Les vacances de la honte

Cette année comme depuis 4 années consécutives (le « 4 à la suite » pour les fans du chevelu fou de France 3) , nous avons mis le minimum dans nos bagages pour notre long périple. À six, le minimum correspond à un gros coffre, un tout petit coffre et un bout de coffre de toit. Tout de même.
1h30, c’est la courte distance qui nous sépare de notre ville de Lyon bien aimée.
1h30, et nous sommes au bout du monde. Il y a de la nature jusqu’à l’horizon, des vallées envahies d’herbe bien grasse, de drôles d’insectes et même des vaches. De vraies vaches à la robe beige avec les mouches autour des yeux.

les-vaches-charolaises

la « Charolaise »

Pour des rats des villes comme nous, cette maison est un havre de paix que nous aimons animer à coup de rires et de cris émerveillés et non limités par nos voisins.

Comme depuis 4 ans, nous n’avons réussi à obtenir plus de 2 semaines de vacances en commun avec mon mari et les enfants. La première année, je venais d’être embauchée. La seconde, c’est son activité d’indépendant qui réduisait les jours de congé. La suivante, mon licenciement s’annonçait et le budget « hobbies/vacances » se limité. Enfin, pour 2014 deux événements s’entrechoquent pour réduire notre calendrier commun : son nouveau travail et mon entrée en formation dans… 2 jours. Purée 2 jours !

Les vacances des enfants… c’est aussi celles des parents ?

Il se trouve que ces deux semaines précieuses à 6 sont aussi celles où je peux retrouver les yeux de mon mari plus longtemps qu’un café ou qu’un couché à moitié épuisé.
C’est aussi le moment de voir des amis; le peu de distance avec Lyon les invitant facilement à venir pour la nuit avec conjoint et enfants. Et la famille. Chaque année, ma mère nous rejoint une semaine et mon beau-père débarque de l’étranger pour une semaine.
Au final, on assiste à un joyeux défilé, loin des horaires stricts de la maison et de l’année faste que nous venons tous de passée et à laquelle nous nous préparons.

Mais comment ? Comment faire de ces deux semaines un moment serein pour tous ?

C’est là que la honte m’a envahie.

Tout est parti d’une photo.
Le plus grand réseau de France a dû oublier cette grande bâtisse au milieu des champs. J’ai eu beaucoup de difficulté à capter et à me connecter à internet. Ne pas avoir de réseau, c’est peut-être ça les vacances pour un blogueur ? Ou la punition pour passer son année la tête collée à l’ordi, ou à la tablette, ou au portable. Au choix.
J’ai eu à quelques moments des soubresauts de « magique 3G »  qui m’ont permis de poster deux/trois conneries sur Facebook et de parler avec une amie.
Je dis souvent « copine » plutôt qu' »amie ». L' »amie » est quelqu’un de particulier dans mon coeur. Je ne sais pas vraiment par quel procédé on bascule pour moi de « copine » à « amie » mais là, c’est avec une amie que j’échangeais. Pour sûr.
J’en ai profité pour lui envoyer une photo de la scène à mes côtés.

fille-au-pair

La photo du « délit »

La question est tombée : « c’est une fille au pair à côté des enfants ? »
J’ai répondu un simple « oui« . Un « oui » pas si simple que ça.

Se faire aider pendant les vacances, c’est la honte ?

Il n’y avait aucun jugement dans ses mots, j’en suis sûre. Elle n’est pas comme ça. C’est moi qui me suis fourvoyée dans le rôle de l’accusé. Mon tempérament extrêmement sensible à la culpabilité a sournoisement transformé le « c’est une fille au pair » en un truc du genre : « t’abuses, pour deux semaines de vacances, tu pourrais quand même t’occuper de tes gosses ». Ou bien : « tu as fait 4 gosses, tu assumes« . Je ne sais pas pourquoi tout ça m’a autant pesé, mais c’est ce que j’ai ressenti en avouant « ma faute ».

Peut-être que c’est ça déculpabiliser ?

