Je participe à Koh-Lanta

Ça fait trois semaines que j’ai commencé l’aventure. C’est d’ailleurs pour cela que je ne suis pas très présente par ici. Là où je suis, il n’y a pas de téléphone. Du moins, il est inaccessible.
Le midi je mange des aliments froids, les défis physiques sont intenses. Mon mari, mes enfants me manquent. Il y a plein de petites bestioles partout.

Reconversion professionnelle : le stage pratique

Ça fait trois semaines que j’ai commencé mon stage pratique de plomberie dans le cadre de ma formation. J’ai souvent l’impression de faire Koh-Lanta et je kiffe grave cette aventure. Grave, grave.
Chaque matin, à 7h30, je gare ma petite smart jaune devant le dépôt. Depuis le premier jour, j’arrive avec 15 minutes d’avance (et j’ai arrêté de mettre mon GPS seulement depuis hier). Toujours l’angoisse d’être en retard…
On commence par jeter les vieilles merdouilles de la veille (qui peuvent peser quelques dizaines de kilos !), chaque camion est rangé et les missions sont transmises pour la journée.

J’accompagne un plombier soit sur du dépannage, soit sur de l’installation ou de la rénovation. Ce sont deux pratiques bien différentes et j’ai la chance de pouvoir découvrir chacune d’elles.

C’est au moment où le moteur démarre que tout commence. Les heures s’enchaînent sans avoir le temps de les voir défiler : installation de Cumulus (« Cumulus » est une marque, comme « Frigidaire ». Là on parle de chauffe-eau), de chaudière, de radiateur, de wc, de robinet de machine à laver…et aussi réparation de fuites, remplacement de colonne d’évacuation en fonte (pas glop du tout avant le café)…
Lorsque l’on a clairement la dalle, on s’octroie une pause bien méritée autour d’un sandwich. (et d’un coca-light, of course.) Pendant ce temps qui court , je monte des escaliers, porte des outils, des radiateurs en fonte, des aspirateurs à eau… Les endroits sont dans 97% du temps difficilement accessibles (entendez, être assis dans un meuble sous évier ou coincé entre un mur et des toilettes). Dès fois, il faut ramper en trimbalant une grosse lampe branchée à 12 mètres avec un fil qui s’emmêle. (comme tous les longs fils électriques d’ailleurs !). Il fait évidemment froid et humide (voire trempée). Plomberie oblige.
plombier Et pourtant, si sur le clavier ça peut paraître rebutant, je me réveille chaque jour avec une petite joie inexplicable.Vous n’imaginez pas le nombre de choses que j’apprends chaque jour. Je découvre toutes les facettes d’un métier tellement complet. Être plombier, c’est être capable de connaître des dizaines et des dizaines de raccords, des diamètres de tubes, des appareils, des outils. C’est aussi être ingénieux, toucher un peu à tout. Enfin, c’est surtout être le maître des fluides et ça, ce n’est pas rien ! Une fuite dans un appart, ça vous pourrit un parquet top la classe en 4 minutes.

Je me rends compte de toutes ces choses qui font mon quotidien sans que je ne m’en rende vraiment compte. Tout ce savoir-faire pour amener l’eau dans mon lave-linge, pour que mes chiottes n’engloutissent pas le caca jusqu’à débordement, pour que les petits prennent leur bain. De toutes ces choses aussi que l’on peut améliorer : ce radiateur qui chauffe trop, cette douche froide que je me tape chaque matin le temps d’attendre l’eau chaude… Ce n’est pas juste une histoire de tube. Il y a de nombreuses connaissances à avoir et j’ai encore beaucoup de travail pour y arriver.

Il ne me reste que quelques jours de pratique intense. C’est assurément trop peu. Mais c’est très bon à prendre.

Avant de vous retrouver avec un rythme un peu plus soutenu (je ferais difficilement pire qu’un seul article en un mois) je tenais à ajouter cette petite annonce :

Si vous cherchez un bon plombier sur le grand Lyon, je vous recommande la société SABEKO (avec le lien parce qu’ils le valent bien). Elle m’accueille en ce moment et elle le fait avec classe. Ils sont propres dans tous les sens du terme. Ils travaillent bien, font attention à tout. Je ne fais pas beaucoup de pub mais là, je me permets. C’est un vrai plaisir de valoriser le travail bien fait.
sabeko

A bientôt.

