Père au foyer

Cela fait un moment qu’il est noté dans mon joli carnet à la couverture Liberty, « article sur le père au foyer » et puis, faute de temps, de gosses derrière la porte ou des dents du dernier (entre 2 mois et 3 ans, c’est toujours les dents), j’avais laissé ce récit de côté.
C’est un article intitulé « Le chef de famille » écrit par l’une des Moukraines à la Glaviouse (voir leur blog) qui m’a soufflé « prête-moi ta plume pour écrire un mot ».

Résumé de l’épisode précédent

Vous l’avez assurément raté. Il n’est disponible qu’en vidéo à la demande en V.O (japonais) sous-titré suédois. La loose quoi.
Pour faire bref : j’ai repris le boulot au 8 mois de mes triplés qui ont 5 ans maintenant. Je me suis arrêtée pour le congé maternité de mon 4ème puis j’ai repris le chemin du travail.
Depuis la naissance de mes enfants, j’ai décidé de choisir une solution simple et adaptée à notre nouveau quotidien.
Pas du tout.
Voilà plusieurs années que je travaille à 500km de chez moi. Train le mardi matin vers 6h00 pour démarrer une semaine pleine de pep’s, retour le jeudi soir vers 20h. Entre les deux, je suis sur Paris. J’habite Lyon.
En ce moment, côté boulot, c’est compliqué. « Compliqué » est le mot utilisé quand on veut dire « t’es virée, on a plus de sou » version plus classe.
Il est certain que je ne resterais pas longtemps à la maison, c’est triste, mais je ne peux pas. Cela en tient de mon équilibre mental. J’ai besoin de travailler (et d’écrire, et de voir mes enfants, et d’être maniaque du ménage, de l’organisation, de la corde à sauter), j’aime ça.
Néanmoins, il faut bien bouffer. Mon mari a donc pris son sac à dos et s’est barré. En Suisse. Ils payent mieux les Suisses. Et ils ont du chocolat. Et des diamants. Ok, des cristaux Swarovski.
Voilà donc notre rythme de vie depuis plus de 4 ans qui est totalement inversé. Il est absent 3 nuits par semaine (♫ ♩ ♬ »et 3 nuits par semaine….. »♫ ♩ ♬) C’est moi qui m’occupe un peu plus des enfants.
Je suis émue chaque fois qu’ils m’appellent Papa. C’est pour eux le nom de celui qui a été le plus là. Aussi dur que cela ait put-être, c’est tout à fait légitime qu’ils aient choisi ce mot là. Mon mari a été là plus que moi et je ne peux pas lui retirer cela.
J’ai eu souvent le coeur serré au moment où le réveil sonnait pour m’indiquer de partir prendre les transports en commun. J’ai versé une larme plusieurs fois en cachette quand ils demandaient ensemble : « maman, tu peux trouver un travail à côté de la maison ? ».

Le congé parental apparaît pour 75% des parents de multiples comme l’unique solution
(information fournie par l’association Jumeaux et plus)

60%¨des parents de jumeaux et plus se voient contraint de quitter leur emploi. Outch !
Nous avons confirmé les stats. A part que parmi ces 60%, ce sont 98% de mères qui s’arrêtent d’aller au bureau.
A la maison, nous faisons partie des 2% restant.

Papa ne travaille pas (ou plutôt autrement)
pere-au-foyer

Mon mari est resté à la maison quand j’étais absente pour le travail.
Il est resté à la maison avec des triplés.
Il a fait les courses avec eux, il a donné les repas, les biberons le jour, les biberons la nuit. Il a refait les courses, il a changé toutes les couches et en plus, il a tenté de nettoyer chaque fois la maison avant que je ne revienne.
Franchement, il est parfait. Avoir « tenté » est largement suffisant. J’ai l’oeil très critique sur la propreté.

Il n’a pas eu particulièrement de remarques de l’extérieur. Bien sûr, ça mère nous a condamné. Mais c’est sa mère, ça ne compte pas.
A la crèche, ils étaient habitués. Dans le quartier, tout le monde le connaissait. Nos amis n’ont même pas relevé.
En fait, c’est lui qui m’en parlé. Il y a peu de temps. Depuis qu’il est reparti sur les routes, il entend souvent : « Ta femme est seule à Lyon avec les enfants ? Mais comment elle fait, elle a du mérite ».

Je ne sais pas si c’est une question de parité mais aussi injuste que cela soit, à mon mari, on ne lui disait pas ça.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

SpiderMaman de triplés : allez hop, au boulot!

