Grossesse : attendre des jumeaux, des triplés

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !

Je suis maman de triplés. Je les ai eu naturellement. Par césarienne, mais naturellement. Oui, ils sont sortis de mon ventre.
Pour en avoir trois, j’imaginais que j’allais avoir une gestation d’éléphant. 20 à 22 mois environ. En réalité, pas du tout. Ces trois bébés ont dû se former comme des grands, chacun à sa place dans son petit nid.
Le gros défi est qu’ils évoluent simultanément. Le petit gros n’a pas le droit de tout piquer à ses soeurs ou inversement.
En plus, il faut ajouter que, s’il est aussi surprenant de voir des triplés c’est peut-être parce que la nature ne réserve ce cadeau qu’à de très rares privilégiés !
Celles-là, en majorité, elles vont bien en chier. Pour moi, ce fut le cas.

Afin de bien se rendre compte du déroulement de ma grossesse triple, je vais vous en parler mois par mois. Big Brother éteint ta caméra. On passe en MP.
Je vous épargnerez les histoires de cicatrices ou d’épisio. C’est un peu beurk. Je sais que certaines aiment en parler. Moi, dans le genre gore, je préfère les histoires de morves ou de caca.

J’aurai pu faire un résumé de ma grossesse multiples ainsi. Toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants ou ayant existé serait vraiment la faute à pas de chance.
attendre des jumeaux ou des triplés

S’il l’on ne peut même pas rire de sa propre situation !
Comme j’aime les détails croustillants et les anecdotes singulières, je vais entrer avec plus de précisions dans cette aventure intérieure. Il existe bien des sites où l’on peut suivre l’évolution du foetus au fil de la grossesse. Moi, je vais aborder le côté perso du truc. les choses que l’on ne révèlent pas comme ça.

Grossesse triple : mois 1

(3-4-5-6 semaines d’aménorrhée = semaines sans règle)

Le bonheur, la peur. Je viens de passé 15 jours à glander en détourant des photos pour mon boulot devant les Frères Scott. Un agenda honteusement léger.
J’ai des nausées le matin, le midi, le soir. Mon démon du moment : l’odeur des sacs poubelle…neuf…. La bassine est toujours à mes côtés.

Grossesse triple : mois 2

(7-8-9-10 semaines d’aménorrhée)

Premier rendez-vous avec Grand chef sioux aka le chef de service de la maternité. Lui et une sage-femme formidable nous prennent en charge.
Une seule consigne : rester le plus possible allongé, ne jamais hésiter à venir leur rendre visite si quelque chose déconnait.
Les nausées sont toujours aussi sympas. Seule la soupe de nouilles méga-épicée du Chinois d’à côté soulage mon estomac barbouillé.
J’aimerais faire une petite dédicace à la Peugeot 806 de Nono et BK (parents de 6 enfants), gentiment prêtée à cause d’une sombre histoire de porte de garage qui a découpé notre voiture en deux. A chaque trajet, l’odeur ambiante de chips écrasés, de sueur, de couches de bébé me projetait directement dans le monde merveilleux des reflux.
Mes seins commencent à grossir légèrement. C’est la victoire du moment.
Mon ventre commence à gonfler.

Grossesse triple : mois 3

(11-12-13-14-15 semaines d’aménorrhée)

Là, ça se voit carrément. Je dois changer mes pantalons. L’équivalent d’une maman enceinte de 5 mois et demi environ. C’est le moment de l’annoncer. (c’est un peu dur de le cacher)
Les nausées se calment doucement. Maintenant, j’ai juste envie de faire pipi.
Je ne les sens pas encore bouger. Je dois prendre rendez-vous avec une sage-femme qui viendra à domicile 2 fois/semaine. Mes rendez-vous à l’hôpital n’ont encore lieu qu’une fois par mois pour le moment.
J’ai pris 6 kilos pour l’instant. L’arrêt de la clope et le retour à une alimentation très équilibrée y sont pour beaucoup.

