Test coque Survivor Griffin pour Ipad

Il m’arrive de présenter des tests par ici. Souvent, j’ai envie d’ajouter le « truc » en plus. Mon utilisation dans des conditions de maman de l’extrême me donne envie d’ajouter une petite touche d’imagination. C’est donc de cette façon que je vais procéder.
Dans mes tests, tu trouveras des photos, du blabla, des explications, plein de détails, une revue d’autres tests trouvés par ici pour avoir d’autres avis et…mes petites idées de maman contrainte à l’ingéniosité 😉.
Oui, ce sera long et ça va déchirer. Ce sera bon comme du Nutella : un coup de cuillère et tu t’enfiles le pot.

Une coque pour rendre mon Ipad incassable

Je ne vais pas parler de la marque Griffin, je ne suis pas payée pour ça et mon mari fait déjà pas mal de bénévolat. J’en suis donc exemptée !

Pour mon anniversaire je me suis offert, notamment grâce à une jolie cagnotte Leetchi, un petit bijou de technologie : un Ipad Air 64GO (soit beaucoup, beaucoup de place dedans) avec un abonnement 4G. La Rolls des tablettes. Vous pouvez être anti-Apple, je suis pour la tolérance et le partage d’idées.

Bref, après une longue attente pour réunir la « modique » somme nécessaire (presque 1 an), je me suis rendue dans le royaume de la pomme un peu bouffée. Un gentil monsieur en bleu m’a délicatement présenté le paquet. En l’ouvrant dans la boutique, j’osais à peine le toucher.

De retour à la maison : urgence, protéger mon Ipad

J’ai quatre enfants. Je n’ai rien à ajouter. Mon précieux est clairement dans une zone à fortes turbulences. Trop de doigts, trop de bave, trop de bêtises. Il faut que je trouve une solution extrême pour le protéger. Au prix de l’objet, je ne prends aucun risque.

Après une recherche active sur Google en tapant : « coque de l’extrême pour Ipad » ou « protection de l’armée pour Ipad », je suis tombée sur la coque Survivor Griffin. Continuer la lecture

Es-tu une maman de l’extrême ?

Maman de l’extrême, les différentes catégories :

Maman de l’extrême catégorie A
(possibilité de passer le concours en interne et/ou d’obtenir une VAE)

  • Elle a plein d’enfants (au moins 3). Des grands, des petits, des chevelus.

Maman de l’extrême catégorie B
(plusieurs formations sont possibles pour se présenter au concours)

  • Elle élève seule son/ses enfants
  • Elle a eu des multiples : jumeaux, triplés ou plus.

Maman de l’extrême catégorie C
Peuvent prétendre à l’éligibilité, toutes celles qui en chient avec leur 2 enfants ou moins.

Celle qui cumule deux de ces critères est assurément courageuse, ou au repos dans une maison psy.

Chez elle, tout ce qui est naturel ailleurs, ne l’est plus. Manger, dormir, pisser.

La maman de l’extrême est cascadeuse

Dans son quotidien, il y a mille et une embûches. Un paquet de farine mal fermé, des Lego qui défoncent les pieds, une bassine à linges débordante, un médic’ à acheter en urgence un jour férié et même pas de clé dans ses toilettes. Les enfants se sont déjà enfermés. Ce jour maudit a signé la fin de la liberté dans ces 2 m2.

La maman de l’extrême est ingénieuse

La maman de l’extrême ne ferme pas tous les boutons dans les bodys. C’est trop long. Elle écrit sur les semelles des enfants. Pas uniquement pour leur apprendre l’autonomie. Autant de pieds gauches, ce n’est pas cohérent. Elle se dit toujours qu’un scratch juste ici, ça lui aurait changé la vie.

La maman de l’extrême a des pouvoirs

La maman de l’extrême ne peut même pas sortir jeter ses poubelles sans s’assurer que tous les enfants sont bien attachés en sécurité dans un espace sans ciseaux, sans couteaux, sans fil dénudé…
Toutes ces contraintes lui confèrent un pouvoir de super-héros. Elle voit tout, elle entend tout, elle peut s’endormir partout.

La maman de l’extrême est exigeante

La maman de l’extrême, elle aussi, achète des produits et fait des sorties. Mais attention, plus que les autres, elle ne peut pas se gourer dans ses choix. Sous peine de se traîner un truc pendant 10 ans, qui sera utilisé par chaque enfant. Bien entendu, au moins un ne voudra pas le rendre ou le donner. Il décidera que ce chien en peluche grandeur nature est son jouet préféré. Comme la maman de l’extrême aime les enfants (au moins les siens), elle n’osera pas faire une irruption discrète au milieu de la nuit pour piller l’armoire à jouet.

La maman de l’extrême est pleine d’idées

La maman de l’extrême est serrée financièrement, ça fait longtemps qu’elle a décidé que Petits écoliers/gâteaux au chocolat Lidl, même combat. Elle a aussi hésité pour le Nutella, mais les produits de première nécessité, on n’y touche pas.
La maman de l’extrême n’a pas de place dans sa maison. Elle aime les boîtes et les cartons.
La maman de l’extrême sait repérer les toilettes dans chaque lieu où elle va. Snif, snif… cette odeur de pipi, c’est comme la bonne odeur du rôti chez mamie. Un petit goût de familier. Tous les guides du monde ne remplaceront jamais cette exotique sensation.

La maman de l’extrême est créative. C’est vital dans ces cas-là. Se retrouver enfermé pour cause de pluie pendant 10 jours en pleines « vacances » d’été transforme les cure-dents en au moins 4 jeux différents.

La maman de l’extrême aime faire le bon choix. Elle scrute, dissèque chaque activité, chaque objet pour  être sûre de ne pas se planter. Retourner à La Poste pour renvoyer, mais où trouver ce temps ? Remonter dans la voiture et changer de lieu, rattacher tous ses enfants ? Ça ne va pas, non !

La maman de l’extrême est imparfaite

La maman de l’extrême est parfois imparfaite. Il lui arrive de mettre ses enfants au centre aéré, un jour où elle ne travaille pas. Les bonbons lui servent parfois de règle d’éducation. Elle a un disque dur avec un tas de dessin-animés pour les jours où elle a besoin de souffler et jette en secret des dessins de ses enfants (vous pensez vraiment qu’elle peut tous les garder ?). Elle aime les soirées pizzas où il ne faut pas cuisiner. Elle jette le linge dans des bacs au lieu de les plier. Quelque fois, elle élève la voix… parce qu’elle est fatiguée.

Parfois, j’ai l’impression d’être cette maman de l’extrême avec mes 4 enfants. S’auto-proclamer ainsi, c’est un peu #Interflora : s’envoyer des fleurs, ça fait du bien. Me dire que je gère aide à me rassurer. Tout ce quotidien délirant…
Pour continuer à toucher terre, j’aime m’organiser, me renseigner, étudier en détails ce qui que me faciliterais la vie et surtout partager et voir qu’il y a d’autres maman de l’extrême à côté.
Je suis contrainte à l’ingéniosité. Ah, tiens, je viens d’avoir une idée… #teasing.

Les papas, je ne vous oublie pas, simplement, dire « je suis un papa de l’extrême », avec mes cheveux longs et mes micro-seins, ça le fait pas.

Je me demande bien si je suis la seule à le vivre comme ça. Alors, t’en es ?
badge-maman-de-lextreme

Tu veux un petit badge Facebook pour brandir fièrement ton statut ?

 

Cet article a été publié en avant-première sur So Busy Girl