Le boulot et moi, c’est plus qu’une histoire d’amour. En 2006, avec SpiderPapa, on commence à penser Bébé. Ca fait deux ans qu’on est marié et mon ventre commence à crier famine. Bien sûr, pour beaucoup de femme, c’est une décision de vie. Pour nous, ce sera un parcours long, fatiguant, bercé d’espoir et de larmes. J’ai eu plus jeune, des problèmes de santé et nous savions dès le départ que la conception se ferait difficilement sous la couette. A la fois, il y a de nombreuses choses autres à faire sous la couette !

Premier rendez-vous chez le roi du frottis et verdict : OMPK (pour les novices : Ovaire Micro Poly Kystiques – en bref, pleins de petits kystes sur les ovaires qui empêchent une bonne ovulation). Nous sommes donc envoyés dans les méandres d’un centre spécialisé dans la barbare « Procréation Médicalement Assistée »,  pour débuter le programme gagnant : échographie plusieurs fois par semaine, piqures quotidiennes, déceptions régulières et réflexions connes « tu devrais éviter d’y penser, ça marchera mieux » !

Bien sûr, les médecins sont débordés. Bien sûr, les rendez-vous ne sont pas uniquement avant 9h ou après 18h et bien sûr, les salles d’attentes sont bondées. Les rendez-vous de contrôle ne durent que quelques minutes à chaque fois mais entre les allers-retours, l’attente dans le cabinet, les coups de téléphone au laboratoire…la facture d’heure commence à grimper.

Côté boulot, j’ai pris le parti d’en parler à mon employeur. Bosseuse invétérée, désinscrite depuis longtemps du forfait « 35 heures », j’ai privilégié l’honnêteté. Pas simplement par soucis de l’autre, surtout pour m’assurer une liberté d’esprit. Déjà prendre des traitements pour faire des bébés ce n’est pas marrant mais si en plus, il faut avoir sa montre en permanence, c’est de la torture !

Le lendemain de l’annonce, mon Président me convoque pour un rendez-vous.

« Claire, vous comprenez, je ne peux pas prendre le risque que vous tombiez enceinte maintenant ! » Et voilà un cas d’école pour la HALDE !

Rupture de CDI, indemnisation de départ, bref, je suis virée ! Génial, ma vie est un vrai bonheur : pas de bébé et plus de travail. Heureusement que j’ai SpiderPapa !

Je trouve alors un petit boulot à mi-temps chez des timbrés qui passent leur vie à crier sur leurs employés. Vu que je n’y suis qu’à mi-temps et que je n’ai pas ma langue dans ma poche, pas de soucis, c’en ai même presque comique. En plus, la souplesse d’horaire me permet de continuer les traitements pour la fertilité l’esprit serein.

Comme toute jeune diplômée avertie, je regarde régulièrement les offres d’emploi et là, je tombe sur une annonce intéressante. Ni une, ni deux, j’envoi mon CV. Premier rendez-vous au siège de la société…à 1h20 en voiture !

Ma hantise de la voiture prend le dessus et SpiderPapa, en mari aimant et dévoué décide de m’accompagner. L’entretien se déroule à merveille. On rentre donc tous les deux en roulant à travers des bois, des forêts, un col embrumé, une autoroute, un tunnel embouteillé. Arrivé à la maison, ma décision est claire : « je n’irais jamais travailler là-bas, beaucoup trop loin ! »

Nous voilà en juin 2009, et…je bosse là bas, au-delà des collines, des bois et des forêts ! Toujours pas de bébé mais un travail passionnant, des dirigeants respectueux, une Directrice extraordinaire. Je travail alors 3 jours sur place (quand même 3 heures de train par jour – quand Dame Gréviste ne fait pas des siennes) et deux jours de chez moi. Mon emploi me permet de travailler à distance. Je continu les traitements et un beau matin, après une 2ème FIV, la gynécologue nous annonce : « il y a trois poches ». Comprenez : « des triplés ».

Flippée pour la grossesse –jamais pour le nombre de bébé – à juste titre suite à plusieurs fausses couches, je préfère dès le départ éviter les trajets. J’en parle donc en avant-première à ma chef, ravie et émue pour moi. Très rapidement, je pose l’un des congés maternités les plus longs de France : 46 semaines.

Sur place je pense que personne ne m’imaginait revenir… fréquemment. Trois enfants d’un coup et 3 heures de train par jour c’est comme qui dirait…pas facile. Et pourtant, en septembre 2010, me revoilà, SpiderMaman en action ! Rendez-vous préalable au retour à l’emploi.