C’est vrai, pendant les vacances, je rêve de dormir jusqu’à 10h, d’aller faire la sieste à 16h30 alors que c’est l’heure de préparer le goûter pour les 4 lutins affamés, de zapper exceptionnellement l’histoire du soir (parce qu’on a lu 4 fois Robin des bois acheté à la brocante du coin) pour boire un verre (ou deux) avec les amis.
Une fille au pair en vacances, ça m’offre ça. L’occasion d’être là avec un peu moins d’attention que d’habitude.
Depuis l’arrivée de nos triplés en 2009 puis du dernier en 2013, nous sommes en permanence dans l’organisation, la gestion du temps, de l’espace…des cris, des « c’est à moi« . On se dit souvent qu’on aimerait un peu plus de bras même si ce défi nous offre de nombreuses joies quotidiennes. C’est une course de fond, ça demande de l’endurance.
J’ai la faiblesse de dire que je n’en suis pas capable toute l’année. Mes vacances, c’est le moment du relâchement. Celui où je n’ai plus envie d’être dans l’anticipation tout le temps. Ne plus penser dès 10h30 à ce qu’il faudra préparer à manger ou s’il est trop tard pour faire une balade avant la sieste. J’ai envie de me reposer un peu sur quelqu’un. Pas beaucoup, juste un peu. Comme si j’avais une ado responsable en aîné qui aimerait s’occuper de ses frères et sœurs pendant que je bouquine un peu sur la chaise d’à côté.
Comme j’ai l’impression d’être égoïste en écrivant ça et pourtant j’ai aussi l’impression que c’est légitime de vouloir souffler.
En fait, je sais ce qui nous manque vraiment dans la vie avec mon mari. Une grand-mère dispo à côté de la maison pour nous permettre de souffler ponctuellement dans l’année.
Vous en avez une à me prêter ? Promis, après j’arrête les filles au pair. Ou pas.

Qu’est-ce qu’un jeune au pair ?

En réalité, le jeune au pair n’est pas vraiment une grande sœur ou un grand frère par procuration.
Usuellement, ce terme bien précis est utilisé pour définir un jeune étranger célibataire et sans enfant qui passe quelque temps dans une famille d’accueil pour découvrir la culture et la langue. Il est nourri, logé et perçoit une petite rémunération qui correspond à de l’argent de poche.
Wikipédia précise : Le terme « pair » est issu du latin par, paris, qui signifie « égal ». L’expression trouve son origine dans l’idée de parité économique entre les services échangés, par exemple un travail fourni en échange du logement et de la nourriture.
Le concept de « au pair » comprend également un apprentissage linguistique.
C’est un système d’échange de service.

Chez nous, elle (nous n’avons eu que des filles pour le moment) apprend la vie avec des triplés et une fratrie nombreuse. Une nouvelle langue en quelque sorte.
Elle est très rarement seule, car nous sommes très souvent à ses côtés. Il n’est pas question d’abandonner les enfants, mais plutôt d’avoir quelqu’un qui vient en appui dans le quotidien.

Quelques petits conseils pour que les vacances avec un jeune au pair se passent bien :
– Briefer le rôle de chacun dès le départ, les règles de vie (ce n’est pas si évident pour quelqu’un de s’occuper un peu des enfants quand les parents sont à côté, surtout une mère militaire comme …)
– Définir la rémunération à l’avance (je n’ai aucune notion des prix, mais notre part, elle est rémunérée 200€ la semaine)
– Faire participer le jeune à la vie de la famille (repas ensemble, sorties…)
– Lui laisser du temps libre. Pas question de la solliciter à longueur de journée.
– Lui offrir un espace perso. (dormir avec 4 enfants, c’est pas si cool)
Le plus :
Choisir quelqu’un que l’on connaît et qui connaît nos habitudes pour éviter l’effet « intrus ».
Nous avions choisi la petite sœur (17 ans) d’un ami qui en a profité pour venir nous voir quelques jours en la déposant.

le-cirque-du-soleil

On a tout de même eu le temps de s’entraîner pour le Cirque du Soleil !

