Suce ta banane

Derrière ce titre racoleur se cache une destructrice mésaventure qui m’est arrivée il y a quelques jours. Pour être destructrice, elle doit concerner mon mari ou mes enfants (ou ma mère, ma soeur, mon fère, tonton Yoyo, tata Véro, tonton Fred et une dizaine d’autres).
Dans l’histoire que je vais vous conter, il s’agit de l’un de mes enfants. Et particulièrement, le petit dernier, mon préféré.

J’arrète tout de suite de déconner. Sur ce sujet, on ne déconne pas. Y’a pas de “préféré”. C’est interdit dans une famille les “préférés”. Ca bousille le moral de tous et il faut des années chez le psy pour s’accepter. En plus, pas bien sûre que le “préféré” soit le bon numéro à tirer (dixit l’autre).

Donc, cette histoire s’est déroulée avec Doudou, mon petit dernier de 13 mois.

C’est un enfant particulièrement calme. Bien sûr, comme il est seul, la donne est un peu biaisée. Malgré être passé après des triplés, et il est objectivement d’un temperement doux, joyeux. Il sourit pour tout, accepte le 1er biberon à 10 heures du matin, me laisse dormir pendant les siestes… Un bébé dont j’avais rêvé. Un haricot magique aux cheveux orangés. En plus, il faut bien l’avoué, il est vraiment adorable, craquant, charmant. Un bébé Cadum 2014 au cheveux de Raiponce.
Ca, c’était pour le topo très objectif d’une mère admirative.

Rentrons dans le vif du sujet

Il commence à manger de vrais petits bouts. De la carotte cuite, des courgettes coupées, des pommes de terre et même quelques quartiers de pomme à croquer et de bananes en lamelles.
Il a 6 dents environ, je crois enfin, à peu près ça. Il fait encore très édentés.
Après manger, au moment de se coucher, il s’est mis à pleurer.Vivement. Je suis allée le voir en lui proposant son biberon et il l’a repoussé. Vivement.
Pareil pour la tétine : celle avec le doudou accroché, celle avec l’anneau, celle à l’embout particulier. Il les a toutes balancé hors du lit, énervé. Je lui ai dit qu’il” fallait dormir maintenant” et j’ai regagné le salon, la porte ouverte, au cas où.

Un couille dans le potage*

Les pleurs ne s’arrêtaient pas. Des larmes chaudes. Quelque chose qui buggait. J’y suis retournée, pour la 4ème fois, ça n’arrive jamais.
Jamais.
Il refuse toujours le lait, les tétines. Prendre sa température me semble une bonne idée. Pas de température. Sûrement les dents. C’est tout le temps les dents. Un suppo ça aidera forcément. De fatigue, il s’est assoupi.

A trois, c’est plus sympa*

Quelques minutes après, des amis sont venus me rendre visite. Vers 21H30. Le moment de souffler. Mon téléphone signalant que je devais aller ouvrir la porte a sonné. Ca a réveillé Doudou. Il s’est mis à pleurer. Je l’ai sorti pour essayer de le faire rire, pour me rassurer.
Je ne reconnais pas mon bébé. il me pousse, il gémit.
Mes amis sont là pour me rassurer. Il a dû rater son heure de sommeil. Pourquoi pas, on ne sait jamais…
Il a légèrement bavé, un peu blanc, une sorte de petit reflux. Une goutte seulement. Mon amie me l’a signalé.
A ce moment là, je ne sais pas vraiment pourquoi mais sans aucune hésitation, j’ai mis mon doigt dans sa bouche. J’ai touché son palet et j’en ai retiré une grosse languette de banane collée et bien tassée.

banane

Une banane au hasard (pas la criminelle)

Les pleurs ont stoppé.
Je me suis mise à genoux à côté de lui à pleurer. Mes amis m’ont tendrement regardé. (je pleure souvent

Il me l’avait signalé, il n’a pas arrêté. Il ne parle pas mais je savais que je ne reconnaissais pas mon bébé. Certaines fois, je trouve ça terrible toutes ces responsabilités.

Avant de le recoucher il a bu un grand verre d’eau comme s’il été asséché. Je lui ai donné un fromage blanc et même un peu de pain tranché pour être sûre que tout passé, qu’il n’y avait pas un autre bout coincé. J’ai glissé trois fois mon doigt dans sa bouche, évidemment.

Et voilà, tout ça pour dire qu’ils sont fous ces enfants, qu’ils comprennent tout, qu’ils sont uniques, qu’ils ont un caractère, qu’ils sont différents dès petits et je trouve toujours ça impressionnant.

redondance de références pornographiques pour faire le lien avec le titre

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Repas avec des multiples : on prépare combien de kilos de purée ?

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !
repas-triplés

Retour vers l’époque des purées avec mes triplés
Et voilà, vers 4 mois, mes triplés commencent vraiment à grandir. Ils ne prennent désormais “plus que” 12 à 15 biberons par jours (et par nuit). Pour Dr Bobo, il est temps de donner à nos enfants autres choses que du bon lolo. Le papa voulait évidemment commencer par les boulettes. C’est un peu tôt me dit Dr Bobo. Loin de l’idéal paternel, la courgette puis la carotte ont été les deux premiers légumes au menu.