Claire, qui termine la saison 1 de Koh-Lanta dans 2 jours.
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Du marketing à la plomberie – déformation en cours

Je vous délaisse, j’écris peu, mais je pense souvent à vous, lecteurs bien aimés et … à toi mon blog.

Les journées s’enchaînent et les soirées sont denses avec mes 4 enfants. Mais qu’est-ce que j’aime ce  tempo intense !

J’ai plein de sujets sous le coude (ou plutôt dans mon joli petit carnet), mais aujourd’hui, j’ai envie de parler de ce qui fait mon quotidien : ma formation.

Au cas où vous tomberiez ici par hasard, je me suis lancée dans une reconversion professionnelle qui me tient beaucoup aux tripes : j’ai décidé de devenir plombier. Rien que de l’écrire sur le clavier, ça me fait plaisir.

Reconversion professionnelle : le premier trimestre

J’en suis exactement à 13 SA, le premier trimestre est passé. Comme pour mes autres grossesses, j’ai beau avoir passé le cap fatidique du 3e mois, je suis toujours flippée. Je pense n’avoir de répit avec mon cerveau qu’après l’accouchement ou plutôt la certification qui aura lieu mi-mars. Une épreuve de 8 heures en atelier + un gros QCM (Questionnaire à Choix Multiples) pas très simple qui porte sur les 3 gros classeurs remplis de trucs qu’il me faut bien du temps à comprendre et de calcul (je crois que j’ai arrêté de comprendre les cours de mathématiques en CM1. Au mieux.). Il y a aussi un dossier détaillant tout le travail de l’année à remettre.
Après ça, mon cerveau sera au repos pour au moins 48H.
Viendra alors le moment de la recherche du premier emploi. Je mise sur l’intérim au départ pour enchaîner les missions et parfaire mon apprentissage.

Voyage au cœur de mes pensées

J’ai plusieurs fois par semaine de grosses remises en cause. Pas un instant sur mon choix. Plutôt sur mes capacités. Ma formation porte sur trois domaines. Elles se composent de 3 modules :

– Le sanitaire : entendez eau que l’on boit, chiottes (à réservoir attenant, à réservoir distant, suspendus, turcs et environ un millier d’autres configurations. Oui, juste pour des chiottes.) , douches, évier…  Mais aussi surpresseur, pompe de relevage, évacuations…

– Le thermique : entendez radiateurs, clim, chaudières en tout genre.

– Les énergies renouvelables : entendez panneaux solaires, pompes à chaleur…

J’ai terminé le module sanitaire et débuté le module thermique. J’ai toujours mes 10 doigts pour le moment. En entier. Ouf.
En cet instant précis, mon cerveau visualise des radiateurs, des circulateurs, des vannes 3 voies, des vases d’expansion.

Comme vous faites partie de ma vie, vous devez aussi subir ce que j’inflige à mon environnement chaque jour : des discussions incompréhensibles d’un plombier en formation. Et je me lâche. Je raconte tous les détails de mes journées, les techniques, les outils, le travail en atelier, les cours.

Mon mari est patient. Franchement, il fait de gros efforts, pose des questions. Je comprends aisément que parfois, il me demande de changer de sujet parce qu’il n’a pas la tête à comprendre mes explications farfelues ponctuées de vocabulaire technique.

En fait, le plus difficile est que tout est nouveau pour moi. Tout. C’est énormément d’information d’un coup. Heureusement, je suis scolaire. Ça, je sais faire. J’ai de belles fiches de révision ! Mais, je ne veux pas juste des bonnes notes. À mon âge, je m’en fou (je mens. J’adore toujours avoir des bonnes notes). Ce que je veux le plus, c’est comprendre est savoir-faire. Et ce n’est pas simple car je ne veux pas faire d’impasse. La plomberie c’est un peu de la mécanique. Il y a un fonctionnement à capter pour pouvoir faire les choses avec intelligence.

Le 24 novembre, je commence un stage en entreprise d’un mois. Ce ne sera pas assez, mais c’est très bon à prendre. J’ai super hâte de me retrouver dans le « camion ». J’en ai besoin aussi. Il me faut beaucoup de pratique : rencontrer un max de problèmes et surtout, apprendre un max de solution.