Claire, maman coupable qui s’est reposée avec ses 4 enfants, son mari, sa famille, ses amis 2 semaines dans l’année. Et sa fille au pair.
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

 

 

 

 

 

Père au foyer

Cela fait un moment qu’il est noté dans mon joli carnet à la couverture Liberty, « article sur le père au foyer » et puis, faute de temps, de gosses derrière la porte ou des dents du dernier (entre 2 mois et 3 ans, c’est toujours les dents), j’avais laissé ce récit de côté.
C’est un article intitulé « Le chef de famille » écrit par l’une des Moukraines à la Glaviouse (voir leur blog) qui m’a soufflé « prête-moi ta plume pour écrire un mot ».

Résumé de l’épisode précédent

Vous l’avez assurément raté. Il n’est disponible qu’en vidéo à la demande en V.O (japonais) sous-titré suédois. La loose quoi.
Pour faire bref : j’ai repris le boulot au 8 mois de mes triplés qui ont 5 ans maintenant. Je me suis arrêtée pour le congé maternité de mon 4ème puis j’ai repris le chemin du travail.
Depuis la naissance de mes enfants, j’ai décidé de choisir une solution simple et adaptée à notre nouveau quotidien.
Pas du tout.
Voilà plusieurs années que je travaille à 500km de chez moi. Train le mardi matin vers 6h00 pour démarrer une semaine pleine de pep’s, retour le jeudi soir vers 20h. Entre les deux, je suis sur Paris. J’habite Lyon.
En ce moment, côté boulot, c’est compliqué. « Compliqué » est le mot utilisé quand on veut dire « t’es virée, on a plus de sou » version plus classe.
Il est certain que je ne resterais pas longtemps à la maison, c’est triste, mais je ne peux pas. Cela en tient de mon équilibre mental. J’ai besoin de travailler (et d’écrire, et de voir mes enfants, et d’être maniaque du ménage, de l’organisation, de la corde à sauter), j’aime ça.
Néanmoins, il faut bien bouffer. Mon mari a donc pris son sac à dos et s’est barré. En Suisse. Ils payent mieux les Suisses. Et ils ont du chocolat. Et des diamants. Ok, des cristaux Swarovski.
Voilà donc notre rythme de vie depuis plus de 4 ans qui est totalement inversé. Il est absent 3 nuits par semaine (♫ ♩ ♬ »et 3 nuits par semaine….. »♫ ♩ ♬) C’est moi qui m’occupe un peu plus des enfants.
Je suis émue chaque fois qu’ils m’appellent Papa. C’est pour eux le nom de celui qui a été le plus là. Aussi dur que cela ait put-être, c’est tout à fait légitime qu’ils aient choisi ce mot là. Mon mari a été là plus que moi et je ne peux pas lui retirer cela.
J’ai eu souvent le coeur serré au moment où le réveil sonnait pour m’indiquer de partir prendre les transports en commun. J’ai versé une larme plusieurs fois en cachette quand ils demandaient ensemble : « maman, tu peux trouver un travail à côté de la maison ? ».

Le congé parental apparaît pour 75% des parents de multiples comme l’unique solution
(information fournie par l’association Jumeaux et plus)

60%¨des parents de jumeaux et plus se voient contraint de quitter leur emploi. Outch !
Nous avons confirmé les stats. A part que parmi ces 60%, ce sont 98% de mères qui s’arrêtent d’aller au bureau.
A la maison, nous faisons partie des 2% restant.

Papa ne travaille pas (ou plutôt autrement)
pere-au-foyer

Mon mari est resté à la maison quand j’étais absente pour le travail.
Il est resté à la maison avec des triplés.
Il a fait les courses avec eux, il a donné les repas, les biberons le jour, les biberons la nuit. Il a refait les courses, il a changé toutes les couches et en plus, il a tenté de nettoyer chaque fois la maison avant que je ne revienne.
Franchement, il est parfait. Avoir « tenté » est largement suffisant. J’ai l’oeil très critique sur la propreté.

Il n’a pas eu particulièrement de remarques de l’extérieur. Bien sûr, ça mère nous a condamné. Mais c’est sa mère, ça ne compte pas.
A la crèche, ils étaient habitués. Dans le quartier, tout le monde le connaissait. Nos amis n’ont même pas relevé.
En fait, c’est lui qui m’en parlé. Il y a peu de temps. Depuis qu’il est reparti sur les routes, il entend souvent : « Ta femme est seule à Lyon avec les enfants ? Mais comment elle fait, elle a du mérite ».

