Tu me GAV

Il y a des sujets légers et il y a des sujets glauques. Là, on est dans le glauque. Quoi que…
En fait, les GAV c’est une Garantie des Accidents de la Vie. Si tu meurs ou si tu as un handicap lourd, tu reçois des sous.

Les sous, ça ne rend pas plus heureux.

Quand même, il ne faut pas se mentir, ça rend les choses un peu plus simples. Y’a que Beyoncé qui dira le contraire.
Déjà que quand tu perds quelqu’un tu es triste à en crever, les sous, c’est comme un bon mouchoir en soie pour allègrement se moucher. Une cerise sur le cercueil.

Je ne cache pas que je suis angoissée. Du genre angoissée chronique. Mon mari est en retard, je m’imagine appeler mes collègues pour leur annoncer que je dois l’enterrer le lendemain.
C’est la partie la plus glauque de l’article. Promis. C’est pour présenter le contexte factuel et l’état d’esprit. Une mise en situation, tout bêtement.

Et bien, j’en ai eu assez d’avoir peur. Un gros chèque ne fait pas moins peur mais depuis la naissance de tous ces enfants, nombreux et gourmands, je veux être à l’abri. A l’abri de la douleur, de la perte, ce n’est pas possible. Dommage.
A l’abri financier, par contre, c’est jouable.
pulp-fictionIl y a un risque à tout ça. Je ne me mens pas. Si mon mari signe un papelard me léguant 500000 €, j’avoue que s’il fait semblant de ne pas entendre les cris de notre petit dernier qui réveilleraient une marmotte hibernant, je pourrais être tentée de lui donner un coup violent derrière la tête avec une lampe qui traîne à proximité. Et hop, sms de mon appli Axa Banque m’annonçant un virement d’un demi-million d’euros.

Mais je ne suis pas folle, je pense au lendemain et aux nuits suivantes, il va me falloir un allié. Je ne vais pas m’en séparer si facilement. Même pour un compte bien approvisionné.
Tout ça pour dire, que ça y est, j’ai passé le pas, mon mari à signer une Garantie des Accidents de la Vie. J’espère que nous la payerons éternellement sans en bénéficier. Amen.

Claire, la mère flippée

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés