#Paracha : pourquoi il ne faut pas mentir ? – bonus vidéo

Pour une raison bidon dont je ne me souviens même pas de l’origine, Lolo Cacao m’a menti. Sûrement encore le coup d’une puce à poil en train de courir dans l’appartement et qui me certifie qu’elle était en train de s’habiller. Un truc comme ça.
C’était le point de départ d’une nouvelle explication dominicale.
paracha

« Pourquoi est-ce que l’on ne doit pas me mentir ? »

Bizarrement, c’est cette même Lolo Cacao qui dit tout de suite que « elle, elle sait« . Je lui laisse donc l’occasion de m’expliquer :
« (pourquoi l’on ne doit pas mentir) Après maman elle nous croit pas, c’est ça.
– Quelqu’un d’autres aurez une explication ? »
Danou s’y colle : « eh ben si on ment à maman, elle  va plus nous croire et plus on ment, moins elle va nous laisser faire des choses tout seul.
– Ça, c’est vrai.  »
Ava Banana ne se manifeste pas vraiment mais je lui propose de m’offrir sa réponse : « Parce que maman elle déteste qu’on lui mente parce qu’après tu n’as plus confiance en nous et tu vas plus nous laisser faire plein de trucs ».

Je valide en leur expliquant qu’ils ont tous raison. J’avais bien dû leur en parler une ou deux fois pour obtenir une telle précision dans leurs explications. (ou 10 ?).

Je me permets, comme d’habitude, d’y ajouter mon grain de sel et de préciser :
« Si vous me mentez, effectivement je ne vais plus avoir confiance.
Mais ça veut dire quoi avoir confiance ?
Déjà, me mentir qu’est-ce que ça veut dire ? Me mentir ça veut dire que vous ne me dites pas la vérité. » J’agrémente de quelques exemples bien explicites pour qu’ils visualisent le concept d' »odieux mensonge » chez un enfant de 5 ans.
J’enchaîne naturellement sur « pourquoi c’est embêtant de mentir ? » afin de bien pointer le cercle vicieux de cette pratique largement répandue :
« Après si je vous demande quelque chose et que vous ne me dites pas la vérité moi je peux pas savoir si c’est vrai ou pas. Ça veut dire que peut-être, une fois, vous allez me dire quelque chose et je ne pourrai pas savoir si je peux vous croire. »

J’embraye sur une précision pour bien montrer que c’est une relation gagnant-gagnant de ne pas dire des mensonges :
« En plus je vous ai déjà expliqué : peut-être que vous me mentez parce que vous avez peur que je vous gronde ? Sachez qui si vous me dites la vérité, je vous gronderai beaucoup moins. En plus, imaginez que vous fassiez une très grosse bêtise, et bien, peut-être que je vous gronderai un peu mais j’essayerai toujours de trouver une solution pour vous aider alors que si je ne sais pas, je ne pourrai rien faire. Vous comprenez pourquoi c’est important de ne pas me mentir ?!. »

Voilà, ça c’était la version édulcorée de l’explication. Pour le plaisir, j’ai filmé la scène dans son intégralité (je comptais virer l’image pour ne conserver que le son, mais…je ne sais pas faire). Évidemment, comme je suis à table avec eux et que je ne suis pas une pro, il y a quelques bruits de fond. Je me suis dit que pour la fin de l’année, ce serait sympa de mettre des voix sur les mots.

[youtube=http://youtu.be/-Dg-34CHpcQ]

PS : ni maquillage, ni fleur sur le côté (elle se repose le week-end), c’est une vidéo sans Photoshop.

Crédit image : le grand Papacube

Clairela mère qui ressemble à un tyran sur les vidéos
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

#paracha : jumeaux, triplés dans la même classe ?

Pour comprendre ce que c’est que la « Paracha de la semaine », c’est ici : « La paracha de la semaine, une question expliquée aux enfants » 

C’est bientôt les grandes vacances, les joies d’avoir pendant 6 semaines minimum les enfants à ses côtés. (et aussi un peu de centre aéré) Les rires, les soirées avec les amis, le sable dans les slips de bain, les vacances sont bientôt là. Et après…ben après, c’est la rentrée.