Je ne sais pas si c’est une question de parité mais aussi injuste que cela soit, à mon mari, on ne lui disait pas ça.

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Tout sur le cul

Evidemment non, je ne vais pas vous parler porno. Juste cul. Comme cul de bébé. J’aurai pu utiliser le mot « fesse » mais ça aurait moins titillé l’attention des passants du web.

Quoi faire pour soigner les fesses rouges de mon bébé

Doudou le petit dernier est en pleine gastro. Les mamans adorent parler pipi-caca. Une hormone nouvelle doit se développer à l’arrivée d’un bébé, permettant à la mère de supporter les cadeaux odorants de son/ses enfant(s).

Heureusement, même si mes triplés choppent la gastro facilement – les bisous au petit dernier aidant – ils ont acquis avec la maturité, le précieux « la bassine maman s’il te plait ».

Doudou, c’est autre chose. Il est en train de se vider. Par la bouche, par les fesses et par les trous de nez…

Les fesses n’aiment pas l’acidité. C’est la deuxième fois cette année que Doudou nous fait frissonner avec ces fesses rouges comme les enseignes de boulangerie et chaudes comme des brioches.

La première fois, c’est arrivé quand Lidl a décidé de changer la formule de leur couche autrefois formidable. RIP les couches Lidl. Maintenant vous êtes pourries.

La seconde fois, c’est aujourd’hui. A chaque change, c’est comme les poissons des animaleries. Rouge vif et luisant.

Après 3 aînés, j’ai rempli ma table à langer avec le nécessaire pour m’assurer un petit cul de bébé bien hydraté. Je suis un peu moins dans la prévention depuis que je n’ai à m’occuper que d’un bébé. J’ai mal anticipé.

Voilà les produits qui m’ont toujours sauvé pour révéler le beau rosé des fesses de mes bébés et auxquels j’aurai dû penser.

Continuer la lecture

Joker : une carte à jouer quand on est parent

Ma carte Joker© de parent

Je l’ai déjà sortie sur Facebook. Cette carte, c’est LA meilleure excuse que l’on puisse donner quand il nous est impossible de faire un effort.

Bien sûr, il y a souvent la culpabilité de dire non. Non à une invitation, non à une sortie en famille, non à un rdv pro de trop, ou juste non.

Mon cerveau se met vite à enclencher les tous petits mécanismes qui le compose et voilà le ticket qui en ressort : « bouges-toi les fesses ou plus personne ne t’appellera » ; « attention, tu as quatre enfants, si tu ne vas pas à cette conférence (ou tu passeras bien sûr inaperçue parmi les 300 invités) on te dira que tu ne peux plus assumer ton poste » …

Mais en vrai, dès fois, je suis juste crevée. Parce que je suis Maman. J’en ai bien le droit.

Alors, je trouve qu’il est normal de faire une peu valoir ces droits. Ne pas faire semblant que la vie est comme avant. Avant tous ces bébés bien sûr.

Par conséquent, je vous prête ma carte, que vous pouvez jouer, quand cela s’avère nécessaire.

Attention, il y a certaines règles à suivre.

Mode d’emploi de la Carte Joker de parents©

  • Cette carte peut-être jouée à tout moment de décrépitude aiguë ou par temps de grand froid.
  • Seuls les adultes peuvent jouer. Evidemment.
  • Garder un espace raisonnable entre deux utilisations de la carte. Un usage routinier de la Carte Joker de parents vous désignerez automatiquement comme « jmenfoutiste » voire pire, comme faignant chronique.
  • Quand vous jouez stratégiquement la Carte Joker de parent, vous ne devez pas culpabiliser. La culpabilité annulerait l’effet de la carte Joker. Dommage. Un coup pour rien.
  • Les deux parents ne peuvent pas jouer la carte en même temps. Si c’est le cas, vous devrez départager le gagnant par une partie homologuée de pierre-feuille-ciseaux en trois coups.
  • Si vous êtes parent solo, malheureusement, il vous est très compliqué d’utiliser la carte Joker de parent. Vous ne pourrez le faire qu’en présence d’une personne de confiance.
  • Si vous êtes parents de multiples (jumeaux, triplés ou plus), la fréquence d’utilisation du Joker ne varie pas. C’est con, mais c’est comme ça. Le risque d’épuisement du partenaire étant trop élevé.

carte joker de parents

Les 10 utilisations les plus courantes de la Carte Joker de Parents©

1)      Amener un enfant aux urgences, un samedi vers 13h.

2)      Un goûter avec sa belle-mère (ou au moins 2h45 d’affilées).

3)      Un repas chez des amis (sûrement pas tant ami que ça. Vous ne voulez pas y aller ! )

4)      Une sortie en famille à Max Aventure ou le royaume du parc indoor et des piscines à balles au niveau sonore effrayant

5)      Au moment crucial de la sortie d’école et jusqu’au coucher des enfants : le moment reposant des bains, du repas, du rangement, du coucher catastrophe

6)      Pour aller faire la sieste. Quand les petits viennent de se réveiller de la leur.

7)      Pour aller au parc, le jour où l’on a décidé d’emmener vélos et trottinettes. 

8)      Pour s’abstenir d’aller à une réunion de parents d’élèves (à condition d’être un minimum présent aux autres)

9)      Pour faire le compte rendu de la réunion du lundi matin.

10)    Pour  faire les courses de la semaine. (même si ma super liste de course gagne beaucoup de temps)

 

Les bénéfices de la Carte Joker de parents©

Grâce à cette carte, vous pourrez jouir pleinement du nouveau rôle de votre vie. Ressentir un vide ponctuel est une bonne thérapie pour repartir de plus belle.

Un dernier conseil pour jouer votre Joker au bon moment

Gardez-là toujours dans votre poche.

Le SPIDERPLAN des SPIDERparents de triplés

– La fatigue balaye vite tout signe de culpabilité

– Parent, c’est un vrai boulot. Pourtant, il n’y a pas de vacances.

– Le jeu fonctionne beaucoup mieux à deux. 

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

facebook blog de triplés

twitter blog de triplés

Comment peut-on aider une Maman de jumeaux ou plus ?

Excusez-moi du peu Madame, mais il est des moments où la seule solution vitale est de crier à l’aide.

Et j’ai crié, criééé éééééé AIDEZ-MOI !

maman de triplés a l aide

Je n’en peu plus. Ô rage, Ô desespoir, comment réussir à vivre sans dormir ? Telle est la question.

Maman de jumeaux, de triplés…il y a une chose que l’on ne nous retirera jamais, c’est notre résistance. Certes, nous n’avons pas le choix. Mais on pourrait aussi s’assoir par terre et chialer. Laisser les bébés ramper jusqu’à leur biberon. La faim décuplant leurs capacités motrices.

Comme nous sommes des êtres bien pensants –et que même épuisées, il doit bien exister tout au fond de chacune d’entre nous un soupçon d’instinct maternel-nous tenons bons. Mais jusqu’à quand ? En fait, ça ne s’arrête pas. Jamais.

Jamais.

Jamais.

Il y a toujours autre chose. Un nouvel apprentissage, des nouvelles questions…et quand ils seront ados…

Comme il va falloir être très endurant, mieux vaut s’économiser. Et parfois, passer la main.

Des amis, on en avait plein avant. Avant la naissance de la colonie. Les SpiderParents se réjouissent chaque jour de la chance qu’ils ont d’avoir des amis en or encore présents à l’heure actuelle malgré notre niveau sonore élevé.

Parfois, les téléphones commencent à moins sonner, on s’éloigne de la ville pour gagner en surface habitable. Et d’un coup, on s’assoit le soir au moment ou tout le monde dort et on allume les Experts.

Mais où sont-ils ? Pourquoi personne ne vient nous aider comme prévu ?

2 hypothèses :

– Chacun sa life. Entre bébé, bébé et bébé, ça fait un moment que le portable est caché sous une promo de couches (une douzaine de cartons entreposés dans le hall). Du coup, tu zappes, il/elle zappe…et ils ont six mois. Déjà.