J’ai fait une razzia chez Décath’ : polaire, sous-pull thermique, bonnet. Je n’ai pas envie d’être frigorifiée.

Aujourd’hui, je pratique dans un atelier. Le matériel date de la guerre, on partage le gros outillage par groupe de 4 et nous disposons chacun de 3 murs (qui manque de s’écrouler à chaque perçage) et d’un établi avec notre chalumeau. C’est chez nous, notre box pour toute la formation. Chaque vendredi, une heure est destinée à leur nettoyage, au lavage complet de l’atelier, au rangement des outils et au vidage de poubelles (de bonnes grosses brouettes aux roues dégonflées remplies de tubes de cuivres, de gravats, de pvc… à aller décharger dans des bennes appropriées…et pas toujours à côté…)

L’endroit est vétuste, mais j’y vis de formidable moment et j’apprends tellement de chose.

Et puis, il y a aussi les gens.

Les hommes, les femmes

Je me suis lancée dans la plomberie. Évidemment que la question de faire un métier à tendance plus que largement masculine m’a traversé l’esprit.

Je me retrouve avec 16 hommes (formateur compris) et une femme. Parité oblige, nous avons un vestiaire rien que pour nous. (Envers du décor : il pèle sa mère, il n’y a pas de chauffage.)

Bien sûr, j’entends vraiment un très grand nombre d’allusions ouvertement salaces. Que voulez-vous, même pour moi, prude devant l’éternel, parler de tuyaux toute la journée est un pousse au crime. Je ris donc bien facilement et me surprends même quelques fois à rentrer dans le jeu. (en réalité, je crois être l’une des plus avertie dans le domaine du jeu de mots pourri)
Je prends le rôle à bras le corps ! Ça fait partie du job !

Je dois bien l’avouer : je suis chaque jour surprise. Surprise de cette relation qui s’est créée avec tous ces garçons. Je leur trouve à tous de très belles qualités. Aucun n’a jamais eu de remarques déplacées sur ma présence ici. Je n’ai même jamais vu de regard désobligeant. Peut-être que certain pense que ce n’est pas pour moi et ils ont le droit de le penser, mais ils ont la décence de ne pas me le faire ressentir. Intérieurement, je les en remercie beaucoup. Je ne devrais pas, ça devrait être évident. La réalité est que je crois que toute cette définition de parité n’est pas si évidente.
Beaucoup me donnent des conseils, on échange sur nos techniques, nos interrogations, les fois où l’on ne comprend rien.

Je continue à porter ma salopette. Je crois bien être la seule sur toutes les formations à en mettre une. À la fois, c’est la solution imparable contre la si connue « raie du plombier ».  Je ne peux pas me permettre.

J’ai hérité d’un surnom pas si cool, mais je m’en accommode avec le sourire : « chat noir ». On m’a nommée ainsi pour une bien triste raison pour un plombier : quand je suis à côté d’une installation, il y a des fuites ! Heureusement, je n’en suis pas toujours à l’origine !

Le soir, je révise en espérant chaque fois ne jamais décrocher et sortir avec des bases qui me permettront de mettre le pied à l’étrier.

Bref, je suis ravie d’apprendre un nouveau métier.

installation-chauffage-1

Ma première installation de chauffage

liaison-chauffage-entre-cabine-hydrocablé

Des tuyaux, des tuyaux…toujours des tuyaux

PS : Pourquoi devenir plombier ?

Vous êtes nombreux à m’avoir posé la question. Voici la réponse en 5 points :

1) En étant plombier, je pourrai intervenir la nuit et facturer 350€ le remplacement d’un siphon
2) En étant plombier, je m’assure un corps ferme et musclé
3) En étant plombier, je pourrai découvrir le charme des Polonais
4) En étant plombier, je fais des économies sur mon budget shopping. Les belles bottes en cuir et blouses en soie ne sont pas appropriées.
5) En étant plombier, je fais le choix de la simplicité. Avec les 15 couches par jour que j’ai changé avec mes triplés, les histoires de caca, ça me connait. 

Plus sérieusement, ce sera le sujet d’un prochain article. J’ai déjà dépassé les 1200 caractères. Google me dit dans l’oreillette que « c’est beaucoup trop long ».