Ce  n’est pas vraiment le moment d’y penser mais avec des triplés et j’imagine également avec des jumeaux, il y a toujours la question de savoir :

alors même classe ou pas ?
jumeaux-ecole

Mes 3 aînés entrent chez les grands de maternelle. En petite section, ils étaient ensemble (seulement 2 classes), en moyenne section, ils ont chacun leur maîtresse. Les deux années se sont très bien déroulées.

Afin d’évoquer les possibilités avec la Directrice dans des temps raisonnables pour la logistique interne (la leur…et la nôtre), j’en ai parlé avec les principaux concernés : mes triplés Danou le Gnou, Lolo Cacao et Ava Banana.

Allez-vous être séparé l’année prochaine ?

Avant toute explication, j’ai voulu connaître leur point de vue et leurs envie. J’ai donc questionné ma mini-assemblée :

« L’année prochaine, souhaitez-vous être tous ensemble dans la même classe ou avoir chacun votre maîtresse ? »

Danou a levé le doigt en premier. Comme dirait Dora, « c’est gagné ! ».
« Bah, moi je veux être avec Ava dans la classe »

S’en est suivi la réponse de Lolo : « Moi, je veux être avec mon frère et ma sœur. »

Ava Banana, conciliante : « bah, j’aime bien être avec Lolo et Danou et aussi j’aime bien être toute seule »

Je suis donc bien avancée. Il semblerait qu’il y ai une préférence à être en groupe.

Personnellement, je n’ai rien contre. Nous avons toujours essayé de souligner leur individualité mais tenons également à leur apprendre que c’est une force d’être trois du même âge. J’aime valoriser la chance qu’ils ont d’être trois et le côté exceptionnel de cette situation. Ils ont beaux avoir chacun leur style, leur mode de fonctionnement, c’est un fait, ils ont le même âge, ils sont frères et sœurs : ce sont des triplés.
Autant leur expliquer toute la teneur de cette spécificité.
Enfin, c’est mon avis.

Avant de prendre une décision pour l’année prochaine pour savoir s’ils seront ensemble ou pas en classe, j’ai plusieurs points à préciser.
Je rappelle d’abord :
« – vous savez, on en parle ensemble maintenant, mais c’est les maîtresses et la Directrice qui choisiront. A la maison, c’est moi la chef (pardon Chéri) mais à l’école c’est la Directrice et les maîtresses les chefs. »

J’ajoute : « comme vous êtes trois, on a la chance de pouvoir en parler avec l’école mais en général, les enfants ne choisissent pas avec qui ils vont être » (Valorisation !).

J’ai compris que vous souhaitiez être ensemble et franchement, je ne suis pas contre. Mais attention, vous savez, vous êtes beaucoup dans votre classe. Presque 34.
C’est beaucoup, beaucoup de travail pour une maîtresse (désolée, pas de maître dans leur maternelle). Je ne pourrai pas accepter d’entendre que vous vous battiez ensemble en classe.
Je sais que vous êtes des frères et sœurs et que vous avez l’habitude de vous pousser à côté des lavabos mais en classe, c’est interdit. Je n’imposerai pas ça à une maîtresse.

– Mais maman, c’est Lolo qui nous m’embête tout le temps.

– Ava Banana et les autres, voilà ce que je vous propose : je vais aller en parler avec vos maîtresses et la Directrice pour savoir ce qu’elles en pensent. 
Je vous demande aussi d’arrêter de vous embêtez entre vous à l’école ou au centre aéré. Si on me dit que vous vous cherchez trop régulièrement, je ne pourrai pas demander à vous mettre ensemble l’an prochain. C’est important que vous soyez capable d’être tous les trois sans vous chamailler. Mais c’est promis, on va voir ce qu’il est possible de faire et on va aussi en parler avec papa.

– Moi, ça me va, dit sérieusement Danou. »

A suivre.

Claire, la maman de trois grands.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Paracha de la semaine : c’est quoi des élections ?

Pour avoir un peu plus d’explications sur la Paracha de la semaine, c’est par là. (en bleu dans le texte)

A cette heure-ci, il n’est sûrement pas nécessaire de rappeler l’actualité. A part deux chaînes, votre TV affiche le même programme. C’était donc l’occasion d’aborder avec mes triplés de 5 ans la question :
paracha expliquée aux enfants-les-elections

C’est quoi des élections ?