Ou

– 2 ou 3 bébés d’un coup ça peut faire peur. Double dose d’angoisse si les bébés sont prématurés.

Avec du recule, j’ai réalisé que tout le monde n’était pas à l’aise avec un bébé. Encore moins avec DES bébés.

En tant que parents de triplés, on est dans l’obligation de prendre vite le pli. Couches, bibs en express, dodos… mais quand on arrive au milieu du champ de bataille, il parait très imaginable qu’on ne sache pas où donner de la tête. En plus, inutile de le préciser. Pour un café tranquille en terrasse, il faudra repasser.

Alors, il y a ceux qui sont très à l’aise, à qui on confie le bébé pour un biberon. En général, quelque soit l’heure de visite, jour comme nuit, il y a de très fortes probabilités pour qu’il y ait au moins un biberon à donner.

Les bébés sont petits, ils ont l’air fragile mais personne n’ose faire la remarque.

« Comment je peux t’aider ? » C’est une très bonne question.

Comment aider une maman de jumeaux ou de triplés ?

Après expérience, voilà quelques éléments de réponse.

Je scinderai en 3 catégories l’aide en fonction de l’affinité et de l’appréhension que l’on peut avoir avec les mioches.

1 – Comment peuvent aider les ami(e)s de mamans de jumeaux ou plus à l’aise avec les petits bébés (les jumeaux et triplés naissent souvent prématurés) :

  • Donner le bain (si vous êtes vraiment bonne amie…et vraiment en confiance)
  • Donner un biberon. Attention, les mamans de bébés prématurés sont souvent à cheval sur la quantité. Petit poids plume deviendra grand gaillard. Il faut donc essayer de stimuler un peu le bébé pour qu’il ne s’endorme pas lors de la tétée. Si la maman a peur qu’il ne mange pas, elle ne le confiera pas et c’est loupé pour l’aide. N’insistez pas.
  • Changer un bébé. Là pas trop de risque. Mais, on se lave les mains. Une gastro ça va, deux ou trois, bonjour les dégâts.
  • Sortir. Ce n’est pas si simple de se balader avec des jumeaux ou plus et on a vraiment besoin de prendre l’air. Profitez-en pour faire une petite balade entre copine avec les petits.

 2 – Comment peuvent aider les ami(e)s de mamans de jumeaux ou plus peu/pas à l’aise (on a le droit)  avec des bébés :

Il existe plein de choses qui peuvent aider des jeunes parents de multiples.

  •  Faire des courses précises (inutile d’imaginer être capable de remplir un caddie pour quelqu’un d’autres. C’est la cata assurée. ) Quelques boites de lait, des couches, du liniment, du serum phy…les parents de multiples ont toujours besoin de quelque chose. Bien sûr, vous serez remboursé !
  • Ramener des petits plats appréciés par les parents. (ou un gratin de pates, ça marche aussi) Dans les premiers mois des triplés, on a eu tellement peu de temps, que Sundy et raviolis étaient nos meilleurs amis.
  • Passer un coup d’aspirateur, récupérer un courrier à la poste, plier du linge… bref, ce qui te saoules chez toi…c’est triplement le cas chez moi.

3- Pour les BFF (Best Friends Forever), vous pouvez venir avec une amie et tenter deux heures de babysitting après avoir bien demandé à la maman toutes les instructions (mieux vaut savoir où sont les biberons, qui prend quel lait, la serviette en cas de vomito…).

Envoyez-la faire une sieste. S’il y a quoi que ce soit, elle est à côté. Elle est sereine…et reposée. Vous êtes sereine…et vous rentrerez vous reposer. (je vous le souhaite)

Si la maman de jumeaux ou plus refuse, insistez un peu. Juste une pishnette, ça suffira.

Chaque fois que vous aiderez des parents de jumeaux, de triplés ou plus, félicitez-vous, vous aurez accompli un acte bénévole fort et utile. Aucun relevé Cerfa ne vous sera délivré.