Grossesse triple : mois 4

(16-17-18-19 semaines d’aménorrhée)

Me voilà en congé maternité ! Et oui, c’est 24 semaines avant la date prévue d’accouchement et 22 semaines après pour des triplés. Pour les jumeaux, c’est 12 semaines avant, 22 après.
C’est aussi le moment des premières contractions de mon côté. Je ne sais pas vraiment ce que c’est, mais mon ventre durci. J’en informe la sage-femme. Pas de douleur. Elle m’explique que c’est normal, que mon utérus à besoin de s’étirer. Ca porte même un nom : contractions de Braxton Hicks.
Désormais, je viendrai tous les 15 jours pour vérifier.
Elle me déconseille aussi de me crémer le ventre. Je vais me transformer en zèbre, sûrement. Mon utérus est contractile à ce qu’il parait.
Je m’arrondis bien comme il faut.
Je passe encore ma vie sur le canapé. Merci “Il était une fois la vie” sur Gulli à minuit.
Ce mois-ci, c’est presque une grossesse standard. A part qu’elle se déroule à l’horizontal. Sûrement pour lutter contre la gravité.

Grossesse triple : mois 5

(20-21-22-23-24 semaines d’aménorrhée)

On pourrait croire que j’accouche dans un mois. Plus 12 kilos au compteur. Je porte de beaux bas de contention glam’sexy blanc avec les doigts de pieds à l’air.
Mon ventre est souvent tendu décidément. C’est sûrement à cause des petits coups de pieds que je sens désormais un peu partout dans mon ventre rond.
Cette sensation est folle. J’identifie bien chacun de mes bébés. C’est surprenant, magique, j’ai trois vies en moi.
La sage-femme pense que ce n’est pas ça. On me dit que mon col est raccourci. Que le travail semble avoir commencé.
Ca ne peut pas être vrai. Pas maintenant. Pas maintenant alors que je les sens. Il est bien trop tôt pour qu’ils sortent aujourd’hui.
Perfusion pour tenter de ralentir Le moment. Une heure en plus, c’est une heure de gagnée. Mon cerveau est sur pause. Je ne suis pas sûre d’entrée dans le 6ème mois. je ne suis pas sûre que demain, mes bébés seront encore là.

Grossesse triple : mois 6

(25-26-27-28 semaines d’aménorrhée)

Néant, rien, nada. Je suis allongée dans mon lit d’hôpital dans le service de grossesse pathologique. Mon mari m’a installé un micro-onde, j’ai un abonnement TV, le téléphone sur la mini table de nuit à côté, des amis qui me ramènent plein de bons trucs à bouffer. Je reste très raisonnable. De toute façon, si ce n’est pas à portée de main, je ne peux pas l’attraper.
Un dimanche après-midi, mon abonnement TV a sauté. J’ai dû regarder la chaîne locale, la seule que je captais, pendant deux heures et demie. J’ai presque apprécié. Je me contente de peu pourvu qu’ils restent au chaud.
J’ai désormais des injections chaque jours d’anticoagulants car je ne peux pas bouger.
J’ai également droit à une injection de corticoïdes pour aider à la maturation des poumons de mes trois bébés.
Ils évoluent bien.
Mes lèvres sont complètement gercées à cause de la chaleur excessive de ma chambre que je commence à adopter.
J’ai quelques difficultés pour manger. Je crois bien qu’il y a un bébé sur mon estomac, un sur ma vessie et un sous mes côtes.
Quand ils gigotent en même temps, c’est un film de science-fiction en 3D.

Grossesse triple : mois 7

(29-30-31-32 semaines d’aménorrhée)

Nous ne pensions pas arriver jusque là, mais maintenant, on vise le podium de la prématurité. 34 SA, c’est le terme à viser !
Je ne peux presque plus respirer. Mes côtes sont douloureuses.
Mon mari prend une photo du dessous de mon ventre, comme ça, pour me faire partager. Il y a deux grosses marques rouges. Je l’engueule : “c’est quoi ça, c’est là depuis quand ????”
Les hormones sont là pour m’excuser. Il me répond le plus amoureusement possible : “ça fait deux jours à peine”. J’ai juste envie de pleurer. Mes premières vergetures. Je suis émue. Une culotte trop petite m’aurait fait le même effet. Je suis à vif.
A partir de ce jour, ma peau a atteint son quota d’élasticité. Comme pour un joli pull en coton qui aurait été traité sans ménagement, je crois que la fibre est distendue. Pas sûre de pouvoir la rattraper.

