà largement développé. Impossible de continuer à le cacher ou de dire que j’avais mangé trop de choucroute. Même si c’était vrai !
J’ai enfilé ma veste de Deschiens et me suis rendue à la gare en tramway. On m’a cédé une place assise. Bref, tout le monde captait.
Nous avions rendez-vous dans un café sur le parvis de la gare. Je suis allée voir le responsable du troqué et lui ai remis tout sourire 3 paquets de café Grand-mère a déposer sur la table au moment de la commande en lui expliquant le scénario. « Vous amenez d’abord un paquet, puis quelques minutes après un autre et enfin le dernier ». Il a joué le jeu à la perfection et m’a félicité.

naissance-triples

Et trois pour le prix d’un !

– « Ohhhh !!!!! » a t-elle fait en découvrant le premier paquet. Elle a tout de suite compris qu’on attendait un bébé. Elle aussi a la TV !
– « Ohlala !! », a t-elle déclaré le sourire aux lèvres quand le garçon de café a déposé sur la table en imitation marbre orangé le second paquet de café Grand-mère.
– « Whaouuuuu, trois bébés !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! » et elle m’a serré dans ces bras. Quoi qu’il allait se passer, elle m’a signifié la joie qu’elle avait de nous voir enfin y arriver. Elle était heureuse, c’est tout.

Pour les amis, l’annonce s’est très vite propagée. Nous sommes des fouines. Une clope que je refuse et c’est parti, les appels commençaient à fuser. Comme nous devions rapidement déménager pour quitter notre appart’ plein d’escaliers et rejoindre un rez-de-jardin beaucoup plus approprié pour l’avenir, nous avons vu débarquer de gros bras pour nous aider. Ils ont porté tous les cartons et m’ont transporté en dernier. Chacun y allé de sa petite réflexion adorable pour nous féliciter. Bizarrement, personne n’était choqué ! Allez savoir pourquoi. On doit avoir une gueule à attendre des triplés !

La belle-mère

Il faudrait la connaître pour bien vous expliquer. Elle n’entre dans aucune case. J’aime dire qu’elle est « particulière ». J’évite ainsi les grossièretés ! Une fois de plus, c’était dans un café. J’ai préféré faire ça en public pour limiter les réflexions désobligeantes et autres éléments qui auraient pu nous énerver trop vivement. De toute façon, elle n’a jamais le mot adapté.C’est comme ça, je m’y fait avec le temps. Je sais que ce n’est pas mal intentionné, juste inapproprié.
Pour essayer de lui décrocher un sourire ou un petit mot sympa, on avait apporté les échographies. Elle a regardé et s’est exclamé : « tu es malade, c’est quoi le problème ? « . Et avant même qu’on ait pu lui expliquer quoi que ce soit, elle s’est lancée dans une tirade « je connais un bon médecin, son fils est très bien (quel est le lien ???) » Euh, comment dire…je ne suis pas malade, juste enceinte !
J’ai vite enchaîné sur : « c’est de triplés ». Comme elle avait imaginé que les échographies étaient là pour lui annoncé un cancer du sein ou je ne sais quoi, elle était plutôt rassurée pendant un instant. Puis, très vite, elle a lâché : « chut, n’en parle pas, ne le dites pas. Faut pas le dire (ok, je crois qu’on a compris l’idée). On ne sait pas ce qu’il peut se passer. Le mauvais oeil ».
Comme je vous l’ai dit, je suis habituée !

C’est tellement surprenant comme annonce, que la mise en scène n’était presque pas nécessaire. En fait, personnellement, j’ai trouvé ce moment un peu stressant. Nous étions très heureux d’en parlé mais nous avions toujours une petite boule dans le ventre. La peur d’un triste dénouement. C’était perturbant d’avoir tant d’angoisses à la vue d’un si bel événement.
Avec mes triplés, depuis l’annonce jusqu’à maintenant, tout a été particulier.

Et vous, vous l’avez annoncé comment ? 

J’apprends ma grossesse, annonce à Mr Boss!

annonce grossesse triple

Ça y est, nous y sommes, c’est le moment fatidique, le moment où notre vie va basculer : nous voilà entrés dans l’ère merveilleuse  « du pipi sur le petit bâton ». Et… le petit bâton a viré au bleu !

C’est confirmé, après beaucoup d’attente : je suis enceinte. Je m’y suis préparée (en fait, voilà maintenant 2 ans, que je suis prête), en quelques secondes mon cerveau a généré sa « to do list » spéciale « Ce qu’il faut faire si je tombe enceinte » :

– Appeler gygy (petit diminutif attendrissant pour rendre un peu plus amicale ma relation avec la gynécologue) (ndlr: et pas du tout ridicule) pour la première écho ;

– Penser à déclarer la grossesse à la Sécu et à la CAF ;

– En parler à mon boulot et anticiper mon congé mat’. Continuer la lecture