Le SPIDERPLAN des SPIDERparents de triplés

-En tant que parents de jumeaux et plus, l’arrivée des enfants à la maison ça déménage. Acceptez de vous faire aider. N’hésitez pas à « orienter » l’aide afin que tout le monde soit gagnant.

– Avec le temps, certaines personnes s’avèrent être de précieux soutient. Merci.

Merci à tous ceux qui sont passés (les images sont non exhaustives)

Claire Barer, maman de triplés 

Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Rendez-vous avec la gastro…

J’aime les bonbons, avoir de beaux projets et fumer avec un très grand café allongé à toute heure du jour comme de la nuit. Je n’aime pas conduire une voiture, les plats gras et la gastro chez des triplés. Vous allez me dire, personne n’aime les gastros et pourquoi elles nous ramènent encore « ses triplés » (malgré le titre du blog très explicite), elle essaye de placer le mot le plus possible ?!

Et bien non, mesdames et messieurs, mais une gastro chez des triplés ce n’est pas juste un banal virus.

Quand ils sont bébés –autonomie=0- on s’en aperçoit sournoisement.

Un petit vomissement chez Miss Ava Banana. Des régurgitations, sûrement. On changera le lait pour la 4ème fois, avec de la chance, il peut peut-être être remboursé. Et puis, si je me rappelle bien, je lui ai re-re-proposé son lait il y a moins d’une heure (parce que on ne sait jamais, au cas où elle ne grossirait pas assez #peurdetousparentsdeprématurés)…euh..une heure trente…ah non, ça c’était Miss Lolo Cacao. En tout cas, ça doit être ça.

Mais, quelques minutes plus tard, BEURPPPP. (sur mes nouvelles bottes camel pas encore imperméabilisées par ce que en phase de « je m’habitue aux talons », évidemment) Mister Danou le Gnou éjecte vigoureusement un liquide blanchâtre très odorant.

Bien entendu, deux sur trois, ça ne suffirait pas. La troisième qui dormait jusqu’ici se réveille en hurlant comme un petit cochon qu’on engorgerait et, à s’approcher d’elle,  on SENT toute de suite ce qui cloche. Car la gastro est un monstre multi-orifice.

Maintenant, visualisez. Salle de bain microscopique (tout de même équipée d’une baignoire), table à langer murale pour optimiser l’espace -ouverte à ce moment précis- , bébés sur le dos (sur une serviette très chic abandonné par un ami et jamais rendu, soyons un peu luxe dans ces moments). Qui crient. Qu’il faut : changer, laver, changer, mettre vite dans la poussette pour acheter en urgence un dimanche après-midi le magique « Tiorfan », changer, laver, donner du lait (parce qu’on n’a pas osé déranger encore notre docteur pour savoir quoi faire. C’est noté pour lundi, PREMIERE HEURE) et…couché. Et moi aussi. Vite. Parce que quoi qu’il arrive, dans trois heures, vomi(s) ou biberon(s), l’un de nous devra se réveiller.

Heureusement, ça ne dure pas trop longtemps. Heureusement.

Quand ils sont un peu plus grands, vers 2/3 ans, c’est presque joyeux de vomir. « Regarde m’man » « et ben ma aussi z’ai vomi. C’est y’a longtemps ». « Ze peux moncrer le sac à la voisine ? »

Vivement la prochaine fois. Une nouvelle aventure pour les SpiderParents de triplés !

Le SPIDERPLAN des SPIDERParents de triplés

– Rire, beaucoup, d’épuisement, parce que ça c’est de l’aventure !

– Mesdames les maniaques, prenez votre chiffon avec du produit antibactérien. Passez partout là où il y a eu un contact.  Ils vont en chier ces ‘crobes !

– Lavez-vous les mains. Et surtout essuyer-les biens. Les crevasses, ça fait tellement mal.

– Avancez masqué ! Si vous vous choppez cette saloperie…c’est fini.

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

On ne peut qu’associer SpiderPapa à cette aventure

Michaël Barer, papa de triplés 

SpiderProduit : le liniment

Le liniment : un produit économique et pratique

Je ne connaissais pas pour mes grands et j’ai découvert un produit magique : le liniment. Quesaco ?