Manger à moitié allongé

Ils ne tiennent même pas assis tous ces bébés. Les coincer dans des coussins pour leur donner un semblant de tenue revient au même que de dire “je lance 2 machines à laver”. Le transat a une fois de plus été mon copain.

triplés-repas-transat

Serviettes pourries, transats protégés

Encore une fois, avant de passer tous à “table”, j’avais minutieusement tout préparé pour ne pas être prise au dépourvu :

  • Les carottes/ou les courgettes dans la cocotte minute (j’ai trouvé ça beaucoup plus pratique que les robots pour bébé notamment pour cuisiner en quantité) puis transformées en bouilli dans un récipient haut avec un pied mixeur (rapide à laver)
  • Un petit pot type tupperware et une cuillère en plastique (le même pot et la même cuillère pour les trois. De toute façon, les microbes sont nos amis)
  • 25 serviettes
  • 3 bavoirs qui se ferment avec un scratch (arracher les cheveux des petits ou refaire 15 fois le lacet, non merci)
  • l’aspirateur et la serpillière pas trop loin

La ronde de transat est installée. J’ai 6 yeux gourmands braqués sur moi. Afin de ne pas tester trop largement la patience de mes enfants, j’ai fait le choix de tous les nourrir en même temps. Un cuillère pour Ava Banana, une pour Lolo Cacao, une pour Danou. Une pour Ava Banana, une autre pour Ava Banana puis encore une autre. Chacun leur appétit !
Ah oui, deux point importants que j’ai oublié :

  • avoir toujours des biberons prêts de côté au cas où, un ne voudrait pas trop déguster la sublime purée. (et pour éviter que les deux autres mangent dans les cris)
  • mettre des serviettes qu’on aime pas trop sur chacun des transats. Une solution simple pour ne pas avoir à laver tous les jours les transats qui peuvent mettre plusieurs heures à sécher.

Cette technique à plutôt bien fonctionné. Je  n’ai jamais insisté en cas de refus. Sûrement une question de patience et de temps. Idem pour les petits bébés cracheurs qui adorent faire des prouts de purée. Pendant les repas, Maman tyran est de sortie. Apprendre à manger proprement c’est juste une question d’évidence pour la maniaque qui hante mon esprit.

1, 2, 3 quelles chaises hautes pour mes triplés ?

Un jour, peut-être un peu tardivement -je n’ai pas eu le temps de regarder le calendrier- ils se sont assis.C’est l’heure de taper “chaise haute pas chère” sur le boncoin. Nous avions opté pour les Peg Perego Prima Papa qui peuvent se replier. Avec le recul, j’aurais cherché des chaises moins volumineuses qui peuvent s’empiler. Je ne sais même pas si ça existe, mais si ce n’est pas le cas, il faudrait l’inventer.

Mes critères pour une chaise haute pratique avec des jumeaux ou des triplés :

  • Une tablette amovible pour que la chaise serve aussi de petite table d’activité. Un espace sécurisé pour caser un enfant. Avec trois, nos bras sont souvent occupés.
  • Moins il y a de bitonios partout sur la chaise haute, plus elle est simple à laver. Et vous verrez, vous allez souvent les laver. Je me répète comme une vieille mémé, mes les triplés ont plein de doigts crados. Plein.
  • Un harnais de sécurité facile à attacher. En fait, sinon, vous risquez d’un peu trop volontairement oublier.
table-triplés

Sinon, il existe ça. Vous pouvez la fabriquer grâce à des sièges de balançoire.

Ils mangent seuls, appelez les pompiers

Arrive enfin le jour, où, triplement fière de mes enfants, je leur donne à chacun la précieuse cuillère qu’ils vont pouvoir utiliser tout seul. Plus besoin d’attendre son tour. Libérés. Libérée.
N’imaginez pas pouvoir boire un petit café en les regardant manger bien proprement comme dans un restau huppé. Des petits bouts tombent par terre, les bodys sont tout tâchés, même les cheveux sont collants. Vive l’autonomie. J’ai donc adopté 2 objets bien pratiques :

  • le bavoir intégral en plastique puis le bavoir récupérateur quand ils avaient enfin pigé que la bouche n’est pas au niveau du front ni des nénés.
  • L’assiette qui se fixe par ventouse sur la table. Elle ne peut plus bouger. Elle ne peut plus tomber.

    bavoir-integral

    Le bavoir intégral en plastique

Jusqu’à leur 3 ans et demi, je ne nie pas n’avoir pas mangé en même temps qu’eux. Aujourd’hui, le principal fléau du repas, c’est la malédiction des verres d’eau. Ils finissent inexorablement par se renverser.

jumeaux et plus les questions_thumbs

 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

 

Cuisine de feignante pour mamans de multiples (partie 1 : « Un nouvel espoir »)

Etre maman de jumeaux, maman de triplés ou plus, c’est du boulot. Parfois, même une spidermaman à le droit d’être un peu fatiguée. Alors stop aux jugements, voici quelques astuces pour aborder la diversification alimentaire sans le faire rimer avec « galère ».

repas pour triplés

L’alimentation des bébés ! Une grande histoire pour les mamans. D’abord on se pose la question : petits pots, fait maison? Une fois qu’on a fait son choix, c’est partie pour les courses. Chez nous, (nous sommes de confession juive) on mange cacher. En gros et sans trop de détails (qui sont très, très, très, très nombreux..), ça veut dire qu’on ne mange jamais de laitage et de viande au même repas et aussi qu’on achète certains produits dans des magasins spécifiques. (des magasins cacher !).

Bref, tout ce petit bouillon de culture pour en arriver à la liste de course, qui pour 3 enfants en bas âges vont se repartir en : produits frais, supermarché, magasin cacher. Tout ça, dans notre petite smart, notre drôle de choix pour des triplés ! Arrive le repas du midi, chez nos triplés, le premier qui a été instauré dans la diversification alimentaire. Continue reading