Claire, en apprentissage
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés

Reconversion pro : semaine 1

Résumé des épisodes précédents  : (pour ceux qui arrivent en cours de route) après 6 années au service du webmarketing et un licenciement, j’ai décidé que dans la vie, je voulais être plombier. Alors, je me suis lancée tant bien que mal ! Lundi dernier, c’était ma rentrée en formation ICCSER (Installateur Chauffage Climatisation Sanitaire et Energies Renouvelables). Formation en 8 mois à cheval entre le niveau CAP et le Bac pro. Je n’ai aucune expérience, juste vraiment l’envie d’apprendre, de travailler et d’y arriver. J’espère ça suffira.

Lundi dernier, j’ai réglé mon réveil sur 6h15, 6h16 et 6h17 au cas où je ne l’entendrais pas. Hors de question d’arriver à la bourre le premier jour de ma formation. Question de ponctualité.
J’ai pris ma mini voiture. J’ai longtemps hésité pour la tenue. Amoureuse de la mode oblige. Chantier ou pas, on ne lésine pas sur le style.
Pantalon de chantier et chaussures de sécu ou simple jean et basket ? Je n’avais pas envie d’être la seule à arriver toute prête (et trop propre). J’ai tâtonné le terrain et opté pour le jean.
Pour cette première journée, j’ai évité le top trop décolleté. D’abord parce que je n’ai aucune poitrine à montrer, ensuite parce qu’Il ne faut pas se mentir, j’arrive dans un monde occupé à 99% par des hommes, je dois m’adapter, ne pas être la petite pouffe qui n’ose pas se salir les mains. Je veux que l’on me prenne au sérieux. J’aurai bien le temps d’affirmer une quelconque féminité.
Pas de fleur dans les cheveux non plus. Pas tout de suite. Je suis un peu timide en vrai.

Salle de classe un peu vétuste et atelier : le décor est posé. Des conditions réelles.

Formation professionnelle : formalités

17. C’est le nombre de stagiaires que nous serons cette année répartis sous la forme suivante :
– 4 « petits jeunots » de 24/25 ans
– 11 entre 29 et 35 ans (dont je fais partie)
– 2 de 45 ans et plus
La majorité a déjà un pied dans le monde du bâtiment mais pas de la plomberie sauf pour l’un d’entre nous qui envisage de récupérer la société de son père. Je suis clairement la plus novice. Ce n’est pas grave, j’ai très envie d’apprendre et j’avoue trouver ça très excitant de découvrir quelque chose de complètement inconnu. Mais alors, complètement !
Nous sommes 2 femmes, l’autre étant la doyenne de la formation. Elle a travaillé des années dans l’humanitaire et ça faisait deux ans qu’elle espérait cette formation. Deux du groupe sont hébergés sur place.

Cette formation en plomberie est dispensée par l’AFPA (Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes) c’est pourquoi je ne me retrouve pas en lycée avec des grands ados de 16-17 ans.

Au niveau des horaires, ce sera 7h30-16h30 sauf le vendredi après-midi où nous sommes en congés. Pour ma part, ce temps libre sera destiné à remplir le frigo dévasté et à gérer les différentes démarches « administratives » ou « logistiques » nécessaires au bon fonctionnement de la Maison. Je vais pouvoir récupérer chaque soir mes enfants. C’était l’une des conditions pour mon entrée en formation. Je ne veux pas qu’ils se sentent lésés même s’il semble évident que le rythme de l’année va être différent.

Le groupe

Je n’y avais pas vraiment songé au départ, mais retourner à « l’école » c’est également rejoindre une nouvelle classe, un nouveau groupe. Bah franchement, c’est super sympa de faire des blagues ridicules, de s’encourager, de se soutenir, d’apprendre. Pour le moment, aucune alerte rouge « caractère incompatible » n’a été déclenchée. Pourvu que ça dure.
Le travail en commun facilite les relations humaines. Laver un atelier qui ressemble à un garage laissé à l’abandon pendant 25 ans, ça resserre les liens.

