Bisounours des rythmes scolaires

Réforme des rythmes scolaires : présentation

La réforme c’est maintenant et c’est la merdouille. Mon petit dernier, n’est pas concerné. Il file des jours heureux dans la crèche du quartier. C’est pour les grands que ça se corse. Ils ont 5 ans et demi et font partie des géants de la maternelle alias « la grande section ».

J’habite Lyon, dans le septième arrondissement, quartier de Gerland. Vers le stade qui est un peu plus loin au fond à gauche après la piscine. Bref. Ici la réforme c’est dans sa version simplifiée :

– École le mercredi matin (pour les miens : repas + centre aéré l’après-midi, pas au même endroit)

– Activité périscolaire payante à l’année (prix en fonction quotient familial) le vendredi après-midi.

– Organisation tripartite : le corps professoral (je ne sais pas vraiment si c’est l’expression consacrée en maternelle. Vous me pardonnerez.), la mairie à travers les ATSEM (agents spécialisés des écoles maternelles), le centre social avec les animateurs pour les activités périscolaires.

Réforme des rythmes scolaires : optimisme

Comme j’aime particulièrement ouvrir ma bouche, je suis parent déléguée (Fabienne, je compatis). Donc, en plus d’avoir trois enfants concernés, je suis projetée au cœur de l’organisation. Je les connais tous : notre super directrice (ce n’est pas de la lèche, elle est vraiment super), les responsables d’animations, le directeur du centre social. C’est vrai, à la mairie je ne connais personne bien que l’on ait été convié une fois à une « discussion » qui s’était révélée être plutôt une « présentation ». Mais quand même, je sais que tout le monde y met de la bonne volonté pour que ça marche. Franchement.

Et pourtant.

Je me trouve plutôt cool sur ce coup. Et ce n’est pas une habitude… J’entends beaucoup de retours sur l’organisation pitoyable pour récupérer ses enfants, sur les animateurs particulièrement éreintés et souvent peu patients, sur les locaux complètement inadaptés (surtout les jours de pluie)…
C’est là que je pense bisounours.
J’y crois.
J’aime dire que  : « c’est chaud, mais qu’ça va l’faire » (oui, je parle comme ça !)
Je ne crois pas vraiment en la réforme dans sa mise en place précipitée et avec ces moyens peut-être un peu limités. Je crois surtout en la capacité que ces équipes ont à vouloir faire de cette obligation quelque chose de pas trop pourri pour nos petits.

Réforme des rythmes scolaires : le temps des doutes

L’histoire, c’est que je n’en suis plus tant convaincu. Le temps va sûrement aider. Chacun va prendre ses marques et puis tout va rouler… mais ça n’a pas l’air si simple. C’est une monstrueuse réorganisation qui risque de prendre beaucoup de temps. Ce n’est pas juste des animateurs à recruter en masse. Il va falloir un temps de formation, un temps de remodelage du programme global pour prendre en compte le périscolaire et en faire un apprentissage complémentaire à l’éducation formelle et pas juste une garderie. Il va falloir que tout le monde s’entende bien et marche main dans la main. Et il y a beaucoup de monde dans cette affaire. Donc, beaucoup de mains à tenir. Enfin, j’espère que mes enfants ne vont pas tomber de fatigue…

En général, dans le boulot, on se félicite d’avoir de nouvelles responsabilités. Là : école, centre social et mairie je crois que chacun est servi. Je me demande tout de même si c’est bien raisonnable ?

Claire, maman de réformés crevés et un peu déboussolés
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés