Parents de jumeaux, triplés : une faculté en plus

J’avais envie de vous présenter une box que Monoprix m’a gracieusement envoyé à l’approche des vacances mais comme il fait moche, ce n’est pas le moment d’en parler.
D’habitude, je ne parle pas vraiment de marques sur le blog, pas parce que je suis hautaine, c’est juste un choix. Mais, des fois, ça peut m’arriver quand ça me plaît. En plus, j’avoue que recevoir un tas de jolis produits dans ma boite aux lettres sans être passée par la case CB, c’est suffisamment rare pour l’évoquer !

Bref, à cause de la pluie, du monotone automne, j’ai dû changer de sujet.

J’aime les études scientifiques. Savez-vous par exemple que les femmes blondes ont plus de chances d’épouser un homme riche ou que les enfants qui ont des surnoms réussissent mieux socialement ? C’est Yahoo qui me l’a dit, avec bien sûr, l’étude d’une université américaine inconnue à l’appui.

C’est donc de ce type d’étude “scientifique” dont je vais vous parler.

Particularité chez les parents de jumeaux, de triplés et plus

J’avais déjà décelé une spécificité chez les gens du Nord. Ma découverte sur le sujet n’a pas évolué, j’en conclus objectivement que l’hypothèse est confirmée.
Maintenant, c’est sur l’ensemble des parents de jumeaux et plus que se porte le phénomène que j’ai découvert.

Postulat de l’analyse

Constat chez la mère de jumeaux et plus
On le sait, avoir plusieurs enfants en même temps, ce n’est pas juste un bouleversement. En plus du fric et de la place en moins et du ménage et des nuits pourries en rab’, il y a le corps qui change. (Évidemment, il y a toutes les joies quotidiennes, évidemment. Évidemment.)

Les abdominaux ont été écartés par le volume DES bébés. Désormais, je suis ouverte à deux doigts. (au niveau du ventre en tout cas) A vie.
Les hanches se sont parfois élargies.
Les seins se sont un peu affaissés. Ou bien, ils ne sont plus très ronds. Ni en poire d’ailleurs. Ils sont… bizarres.
Mais, chez les mamans de jumeaux ou plus, il y a un changement supplémentaire. Et cette fois, c’est à notre avantage. (des seins « originaux » ne peuvent pas être toujours considérés comme « un avantage »). C’est ce truc précis dont je vais vous parler.
Constat chez le père de jumeaux et plus
Avec deux bébés ou plus, l’investissement du père n’est plus à débattre. Avec un non plus d’ailleurs mais le résultat est moins rapidement catastrophique.
C’est donc très régulièrement que l’homme est amené à porter deux bébés en même temps (ou trois ? ou huit ?).
Et… très rapidement, l’homme père de jumeaux et plus, développe également LA particularité.

À partir de ces deux constats, je conclus que c’est l’environnement qui amène les parents de jumeaux et plus à développer cette nouvelle faculté. Une sorte de bonus livré en cadeau avec les mignons petits paquets !

Agile du pied

Cette nouvelle faculté, c’est l’agilité du pied. En effet, à force d’avoir les bras pris par des petits êtres fragiles que l’on ne peut pas poser sur le carrelage froid, comme ça, on trouve une autre solution pour attraper les objets. Il y a toujours un jouet à attraper, un produit qui tombe de la table à langer : un moment où les mains ne sont pas libres et où une autre partie du corps doit prendre le relais.
Tout naturellement, le primate en nous se réveille. Le retour à l’instinct animal s’impose.

C’est de ces contraintes que naît, avec les mois, cette nouvelle capacité. Celle d’attraper tout avec les pieds.

maman-de-jumeaux-3

Attraper un vêtement, bonnet… : basique

maman-de-jumeaux-1 maman-de-jumeaux-2

PS : il se peut quelques fois que des parents d’enfants d’âge rapproché développent également ce talent. La faute au nombre de bras qui, dans cette situation également, ne sont pas suffisants !
PS2 : parents de jumeaux, parents de triplés, en tant que parents un peu “différents”, j’aime nous valoriser et nous trouver de nouveaux talents. Ça apporte une lueur d’espoir les nuits où l’on ne dort pas ! 
PS3 : Durant les vacances, je suis un peu moins présente. C’est les vacances !
PS 4 : Je ne peux ne pas vous dire MERCI pour tous les adorables commentaires que vous m’avez laissé ici, par mail, sur Facebook, Twitter. (j’en profite pour vous remettre tous les liens. Maligne la meuf.)
PS5 : Je crois que j’ai défié les lois du nombre de “PS”.

Claire, qui aime parler de truc léger l’été
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

La quinzaine des gagnants : les jumeaux et plus

Il existe des jours pour tout, notamment la journée nationale des excuses. J’ai décidé  moi aussi d’ajouter quelques dates à surligner au marqueur rouge dans les agendas. En fait, ce sera même une quinzaine de jours. Je l’ai indiqué sur mon calendrier, c’est donc qu’ils existent belle et bien.
quinzaine des gagnants

La quinzaine des gagnants

Jusqu’au dimanche 9 mars (ou jusqu’au 16 mars en fonction de mes nuits libres), je vais parler des grands gagnants de la parentalité. Ceux qui ont le droit de tomber dans les vaps à l’annonce de la grossesse, tellement c’est gros, très gros comme surprise. Je parle bien entendu des parents de jumeaux et plus.
jumeaux et plus les questions

Moi, Gwyneth

Bien sûr, personne de décent n’appellerait sa fille Gwyneth (si, c’est le cas, je m’en excuse par avance mais franchement, c’est un prénom à chier). Sauf de l’autre côté de l’atlantique. La-bas, il y a une Gwyneth très connue. Les lecteurs de Oops et Closer la connaissent également. Gwineth Paltrow. En plus d’être actrice, elle tient un blog particulièrement bien pensant et culpabilisateur où elle prodigue les conseils de la mère parfaite.

Je vais donc en faire de même pendant 15 jours. Je vais me lâcher et parler de mon expérience de parents de multiples. Juste comme ça, pour le plaisir de partager et d’échanger sur tous les sujets soumis à angoisses et questionnements.

Je me sens assez légitime avec mes triplés pour en parler parce que comme ils le disent dans la haine, après 5 ans de nuits saccagées et d’organisation drastique : “jusqu’ici, tout va bien”.

Au programme de “la quinzaine des gagnants”

L’annonce de la grossesse multiples, les réactions
Grossesse : attendre des jumeaux, des triplés
L’association jumeaux et plus, on va en reparler
Attendre plusieurs enfants c’est différent, où échanger ? (j’invite la maman de jumeaux d’un forum à participer)
Le bain ou l’aventure aquatique
Diversification alimentaire : on prépare combien de kilos de purée ?
La propreté : la grande histoire du pipi-caca

Pour être sûre de ne rien manquer, je vous invite à me rejoindre sur Facebook (auto-pub) ou à vous inscrire, là, juste sur la droite pour recevoir les nouveaux articles.

Pour les perdants, n’oubliez pas, que tous les gagnants ont tenté leur chance et que, vous pouvez toujours continuer à jouer. Au pire, vous passerez quelques minutes par jour à vous marrer et à vous vanter de vivre une vie un peu moins compliquée…quoi que.

Facebook La vie des triplés


Google + La vie des triplés

Twitter La vie des triplés

 

Envie d’un petit dernier ? Et si tu attendais des jumeaux. Ou pire, des triplés.

Un jour, les nuits enfin complètes de ton grand bébé, tu te décides à faire un petit dernier. Et hop, à l’écho, il y en deux. Ou pire, il y en trois.

On dit souvent, « un enfant, c’est toujours du bonheur ». Quand ils arrivent par deux ou par trois, surtout si on a négocié serré avec le papa, ce n’est pas si simple à apprécier.

Quel chamboulement ! Déjà passé de 0 à 3, c’est un peu chaud. Mais se dire, on fait le troisième et se retrouver avec n°3, n°4 et n°5… La bagnole, l’appart trop petit, les biberons, les vêtements, la poussette, le boulot…et j’en passe. Tout ça à penser, alors qu’au final, on souhaitait juste revivre les joies de la maternité.

“Ce sont tes premiers ?”

Régulièrement, je discute avec des mamans de triplés. Sur Facebook, la plupart du temps. Dans la rue, beaucoup plus rarement. Je crois qu’il y a pénurie.

Continue reading

PMA : ces phrases que je n’aime pas

Je profite de la Journée de l’Infertilité pour vous re-proposer cet article. Si vous l’avez déjà lu et bien, vous pouvez le relire. Sinon, il y en a d’autres qui j’espère vous plairont.

PMA : Procréation Médicalement Assistée

Trois lettres majuscules qui en disent long sur une putain de situation.

Bizarrement, souvent les gens dans la rue me pose la question “ô combien personnelle”, vous avez pris des “traitements” en voyant mes triplés ?

La première réponse que j’ai envie de lancer c’est “touches à ton cul“, mais je suis presque polie.
Maintenant, je dirai “Aller lire mon article sur www.laviedestriples.com”.

Mes triplés sont nés par F.I.V (Fécondation In Vitro). Encore une fois, je ne fais pas dans le “léger” avec ce sujet mais je vais essayer d’en parler avec humour. Les sujets difficiles passent toujours mieux avec humour.

Flash-back : j’ai 24 ans, 3 ans de mariage à mon actif, envie d’avoir un bébé.

Evidemment, j’en ai parlé il n’y a pas longtemps, j’ai été anorexique (avec un pic en fin d’adolescence). Evidemment, j’ai mes règles 2 fois par an. Les bonnes années.

Assez logiquement, au moment où nous nous sentons prêts, je prends un rendez-vous chez mon gynécologue.

1ère écho pour vérifier si tout marche bien. Bien évidemment, ce n’est pas le cas. Verdict : OMPK – Ovaire Micro Polykistiques.

1er traitement de base qui peut être administré par un gynéco “normal” : le CLOMID. Ce médic à fait couler beaucoup d’encre. Dans les années 90, il y a eu pas mal de naissance de jumeaux. Genre vraiment beaucoup.
C’était le Clomid.

Mes ovaires obtiennent de très mauvais résultats à l’examen. Recalés. Du coup, fini ce traitement. Il faut essayer un traitement plus personnalisé, ajustable. Je repars avec ma petite lettre à transmettre à Mme la Spécialiste ès Bébés.

Je prends donc mon téléphone pour prendre un rendez-vous rapidement. Je ne le sais pas encore, mais la jeune femme à l’autre bout du fil avec une voix douce comme du chamallow va devenir ma meilleure alliée pour les années à venir.

C’est exactement là, à cet instant précis que débute mon parcours de PMA .

Le moment où tu veux un bébé…

Au départ, la PMA, c’est un peu la chasse au trésor. La carte est très mal dessinée. Un peu dur de s’y retrouver. Peut-être que mon premier rendez-vous avec la spécialiste va me guider ?

SpiderPapa est avec moi. Nous entrons dans une salle d’attente bondée comme dans un train en seconde classe le lendemain de Noël. Ni bonjour, ni merde. juste un papier posé sur le siège avec des questions bien précises.

Déjà, la prise de tête commence. A un QCM, j’aurai obtenu la note -2.

Une heure trente plus tard, une dame qui ne se présente pas, nous demande de la suivre.
Ni une, ni deux, avec très peu de dignité je me retrouve les jambes dans un étrier. OMPK confirmé. 1h30 pour ça ? Je le savais déjà. Je ressort tout de même avec mon petit papier.
La gentille secrétaire me prévient bien que ça va être long et compliqué.

Professionnelle, j’en parle au bout de quelques mois à mon chef. Les rendez-vous étant rapprochés, je dois bien me justifier et j’ai décidé de jouer la carte de l’honnêteté.
Le lendemain je suis virée.

Toujours pas de bébé

PMA : “La meilleure solution, c’est de ne pas y penser”.

Sincèrement, ne dites plus ça aux personnes en PMA. Pensez-vous sincèrement qu’on puisse ne pas y penser quand :

– Vous avez 3 matinée par semaine grisée sur votre calendrier pour notifier les allers-venues au cabinet.

– Vous cachez vos bras à cause des veines de drogués que vous vous tapez à cause des prises de sang répétées.

– Vous vous faites appeler Mme “Glacière” pour expliquer le petit sac isotherme que vous vous trimbalez partout où vous allez. (avec les traitements qui doivent rester au frais)

– Vous passez votre journée à téléphoner sur le portable de votre gynécologue -débordée- préférée pour obtenir l’ajustement du traitement

– Tous les mois, dans les chiottes, vous n’y croyez plus. Allez, ça va marcher. Un nouveau cycle à commencer.

Il y a aussi la phrase “Il ne faut pas stresser“. Savez-vous que plein de mères stresser réussissent aussi à avoir des bébés ? Tu crois vraiment que je peux changer ?!

Dès fois, des intimes se permettent -avec beaucoup de prudence- de te parler de la sexualité. “Tu sais, tu ne devrais pas programmer“.

Non, je ne devrais pas. Evidemment non. Ce serait tellement frustrant sexuellement.
Franchement, après s’être transformée en infirmière pour se piquer d’hormones, après avoir évalué les taux, après de multiples examens contraignants, il est évident que les mots “chérie, ce soir je suis fatigué”, SpiderPapa va devoir les ravaler…
…il n’a même pas essayé.

J’allais oublier : quand on parle de PMA, il y a toujours une histoire qui revient et qui doit nous rassurer.

La légende urbaine de l’enfant adopté

Je suis sûre que tous ceux qui ont traversé un parcours de PMA l’ont déjà entendu. En général, c’est l’histoire d’une amie d’une amie.

Un couple aimant décide d’avoir des enfants. Malheureusement, le ciel en a voulu autrement. Après de longues années difficiles de PMA, le bébé ne pointe pas le bout de son nez. D’échec en échec, le couple décide d’abandonner l’idée de donner la vie naturellement.
Le temps passe.
Quelques années après, le couple “réussi” son deuil de grossesse spontanée et se lance dans les fastidieuses démarches de l’adoption. L’esprit bien occupé, ils reçoivent enfin la lettre tant désirée annonçant l’arrivée d’un bébé du bout du monde.
Et là, la chute. La femme ayant complètement oublié de se protéger, à cause des problèmes passés, se retrouve enceinte.
A la fin de l’histoire, ils sont tous heureux, c’est trop super et dans la maison, il y a plein de bébés en bonne santé.

En général, cette histoire nous est contée pour nous rassurer.

Pour ma part, l’idée d’attendre des années à vivre des réveils perturbés, à voir des rêves s’envoler jusqu’à en arriver au point de ne plus y croire et d’abandonner l’idée de procréer. Je trouve ça juste triste.

Heureusement, ce n’est pas ce qu’il s’est passé.

Ça a pris plusieurs années. Bien que plusieurs fois j’entendais : “tu verras, une fois que tu auras un bébé, tout sera oublié“. Je n’ai rien oublié.

C’est une épreuve de couple. Difficile. Les SpiderParents ont beaucoup espéré. Durant le parcours de PMA, ils ont aussi beaucoup pleuré. Je ne veux pas le cacher. Ça nous a encore un peu plus soudé.

A la première échographie, la gynéco voit trois oeufs. Le passé nous a rattrapé. Après les multiples fausses-couches, la réjouissance est compliquée. D’autant qu’elle nous parle tout de suite de réduction embryonnaire.

Ça va être le début d’une grande épopée, qui à ce moment, ne fait juste que commencer.

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés- ” La vie des triplés “: trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

facebook blog de triplés

twitter blog de triplés

Comment peut-on aider une Maman de jumeaux ou plus ?

Excusez-moi du peu Madame, mais il est des moments où la seule solution vitale est de crier à l’aide.

Et j’ai crié, criééé éééééé AIDEZ-MOI !

maman de triplés a l aide

Je n’en peu plus. Ô rage, Ô desespoir, comment réussir à vivre sans dormir ? Telle est la question.

Maman de jumeaux, de triplés…il y a une chose que l’on ne nous retirera jamais, c’est notre résistance. Certes, nous n’avons pas le choix. Mais on pourrait aussi s’assoir par terre et chialer. Laisser les bébés ramper jusqu’à leur biberon. La faim décuplant leurs capacités motrices.

Comme nous sommes des êtres bien pensants –et que même épuisées, il doit bien exister tout au fond de chacune d’entre nous un soupçon d’instinct maternel-nous tenons bons. Mais jusqu’à quand ? En fait, ça ne s’arrête pas. Jamais.

Jamais.

Jamais.

Il y a toujours autre chose. Un nouvel apprentissage, des nouvelles questions…et quand ils seront ados…

Comme il va falloir être très endurant, mieux vaut s’économiser. Et parfois, passer la main.

Des amis, on en avait plein avant. Avant la naissance de la colonie. Les SpiderParents se réjouissent chaque jour de la chance qu’ils ont d’avoir des amis en or encore présents à l’heure actuelle malgré notre niveau sonore élevé.

Parfois, les téléphones commencent à moins sonner, on s’éloigne de la ville pour gagner en surface habitable. Et d’un coup, on s’assoit le soir au moment ou tout le monde dort et on allume les Experts.

Mais où sont-ils ? Pourquoi personne ne vient nous aider comme prévu ?

2 hypothèses :

– Chacun sa life. Entre bébé, bébé et bébé, ça fait un moment que le portable est caché sous une promo de couches (une douzaine de cartons entreposés dans le hall). Du coup, tu zappes, il/elle zappe…et ils ont six mois. Déjà.

Ou

– 2 ou 3 bébés d’un coup ça peut faire peur. Double dose d’angoisse si les bébés sont prématurés.

Avec du recule, j’ai réalisé que tout le monde n’était pas à l’aise avec un bébé. Encore moins avec DES bébés.

En tant que parents de triplés, on est dans l’obligation de prendre vite le pli. Couches, bibs en express, dodos… mais quand on arrive au milieu du champ de bataille, il parait très imaginable qu’on ne sache pas où donner de la tête. En plus, inutile de le préciser. Pour un café tranquille en terrasse, il faudra repasser.

Alors, il y a ceux qui sont très à l’aise, à qui on confie le bébé pour un biberon. En général, quelque soit l’heure de visite, jour comme nuit, il y a de très fortes probabilités pour qu’il y ait au moins un biberon à donner.

Les bébés sont petits, ils ont l’air fragile mais personne n’ose faire la remarque.

« Comment je peux t’aider ? » C’est une très bonne question.

Comment aider une maman de jumeaux ou de triplés ?

Après expérience, voilà quelques éléments de réponse.

Je scinderai en 3 catégories l’aide en fonction de l’affinité et de l’appréhension que l’on peut avoir avec les mioches.

1 – Comment peuvent aider les ami(e)s de mamans de jumeaux ou plus à l’aise avec les petits bébés (les jumeaux et triplés naissent souvent prématurés) :

  • Donner le bain (si vous êtes vraiment bonne amie…et vraiment en confiance)
  • Donner un biberon. Attention, les mamans de bébés prématurés sont souvent à cheval sur la quantité. Petit poids plume deviendra grand gaillard. Il faut donc essayer de stimuler un peu le bébé pour qu’il ne s’endorme pas lors de la tétée. Si la maman a peur qu’il ne mange pas, elle ne le confiera pas et c’est loupé pour l’aide. N’insistez pas.
  • Changer un bébé. Là pas trop de risque. Mais, on se lave les mains. Une gastro ça va, deux ou trois, bonjour les dégâts.
  • Sortir. Ce n’est pas si simple de se balader avec des jumeaux ou plus et on a vraiment besoin de prendre l’air. Profitez-en pour faire une petite balade entre copine avec les petits.

 2 – Comment peuvent aider les ami(e)s de mamans de jumeaux ou plus peu/pas à l’aise (on a le droit)  avec des bébés :

Il existe plein de choses qui peuvent aider des jeunes parents de multiples.

