#1jour1idée : astuce ménage

Cela peut paraître fou, mais l’une de mes passions dans la vie, c’est le ménage. Je ne suis pas vraiment sûre que cela soit une passion mais comme je passe ma vie à le faire, je préfère me dire que j’aime cela. Et la réalité est que j’aime faire le ménage. Laver mes prises, mes interrupteurs, passer l’aspirateur et…laver à grande eau.

Jusqu’ici, je lançais au sol mon demi-litre de flotte savonneux puis, après avoir passé la serpillière, j’utilisais 1, 2, 3…7 chiffons pour essuyer et que les petits ne s’écrasent pas au sol sur le carrelage glissant. C’était chiant.

Et puis, j’ai eu une idée.
J’avais tout le temps des couches trop petites qui envahissaient la table à langer. C’est trop triste de les jeter. Les paquets entiers, je les ai refilé mais ceux ouverts, quoi en faire ?

Particularité des couches bébés

Le principe d’une couche, c’est d’absorber. Parfait !

Ma serpillière home-made : astuce ménage

Un moyen de donner une nouvelle vie à ses couches en trop. Bien sûr, je me sens moins frustrée d’utiliser les couches Lidl que les couches Pampers. Le prix des Pampers me donnant envie d’en faire plutôt un sac à main de luxe.

A avoir sous la main :

  • Un balais serpillière plat avec encoches (type Swiffer)
  • Une couche
swiffer

Balais-serpillière

swiffer et couches

Et voilà :

serpillière-absorbante

Evidemment, c’est le côté absorbant de la couche qu’il faut mettre vers le sol.
Grâce à cette petite astuce, vous allez pouvoir laver à grande eau sans essuyer.

#1jour1idée
Du lundi 5 au vendredi 9 mai inclus, vous allez voir fleurir le web d’idées plus ingénieuses les unes que les autres.
Afin d’être au courant de toutes ces bonnes idées, je m’engage (la main droite sur le cœur) à retweeter un maximum des participations sur mon compte Twitter 
@LaVieDesTriples et une sélection sur ma page Facebook.

#1jour1idee

Claire
Une maman de famille nombreuse contrainte à l’ingéniosité.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

 

Ma belle-mère, fourreuse

Si je devais décrire ma belle-mère en un mot, je dirais : fourreuse.
Fourreuse, c’est le féminin de fourreur. Le métier.
Rien que de par sa profession, elle créait le débat !

Elle n’est jamais mal intentionnée. C’est le plus difficile, je crois. J’aurai préféré.
Le souci, c’est que nous sommes fondamentalement opposées sur de nombreux sujets. Et pas des moindres. Ceux qui touchent à mes valeurs profondes : le respect, la famille, les croyances…et bien souvent, l’éducation.

Elle éprouve un désir concupiscent pour son travail. C’en est presque suspect. En fait, le travail, c’est sa vie, son mari, son amant.
Je comprends que l’on fasse ce choix bien que je tente chaque jour de trouver le meilleur équilibre entre l’épanouissement professionnel et ma famille. Ça me semble particulièrement important.

L’entendre se plaindre de son magasin est le quotidien de mon mari depuis des décennies. En y pensant bien, j’ai l’impression que ça fait bien 120 ans qu’elle nous explique en long en large et en travers qu’il est temps qu’elle prenne sa retraite. Depuis 11 ans, qu’elle réjouit ma vie, elle repousse sa retraite en fonction du vieillissement de la population.
Après tout, chacun sa life. A part que, ça reste la mamie de mes enfants. Et je suis une exigeante des mamies. J’ai envie de construire une cellule familiale fiable et stabilisante pour mon petit troupeau.
Ma belle-mère fourreuse ne m’aide pas vraiment.

Elle est particulièrement adepte du créneau 18h30-20H pour débarquer à l’improviste. En général, elle appelle 4 fois avant pour poser une même question qui : « Tu es sûre que Claire n’a pas besoin d’un peu de vaisselle ? Des verres ou des poêles ? J’en ai trop, Je veux me débarrasser. » Dit comme ça, on peut supposer que j’abuse mais en fait, ça fait des années qu’elle me pose cette question. Des années !

Elle ne jette rien. Je ne garde que très peu de chose et surtout je limite largement les jouets de taille indécente.
J’aime le vide. (je sais, avec 4 enfants, c’est compliqué)
Là encore, bataille !
Ma belle-mère est de celle qui trouve que cette peluche grandeur nature, c’est « absolument adorable » ou que cette réplique d’hélicoptère composée de 379 pièces (pour les 13 ans et plus) est vraiment extraordinaire. Ce que moi, je trouverais extraordinaire, c’est que les enfants ne se colle pas les doigts avec la super glue fournie.

Côté ménage, là aussi, nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde. Pourtant, le ménage c’est sacré.
Son bac à douche est pourri par l’usure. Souvent, j’ai envie de mettre une salopette de travail en jean brut, bien solide, avec des attaches aux épaules comme dans les séries américaines et de récurer tout ça.
Son vestibule est encombré de vielles merdouilles plus ou moins pétées, d’échafaudage de chaises et de vitrines pleines de vaisselle (celle-là même qu’elle tente de me refourguer). S’y rendre quelques heures sans rien casser ou sans se faire assommer par un énième abat-jour en suspension tient du miracle. Les enfants ne sont donc pas vraiment les bienvenus.

Enfin, c’est sûrement là que nous nous accordons le moins, ma belle-mère fait des préférences entre les enfants. Je pense que secrètement, elle tenait à ce que j’ai un garçon en premier. Comme les Vostroyens, elle a un profond respect pour les premiers nés.
Bien fait pour elle, ici, il y a 3 aînés.

Pour parfaire le décor, je ne peux que citer les choix vestimentaires de ma belle-mère fourreuse. Loin de moi l’idée de dire que sa poudre de soleil déposée en quantité excessive peut faire penser à une péripatéticienne sur la fin. Ce qui saute aux yeux, c’est plutôt les superpositions de fourrures. Hiver…comme été. Déformation professionnelle j’imagine.
belle-mere

Quel tableau ! Heureusement qu’elle ne sait pas se connecter à internet.

En fait, malgré tout cela, malgré tout ce qui semble être des défauts à mes yeux, elle fait des efforts. Beaucoup d’efforts. De la même façon que j’apprends à être maman, elle apprend à être mamie et je lui en suis reconnaissante.

XoXo
Love U belle-maman fourreuse