Grossesse triple : mois 8

(33-34… semaines d’aménorrhée)

Ma grossesse s’arrêtera là. A 34 semaines + 1 jours.
J’ai pris 18 kilos la dernière fois que l’on m’a pesé (ça date d’au moins 3 semaines mais comme je ne dois pas me lever, pas la peine de ramener la balance, je m’en passerai).
Un beau matin d’hiver, les messieurs en blancs ont remonté les barrières sur le côté de mon lit qui m’avait collé au cul pendant 11 semaines d’affilées.
Mon mari était prêt. La salle d’accouchement était bondée. Les petits sont nés en bonne santé à plus de 2 kg chacun. Il y a eu quelques jours de berceau chauffant mais rien d’alarmant.

L’après césarienne (bon, je suis un peu obligée de la citer) m’a fait horriblement mal. Mes muscles avaient fondu…. je ne vais pas en rajouter. Vous avez sûrement déjà pitié.
Le bon point : lors de l’allaitement; j’ai eu des seins énormes.

Voila à quoi ressemblait ma grossesse pour mes triplés. Des fois c’est pire, des fois c’est mieux. Certaines mamans accouchent même par voie basse.
Le plus important, c’est qu’ils soient tous nés en bonne santé. Pour mon petit dernier, j’ai trouvé mon ventre très léger !

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

 

 

L’annonce de la grossesse multiple, les réactions

Jusqu’au 9 mars je parle de jumeaux, de triplés. Le gros lot. C’est la quinzaine des gagnants !
jumeaux et plus les questions

Comme pour toutes les grossesses, il y a d’abord eu le moment de la découverte ou plutôt, le moment du pipi. Il n’y a pas besoin de pisser deux fois sur le batonnet pour en avoir deux ou trois.
Ca faisait deux semaines que j’attendais ce jour avec hâte. Après une énième tentative de faire un bébé, on allait peut-être y arriver.
Je ne vous invite pas à venir avec moi au chiotte, mais vous devinez bien ce que j’y ai fait. A peine immergé dans le liquide doré (la pisse-poétique), le test affichait une belle croix bleue. C’est apparu tellement vite, que j’ai bien cru qu’il allait clignoter.
Ca y est. On attend un bébé.

La première échographie : il y a plusieurs bébés

Nouveau moment poétique. J’ai les pieds dans l’étrier. Mon mari est à mes côtés. La gynéco m’étale un gel visqueux sur le ventre et commence à appuyer avec son lecteur de code-barre. Elle se tourne vers moi. Elle se tourne vers lui. Elle se retourne vers moi. Elle est mal à l’aise. J’ai peur. Il a peur. Et puis, elle vide enfin son sac ou plutôt, elle nous annonce : “il y a trois sacs, vous voyez ?”
echographie-triples Je ne vois pas vraiment ce que ça veut dire, mais OK, ça à l’air cool. Elle ne manque pas d’ajouter, croyant nous rassurer, “il y a de fortes chances pour que l’un d’eux n’évolue pas”. Je commence un peu mieux à comprendre, mais en fait, cette femme fait juste flipper avec ces remarques.
Pour confirmer, je lui demande très interrogative : “ce sont des triplés” ? “Oui”.
S’ensuit une présentation de la réduction embryonnaire.
On repart, pas très rassurés.
Le sentiment était aussi surprenant que l’annonce. A la fois extrêmement heureux et extrêmement anxieux.
Mon mari à regarder la voiture, il m’a dit qu’on allait devoir la changer. Il m’a souri. Il m’a porté pour me faire tournoyer et puis, il m’a délicatement reposé “attention, il faut faire très attention aux bébés”.