  •  Faire des courses précises (inutile d’imaginer être capable de remplir un caddie pour quelqu’un d’autres. C’est la cata assurée. ) Quelques boites de lait, des couches, du liniment, du serum phy…les parents de multiples ont toujours besoin de quelque chose. Bien sûr, vous serez remboursé !
  • Ramener des petits plats appréciés par les parents. (ou un gratin de pates, ça marche aussi) Dans les premiers mois des triplés, on a eu tellement peu de temps, que Sundy et raviolis étaient nos meilleurs amis.
  • Passer un coup d’aspirateur, récupérer un courrier à la poste, plier du linge… bref, ce qui te saoules chez toi…c’est triplement le cas chez moi.

3- Pour les BFF (Best Friends Forever), vous pouvez venir avec une amie et tenter deux heures de babysitting après avoir bien demandé à la maman toutes les instructions (mieux vaut savoir où sont les biberons, qui prend quel lait, la serviette en cas de vomito…).

Envoyez-la faire une sieste. S’il y a quoi que ce soit, elle est à côté. Elle est sereine…et reposée. Vous êtes sereine…et vous rentrerez vous reposer. (je vous le souhaite)

Si la maman de jumeaux ou plus refuse, insistez un peu. Juste une pishnette, ça suffira.

Chaque fois que vous aiderez des parents de jumeaux, de triplés ou plus, félicitez-vous, vous aurez accompli un acte bénévole fort et utile. Aucun relevé Cerfa ne vous sera délivré.

Le SPIDERPLAN des SPIDERparents de triplés

-En tant que parents de jumeaux et plus, l’arrivée des enfants à la maison ça déménage. Acceptez de vous faire aider. N’hésitez pas à « orienter » l’aide afin que tout le monde soit gagnant.

– Avec le temps, certaines personnes s’avèrent être de précieux soutient. Merci.

Merci à tous ceux qui sont passés (les images sont non exhaustives)

Claire Barer, maman de triplés 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Nos 10 commandements de parents de jumeaux, triplés et plus (+english version+)

(+english version+ in the bottom of this article)

Les dix commandements des parents de jumeaux et plus :

1 – A deux, plus simple ce sera

2 – Durant la grossesse, au repos la SpiderMaman se mettra

3 – De gros efforts d’organisation, il faudra

4 – De chacun, tu profiteras

5 – Des remarques débiles, tu te foutras

6 – Des expériences et de l’aide des autres, tu t’entoureras

7 – De chaque minute à toi, pleinement tu profiteras

8 – Du sommeil, tu manqueras

9 – Pour ton couple, des efforts tu feras

10 – Dans une vie en multiple, tu t’épanouiras

On aurait pu ajouter:

– A manger, n’importe quoi, tu cuisineras

– Les pleurs, ton esprit oubliera

– Les “jours sans”, aux “jours avec” tu penseras

– A chaque instant, du miracle de la vie, tu te rappelleras (et dès fois, ça te soulageras!)

la famille des triplés

A deux, à cinq

maman de triplés bricoleuse

De l’organisation…

bébé triplés qui boit son biberon

Des expériences

grossesse multiple

Du repos

maman de triplés

Du temps pour Dan

maman de triplés

Du temps pour Ava

bain triplés maman de triplés

Du temps Pour Elora

maman de triplés avec ses triplés

De l’épanouissement

10 commandements de maman de jumeaux

#English-version#

10 commandments of twins mums (and other multiples mums)

1 – It’s easier to be two

2 – While pregnant, the first rule is to rest

3 – You will be organized

4 – You will enjoy everyone

5 – You won’t care about silly comment

6 – You will gather great ideas and people around you

7 – You will take advantage of every second you have for yourself

8 – You won’t sleep much

9 – You will spice your couple

10 – In a multiple life, you will be fulfilled

A couple more things that could have been added to the previous list :

You will cook anything

You won’t fall for tears

On bad days, you will remember the good ones

Every single day, you will remember the miracle of life (and sometimes that will help!)