Ils ont des avis bien précis sur un tas de choses. Mais alors, sur les élections, pas vraiment. Sur Facebook non plus, il n’y a pas eu beaucoup de réponse cette semaine.
Ava Banana a rapidement levé la main pour dire : « les élections, c’est quand on discute« .
Lolo Cacao a ajouté : « les élections c’est quand on travaille« .
Danou le Gnou n’a pas participé. « Pfff. pas d’idée« , qu’il m’a dit !

Devant se vide intersidéral, je me suis interrogée :
Les « élections », C’est peut-être un sujet d’adulte ?

Et puis, j’ai décidé que non.

J’ai donc commencé par leur expliquer :
« Les élections, c’est quand les gens vont voter. »
Evidemment, je ne vais pas jouer mon Robert, je vais un peu plus détailler.

« Voter c’est quand on doit choisir qui sera celui qui va parler pour nous. Comme on ne peut pas parler tous en même temps pour se faire entendre, il faut choisir quelqu’un. Une sorte de chef. »

Avant que l’on commence à parler cow-boy, indien et autre chef dans Kirikou, je reprends la parole : « Pour choisir ce chef, il y a de 2 façons de faire.

La première, on dit : qui choisit ce chef ? Qui choisi celui-là ? (avec grand signe des bras pour illustrer le propos)
On propose aux gens de lever la main pour le choisir le chef qu’il préfère. Il ne peut lever la main qu’une fois. Sinon, c’est de la triche.
Ensuite, on compte le nombre de personnes qui ont levé la main.
Le chef qui a eu le plus de mains levées quand on a dit son nom, a gagné
« .

Lolo Cacao fait sa chef : « on dit qu’il faut lever la main pour moi. Alors qui me choisi moi ? »

Mayday Mayday, le discours commence à glisser dangereusement.

Je reprends vite :
« La deuxième façon de choisir le chef c’est de demander à tous ceux qui doivent choisir de prendre un papier avec le nom du chef qu’ils souhaitent avoir et de le mettre dans une enveloppe.
Ensuite, on met cette enveloppe dans une grande boite. 
Quand tout le monde à mis son enveloppe dans la boite, on sort toutes les enveloppes et on compte. On appelle ça, le DEPOUILLEMENT.
Celui qui a eu le plus de papiers avec son prénom, c’est le chef« .

Danou m’interroge…avec un temps de décalage : « en fait, on choisi celui qui va parler pour nous ? »
Fière de mon explication : « c’est exactement cela« .

Ava Banana est revenue dessus après le repas, elle m’a interrogé : « et si le chef, c’est un méchant ? »
J’ai donc répondu « qu’il y avait des méchants mais que c’était pour cela qu’il était important d’aller voter parce qu’il y a plus de gentils« .

C’est un peu simplet mais j’aime croire en cette naïveté.

 

Pour comprendre ce que c’est que la « Paracha de la semaine », c’est ici : « La paracha de la semaine, une question expliquée aux enfants » 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Paracha de la semaine : c’est quoi une mamie ?

Aujourd’hui, c’est la fête des mamies. Sûrement un truc bien commercial inventé par la marque Kraft foods et son café bien connu.
La fête des grand-pères est toujours un moment compliqué. Je dois appeler mon papi. Un emmerdeur né. (ou bien, il a sacrément travaillé ce trait de caractère) Mais je l’aime, tel qu’il est. Mark Darcy, merci pour cette belle réplique.

Pour la fête des pères, c’est depuis 14 ans un moment un peu compliqué. Avec le temps, je m’y fais. C’est une cravate en moins à aller acheter.

A la fête des mères, j’envoie régulièrement un bouquet et j’appelle mon frère pour le lui rappeler.

J’aurai pu téléphoner à ma mamie. Malheureusement, je crois qu’elle ne se rappelle plus qui je suis.