La première annonce : restons discret

Après les multiples déboires liés à notre fertilité au rabais, nous sommes restés discrets les premiers mois. Le risque de fausses couches étant accru, on a redoublé de précaution pour ne pas l’annoncer trop vite.
Sauf… sauf à ma meilleure amie.
J’avais besoin de quelqu’un pour me soutenir quelque soit l’issue. J’ai pris mon téléphone et de but en blanc j’ai déclaré : “je suis enceinte. J’attends des triplés”. Soeur de jumeaux, elle m’a déclaré : “oh l’angoisse, bon c’est cool quand même mais repose-toi”. Elle a bien résumé.

L’annonce officielle

Le plus dur a surement été de le cacher à celle qui est toujours là dans ma vie, à cette femme d’exception qu’est ma maman. J’avais tellement peur de ne pas passer les trois mois que j’ai attendu. Puis, elle est venue nous rendre visite sur Lyon. A 12 semaines, mon ventre était déjà largement développé. Impossible de continuer à le cacher ou de dire que j’avais mangé trop de choucroute. Même si c’était vrai !
J’ai enfilé ma veste de Deschiens et me suis rendue à la gare en tramway. On m’a cédé une place assise. Bref, tout le monde captait.
Nous avions rendez-vous dans un café sur le parvis de la gare. Je suis allée voir le responsable du troqué et lui ai remis tout sourire 3 paquets de café Grand-mère a déposer sur la table au moment de la commande en lui expliquant le scénario. “Vous amenez d’abord un paquet, puis quelques minutes après un autre et enfin le dernier”. Il a joué le jeu à la perfection et m’a félicité.

naissance-triples

Et trois pour le prix d’un !

– “Ohhhh !!!!!” a t-elle fait en découvrant le premier paquet. Elle a tout de suite compris qu’on attendait un bébé. Elle aussi a la TV !
– “Ohlala !!”, a t-elle déclaré le sourire aux lèvres quand le garçon de café a déposé sur la table en imitation marbre orangé le second paquet de café Grand-mère.
– “Whaouuuuu, trois bébés !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!” et elle m’a serré dans ces bras. Quoi qu’il allait se passer, elle m’a signifié la joie qu’elle avait de nous voir enfin y arriver. Elle était heureuse, c’est tout.

Pour les amis, l’annonce s’est très vite propagée. Nous sommes des fouines. Une clope que je refuse et c’est parti, les appels commençaient à fuser. Comme nous devions rapidement déménager pour quitter notre appart’ plein d’escaliers et rejoindre un rez-de-jardin beaucoup plus approprié pour l’avenir, nous avons vu débarquer de gros bras pour nous aider. Ils ont porté tous les cartons et m’ont transporté en dernier. Chacun y allé de sa petite réflexion adorable pour nous féliciter. Bizarrement, personne n’était choqué ! Allez savoir pourquoi. On doit avoir une gueule à attendre des triplés !

La belle-mère

Il faudrait la connaître pour bien vous expliquer. Elle n’entre dans aucune case. J’aime dire qu’elle est “particulière”. J’évite ainsi les grossièretés ! Une fois de plus, c’était dans un café. J’ai préféré faire ça en public pour limiter les réflexions désobligeantes et autres éléments qui auraient pu nous énerver trop vivement. De toute façon, elle n’a jamais le mot adapté.C’est comme ça, je m’y fait avec le temps. Je sais que ce n’est pas mal intentionné, juste inapproprié.
Pour essayer de lui décrocher un sourire ou un petit mot sympa, on avait apporté les échographies. Elle a regardé et s’est exclamé : “tu es malade, c’est quoi le problème ? “. Et avant même qu’on ait pu lui expliquer quoi que ce soit, elle s’est lancée dans une tirade “je connais un bon médecin, son fils est très bien (quel est le lien ???)” Euh, comment dire…je ne suis pas malade, juste enceinte !
J’ai vite enchaîné sur : “c’est de triplés”. Comme elle avait imaginé que les échographies étaient là pour lui annoncé un cancer du sein ou je ne sais quoi, elle était plutôt rassurée pendant un instant. Puis, très vite, elle a lâché : “chut, n’en parle pas, ne le dites pas. Faut pas le dire (ok, je crois qu’on a compris l’idée). On ne sait pas ce qu’il peut se passer. Le mauvais oeil”.
Comme je vous l’ai dit, je suis habituée !

C’est tellement surprenant comme annonce, que la mise en scène n’était presque pas nécessaire. En fait, personnellement, j’ai trouvé ce moment un peu stressant. Nous étions très heureux d’en parlé mais nous avions toujours une petite boule dans le ventre. La peur d’un triste dénouement. C’était perturbant d’avoir tant d’angoisses à la vue d’un si bel événement.
Avec mes triplés, depuis l’annonce jusqu’à maintenant, tout a été particulier.

Et vous, vous l’avez annoncé comment ? 

SpiderMaman, les vergetures : Frankenstein ou Zèbre ?

Zèbre, zèbre ? J’ai une gueule de zèbre ?

Alors, pour mon corps qui a bien morflé je n’ai que 2 solutions :

1) Frankenstein

ou

2) Zèbre

Évoquons les deux possibilités qui s’offrent à moi :

Frankenstein

Oubliez les remèdes miracles. La vergeture ne s’efface pas. Elle peut blanchir, tout au plus (et réduire un peu en largeur).

Mais imaginer la faire disparaître, n’y pensez pas.

Je ne le cache pas, j’ai rencontré un chirurgien plastique. (et 4 dermatos)

A 30 ans, je me trouve un peu jeune pour ne plus jamais exhiber mon ventre. En fait, je crois que je me trouverai toujours trop jeune pour ça.

Les restes de mes grossesses ne sont pas catastrophiques. J’ai déjà vu pire. Il existe toujours pire. Mais mon ventre en a pris un coup. Ca ressemble à un tissu que l’on aurait trop tiré. La fibre s’est cassée. Comme sur mes pantalons usés H&M. Continue reading

Courageux ou jeunes et fous ! Parents de triplés à nouveaux parents

Youhou, ça faisait longtemps que je n’avais pas repris le chemin de mon clavier pour écrire sur ce blog de parents de triplés. Mais attention, je ne vous ai pas oublié.

Il y avait une raison, un vraie ! (pas juste de la fatigue, le train-train quotidien des triplés qui sont désormais de petits écoliers, les allers-retours sur Paris pour le boulot…)

Roulement de tambourTa Dam : nous avons accouché d’un petit garçon, un petit roi David né en janvier… 2 jours d’écart avec nos triplés de maintenant 4 ans et ½.

Continue reading

J’apprends ma grossesse, annonce à Mr Boss!

annonce grossesse triple

Ça y est, nous y sommes, c’est le moment fatidique, le moment où notre vie va basculer : nous voilà entrés dans l’ère merveilleuse  « du pipi sur le petit bâton ». Et… le petit bâton a viré au bleu !

C’est confirmé, après beaucoup d’attente : je suis enceinte. Je m’y suis préparée (en fait, voilà maintenant 2 ans, que je suis prête), en quelques secondes mon cerveau a généré sa « to do list » spéciale « Ce qu’il faut faire si je tombe enceinte » :

– Appeler gygy (petit diminutif attendrissant pour rendre un peu plus amicale ma relation avec la gynécologue) (ndlr: et pas du tout ridicule) pour la première écho ;

– Penser à déclarer la grossesse à la Sécu et à la CAF ;

– En parler à mon boulot et anticiper mon congé mat’. Continue reading

SpiderMaman de triplés : oulala, les vergetures de grossesse

On nous annonce la grossesse triple, commence alors un marathon de repos. Les commentaires dans la rue y vont bon train « vous allez bientôt accoucher ? Non, ce n’est pas pour tout de suite ! » et oui, mon ventre est sacrément rebondi et je n’en suis qu’à quatre mois de grossesse !

L’avantage quand on est enceinte de jumeaux, de triplés ou plus, c’est qu’on à la chance de dire « je suis enceinte » et que cela se voit rapidement. Toutes mes copines enceintes en même temps que moi étaient jalouse.

Évidemment, qui dit ventre très arrondi dit peau qui tiraille. Continue reading

Maman de triplés: La grossesse multiple en 10 points

La grossesse multiple : j’attends des jumeaux ou des triplés

Voilà un petit post sur la particularité de la grossesse multiple ou comment attendre des jumeaux (euh…ici, attendre des triplés).