J’espère dans cet article vous convaincre de faire un essai pour vos petits. Vous ne serez pas déçu. Avant, j’utilisais du lait de toilette pour laver les fesses de mes triplés. Mais ça, c’était avant. Continuer la lecture

Rentrée des classes : je tri, je range, j’organise, je trouve des solutions gain de place

A la maison –ceux qui me connaissent le savent- il y a une chose sur laquelle je ne transige pas (non, en fait il y en a plein), c’est les meubles. Fervente admiratrice du style scandinave épuré, la majorité de notre ameublement vient de chez IKEA (ou plutôt, leboncoin pour IKEA)

Comme à chaque rentrée, c’est le moment de faire le tri et de trouver de la place. Et ce n’est pas toujours si évident. Continuer la lecture

SpiderParents indignes : « La boite à silence » 1 (playlist dessins animés enfants)

Quand on est parents de triplés, de jumeaux ou parents tout court (oui, quand on a des triplés, ça parait plus simple !), il y a des moments où l’on fatigue. Et, merveille de la technologie des temps modernes, il existe une boite, plus ou moins grande, qui a un effet magique. Cette boite magique s’appelle : la TELEVISION.

A tous ceux qui me diront que c’est mal, que la télévision est néfaste au bon fonctionnement du cerveau de nos bambins, je répondrai qu’en quantité raisonnable, c’est un traitement formidable contre le syndrome du bébé secoué, les excès de cri et l’épuisement mental. Alors j’assume, dès fois, mes triplés sont devant la télévision.

Mais attention, pas n’importe quand, pas n’importe quoi. Eux aussi peuvent être fatigués et mettre un peu leur cerveau au repos (et leur excitation). Dès fois, se bananer est un vrai plaisir pour nous alors pourquoi pas pour eux ?

J’ai donc fait une sélection de dessins animés pour les petits (de 2 à 5 ans environ) de dessins-animés courts, accessibles et pas trop bébêtes. (mais également quelques classiques ou favori dans l’article à venir « la boite à silence » 2)

Les liens sont sur youtube, les vidéos sont dans leur intégralité. Asseyez vous bien dans le canapé, regardez !

Trotro

[youtube=http://youtu.be/kcjRZbUXQuE]

—————————————————————

[youtube=http://youtu.be/aba2XgY9DuI]

La maison de Mickey

[youtube=http://youtu.be/mC3Jdo90kkA]

—————————————————————

[youtube=http://youtu.be/QROT8bDf1_g]

—————————————————————

[youtube=http://youtu.be/6wQHR14jSy4]

Petit ours brun

[youtube=http://youtu.be/E5zmrzg9ev4]

—————————————————————

[youtube=http://youtu.be/jh8zjDU3H-I]

Oui-Oui

[youtube=http://youtu.be/CkLMggJ2QY0]

—————————————————————

[youtube=http://youtu.be/NRCzCLwNBis]

Tchoupi

[youtube=http://youtu.be/H-J_e203fZo]

Hello kitty

Très moralisateur dans sa première version. On reconnait bien l’exigence japonaise !

[youtube=http://youtu.be/WjLjKdxUOCc]

—————————————————————

[youtube=http://youtu.be/87AyVSB9pds]

Monsieur et Madame

[youtube=http://youtu.be/2hMJ3-QxMrc]

—————————————————————

[youtube=http://youtu.be/z-MbQUyDuBo]

Claire Barer, maman de triplés 
Le blog de triplés-  » La vie des triplés « : trucs, astuces et galères de parents de jumeaux et plus et de familles nombreuses.

Courageux ou jeunes et fous ! Parents de triplés à nouveaux parents

Youhou, ça faisait longtemps que je n’avais pas repris le chemin de mon clavier pour écrire sur ce blog de parents de triplés. Mais attention, je ne vous ai pas oublié.

Il y avait une raison, un vraie ! (pas juste de la fatigue, le train-train quotidien des triplés qui sont désormais de petits écoliers, les allers-retours sur Paris pour le boulot…)

Roulement de tambourTa Dam : nous avons accouché d’un petit garçon, un petit roi David né en janvier… 2 jours d’écart avec nos triplés de maintenant 4 ans et ½.

Continuer la lecture