Levé de rideaux

Nous avons réalisé nos petits cartons avec nos noms et avons joué au « présente l’autre comme si c’était toi ». Nous avons fait un tour de l’outillage, j’ai été à casto me racheter une clé à molette qui comme me l’a dit mon formateur « n’est pas pour jouer aux poupées« . L’atelier est compartimenté en 17 espaces. Chacun a tiré au sort le box dans lequel il travaillera toute l’année. Ce sera le n°5 pour moi. Bien au centre… Nous avons démonté les installations réalisées l’année passée, avons buriné les trous et rebouché le tout puis poncé.
J’ai appris à faire du plâtre. Je suis novice. Je l’ai déjà dit, c’est encore vrai.

atelier

Ma box n°5 « propre »

Dès mercredi, nous nous sommes vraiment lancés dans le vif du sujet en étudiant les particularités des tubes en acier. J’ai appris plein de trucs : les différentes vannes (« ouvre les vannes »), les diamètres, les obscures mesures en « pouces ».

Le lendemain, nous avons découvert comment « fileter ». Cette opération consiste à transformer le bout d’un tube en pas de vis afin de pouvoir ajouter un raccord. C’est du chinois aussi pour moi, mais je mise tout sur ma mémoire (et mes petites fiches de collégienne bien surlignées !). J’espère qu’elle me sauvera. Pour réaliser un tube fileté, il faut utiliser des outils particulièrement flippants. C’était géant.

outils

Les « gros outils »

J’ai tout de même eu le droit à une petite blague mignonne : « Claire, tu dois retourner en magasin pour t’acheter des outils ?
– Non. Pourquoi ?
– Parce que tu devrais aller t’acheter des bras« .
C’est légitime ! Ça m’a fait rire. C’était bien attentionné.
C’est vrai que comparé au Monsieur Muscles -ancien soudeur- du box de devant moi, il n’y a pas photo, il faut que j’aille m’acheter des bras ! Que je les façonne un peu en tout cas. Ça viendra.
Je devrais peut-être poster une photo de biceps avant/après !

Vendredi, nous avons lavé à grande eau nos box pourris, avons souri avec fierté en voyant nos bouts de tubes « filetés », nous nous sommes souhaité un bon week-end chacun par nos prénoms.
J’avais ma fleur sur le côté.

tube fileté

Le « filetage » : un tournicoton pour visser en bref !

J’ai mis RTL2 à fond. Il y avait du soleil. Ma salopette, que j’avais enfin osé porter et qui m’a valu un « la salopette, ça pète » était sale. Comme un vrai ouvrier.

pantalons

un peu moins « bleus ».

J’ai retrouvé mes enfants, leur ai présenté quelques outils, comme chaque soir cette semaine.
On a mis les chapeaux pour acheter des cônes glacés. On s’est assis sur l’allée verte devant l’appartement, avons rigolé et avons joué ensemble un bon bout de l’après-midi avant de finir tous crevés sur le canapé à tenter de comprendre les dialogues de Mickey-Les trois mousquetaires. Le soir, mon mari nous a enfin rejoint après cette semaine si riche où nous étions séparés. Je n’ai pas arrêté de parler. Une gosse de 5 ans. Une de plus dans l’appartement.

C’est dingue à dire, surtout pour de la plomberie, mais j’ai l’impression de vivre une formidable aventure. Bricoler, fabriquer, se dépenser physiquement, avoir des relations franches, toucher à de gros outils, apprendre quelque chose qui me plait : je ne veux pas me réveiller. Pourvu que ça se passe bien, pourvu que je réussisse à gérer, pourvu que chaque semaine à venir m’apporte ce lot d’épanouissement et de gaieté.

La semaine prochaine, c’est une autre rentrée qui va se préparer.

PS : ce blog a, dans sa majorité, puisé son inspiration dans ma vie de maman. Je sais bien que certains ne sont pas là pour entendre parler tubes et autres évacuations, chiottes ou chalumeaux.
Cette formation, dans le cadre d’une reconversion professionnelle, va durer 8 mois. C’est pour moi une source de réjouissance et assurément aussi de futurs doutes ou difficultés. Il m’est impossible de ne pas régulièrement l’évoquer. Vous risquez donc un peu d’en entendre parler.

« Ne fuyez pas, la plomberie c’est sympa« . ©
(ce slogan est déposé par le syndicat des futures plombières en pleine reconversion consciente de la difficulté à éprouver de la sympathie pour de la tuyauterie)

Claire, prête à y retourner.
Facebook La vie des triplésGoogle + La vie des triplésTwitter La vie des triplés