Je ne le dirai jamais assez, ce n’est que mon avis, mais je vais vous donner 10 règles à respecter pour mener à bien sa grossesse double, triple… et ça marche !

Objectif : aller le plus loin possible dans la grossesse. Un jour en plus dans le ventre c’est des jours en moins en couveuse.

Au début, je pensais que je pourrais faire comme mes copines et porter fièrement mon gros ventre arrondie en soirée. Mettre de grande salopette et peindre la chambre des petits comme dans les séries américaines. Au bout de trois mois et après un bon suivi médical, je me suis rendue compte que la grossesse serait différente d’une grossesse simple.

Alors voici les fameuses clés du succès :

1)      Choisir un hôpital avec une maternité de niveau III. (indispensable au delà de jumeaux – pour les mamans qui attendent des triplés, elles seront naturellement orientée vers des maternité de niveau III) En gros, ça veut dire qui si les bébés arrivent vraiment trop tôt, ils pourront être pris en charge dans l’hôpital. Et franchement, être séparé des petits dès leur naissance, c’est pas cool. En plus, dans ce type d’établissement, ils ont à peu prêt l’habitude de « grossesse à risque » comme les nôtres.

2)      Dès l’annonce de la grossesse multiple, se reposer. Pour de vrai. En fait, on comprend rarement ce que « repos » veut vraiment dire. Quand Mr Docteur dira « reposez-vous un maximum », entendez  « vaut mieux rester le plus souvent allongé, ne pas porter (ou éviter s’il y a d’autres enfants à la maison), éviter la voiture ». Il va donc falloir vraiment lever le pied. Encore une fois, une grossesse multiple ce n’est pas vraiment habituelle, il faut mettre toutes ces chances de son côté pour éviter la prématurité.

3)      Faites vos courses sur internet.  Plus besoin de porter et en plus, c’est génial, ces gentils sites internet vous classent les produits par catégorie. Ca devient presque rigolo de ranger. Choisissez votre heure de livraison en prenant en compte vos siestes !

4)      Bien manger pour les petits: attendre des jumeaux, des triplés nécessite des besoins particuliers. Faites le plein de fer ( les légumes secs type lentille, pois chiche, la viande rouge, les noix) , d’acide folique (normalement, on vous en donnera en comprimé pour compenser le manque. En gros, il y en a dans ce qui est très vert : épinard, mâche), de vitamine D (pas facile à trouver mais on la retrouve dans les poissons gras type saumon et les œufs ) et enfin, le calcium (dans les laitages).

Je vous conseille d’avoir toujours des petites bouteilles de 500ml de lait près de vous. Comme ça, pas besoin de se lever pour aller chercher le lait dans le frigo et, en 2 bouteilles, on sait qu’on a le compte pour la journée.

5)      Bien manger pour soi : bah oui, parce que c’est bien si on ne ressemble pas à une baleine échouée. Sans faire trop attention, il vaut mieux éviter de prendre trop, trop de kilos. Parce qu’après avoir accouché, même si on est bien occupé par les petits, c’est important de se sentir belle. Déjà que les vergetures vont être difficile à éviter avec autant de bébés dans le ventre, alors autant ne pas avoir 15 kilos en plus à perdre. Il y a des petites choses toute simple : privilégiez le lait écrémé (à quantité égale, le lait écrémé et moins gras et possède autant de calcium que le demi-écrémé. C’est les bouteilles vertes en général au supermarché), les fruits secs qui sont bons et pleins de bonne chose, les protéines (la viande, les œufs) qui callent.

6)      Adopter une bonne position. Allongé sans être complètement avachi. Le deal c’est de pouvoir rester longtemps dans la même position

fauteuil Lafuma

Le fauteuil magique

sans que les petits ne pèsent trop sur le col de l’utérus. Ma solution c’est ce fauteuil magique. Je l’ai acheté en début de grossesse. Ok, ce n’est pas très joli dans le salon et il n’est pas donné (il existe des sous-marques qui propose ce modèle en un peu moins solide mais pas mal quand même) mais c’est un vrai bonheur. Ma sage-femme m’en avait parlé et je ne suis pas déçue. Sa forme permet de passer de la position assise à allongé facilement. Il se pli et peut donc se transporter. (n’hésitez pas à l’emmener partout : chez des amis, dans les salles d’attentes…) En plus, après la grossesse, il sera idéal pour l’allaitement ou…pour dormir entre deux bibs.

Je vous conseil aussi les coussins d’allaitement. Au début ça peut paraître inutile mais vous verrez qu’il rendra bien des services pour caller son dos, son ventre, son deuxième ventre, son troisième ventre.

7)      Assumez : une grossesse multiple, on ne le dira jamais assez, c’est différent. Dès le début, imposez les règles. Vous n’avez pas le choix, il faut du repos. Alors, ne vous en voulez pas de demander à vos copines de passer plutôt que d’aller chez elles, faîtes vous aider pour les repas, les autres enfants s’il y en a, le ménage. Même chez les autres, installez-vous bien, squattez les banquettes, annoncez votre arrivée à l’hôpital lors de vos rendez-vous de façon à ne pas trop attendre…

8)      Questionnez les bonnes personnes ! Attention à internet (à par avec nous, entre SpiderParent !) et à tout ce que vous pourrez trouver. Une grossesse multiple pose de nombreux questionnements. Pour avoir les réponses, il faut poser les questions. Entourez-vous de personnes compétentes. N’hésitez pas à poser vos questions à l’entourage médical. Dès fois, il faudra répéter car on ne vous écoute pas toujours. Exigez des réponses, ne restez pas dans le flou. Ne vous endormez pas avec une peur. Si vous avez des doutes sur le bon déroulement de la grossesse, n’hésitez pas, POSEZ LA QUESTION. Il vaut mieux prévenir que guérir.

9)      S’il y a hospitalisation, faîtes à votre rythme. Le personnel hospitalier n’est pas juste là pour faire les prises de sang. Il doit vous faciliter la vie à l’hôpital. Si vous devez rester couché, demandé à ce que l’on améliore l’ergonomie de la chambre. Le téléphone doit être à votre porté, la télécommande aussi ! Demandez des coussins de positionnement si la position allongée prolongée vous fait mal, n’hésitez pas à poser des questions au personnel sur l’allaitement, la nénoat…, profitez de ce temps de repos pour répondre à vos interrogations.

Essayer de proposer votre rythme. L’hôpital est le roi des horaires : 6h45 réveil, 7h petit déj, 11h mise en place des bas de contention, 12h repas et « petite maison dans la prairie »… Vous allez devoir passer toute la journée allongée et la meilleure solution pour que le temps passe vite c’est de DORMIR. Alors, pour évitez les réveils aux aurores, demandez à ce que le petit déj’ vous soit déposé sur la table sans vous réveiller !

N’ayez pas peur de demander et de remercier et n’oubliez pas que c’est vous la patiente et que vous méritez une attention particulière.

 10)  Kiffez : tout le monde n’a pas la chance d’avoir autant de vie dans le ventre.

LE SPIDERPLAN DE SPIDERMAMAN

Voilà quelques bonnes adresses à consulter:

http://www.forum-maternite.com/liste-maternites.php

http://sante-medecine.commentcamarche.net/faq/436-aliments-riches-en-fer

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine_B9

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vitamine_D

 

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés- ” La vie des triplés “: trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

Les SpiderParents et les triplés : c’est qui?

Super maman de triplés

SpiderMaman

C’est qui ces SpiderParents de triplés ?

D’abord bonjour à toutes et à tous.

Ici, j’espère qu’on va apprendre à ce connaître, à ce donner des infos et à se soutenir moralement!

Pour la petite histoire: après deux ans acharnés de traitement de PMA (Procréation Médicalement Assistée – les initiales font moins peur!), on se retrouve devant le gynéco pour apprendre que nous attendons des Triplés. Cool!

S’en suit, grossesse triple caca allongée 4 mois à l’hôpital, mais 3 magnifiques bébés qui naissent à 34 semaine+1 (et le 1 jour compte vraiment) pour les modiques poids de 2,100 kg , 2,170 kg et 2,280 kg.  Deux filles Elora et Ava qui ne se ressemblent pas du tout et un garçon, Dan.