Nous convenons avec mon charmant employeur d’un accord. Je travaillerai en indépendante (sur le même poste) 3 jours par semaine dont un jour au siège. Parfait ! En tant que maman de triplés, j’avais également le choix d’imposer un mi-temps, un 4/5 ou même un congé parental à temps plein pendant 6 ans. (trois ans imposés par la loi à l’employeur et 3 ans avec accord de l’employeur). Cette solution est bonne pour tout le monde !

Les petits sont gardés 2 jours par semaine en crèche municipale. (L’un de ces deux jours me permet d’aller sur place) SpiderPapa s’occupe d’eux le jour où ils sont là et où je travaille de la maison. Le reste du temps, nous profitons seuls ou ensemble de nos trois merveilles. En septembre prochain, nous allons demander 4 jours /semaine de garde à la crèche. Ils seront plus grands et je m’en sens plus capable.

Depuis mon retour, mon amour pour mon entreprise ne cesse de grandir. Soucieuse de mes impératifs, flexible, arrangeante…chaque jour je prends conscience de ma chance de travailler dans une société si respectueuse de la personne. Ma réintégration a été idéale, mes responsabilités n’ont pas été revues à la baisse. Pourvu que ça dur !

A l’heure actuelle, je vous écris d’un café, il est 6h40, mon train ne viendra pas alors je profite de ce moment de grâce pour écrire. Évidemment, la reprise du travail ajoute de la fatigue, de l’organisation, du stress. Mais aussi, de la fierté, de l’estime de soi et surtout, une bouffé d’air. (et aussi, un salaire, ce qui n’est pas négligeable pour une famille nombreuse) Quel plaisir d’intervenir en réunion, de papoter à la machine à café, de monter des projets et de … parler une langue d’adulte.

A toutes les SpiderMamans et SpiderPapas qui souhaiteraient reprendre le chemin du travail, cartable sur le dos : c’est possible, pas facile, mais possible.

maman travaille famille nombreuse

Au café, en attendant le train! (prise par un mauvais photographe)

Le SPIDERPLAN des SPIDERPARENT

– Pour des triplés, le congé maternité est de 46 semaines (24 avant la naissance et 22 après)

– En tant que SpiderMaman de triplés, nous avons le droit à un congé parental de 6 ans. 3 ans que l’employeur est obligé d’accorder et 3 ans où il a un mot sur la décision. L’employeur doit être informé de la reconduction tous les ans. (Envoi d’une lettre avec AR un mois avant l’échéance)

– dès le début de la grossesse, contactez la PMI (Protection Maternelle et Infantile) de votre quartier. En général, cette institution a des contacts avec les crèches et peut vous rendre prioritaire. (en plus de tout le reste : pesé à domicile, soutient, assistante sociale…) N’hésitez pas non plus à aller voir un adjoint au maire pour soutenir votre cause. (et pleurer un peu.)

– Pensez rapidement (avant la naissance des petits) à un mode de garde si vous souhaitez reprendre le travail. Des nounous pour des jumeaux et triplés, ce n’est pas évident à trouver. Mieux vaut prendre de l’avance.

– Calculer le coup de garde (en fonction de votre quotient familiale établi par la CAF. Attention, la CAF prend en compte l’avis d’imposition de 2 ans avant la date où les petits seront gardés !)

– Parlez de votre retour à votre employeur le plus tôt possible (légalement 1 mois avant la fin du congé maternité si l’on souhaite un congé parental d’éducation ou un aménagement du temps de travail) afin de trouver les meilleures solutions.

– Travaillez pour des personnes respectueuses. Dans l’idéal !

– Pensez à la reprise du travail ou l’aménagement du temps de travail en couple (ex. deux 4/5), cela ouvre les possibilités.

– N’hésitez pas à saisir la HALDE en cas d’employeur peu scrupuleux.

– Pourquoi pas une activité d’indépendant? Âmes créatives, le nouveau statut d’auto-entrepreneur permet de créer et de gérer une activité indépendante très facilement. (et avec peu de charges!)

– N’ayez pas peur. Chaque décision qui est la vôtre est la bonne. Avoir des enfants ne veut pas dire oublier sa vie professionnelle. Simplement l’aménager. Et tant pis pour ceux qui diront le contraire. Des parents épanouis font des enfants épanouis. Comme on en a beaucoup (d’enfants) on se doit d’être très épanouis !
Quelques liens utiles:

. liste des PMI (Protection Maternelle et Infantile) par département

. La HALDE: Haute Autorité de Lutte contre les Discrimations et pour l’Egalité

. Auto-entrepreneur: les démarches

. CAF: toutes les infos officielles pour « quand vous attendez un/des enfants »

 

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.