Aujourd’hui, j’ai posé la question à mes triplés :
C’est quoi une mamie ?
paracha expliquée aux enfants-semaine-9

Ava Banana me dit un peu timidement : « nous on en a deux. Mamouchka et Mamie Hélène » (J’ai bien essayé d’imposer « Mémère Hélène » sans succès. Les enfants ne savent pas être méchants et c’est une belle qualité.)
Lolo Cacao répète ce qu’elle a dû entendre une fois : « c’est celle qui s’occupe des enfants et qui est vieille ». L’honnêteté est aussi un trait fort chez les marmots. Dès fois, on pourrait s’en passer.
Danou, généalogiste en herbe se doit de préciser : « c’est soit la maman de notre papa ou de notre maman ».
Lolo Cacao coupe, une nouvelle fois la parole, comme si personne n’était en train de discuter. Pourtant, maintenant, elle entend : « Mamouchka (ma maman à moi), elle est extrêmement excellent gentille ». Ce n’est pas très français, mais j’ai compris l’idée.

Je crois qu’il n’y a pas besoin d’en ajouter plus que ça, si ce n’est, que derrière ton écran, je sais que tu es là, Mamouchka.
Ma Mamouchka.
En fait, tu es toujours là. Un peu loin de nous (tu le sais, je te ferais une très belle chambre dans le garage si tu venais !), mais toujours présente. Si j’avais dû dessiner une mamie, j’aurais fait ton portrait. J’aurais mis quelques rides en moins, dues aux soucis, pour un peu te préserver.
Que ce soit commercial ou pas, bonne fête La Mamouchka et s’il te plait, ne t’en vas jamais, même si je crois bien que ça va être compliqué.
Je ne veux pas avoir à l’expliquer, à me l’expliquer. Merci d’être toi, tu es la meilleure des Mamouchka.

Pour comprendre ce que c’est que la « Paracha de la semaine », c’est ici : « La paracha de la semaine, une question expliquée aux enfants » 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Paracha de la semaine : apprendre à jouer ensemble ?

Avoir des multiples (entendre par là des jumeaux, des triplés ou plus…soit trop), c’est connaître la chance (ou pas) de faire des activités avec des enfants du même âge. Pas besoin de sortir la boite à formes pour l’un pendant que l’autre joue tout seul au Lego. Certaines fois, ils peuvent jouer tous ensemble.
Avec des triplés, nous avons l’honneur d’assister à une bagarre perpétuelle pour savoir qui commence, qui sort le jeu (rarement pour savoir qui le range bizarrement), qui distribue les jetons… Il y a toujours une raison extrêmement valable de se donner un petit coup de pied sous la table ou de crier plus fort que l’autre. En plus, ici, on parle fort.
Nous vivons actuellement une période où ils testent, où ils développent un esprit de compétition, où ils sont solidaires.

En ce moment, ce qui pourrait être un atout pour notre sain sommeil ne l’ai pas. Au lieu de tranquillement se réveiller le dimanche matin et de voir les enfants jouer tranquillement dans la salle de jeu, nous entendons à travers nos murs en carton-pâte les débats envolés de nos trois grands de 5 ans. Les yeux encore gonflés du réveil dynamité, je les ai tous fait asseoir autour de la table de la cuisine pour leur expliquer :

Pourquoi il faut apprendre à jouer ensemble ?

La raison la plus objective est évidement que, moi, la maman et lui, le papa, avons clairement besoin de repos Continuer la lecture

Un petit rendez-vous : la paracha* de la semaine, une question expliquée aux enfants

Un nouveau rendez-vous sur le blog. Parce que les explications données aux enfants sur les grands sujets de notre monde, c’est tellement bon !

Je suis la reine des sujets pourris. En général, c’est toujours pareil. SpiderPapa me voit lancer un sujet (à table, en voiture…bref, quand les enfants sont bien attentifs) et me regarde du coin de l’œil avec un regard qui dit « non, n’aborde pas ce su…jet ». Dès fois, même, il m’interpelle en anglais pour que les enfants ne comprennent pas. (Une bonne façon de les inviter à vouloir apprendre les langues étrangères.) Et comme, bien sûr, je ne sais pas me retenir de parler, les mots sortent.

Mes sujets de prédilections : du léger. La mort, la maladie, la sexualité et la contraception, la prostitution, le mariage pour tous, les différences…
Continuer la lecture