Depuis ce jour, depuis la naissance des triplés, notre vie à basculée. On a dû s’organiser, profiter des amis, manger des trucs dégueux, tenir éveillé au delà du possible et surtout profiter. Parce que OUI, on profite de ces 3 merveilles chaque jour. On a toujours le temps de sortir, de prendre l’apéro, de travailler. Et aussi, on prend le métro comme tout le monde, le TGV seul avec les trois enfants… A aucun moment, ça n’a été une galère. Fatiguant oui, mais jamais une galère!

Mais pour ça, il a fallut réfléchir, fouiller, se renseigner pour OPTIMISER chaque chose. Vous vous

maman de triplés

SpiderMaman et Elora

rendez compte: 21 biberons pour les triplés/jour les 3 premiers mois, et la poussette? et les lits? et le lait? et la stérilisation? et l’allaitement? et les bains? et….

Sur ce blog, nous allons vous faire partager cette expérience en espérant que cela pourra aider des parents. Bien sûr, on ne donnera que notre avis, notre humble avis. Mais en tout cas, on peut déjà vous l’assurer, ça a fonctionné. La preuve, on a même un peu de temps pour vous écrire!

Aujourd’hui, Dan, Elora et Ava ont plus d’un an, ils sont pleins d’énergie et nous donnent sans cesse des choses à raconter. Parce que avoir des Jumeaux ou des Triplés, y’a pas à dire, c’est pas pareil. Alors, le plus simple, c’est dès le début de faire différemment.

triplés du blog de triplés

Ava, Dan et Elora

N’hésitez jamais à nous poser des questions, on tentera d’y répondre.

Présentons-nous :

. Claire Barer, maman de triplés, j’aime m’appeler “SpiderMaman”, 27 ans, a perdu tous ces kilos et 10 de plus depuis que j’ai accouché le 20 janvier 2009 de Triplés.

J’ai repris le travail depuis septembre 2009, mon entreprise a été plus qu’aidante, ce qui me permet d’être avec les enfants la majorité de la semaine. Je déteste me faire à manger, j’adore faire le ménage (SpiderPapa me dit “maniaque”. Moi, maniaque?), je bricole tout le temps et j’adore trouver les meilleures solutions pour tout. Du coup, 3 enfants d’un coup, c’est presque mon Sudoku à moi.

Qualités: (3 suffiront)

  • ingénieuse
  • ordonnée (ok, maniaque)
  • bricoleuse

Défauts: (3 suffiront également!)

  • fait des fautes d’orthographes (pardonnez-moi d’avance)
  • manque de patience
  • fouineuse (= adore colporter les potins)

SpiderPapa papa de triplés du blog de triplés. Michaël Barer, papa de triplés, aime s’appeler “SpiderPapa”, 30 ans, se plaint depuis 13 mois mais est le plus heureux des hommes. N’a pas perdu 10 kilos. Dommage!

A changé de travail à la naissance des triplés pour se mettre en indépendant, a appris à être organisé et ça marche. Je déteste le matin, (mais je me réveille quand même), j’adore faire à manger (en fait, j’ai pas le choix, sinon j’agoniserai de faim en attendant le repas de SpiderMaman), j’aime me plaindre mais je suis spécialiste pour faire les courses, calmer mes enfants et aider les autres. Des Triplés: je n’aurais jamais imaginé une telle aventure!

Qualités: (mais j’en ai pleins d’autres)

  • sportif (entendez : capable de porter beaucoup)
  • aimant
  • altruiste (je n’osais pas mais SpiderMaman me l’a soufflé)
papa de triplés et les triplés du blog de la vie des triplés

SpiderPapa et les petits loups

Défauts: ( et j’en ai pleins d’autres!)

  • oublie tout (passeport, portefeuille, clés…)
  • douillet
  • parle fort

Ici, SpiderMaman ou SpiderPapa posteront des news. Parce que pour s’occuper de jumeaux ou de triplés ou plus, il faut être deux.

Les SpiderParents du blog de triplés

PS: ah oui, pourquoi les “SpiderParents“? C’est un petit mix entre Super Héros et Shiva (la déesse pleine de bras) !